École : la laïcité ne suffit pas !

École : la laïcité ne suffit pas !

Voici un peu plus de dix ans, un livre pa­raissait qui soulignait la situation très grave qui régnait dans nombre d’établissements scolaires.

Le livre s’appelait « Les territoires perdus de la république ».

Les auteurs expliquaient qu’il était devenu impossible ou presque d’enseigner des chapi­tres entiers de l’histoire, sous peine de subir insultes et propos véhéments, voire menaces, de la part d’une fraction croissante des élèves – ceux issus de familles musulmanes.

Un peu plus tard, un rapport rendu au ministre de l’Éduca­tion nationale, le rapport Obin, enfonçait le clou, et montrait, en s’appuyant sur de multiples exemples concrets, que la situation était peut-être plus grave encore que « Les territoires perdus de la république » ne l’avait montré : des violences ethniques et religieuses se répandaient au-delà des salles de classe, jusque dans les cours de récréation.

Le ministre a dit qu’il allait agir. Les mots sont restés des mots. Aujourd’hui, tout s’est considérablement aggravé.

Nul ne l’ignorait. Mais les attentats contre « Charlie Hebdo », et la contestation de la minute de silence censée être respectée dans chaque établissement, et souvent contestée, ont mis crûment les choses au jour.

La ministre de l’Éducation nationale a dit qu’elle allait agir, bien sûr. Et elle a ouvert des pistes. Celles-ci ont autant de chance de déboucher sur des résultats concrets que le célèbre emplâtre posé sur une jambe de bois vermoulu.

Il est question de réapprendre aux jeunes gens la « citoyenneté » : quelle signification peut avoir ce mot pour des garçons et des filles qui écoutent des airs de rap où il est question de « niquer la France » ? Aucune, c’est évident.

Il est question aussi d’insister sur la « laïcité ». Quel contenu des garçons et des filles qui, toujours plus nombreux, se reconnaissent davantage dans l’islam que dans la France peuvent-ils placer dans la « laïcité » ? Aucun, cela va de soi.

La notion de « citoyenneté » renvoie à de vieux cours d’instruction civique qui, lorsqu’ils étaient dispensés, n’avaient rien d’enthousiasmant pour ceux qui les recevaient et qui, aujourd’hui, ne pourraient, s’ils étaient à nouveau dispensés, avoir aucune prise sur ceux qui les recevraient.

La notion de « laïcité » pouvait faire sens lorsqu’il s’agissait, il y a 110 ans, de souligner la séparation de l’Église et de l’État, mais la France alors était un pays très majoritairement catholique, et, quand bien même il ne l’a pas toujours mise en œuvre, le catholicisme a toujours été porteur de l’idée qu’il faut laisser à Dieu ce qui est à Dieu et rendre à César ce qui est à César. Dans l’islam, chacun le sait, Dieu est César et n’a jamais cessé de l’être.

La seule société musulmane où il a été tenté, au forceps, de rendre à César ce qui est à César a été la Turquie au temps de Mustafa Kemal Ataturk.

On peut voir, en regardant la Turquie présente, que les adeptes de l’islam en Turquie n’ont pas renoncé, et que l’héritage d’Ataturk est en train de s’effondrer.

Ataturk n’est d’ailleurs parvenu à quelques résultats, temporaires, qu’en comprenant que la « laïcité » qu’il invoquait ne suffisait pas, et qu’il fallait savoir désigner les dangers inhérents à l’islam radical.

Le gouvernement français n’ose pas même désigner les dangers inhérents à l’islam radical. Sitôt que Manuel Valls prononce un discours un peu sensé, il se trouve contredit par François Hollande qui s’en va faire repentance et acte de dhimmitude à l’Institut du monde arabe.

Le gouvernement français est dès lors condamné à échouer.

La ministre de l’Éducation nationale le sait. Elle le sait, sans doute, mieux que personne, elle qui vient d’une société musulmane et y a encore de multiples liens.

Dans moins de dix ans, on verra que les mots d’aujourd’hui seront restés des mots.

Parlera-t-on encore, vainement, et dans le vide, de « citoyenneté » et de « laïcité » ?

Je gage plutôt, au train où vont les choses, que les territoires perdus de la république auront encore grandi. Ce qu’on traquera alors, ce ne seront pas les manquements à la « citoyenneté » et à la « laïcité », mais toutes les traces de contestation de ce qui sera devenu, si rien ne change en profondeur, la première religion de France…

Guy Millière

Partager cette publication

(44) Commentaires

  • JEAN SANS PEUR Répondre

    oui euréka, « nous avons beaucoup moins de problèmes avec nos compatriotes d’origine marocaine et tunisienne ». Je dirais tunisienne et marocaine. Les algériens ont toujours été racistes, sanguinaires et incapables de s’intégrer. Un race de pourris! des terroristes depuis toujours, tout cela pour remercier la france et brûler leurs passeports. Où en seraient-ils aujourd’hui sans la France….toujours en rapines, faisant toujours du commerce des esclaves noirs, bien qu’aboli,…dans le sahara…
    S’ils ne sont pas content qu’ils retournent chez eux et nous serons bien moins déficitaires…et cela irait au profit des vrais français. Suis-je raciste? Oh non c’est bien la réalité des choses!!!

    06/02/2015 à 14 h 53 min
    • Jaures Répondre

      En ce cas, il ne fallait pas décréter en 1848 que l’Algérie était française.
      Pourquoi s’attacher une population selon vous si fruste et hostile ?
      Curieusement, ce sont souvent les gens comme vous qui sont les plus nostalgiques de l’Algérie française.
      Comprend qui peut.

      06/02/2015 à 16 h 27 min
      • Fucius Répondre

        Alger avait persécuté l’Europe chrétienne pendant le millénaire précédant sa prise par la France. Laquelle fut donc légitime, contrairement à sa conquête arabo-musulmane.

        Le racisme socialiste est le plus obtus qui soit.
        Comme l’obscurantisme du même bois, il est assorti de l’affirmation qu’il n’est pas ce qu’il est, comme le tableau de Magritte représentant une pomme est intitulé « Ceci n’est pas une pomme ».
        Ainsi les esprits victime du socialisme voient-ils à tort chez les autres ce qui est flagrant chez eux-mêmes.
        Ce qui rejoint d’ailleurs leur principe habituel d’auto-exception, consistant à affirmer des règles générales au sujet des hommes qu’ils ne s’appliquent pas à eux-mêmes (comme Marx ne tenant pas compte de sa propre classe sociale).

        06/02/2015 à 19 h 21 min
        • Jaures Répondre

          Fucius, que je sache, conflit ne signifie pas annexion sinon, les Etats-Unis auraient été légitimes à annexer le Japon.
          Il ne faut pas confondre guerres entre Etats et colonisation.

          07/02/2015 à 10 h 16 min
      • euréka Répondre

        « Pourquoi s’attacher une population (les Algériens) selon vous si fruste et hostile ? »

        Mais c’est VOUS les gens de gauche les bienpensants qui avez voulu prêcher la bonne parole socialiste chez ces bons sauvages qui, selon Jaurès, devaient être civilisés

        Moi je vous le dis, ces relations franco-algériennnes sont contre-nature et elles ne peuvent qu’apporter un grand malheur à notre pays. Tous ceux qui nous emm*******
        sont des Algériens.
        Vous n’avez rien compris car ni Jean sans peur ni moi ne sommes des nostalgiques de l’Algérie française c’est même tout le contraire.

        10/02/2015 à 12 h 19 min
        • Jaures Répondre

          Eureka, pour votre gouverne, Jaurès n’était pas né en 1848 quand l’Algérie fut proclamée française.
          Pour le reste, vous ne pouvez balayer d’un trait de plume plus d’un siècle d’histoire commune.
          Quand la France a eu besoin de soldats lors de ses conflits, puis de main d’oeuvre pour se reconstruire, elle s’est naturellement tournée vers son empire.
          C’est comme si les Etats-Unis reniaient leur population afro-américaine en disant que, finalement, l’esclavage est une mauvaise chose.

          11/02/2015 à 10 h 02 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      pourquoi ? … à votre avis

      09/02/2015 à 16 h 49 min
  • Némésis Répondre

    Il aurait peut-être fallu laisser les enseignants enseigner !!!

    Car l’école doit avant tout apprendre aux enfants à lire, à écrire, à parler Français et à compter. Un peu de discipline ne ferait pas de mal non plus !

    Quant aux élèves qui refusent l’enseignement de certaines matières, il est bien temps de se réveiller

    06/02/2015 à 0 h 40 min
    • Fucius Répondre

      L’école est, en elle-même, vouée à instruire.
      Mais tout ce qui est socialiste est retourné.
      Et notre école publique appartient au socialisme.

      Si sa fonction était d’instruire, pourquoi sa création fut-elle accompagnée de la destruction de l’école catholique ? Le souci de parfaire l’instruction aurait dû se réaliser dans la création d’écoles pour ceux qui n’en avaient pas encore, ou d’écoles concurrentes.

      Mais la destruction de milliers d’écoles et la persécution de dizaines de milliers d’enseignants procurant une instruction de grande qualité ne peut s’expliquer que par la recherche du pouvoir d’endoctriner.

      Un tel pouvoir ne peut que corrompre, quand bien même sa visée initiale n’airait pas été cela – et elle l’était.

      Pourquoi donc s’étonner de la lente destruction de l’instruction en France ?
      Ce n’est pas un échec de l’école publique, mais l’accomplissement de sa mission.

      Il y a fallu du temps: Le niveau de départ était excellent et plaçait le peuple français au plus haut degré de la civilisation.
      Une institution foncièrement totalitaire et intolérante ne peut que détruire.

      06/02/2015 à 19 h 33 min
      • Némésis Répondre

        @Fucius…. Sur le plan des croyances, pour beau­coup de gens, le socialisme a rem­pla­cé de fait le christianisme, l’État a rem­pla­cé l’Église, la lé­gis­la­tion la théo­lo­gie, le mode de pen­sée éta­tique le mode de pen­sée ec­clé­sias­tique.

        Dal­ma­cio Negro Pavón

        07/02/2015 à 1 h 12 min
      • euréka Répondre

        @ Fucius
        « Une institution foncièrement totalitaire et intolérante ne peut que détruire. »

        Oui et qui peut se résoudre à se laisser détruire par cette foutue république et sa religion laique qui n’est qu’une religion CONTRE LA RELIGION CATHOLIQUE., c’est-à-dire contre l’identité même de la France. ?

        Dans une vidéo you tube, Peillon l’avoue. Le laïcisme est une attaque en réaction à la puissance de la religion catholique.
        Dans combien de pays la religion catholique continue-t-elle à fonctionner sereinement ? Il n’y a qu’en France que la mafia judéo-franmac veut la mort du catholicisme.

        Les laïcards sont maintenant pris dans une contradiction impossible à résoudre : ils sont désormais obligés de composer avec l’islam, ces cons !
        Or, les musulmans n’accepteront jamais cette religion laïque même s’ils en sont gavés à l’école.

        Alors elle est où la logique socialiste ?
        La république vit ses dernieres années et personnellement je m’en réjouis. .

        10/02/2015 à 1 h 03 min
  • euréka Répondre

    La république française naturalise depuis 40 ans des Algériens qui ont subi un vrai lavage de cerveau à cause de l’arabisation à marche forcée de l’enseignement en Algérie. Ecoles coraniques, détestation de l’occident. Des profs qu’ils ont fait venir d’Egypte, des salafistes, des frères, tous les courants religieux de l’islamisme ont baigné des générations de jeunes.

    Et on récupère ces personnes.
    J’ai lu que de simples cordonniers , à peu près n’importe qui, mais estampillés « frères » avaient été importés d’Egypte par les gouvernements successifs.

    05/02/2015 à 23 h 42 min
    • euréka Répondre

      Reconnaissons que nous avons beaucoup moins de problèmes avec nos compatriotes d’origine marocaine et tunisienne.

      06/02/2015 à 0 h 16 min
  • euréka Répondre

    Les fameux rapports Obin : 2003, 2004, 2005, 2007 plus de dix ans que les problèmes d’insurrection à l’école sont étudiés mais ces rapports ont tous été enterrés et vite passés au pilon..

    C’est hallucinant cette désinvolture.

    05/02/2015 à 23 h 34 min
  • Oxydent75 Répondre

    LA LONGUE ARGUMENTATION DE JAURES est un sommet de perfidie et d’enfumage à la sauce PS
    – A lire avec attention-
    – Quand on sait que là où vivait A.Coulibaly il y a 40% de chômage
    -Partout dans le monde, si vous créez des conditions similaires, vous produisez de la violence,
    -l’Eglise ne se prive pas pour peser de tout son poids sur les décisions de l’Etat.
    -Que des « jeunes » aient perturbé les minutes de silence ne me semble pas le plus inquiétant.
    -Hexagone de Renaud n’était pas moins violent que « Nique la France »… (Il fallait l’oser celle-là!)
    -ce qui se joue dans certains esprits faibles ou altérés, seuls devant internet, fascinés par la violence et l’instinct de mort. … (PRÔNèS par vos imams !)
    – Les départs pour des conflits extérieurs (LESQUELS ?) ont toujours existé … (MAIS AUCUN N’AVAIT POUR BUT DE REVENIR DETRUIRE L’ETAT FRANçAIS et EGORGER LES JUIFS ET LES CHRETIENS°… Triple BUSE !
    -Comme à l’époque, c’est un règlement du conflit international qui régulera ces funestes vocations. Etc

    Voilà comment l’équipe à temps -plein de de désinformation socialo- gauchiste tente d’anesthésier les rejet massif d’une immigration islamisée qui est la VRAIE et SEULE racine du mal.

    04/02/2015 à 20 h 01 min
    • Jaures Répondre

      Cher oxydent, vous reprenez assez bien mon argumentaire (en y ajoutant ici ou là quelques insultes mais, peu importe) en le qualifiant « d’enfumage » mais sans réfuter quoi que ce soit.
      Des exemples ?
      – A Gagny il y a effectivement dans certains quartiers 40% de chômage (vous pouvez vérifier). Pensez-vous que le chômage ne crée pas des conditions de tension sociale ? Ne pensez-vous pas que ces tensions peuvent amener à des phénomènes de radicalisation ? Poser la question, est-ce de l’enfumage ?
      – Les conditions sociales dégradées créent partout de la violence. Dans les quartiers déshérités d’Amérique du Sud, des gangs tiennent les trafics et se heurtent à l’armée causant des milliers de morts. le taux d’homicides est 20 fois plus élevé au Brésil qu’en France, 25 fois au Mexique,35 fois en Colombie, 90 fois au Honduras,…
      – L’Eglise ne se prive pas d’influer sur les Etats quand elle est assez puissante: ainsi en Espagne, l’Eglise a un réseau d’influence tel que le directeur des relations avec les confessions religieuses Angel Gallardo déclare: « L’Espagne n’est pas un pays purement laïc comme peut l’être la France ».
      Comment dit-on en espagnol « Rends à César… » ?
      – Les perturbations de minutes de silence dans les collèges ou lycées ne sont pas surprenantes. Imaginez une minute de silence en 1986 suite à l’assassinat de Georges Besse. Qu’en aurait-il été dans les lycées ?
      – Lisez les paroles d' »Hexagone ». Dans une autre chanson, Renaud écrit ceci:
      « La Marseillaise même en reggae
      Ca m’a toujours fait dégueulé
      Mais bordel ! Où qu’c’est qu’j’ai mis mon flingue ! »
      – Vraiment ? Vous ne pensez pas que la Division Charlemagne rêvait d’égorger du juif en combattant aux côtés des waffen SS ?
      Vous pouvez ne pas partager mes idées, oxident, mais celles-ci sont rationnelles. Plutôt que par des insultes, répondez-y rationnellement.

      05/02/2015 à 9 h 42 min
      • euréka Répondre

        « – A Gagny il y a effectivement dans certains quartiers 40% de chômage (vous pouvez vérifier).  »

        Dans ces 40 % Il y a surtout des personnes quasi analphabètes palant mal le français et beaucoup d’autres qui ont un poil dans la main et attendent que les services sociaux paient leurs loyers. Les parasites professionnels qui vivent aux crochets des contribuables.
        Y en a marre, bon sang !

        10/02/2015 à 1 h 16 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      il est vrai ( je n’ ai pas lu ce qu’ il est difficile d’ appeler l’ original ) , il est donc vrai que ceci serait un compendium exemplaire de  » sottises politiques  » … mais rassurez vous, même si les électeurs populaires socialistes continuent à voter socialistes par  » fidélité  » ( celle du cocu ! ) il ne croient plus un traitre *** mot à ce type de  » justifications  »

      *** adjectif bien approprié ici !

      05/02/2015 à 14 h 41 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        il(S)

        05/02/2015 à 14 h 41 min
  • Fucius Répondre

     » Dans l’islam, chacun le sait, Dieu est César et n’a jamais cessé de l’être. »
    Et dans le socialisme, l’État est Dieu.

    Distinguer Dieu de César ne signifie rien si on ne définit pas ce qui revient à chacun. Et comme cette définition doit précéder les institutions, elle ne peut provenir que d’une religion.
    Un État laïc est donc un État religieux: Il doit référer à une religion pour identifier les limites de son domaine de compétence.

    C’est pourquoi un État socialiste ne saurait être laïc. La laïcité socialiste est un retournement orwellien de la vraie laïcité. Elle est à la laïcité ce que la démocratie populaire est à la démocratie: Le contraire.

    La vraie laïcité pose des limites à l’État en définissant celles de la religion, à l’instar du Christ, qui revendiquait l’autorité la plus absolue qui soit mais ne régnait pas, n’imposait rien, et n’a rien formulé qui puisse servir à légiférer (ce qui est en soi miraculeux).

    Le refus de confondre Dieu et César est une caractéristique du christianisme et la cause des persécutions des chrétiens depuis 2000 ans.
    C’est pour cette raison que le socialisme persécute le christianisme en France depuis le bain de sang de la Révolution jusqu’au « mariage pour tous » en passant par l’expulsion des congrégations et la destruction fasciste de l’école catholique par la IIIe république.

    « La seule société musulmane où il a été tenté, au forceps, de rendre à César ce qui est à César a été la Turquie au temps de Mustafa Kemal Ataturk. »
    La laïcité turque n’est pas un développement endogène au monde musulman. C’est l’importation dans le monde musulman du concept chrétien, identifié à juste titre par les militaires turcs comme la raison de la puissance occidentale.
    L’oeuvre de Mustapha Kemal, qu’on l’approuve ou pas, ne peut en aucun cas être citée au crédit de l’islam, puisqu’il en disait:
    « Depuis plus de cinq cents ans, […] les règles et les théories d’un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »
    (Mustapha Kémal ou la mort d’un empire, Jacques Benoist-Méchin, éd. Albin Michel, 1954, p. 323)

    04/02/2015 à 19 h 48 min
    • Jaures Répondre

      « La vraie laïcité pose des limites à l’État en définissant celles de la religion ». Mais qui pose ces limites au nom de la laïcité ?
      En Etat laïc, c’est l’Etat, issu du suffrage universel, qui définit les limites d’influence des religions.
      Les chrétiens ne sont en rien persécutés: les paroisses sont largement subventionnées, les aumôneries sont autorisées sans les écoles publiques, les écoles catholiques sont financées par l’Etat et les communes (obligation légale), les lieux de culte chrétiens sont entretenus et restaurés par des fonds publics,…
      Beaucoup aimeraient être persécutés ainsi. Et si les chrétiens ont été persécutés, c’est surtout par eux-mêmes au cours des multiples et sanglantes guerres de religion.
      Quant au mariage pour tous, en quoi est-ce une persécution ? Si un chrétien homo ne veut pas se marier, rien ne l’y oblige comme rien n’oblige une femme chrétienne à avorter.
      Par contre, l’interdire pour des raisons religieuses serait une persécution.

      05/02/2015 à 9 h 55 min
      • genau Répondre

        La position me paraît juste. Cependant, au-delà de la critique bienvenue des menées de tout clergé, le christianisme a importé l’idée de compassion qui, jusqu’à lui, n’existait pas. L’Islam ne parle jamais d’amour mais il invoque la miséricorde qui est un terme voisin de compassion, mais tout à fait différent de l’amour. C’est étyymologiquement le « coeur malheureux », en partie sentiment égoïste puisque le miséricordieux se soulage de la souffrance de la victime, qu’il abrège, éventuellement.
        Mais, de nos jours, l’étymologie n’a plus de succès, c’est pourquoiu on peut gloser à l’infini sur des malentendus structurels de langage et de là, viennent bien des malheures de l’oCCIDENT;

        05/02/2015 à 10 h 38 min
    • euréka Répondre

      @ Fucius

      J’apprécie beaucoup la façon dont vous éclairez n’importe quel débat. Esprit de synthèse remarquable. Je me sens un peu moins ignare après vous avoir lu.

      06/02/2015 à 0 h 24 min
  • Retourdeboomerang Répondre

    Un des plus grands bordels organisationnels du monde, c’est notre ministère de l’éduc…..

    04/02/2015 à 15 h 51 min
    • euréka Répondre

       » L’Islam ne parle jamais d’amour mais il invoque la miséricorde qui est un terme voisin de compassion »

      mais il s’agit de la miséricorde DIVINE.dans le coran.

      05/02/2015 à 23 h 55 min
  • druant philippe Répondre

    Les politique migratoire et nataliste « béantes » des 40 dernières années sont largement responsables de la situation actuelle même si l’ Islam est une belle saloperie !
    Laisser des gens de sac et de corde se reproduire à grande échelle sur son propre territoire , c’ est installer le Cheval de Troie de l’ Islam , dernier recours pour des jeunes désoeuvrés
    en mal d’ identité et de travail .
    Ceci ne va que s’ aggraver et mener probablement à de graves conflits interculturels .

    04/02/2015 à 14 h 03 min
    • HOMERE Répondre

      Bataillon Charlemagne et non division Charlemagne qui n’existait plus parce que décimée à Stalingrad….le bataillon Charlemagne a défendu le bunker avec 300 soldats qui furent hachés menus en quelques heures…..

      04/02/2015 à 16 h 13 min
      • Jaures Répondre

        Vous avez raison mais ce bataillon était bien issu de la division effectivement en lambeaux.

        04/02/2015 à 16 h 17 min
  • Jaures Répondre

    « La laïcité ne suffit pas ! ». Soit ! Mais quoi d’autre ?
    Une partie de ce que dit Millière est vrai. Un certains chaos règne dans nombre de quartiers. Quand on sait que là où vivait A.Coulibaly il y a 40% de chômage, que ce quartier est complètement enclavé avec une seule ligne de bus pour plusieurs milliers de résidents, que le revenu y est inférieur de 50% au revenu médian national, on se dit que, même si rien n’est écrit, on risque bien plus de voir germer les mauvaises graines sur des terres insalubres.

    Millière accuse l’Islam mais l’Islam radical, comme tout ce qui est radical, n’est qu’un effet de causes plus profondes.
    Partout dans le monde, si vous créez des conditions similaires, vous produisez de la violence, des trafics, des gens qui n’ont plus rien à perdre, même pas la vie.
    Il y a à Neuilly/Seine de nombreux musulmans et des salles de prière. Pourquoi les djihadistes émergent-ils plus volontiers de Trappes ou Gagny ?

    Pareillement, les cours d’éducation civiques à l’ancienne sont-ils la solution ? N’oublions pas que la génération de 68 a été élevée à ces dictons surannés: quel résultat !
    Enfin, Millière nous ressert le vieux discours du catholicisme porteur de la laïcité. Sauf que jamais l’Eglise n’a accepté spontanément la laïcité. Ceux qui font référence au fameux « Rends à César… » oublient que le pape Pie X écrivit un violent réquisitoire contre la loi de 1906. Il semble que durant 15 siècles l’évangile, pour les autorités ecclésiastiques, c’était de l’hébreu.
    D’autant qu’on voit que partout où elle est encore puissante, l’Eglise ne se prive pas pour peser de tout son poids sur les décisions de l’Etat.

    La laïcité est un élément de l’éducation. Quand l’éducation flanche, on aboutit tout aussi bien à des jeunes qui sortent de l’école sans diplômes, à des adultes incapables de suivre des formations continues qu’à des esprits mal armés pour résister aux sollicitations de truands, trafiquants ou prosélytes.

    Que des jeunes aient perturbé les minutes de silence ne me semble pas le plus inquiétant. L’hostilité la plus dangereuse n’est pas celle qui s’expose. De tout temps on a vu des jeunes rejeter l’ordre et la patrie. « J’m ‘en fous d’la France » chantait Maxime Le forestier. Hexagone de Renaud n’était pas moins violent que « Nique la France » et en 1980 « Trust » chantait à la gloire de Mesrine.
    Le problème est ce qui se joue dans certains esprits faibles ou altérés, seuls devant internet, fascinés par la violence et l’instinct de mort.

    C’est le concept de laïcité qui ne suffit pas. Il faut en renforcer sa pédagogie.
    En des temps aussi tumultueux, les esprits faibles sont plus vulnérables. Les départs pour des conflits extérieurs ont toujours existé, même s’ils n’étaient pas de même nature.
    Nombre de Français partirent dans « Les brigades internationales ». Autour du bunker d’Hitler, c’étaient les soldats Français de la « Division Charlemagne » qui défendaient le Führer jusqu’à la mort.
    Comme à l’époque, c’est un règlement du conflit international qui régulera ces funestes vocations.
    Penser le terrorisme en France sans comprendre ce qui se joue dans le monde, la guerre interne à l’Islam, est une simple perte de temps.

    04/02/2015 à 13 h 28 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Un certain(S) chaos règne dans nombre de quartiers …  » ; chaos  » n’ est pas le mot approprié à la situation de ces quartiers, puisqu’ aussi bien il existe une Loi dans ces quartiers : celle des  » bandes  » …

      04/02/2015 à 14 h 16 min
      • Jaures Répondre

        Quand ce sont les lois des bandes qui règnent au lieu de celles de l’Etat, n’est-ce pas là justement une forme de chaos ?

        04/02/2015 à 14 h 34 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          non ! c’ est  » un état ou un territoire de non droit  » , mais ou règne la loi du plus fort, du plus violent et le  » chaos  » ce n’ est pas ça par … définition !

          05/02/2015 à 14 h 45 min
          • Jaures

            La définition du chaos est « état de confusion générale ».
            N’est-ce pas le cas quand règne la loi du plus fort qui est l’état qui précède l’organisation sociale ?

            05/02/2015 à 15 h 17 min
          • quinctius cincinnatus

            Alors là dans vous vous surpassez dans la … Logique et dans le Sophisme puisque il ne s’ agit plus, selon vos derniers mots, de  » chaos  » ( purement et simplement ) mais d’une  » FORME  » de  » chaos  » !

            Reprenons les choses : le chaos c’ est ce qui donne l’ IMAGE (ici mentale ) du désordre, de la confusion générale la plus totale , le chaos par définition n’ a donc pas de  » FORME(S) « , lequel mot désigne une …ORGANISATION !

            P.S. : Je vous adresserai bientôt un texte  » fondateur  » qui vous surprendra et par son auteur et par l’ époque à laquelle il a été écrit …cela pour éviter que le chaos ne s’ installe définitivement dans votre esprit !

            Avec vous je comprend pourquoi mon professeur de  » Philosophie  » ( qui devint un universitaire connu et que j’ ai retrouvé comme étudiant dans le labo universitaire de physique médicale où je faisais les T.P. … pour gagner ma vie ) disait que ses meilleurs élèves étaient LES scientifiques

            05/02/2015 à 16 h 08 min
          • Jaures

            Ainsi vous avez eu un professeur ! Comme il a dû beaucoup apprendre avec vous !

            Au lieu de diluer la question, répondez-y: qu’existe-t-il avant toute organisation sociale sinon la loi du plus fort (qui est justement l’absence de toute loi) ?
            Quel terme utiliseriez-vous pour nommer l’absence d’organisation sociale sinon le chaos ?
            Pourquoi, à votre avis, le terme de chaos revient dans tous les articles consacrés à la Libye sinon pour stigmatiser la disparition de toute structure sociale laissant libre court au règne des milices, à, justement, la loi du plus fort ?

            05/02/2015 à 17 h 28 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          Pourquoi le mot  » chaos  » revient il sans cesse dans le Media concernant la Libye demandez vous ? , parce que celui ci ne sait pas utiliser le mot  » anarchie  » … » Mossieu  » Jaurès !
          Pour ce qui est de mon professeur de philosophie il m’ a appris ce qu’ il connaissait et tout à fait bien la Logique, je lui ai appris ce que moi je connaissais , tout simplement … quand on a comme vous un Q.I. qui frôle seulement et sans doute de peu le 120 on ne se lance pas inconsidérément à l’ aventure quand bien même vous pilleriez Wikipédia comme un Gengis Khan !

          05/02/2015 à 21 h 19 min
          • Jaures

            Mon Dieu, Quinctius, j’espère que votre prof de philo ne vous lit pas !
            L’anarchie n’est pas une multitude de clans cherchant à éliminer les autres dans un violent désordre. Ca, c’est le chaos (ou anarchie dans son sens figuré).
            Les bases de l’Anarchie sont dans l’ouvrage de M.Stirner « L’Unique et sa propriété ».
            J’aime bien la définition poétique de Léo Ferré: « l’Anarchie, c’est l’ordre moins le pouvoir » (je ne sais si vous la trouverez dans Wikipedia)
            L’Anarchie est conçue comme l’aboutissement d’une évolution sociale. Le contraire du chaos où les clans cherchent à s’accaparer le pouvoir pour éliminer les autres.

            05/02/2015 à 22 h 50 min
          • quinctius cincinnatus

            Mon pauvre @ Jaurès il vous faudra suivre des cours en Sémantique pour commencer et en Physique des particules ensuite … vous êtes l’ illustration même du  » sociologue  » et du  » philosophe  » qui n’ est pas foutu de comprendre la Relativité même Restreinte … Vous me direz Bergson non plus , mais ce n’ est pas une raison pour étaler une fausse science !

            09/02/2015 à 16 h 59 min
    • euréka Répondre

      C’est dingue ce que vous pouvez être tolérant envers l’islam et à contrario exagérément sévère envers le christianisme.
      On ne vous aurait pas obligé à être enfant de choeur ou bien peut-être étiez-vous contre votre gré au petit séminaire kamarad jaurès ?

      06/02/2015 à 0 h 14 min
      • Jaures Répondre

        Ce que vous dîtes est parfaitement faux: chacun a droit d’exercer son culte en totale liberté dans le cadre des lois, les chrétiens comme les autres.
        J’ai toujours été parfaitement clair sur ce point.
        Malheureusement, pour la plupart des intervenants, dire que les chrétiens ont les mêmes droits que les autres cela revient à les persécuter.

        06/02/2015 à 11 h 06 min
  • Hilarion Répondre

    Dix ans, c’est long et c’est court. Peut être le mouvement de dhimmitude aura t-il atteint un point de non retour et la France se retrouvera asservie grâce aux collabos dont la vie politique française ne semble pouvoir se passer. Les « Manif pour tous » et « Charlie », bien que de natures radicalement différentes montrent que les Français ne sont pas apathiques, et même s’il y eut tentative de détournement par le gouvernement dans l’affaire « Charlie » ce ne fut certes pas la défense de ce torchon ordurier que peu de monde lisait qui suscita la manifestation mais l’agression elle même et la nature de ses auteurs.

    04/02/2015 à 12 h 14 min
  • DESOYER Répondre

    Guy, outre le fait que tu es libéral, que tout le monde reconnaît, si tu ne t’affirmes pas aussi national, ton discours manquera d’efficacité. Les « vieux cours d’instruction civique » s’adressaient à de jeunes Français, blancs pour la plupart, qui avaient un minimum de conscience d’unité nationale. Aujourd’hui, çà arrive de toute la planète: pourquoi se diraient-ils Français, pourquoi se ressentiraient-ils Français?
    Dans la mesure où nous accepterions quelques centaines de ces gens sur notre sol (chercheurs par exemple ou certains métiers bien précis) pourquoi leur accorderions-nous la nationalité française? Qu’est-ce qui nous oblige à les garder sur notre sol?

    04/02/2015 à 12 h 11 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      il est évident qu’ un Afro-Américain se sent  » américain  » AVANT TOUT ( y compris … Obama ! ) , Millière raisonne toujours à partir de paradigmes qui ne nous sont pas  » culturels  » … c’ est la raison pour laquelle ses interventions sont toujours en décalage horaire !

      04/02/2015 à 14 h 21 min
    • euréka Répondre

       » Aujourd’hui, çà arrive de toute la planète: pourquoi se diraient-ils Français, pourquoi se ressentiraient-ils Français? »

      Surtout quand chaque jour ils entendent qu’ils valent mieux que les petits blonds.

      Il existe même des sites internet spécialisés qui vantent la supériorité de l’homme noir et sa revanche sur l’homme blanc auprès de la femme blanche.
      Le jeune noir d’aujourd’hui s’affirme comme l’idéal viril qui fait défaut à la femme blanche.

      Tout ce trafic de sexe inter-racial porte un nom précis dont je ne me souviens plus. C’est très en vogue en Scandinavie.

      06/02/2015 à 0 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: