Emmanuelle, ma sœur

Emmanuelle, ma sœur

La première fois que je vis Emmanuelle à la télévision, je me sentis aussitôt, moi le mécréant radical, en affinité avec cette femme, chrétienne convaincue. Chrétienne, certes, mais ni bigote ni mystique. « Je n’ai jamais vu Dieu », reconnaissait-elle.

Emmanuelle me fut immédiatement sympathique, alors que je ne pouvais pas supporter la vue de Teresa, sa « rivale » médiatique. La sympathie et l’antipathie, ça ne se commande pas. Ce sont des réactions subjectives induites par la longueur d’ondes sur laquelle nous percevons autrui, ce que Goethe nommait « les affinités électives ». Elles résultent de la loi cosmique assurant l’équilibre de l’univers et dont le siège est dans l’électron, loi d’attraction-répulsion engendrant et gouvernant toutes choses, que les Grecs nommaient Éros/Anteros.
Tandis que le Vatican imposait dans tous les médias Teresa la soumise, il laissait à l’écart Emmanuelle la rebelle.

Et peu à peu mon intuition se confirmait par tout ce que j’apprenais, et de l’une et de l’autre. Saviez-vous qu’Emmanuelle, volontairement immergée au milieu des Égyptiens les plus pauvres du Caire, effrayée de voir les femmes esclaves de maternités successives, avait les poches pleines de préservatifs qu’elle distribuait autour d’elle ? Elle avait compris que la surnatalité aggravait le malheur des pauvres et ferait bientôt celui de toute la planète. Mon estime pour elle devint immense, car je voyais que sa lucidité avait surmonté sa croyance. Elle déclarait au « Point », le 7 novembre 2003 :
« Dans les bidonvilles, j’avais chargé un docteur de prescrire la pilule, afin que les femmes n’aient pas un bébé tous les dix mois.  J’avais vu une femme enceinte allaiter deux bébés ; je ne pouvais laisser perdurer cette situation. J’ai envoyé une lettre directe au Pape pour lui expliquer. Je n’ai jamais eu de réponse. » Que pouvait répondre Jean-Paul II, pauvre homme au cœur asséché par des dogmes archaïques, égaré par le « diable » au point de faire un discours contre la contraception à Mexico, la ville la plus polluée au monde, où 70 000 enfants abandonnés se droguant à la colle disputent leur nourriture aux rats sur les tas d’ordures ? Comment s’étonner de sa préférence pour la servile Teresa, qui ne cessait de tonner contre la contraception et l’avortement sur toutes les chaînes de télévision ? Aussi fut-elle « béatifiée » en 2003 en un temps record.

Mais saviez-vous que Teresa accepta des sommes énormes d’origines indignes, dont un million de dollars de l’escroc Charles Keating, condamné pour détournement de salaires, ainsi que beaucoup d’argent du dictateur sanguinaire Duvalier, qui pillait le trésor public haïtien ? Elle prétendait que sa mission à Calcutta nourrissait quotidiennement plus de mille personnes, puis elle fit grimper ce nombre à 4 000, 7 000, 9 000, alors qu’elle ne nourrissait pas plus de… 150 personnes, religieuses comprises.
Teresa prétendait aussi gérer 102 centres d’assistance à Calcutta, mais l’Indien Aroup Chatterjee, qui mena une enquête fouillée à ce sujet, ne put en découvrir un seul. En fait, en sa qualité de célébrité mondiale, Teresa passait le plus clair de son temps loin de Calcutta, avec des séjours prolongés dans de luxueuses résidences en Europe et aux États-Unis, se déplaçant dans des jets privés. Durant ce temps, Emmanuelle ne quittait pas la misérable banlieue du Caire.

Lorsqu’on découvrit après sa mort les carnets intimes de Teresa, on y trouva des phrases terribles comme celle-ci : « On m’a enseigné que Dieu m’aime et pourtant, la réalité des ténèbres, de la froidure et du vide est si grande que rien ne touche mon âme. »

Je ne crois pas au jugement dernier, car je crois que la vie nous juge à chaque minute et nous fait tout payer comptant, ou bien à crédit mais alors à un taux usuraire. Je crois à l’immortalité de nos âmes, mais nullement aux enfers ni au royaume des cieux, et je subodore que l’au-delà diffère peu de l’en-deça. Mais pour ceux qui y croient, je dirai ceci : Emmanuelle est au paradis, Teresa est au purgatoire, Jean-Paul est en enfer, où Benoît le rejoindra bientôt, car ces deux papes seront dans l’Histoire au premier rang des responsables-coupables de l’explosion démographique qui détruira le monde avant 2050, si nous ne sommes pas capables d’y mettre le holà.

Partager cette publication

(26) Commentaires

  • Anonyme Répondre

    Pierre Lance : Je partage vos vues concernant Soeur (tant pis !) Emmanuelle. http://anomalie.over-blog.com/article-23917935.html J’en profite pour vous adresser mes félicitations pour l’ensemble de vos articles vivifiants. Cordialement, Anomalie

    12/11/2008 à 20 h 45 min
  • Anonyme Répondre

    Pierre Lance : Je partage vos vues concernant Soeur (tant pis !) Emmanuelle. http://anomalie.over-blog.com/article-23917935.html J’en profite pour vous adresser mes félicitations pour l’ensemble de vos articles vivifiants. Cordialement, Anomalie

    12/11/2008 à 20 h 45 min
  • Jean-Philippe de Rosamel Répondre

    C’est bien la première fois que je vois un rédacteur se féliciter de perdre des lecteurs! Bon vent, Monsieur Lance,votre supériorité intellectuelle vous mènera loin, et les"4 Verités avec vous!! Vous me faites penser aux "philosophes" bobos genre BHL,Onfray et autres qui considèrent le commun des mortels destiné à s’extasier devant leurs sophismes pédants…;Affligeant!

    05/11/2008 à 8 h 36 min
  • Pierre LANCE Répondre

    À Matrix : Je contresigne des deux mains la totalité de votre message à Jean-Claude Thialet. Vous êtes bien une spiritualiste athée. À IOSA : Le « ha ha ha » signifie que l’on s’esclaffe bruyamment tandis que le « hi hi hi » exprime un petit rire en coin accompagné d’un clin d’oeil. Rien à voir avec le sexe. À Daniel : Vous dites : « P. Lance qui s’autorise une violence verbale à hauteur de son attirance et de son refus d’ouvrir une porte devant laquelle son exigeance l’a conduit. A force de voir les travers de l’autorité religieuse, et à force de conférer à cette autorité des pouvoirs qu’elle n’a pas… » Puis-je vous demander d’avoir la gentillesse d’écrire Pierre en entier ? D’une manière générale, j’ai horreur des prénoms réduits à une initiale. Je ne le fais jamais pour autrui, car je trouve cela incorrect (mais je suis sûr que vous n’ aviez pas cette intention). En outre, j’aime beaucoup le mien. « Pierre, je suis pierre, et de cette pierre je détruirai votre église… » (hi hi hi ! – voir plus haut ma réponse à IOSA). Je ne pratique aucune violence verbale. J’appelle simplement un chat un chat. Si les chats trouvent cela violent, c’est peut-être parce qu’ils se prenaient pour des lions, à tort. Je n’éprouve aucune attirance envers une porte derrière laquelle il n’y a rien. Mon exigence se situe ailleurs et très au-dessus. L’autorité religieuse n’a plus de pouvoirs ? Alors expliquez-moi pourquoi nos députés n’acceptent pas de légaliser l’euthanasie volontaire, alors que 86 % des Français lui sont favorables depuis au moins 30 ans ? Tout simplement parce que l’Eglise a encore une énorme influence sur les notables provinciaux, qui ont grandi à l’ombre des bénitiers (notamment les médecins, qui fournissent un gros contingent de députés). Et elle a aussi, de toute évidence, beaucoup de pouvoir sur votre propre esprit, ce qui m’attriste.

    05/11/2008 à 1 h 00 min
  • IOSA Répondre

    Monsieur lance….le "hi hi hi " est réservé aux filles et parfois utilisé pour marquer une supériorité envers un interlocuteur de même sexe.

    Donc je pouffe de rire à vous lire…ha ha ha !

    Quant à l’abstinence comme moyen radical de contraception qui coûte rien, je ne suis pas si sur….because les contractures de poignets qui vont alourdir la dette de la sécu, la surconsommation d’eau pour causes de lessivages, lavages des mains, du reste et  je ne parle pas de la pollution supplémentaire engendrée par  la consommation énergétique pour chauffer une telle masse d’eau…. Celà ne va pas dans le sens du pouvoir d’achat tout ça.

    Les préservatifs n’étant pas remboursés par la sécu, le gaz et l’électricité non plus, je préfère son utilisation, c’est moins risqué qu’une contracture et puis allez expliquer celà à votre patron si vous tombez en arrêt maladie…pffffttt!!!

     

    03/11/2008 à 19 h 48 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    "Les-4-Vérités"   – 02 11 08

    @ Mâ : à vous qui vous interrogez sur la phrase "Même l’amour le plus pur est fondamentalement égoïste", je dirai simplement que "l’amour le plus pur" , parce qu’il se nourit de lui-même, de sa propre substance, est loin d’être dénué d’égoïsme. Vous connaissez sans doute cette phrase qui dit en substance : "Même les religieuses ne sont pas désintéressées, elles se dévouent pour mériter le Ciel"(1). Et j’imagine qu’il en était ainsi de la "soeur" de Pierre LANCE   – je veux dire Emmanuelle  –   qui ne cessait de parler du Ciel comme de son domicile personnel. Je ne saurais d’aoilleurs l’en blâmer. Car, si elle n’a pas mérité le Ciel, qui le mériterait. D’autant que je reste persuadé que le Ciel est ouvert à tous les mecréants de bonne volonté et de bonne … foi !

                                             Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) même si cette phrase émane d’un athée doublé d’un "bouffeur de curés", ou tout simplement d’un humoriste (la plupart se donnent des airs de "bouffeur de curés" !) je trouve qu’elle recèle une grande part de vérité…

    03/11/2008 à 17 h 14 min
  • Matrix Répondre

    Oops ! J’ai oublie de signer mon message adresse a Mr Jean-Claude Thialet.

    Bien a vous.

    Matrix

    03/11/2008 à 15 h 29 min
  • Anonyme Répondre

    A Jean-Claude Thialet :

    Merci pour vos felicitations. Je suis flattee. En effet, j’ai cette capacite a croire en la vie eternelle et de me sentir athee a la fois. Vous le percevez comme une acrobatie, pour moi rien de plus simple.

    Croire en la vie eternelle ne veut pas dire croire en une divinite necessairement. C’est agacant hein ? Comment puis-je oser voler ce mot qui n’appartient qu’a la religion.

    Je crois a l’infinitesimal, aux atomes et a tout ce qui les constituent et je crois qu’ils sont eternels, qu’ils etaient la bien avant nous et le seront encore bien apres. Je crois en l’existence d’autres dimensions que nous ne percevons pas parce que l’Homme n’est pas encore assez evolue pour entrevoir cette dimension.

    Je crois qu’il n’y a pas de commencement ni de fin a l’existence. D’autres existences multidimensionelles existent…

    03/11/2008 à 15 h 28 min
  • Pierre LANCE Répondre

    Réponses lapidaires, parce que je manque de temps. Donc juste quelques précisions : À Jean-Philippe de Rosamel : Les deux papes cités sont largement responsables de l’explosion démographique en Afrique et en Amérique du Sud. Ce qui n’est pas rien. Ils donnent en outre une image de l’Occident qui est fausse et qui me fait honte. Depuis que j’écris dans « Les 4 Vérités », le tirage n’a pas cessé de monter. Je ne prétends évidemment pas que c’est seulement grâce à moi. Et il est vrai que j’ai sûrement fait fuir quelques esprits formatés qui ont horreur de réfléchir et de remettre en cause leurs idées reçues. Mais est-ce vraiment une perte ? À Mâ : Vous décidez arbitrairement ce qui est une vie. Un spermatozoïde est une vie. Un ovule est une vie. Une bactérie est une vie (c’est même la première de toutes les vies, dont toutes les autres ont découlé). La vie ne se mesure pas au kilogramme. Allez donc parler d’ « avortement de confort » à une jeune fille engrossée par naïveté ou excès de confiance envers un garçon insouciant qui se défile. Elle risque de voir toute sa vie gâchée. Toute femme est propriétaire de son corps et doit être libre d’enfanter ou non. À bas la dictature du sperme ! « L’amour le plus pur » ? Je veux dire le plus sincère et le plus profond que vous puissiez imaginer. À la fois charnel et spirituel, bien sûr. À Daniel : Je ne pose aucune limite à mes perceptions et expériences (certes non !). Je constate simplement des vérités psychologiques que tout le monde peut voir, à condition de ne pas porter de lunettes teintées par une idéologie. Le « don de soi » est en fait une trahison de soi, ou bien la preuve que l’on ne s’accorde pas suffisamment de valeur, ce qui est peut-être, dans certains cas, de la lucidité. À Luc Sembour : Les catholiques auxquels s’adressait le Pape à Mexico étaient évidemment les bien-pensants des sphères dirigeantes, qui ne feront rien pour que la contraception se développe dans une population qui est en passe de s’étouffer elle-même. Mais si votre coeur est désespérément sec, qu’y puis-je ? Je n’ai pas une « prédilection » pour le catholicisme et vous savez très bien que je condamne toutes les religions en bloc. Ce sont des calamités publiques qui ont égaré l’humanité sur tous les continents. Mais on doit balayer d’abord devant sa porte. C’est la religion catholique qui a corrompu mon pays, pas une autre. Et ne parlez pas toujours de ma « supériorité »; vous finirez par y croire. (hi hi hi !) Cordialement à tous.

    03/11/2008 à 1 h 12 min
  • Daniel Répondre

    "Lance a une prédilection pour tout ce qui touche au catholicisme, vers lequel il est chroniquement attiré, comme un papillon de nuit maladroit vers le réverbère allumé."

    Bonne entrée en matière de Luc Sembour, non agressive, qui éclaire agréablement les positionnements catégoriques de P. Lance. 

    P. Lance qui s’autorise une violence verbale à hauteur de son attirance et de son refus d’ouvrir une porte devant laquelle son exigeance l’a conduit. A force de voir les travers de l’autorité religieuse, et à force de conférer à cette autorité des pouvoirs qu’elle n’a pas,  il ne peut voir ni les fragilités de cette représentation (rien d’autre) d’autorité, ni ses aspects éminemment humains. Derrière la porte que P. Lance n’ouvre pas, il n’y a pas de religieux ni de religion qui l’attendent pour lui faire la leçon.    Ceux qui s’imaginent pouvoir juger sont du même côté de la porte que lui. 

    Comme ceux qui, forts de leur culture ou de leur diplôme,  croient être arrrivés… comme des vieillards;  et qui ont fait de la culture un poids mort, une quantité de savoirs juxtaposés mais non conjugués; le contraire de la connaissance.   Soeur Emmanuelle a choisi l’action, c’est à dire la vie,  et ses paroles deviennent ainsi des paroles de vie.

    L’exemple des 6% parmi les catholiques, c’est à dire une infime partie de la population du globe, cela relativise l’influence des pouvoirs du pape… pouvoirs qui n’en sont pas puisqu’il s’agit de propositions. Mais ce pouvoir autoritaire prend forme  dans la tête de ceux qui besoin de se rebeller contre une autorité et pensent ainsi affirmer leur liberté.  Etrange que de nos jours, des individus libres et sains d’esprit voient le pape dans leur lit qui leur tape sur les doigts quand ils utilisent un préservatif!…  pour pouvoir ensuite le traiter de criminel. Nous, Français râleurs sommes trés forts. 

     Pendant ce temps, la voie de l’obscurantisme est libre:  le rouleau compresseur anonyme de la bourse et les véritables pouvoirs qui s’y cachent avance sans conducteur.   Le Coran tisse sa toile contre la liberté de penser et ses automates espèrent un vrai désordre pour étendre le leur. Et nos fonctionnaires dans leur générosité habituelle se satisfont du fait que si tout va mal, ça ira toujours mieux pour eux que pour les autres, puisqu’eux ont le véritable pouvoir de contraindre et de priver de liberté.   

    Mais quand même!  c’est grave ce que le Pape dit ! hein maman?   oui, oui, fais dodo mon chéri!  

    Et le réveil de ce type d’enfants pourrait être brutal.

     

    02/11/2008 à 23 h 13 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    Lance a une prédilection pour tout ce qui touche au catholicisme, vers lequel il est chroniquement attiré, comme un papillon de nuit maladroit vers le réverbère allumé. Il ne peut absolument pas comprendre pourquoi  l’organisation de l’Eglise ose se permettre de ne pas suivre les prescriptions « lanciennes », pourtant claires comme de l’eau de roche, évidentes comme le résultat d’une règle de trois de CM2.

    Il y a tout de même bien quelques catholiques haut-de-gamme, quelques penseurs chrétiens branchés qui lisent 4V et pourraient se faire ou se refaire une réputation d’intellectuels de haut niveau en relayant la théologie lancienne jusqu’au Vatican.

    Il lui est impossible de ne pas penser qu’après analyse sérieuse des œuvres lanciennes, nombre de curaillons seront ébranlés, touchés par la grâce de leur imparable logique, que la révolte des cognoscenti commencera à couver, gagnera des jésuites frondeurs, touchera des prélats influents, des cardinaux chenus, suffisamment pour que Benoit XVI lui-même soit contraint de faire amende honorable, et reconnaisse publiquement qu’il est un piètre théologien comparé à la fulgurance des théories lanciennes. Ordre sera donné d’intégrer les doctes écrits de Pierre LANCE aux collections fondant la doctrine et l’action de l’Eglise, afin que nul n’en ignore.

    Pour ne pas prendre le risque d’en perdre une miette, les archives de 4V où Pierre LANCE ridiculise avec une charité grinçante les lecteurs béotiens qui doutent de sa supériorité, seront déclarées partie intégrante des collections vaticanes.  

    Accessoirement, j’oserai faire remarquer que Jean-Paul II, s’adressait à Mexico aux catholiques qui voulaient rester catholiques. Les moyens contraceptifs (hors avortement) des non-catholiques n’étaient pas son propos. Pierre LANCE nous a souvent démontré chiffres à l’appui que les catholiques pratiquants écoutant le Pape, étaient un maigrissime 6% de l’ensemble des « catholiques ». Très peu de gens sont donc en fait touchés par les propos contraceptifs du Pape. Le Pape le sait. En conséquence les  « enfants du Pape » ne seront conçus que par des catholiques activement intéressés par l’enseignement contemporain de l’Eglise. Même à Mexico, et même pauvres,  il n’y a que très peu de chances que ces bons catholiques envoient leurs petits « enfants du Pape » se droguer à la colle et disputer aux rats la nourriture des tas d’ordure.

    Enfin chez les catholiques l’abstinence n’est pas réservée aux vieillards de 75 ans et plus. C’est un très puissant contraceptif, et un traitement peu coûteux et radical contre le SIDA. La contraception est de loin la cause première du suicide démographique des vieilles nations occidentales, dont les nations de souche celtique.

    Ceci étant moi-aussi j’aime beaucoup sœur Emmanuelle. Pas du tout pour les mêmes raisons glauques que les journalistes de France-Intox. Je m’arrête là.

    LS   

    01/11/2008 à 22 h 43 min
  • Daniel Répondre

    "La vie ne s’interrompt jamais dans la nature, qui élimine sans cesse un nombre incommensurable d’existences, achevées ou non. Pour la nature (donc pour Dieu, de votre point de vue), les vies ne comptent pas. Seule compte LA vie."  

    Excellent résumé qui permet de poser sur des bases saines beaucoup de nos questions!  

     "dès lors que l’on croit, on ne réfléchit plus et l’on manie des idées reçues sans y penser vraiment."

    Exact, hélas.   Sauf que dans le cas où l’humain croit en Dieu, il cherche l’idéal. Comme celui qui croit en l’Homme.  Et il y a des "croyants" au sens péjoratif des deux côtés. Des 2 côtés,  ceux ci jouissent de juger sans donner l’exemple, donnant ainsi au mot croyance un sens proche de celui de mensonge. Nous en avons plein les pouvoirs actuels que l’Education Nationale laïque a formaté…   religieusement, selon son dogme.  Alors, détourner l’attention sur mère Térèsa, décédée depuis lurette, en lui faisant des reproches que personne n’a fait émerger clairement au moment des faits qui ont duré pourtant des années, est symptomatique d’exploitations  qui servent à conforter le dogme. Ce qui ne fait pas de Mère Térésa une sainte pour autant: ses doutes laissent penser qu’elle même ne se voyait pas parfaite, c’est plutôt rassurant.  

    Charité ici, ailleurs? Il faudrait déjà être capable de comprendre combien celui qui va s’immerger dans les pays pauvres et d’une culture différente prend conscience rapidement qu’il reçoit de ceux qu’il aide… Il reçoit et il apprend spirituellement en fait beaucoup plus qu’il ne donne matériellement.   C’est un cadeau permanent qui renvoie l’éventuel complexe de supériorité de l’Occidental qui croit donner,  face à une réalité spirituelle confondante pour ses  mensonges.   C’est une claque magistrale pour tout ce qui relève des croyances en une supériorité et pour toute négociation perfide avec Soi même.  Ainsi, parler de liberté intérieure sans en être passé par ce type d’expérience réduit  sérieusement la dimension de la liberté idéalisée, envisagée, et réduit de même d’autres aspects de la spiritualité.

    P. Lance, je peux  comprendre  votre dernier paragraphe en réponse à Iosa et précisant que l’altruisme n’existe pas car il serait contre nature (effectivement observable dans la nature).  Je crains que vous ne fassiez là une erreur essentielle. Vous posez des limites à votre perception et à vos expériences, puis vous dites ensuite: je sais, c’est impossible, donc ça n’existe pas!. Comment pourriez vous connaitre si vous n’avez jamais expérimenté!.  Et vous n’expérimentez pas parce que vous préjugez du résultat. En plus, ce type d’expérience ne souffre pas d’être essayée à regrêt. Don de soi total indispensable pour connaitre puis comprendre l’étendue de la prétention dont on vient de se débarrasser.

     L’explication que vous proposez est en accord avec vos choix.  C’est ainsi que chacun de nous se justifie:  "si je ne me conduis pas mieux dans la vie, c’est parce que je ne "crois" pas à telle ou telle valeur", qualifiée au mieux d’utopique. "Je ne vais pas faire une démarche de confiance car je sais que  je ne serai pas payé en retour"…   Or, nous n’avons pas prévu que le retour venait sous une forme bien plus élaborée, impossible à présupposer. C’est le propre de l’évolution: nous ne savons rien de la liberté que nous vivrons demain.    En conséquence logique, nous dévalorisons toute personne qui ose espérer plus et mieux.   N’est-ce pas la règle que vous défendez sur d’autres plans?  Du fric,de la spéculation par exemple, où il est particulièrement délicat de définir ce qu’est l’honnêteté… surtout si l’on n’entre pas les bonnes données dans la machine.

      

    01/11/2008 à 21 h 54 min
  • Répondre

    Vous assénez :

    "Même l’amour le plus pur est fondamentalement égoïste"

    Qu’entendez-vous par "amour le plus pur" ?

     

    01/11/2008 à 19 h 33 min
  • Répondre

    D’accord avec vous Pierre Lance, comme presque toujours, sauf que cette fois je ne vous suis pas sur le foetus, qui n’est plus ni un spermatozoïde ni un ovule, mais une nouvelle vie (là c’est sûr je n’apprends rien!).

    Cependant si, comme vous le précisez "la nature" fait avorter des quantités de ces petites vies c’est toujours pour des raisons de non viabilité ou de conditions défavorables; alors que l’avortement provoqué en tant que refus de l’enfant par commodité n’est pas l’avortement thérapeutique mais de confort et qu’à ce titre c’est pour moi un meurtre.commis au minimum par 2 êtres humains même plusieurs si on compte les conseilleurs et le père.

    Il y a suffisamment dans nos pays, les connaissances et les moyens pour éviter ce genre de pratique (et celà en dehors de toute raison religieux)  Je vous rappelle que vous étiez quand même plus dur pour ceux et celles qui arborent des bourrelets disgracieux.

    Pour en revenir à Soeur Emmanuelle, je pense que ce genre de personne reçoit déjà de son vivant la récompense et la satisfaction de ses actions. Puisque telle était sa vocation où est le mérite ?

    Je ne cherche pas à minimiser son action qui est remarquable surtout par  comparaison; mais ne devrait t’on pas davantage se demander  pourquoi son comportement n’est-t’il pas la norme ?

    Cordialement

      

    01/11/2008 à 19 h 18 min
  • siniq Répondre

    Le Caire, Calcutta, toujours ce côté colonialiste chez les européens, pourtant le boulot ne manque pas ici selon lôtre beon ami Jaures mais à la différence d’ Emmanuelle, notre socialiste l’ importe, un colonialisme inversé en quelque sorte.

    01/11/2008 à 16 h 21 min
  • Jean-Philippe de Rosamel Répondre

    Monsieur Lance,

    Pourriez vous m’expliquer en quoi les deux papes cités sont responsables de l’explosion démographique en Egypte, pays majoritairement musulman et en Inde où les chrétiens sont quasi inexistants?  Si vous aimez choquer, vous avez réussi, et je me demande si je vais renouveller mon abonnement aux"4 vérités"  Si c’est ce que vous cherchez, vous risquez de faire perdre des lecteurs à ce journal par ailleurs excellent ….  Vous me faites penser à ces "frères" qui "bouffaient" du curé en bons admirateurs du "petit père Combes"  Voilà de bons termes "familiaux" !

    01/11/2008 à 8 h 26 min
  • Pierre LANCE Répondre

    À Iosa : Heureux de votre retour parmi nous. Vous posez une bonne question : Pourquoi ailleurs plutôt qu’ici ? Chacun a ses motivations diverses, qui ne sont pas toujours claires pour lui-même. Dans les pays « riches », la pauvreté est plus diffuse et bénéficie de nombreux secours organisés : banque alimentaire, restos du coeur, Emmaüs, armée du salut, services sociaux des municipalités, etc. En France, personne ne meurt de faim. Il n’en est évidemment pas de même dans les pays du tiers monde, où un pauvre de chez nous passerait pour un privilégié car tout est relatif. Mais il n’est pas impossible non plus qu’un inconscient complexe de supériorité d’Occidental se glisse dans les esprits les plus sincères des humanitaires, religieux ou laïques, qui parcourent le monde pour soulager les souffrances. Ils ne sont sans doute pas insensibles à la déférence que leurs témoignent leurs obligés. La vanité tout humaine n’est jamais complètement absente de l’aide ou de la générosité dont on fait preuve envers autrui. Pouvoir soulager la misère procure au généreux un certain sentiment de puissance. Si j’ai le pouvoir d’aider quelqu’un, c’est que je lui suis supérieur, d’une façon ou d’une autre, économiquement ou intellectuellement, ce qui me valorise. Il ne faut pas oublier que l’altruisme n’existe pas, car il est contre-nature. Il existe seulement des formes différentes d’égoïsme, des égoïsmes sordides et des égoïsmes nobles, des égoïsmes matériels et des égoïsmes spirituels. Même l’amour le plus pur est fondamentalement égoïste.

    01/11/2008 à 0 h 44 min
  • sas Répondre

    Les bouffeurs de curés et autres francs maçons ce sont employés par tous les moyens, et alors que soeur theresa n ‘etait pas encore froide, a  capter ,pomper voir absorber son oeuvre…….tentant par la sorte de faire oublier qu’elle etait chrétiene et pratiquante, et donc que sont oeuvre d’ aide et d’assistance loin des théories lénifiantes des eucuménistes bon teint….des laicards patentés donneurs de leçons….se mesurait dans l’action.

    Pour minimiser son oeuvre et banaliser sa bonté, les chiens ont même été a nous expliquer ces digressions publiques sur ses tendances à la masturbation et les plaisirs solitaires….et ses troubles penchants de sa vie d’avant…..qui la faite hésiter a épouser la cause de dieux…….en boucle les enflures et sur de nombreuses chaîne officielles tv et radio….

    mais c’est certainement là une mauvaise interprétation de sas…..sur les methodes et les déviances des racailles qui nous dirigent.

    ……ne pas rappeler que trop souvent ce sont les chrétiens seuls qui font oeuvre de charité….

    paix à son âme à cette sainte femme…..qui aurait pu effectivement certainement s occuper des miséreux de france avant de s engager pour les miséreux d un autre continent….

    mondialiste avant l heure la frangine…mais respect.

    sas

    31/10/2008 à 23 h 11 min
  • Matrix Répondre

    Merci a Pierre Lance de m’inclure dans son Club mais…. je n’aime pas trop les etiquettes ("croyante spiritualiste" en est une a mon avis…)… Ceci dit j’aime les amis spirituels….

    31/10/2008 à 17 h 28 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    "Les-4-Vérités"    – 31 10 08

    @Matrix : chapeau ! sans le savoir, je veux bien le croire, vous conciliez l’inconciliable en vous affirmant "ATHEE MAIS CROYANTE". Si en tant qu’athée, vous ne croyez pas en l’existence de Dieu, pas même en une divinité, je serais curieux de savoir en quoi vous êtes croyante. Dans les hommes (au sens général du mot, évidemment) ?  ou plutôt dans les femmes, comme c’était assurément le cas de soeur Emmanuelle ? dans la Nature ? dans l’UMP, dans le P.S., dans Nicolas SARKÖZY et ses "miracles" ? dans Marie-Ségolène ROYALE et dans ses promesses tout aussi vaines que celle de son heureux concurrent ? etc.  

    @Pierre LANCE :

        – à aucun moment je n’ai imaginé qu’un "athée spiritualiste" qui lui refuse le titre de "soeur"  – tout comme certains "maçons" refusent farouchement d’entrer dans un église de peur de recevoir une goutte d’eau bénite  ? – ait  envisagé la canonisation de soeur Emmanuelle. Une canonisation dont, apparemment, on n’entend plus parler. Sans doute parce que ses "canoniseurs" ont lu son ouvrage posthume !

         – je suis entièrement d’accord d’accord avec vous lorsque vous affirmez qu’elle n’était pas une "mystique". Pas même une "contemplative". Car, contrairement à certaines et certains qui se sont lancés dans le "charity business", elle ne s’était pas installée dans les faubourgs du Caire pour "contempler" la misère, mais pour la soulager. Pas seulement en partageant la misère des familles de chiffonniers, mais davantage en la soulageant, et en s’efforçant d’éduquer, de montrer aux miséreux qu’ils peuvent sinon être tout à fait maîtres de leur destinée, du moins commencer à la renverser. Sinon pour eux-mêmes, du moins pour leurs enfants … Mais, n’ayant pas lu ses "mémoires", je ne suis pas certain qu’elle n’ait pas considéré ellle-même qu’elle tenait sa mission des mains de son "époux", Celui dont elle se référait à tout propos, Celui qui a enseigné le "Aimez-vous les-uns les-autres", le Christ !Tout en convenant qu’elle ait pu "se donner cette mission à elle-même" après l’avoir reçu des mains de son "époux" (je reprends là son mot !). Les deux n’étant pas incompatibles !

        – je vous abandonne soeur Térésa, tout comme à @GUILLERMO. Un Guillermo dont je trouve les propos aussi vulgaires qu’inutilement agressifs à l’égard de Jean-Paul II, le "sonneur de cloches" (je n’ose penser que cet internaute se soit fait sonner les cloches par le défunt Pape, ou par un "papiste" !) et le "fachouille". On le sait, tout ce qui est exagéré devient insignifiant, et même se retourne comme un boomerang contre son auteur. Et, comme certains qui réclament l’euthanaisie lorsqu’ils sont bien portants, mais qui changent d’avis quand ils sont en "phase terminales", je ne suis pas certain que le "mécréant" qu’il prétend être ne fasse pas appel aux secours de la religion au moment fatal. J’en ai connu plus d’un qui faisaient leur "fier-à-bras" en blasphémant gaillardement et qui se sont fait enterrer après s’être … confessés !

        – pas d’accord  avec vous (je m’adresse là au seul @Pierre LANCE) sur votre appréciation du foetus par rapport au spermatozoïde. D’autant que, si ce dernier est bien la "petite graine" dont on parle de façon imagée aux enfants, il est lui-même vivant. Comme en témoignent les "banques du sperme" dont je ne pense pas qu’elles conserveraient quelque chose "d’inerte", de "mort". Pas plus d’ailleurs que d’autres qui conservent précieusement des graines dont on sait qu’elles donnent la vie parfois des siècles après !

       – encore moins d’accord avec vous sur le nombre des avortements d’avant l’IVG. Outre que j’avais moi-même minimisé le chiffre des avortements officiels (en réalité, ils sont d’environ 225.000 par an), comment pouvez vous chiffrer à environ 250.000 des avortements "clandestins" ? (1) Quel Bureau de statistiques en a tenu le compte puisque, par définition, ils étaient clandestins. A moins que, chaque année, une Association féministe ("Chiennes de Garde", "Je suis Maîtresse de mon Corps" ?) n’ait relevé scrupuleusement les carnets de compte des "tricoteuses" ! Ou même des curés qui, dans le secret du confessionnal auraient recueilli des aveux. Celles des avorteuses, comme celles de leur victimes. Ce qui a pu fausser les statisqtiques !

         @IOSA : sans le savoir sans doute, vous rejoignez le propos de saint PAUL qui a dit "Ne pas s’occuper des siens, est un anathème !". Il y a ainsi des tas de gens en France qui ne s’intéressent qu’aux misères exotiques. Sans doute parce que certains "caritatifs" se sont aperçus que cela leur avait permis de récolter dix fois plus de fonds. Et que d’autre s’imaginent qu’en finançant le RMI, le CMU,  toutes les aides sociales, les subventions aux Assoces qui ont poussé comme des champigons, etc., ils en font suffisamment. Ce qui ne devrait pas les empêcher d’aider selon leurs moyens les misères tout proches de chez eux…

          Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) cela, c’est le seul argument qui reste aux tenants de l’avortement : prétendre que l’IVG a fait reculer le nombre des avortements clandestins !

    31/10/2008 à 15 h 56 min
  • Guillermo Répondre

    Moi qui suis un <mécréant> et entend bien le rester, j’ai simplement le même feeling que Pierre Lance. 

    Emmanuelle m’était bien sympathique. Il m’en est de même pour le pape actuel,

    Thérésa, conformément à sa gueule, n’était qu’une saleté de sorcière qui faisait son aura sur la pauvreté.

    Quant-à Jean-Paul II – l’éternel sonneur de cloche – ce n’était qu’une fachouille qui ne disait pas son nom. Faut-il que les Italiens soient débiles pour gueuler "subito santo !" sur tous les clochers.

    Comme quoi, il y a de tout dans l’Eglise : depuis des gens très bien jusqu’aux ayatolahs koménistes.

     

    31/10/2008 à 6 h 09 min
  • Pierre LANCE Répondre

    Que voici des commentaires de belle tenue et de grande élévation ! Merci à ces quatre premiers correspondants qui ont donné le ton. J’espère que les suivants sauront conserver cette dignité. Je rappelle à tous que les limites très exigues d’un article des « 4 Vérités » ne permettent pas d’y inclure tout ce que l’auteur aurait à dire. Chacun de nos rédacteurs passe plus de temps à effacer qu’à écrire, ce qui oblige à un style lapidaire dans lequel, il est vrai, je me sens très à l’aise, tout en regrettant de ne pouvoir préciser tel ou tel point. À Jean-Claude Thialet : Je ne cherche nullement à faire d’Emanuelle une sainte, tout simplement parce que je ne crois pas à la sainteté, qui serait une sorte de perfection dont nul n’ignore qu’elle n’est pas humaine. Je répugne de la même manière à prononcer les mots « soeur », « frère », « père », « mère » au sujet des religieux, car je considère qu’ils doivent être réservés à la sphère familiale authentique et qu’ils sont de la part des gens d’Eglise une forme d’usurpation (une de plus !) et une tentative indélicate de revendiquer pour eux l’amour qu’on donne à sa famille. Tant pis si certains me trouvent un peu trop puriste sur le plan sémantique, mais j’estime que l’on ne doit pas galvauder des termes chargés de sens. Quant à l’emploi des simples prénoms à propos des personnes impliquées dans mon article, je ne l’ai pas fait par familiarité, mais tout bonnement parce que ce sont les pseudonymes qu’ils se sont choisis eux-mêmes. Faute de place, je n’ai pu citer qu’une seule phrase des carnets intimes de Teresa, mais il y en a bien d’autres de la même eau et ce sont d’ailleurs les autorités catholiques qui ont révélé la teneur de ces carnets découverts après sa mort. Si le Vatican s’applique à parler d’une seule voix, il ne faut pas croire que tous les prélats soient d’accord pour encenser Teresa et certains sont très critiques à son égard. Il va sans dire que je n’ai rien inventé des quelques faits que j’ai cités, comme chacun pourra le vérifier sur Internet auprès de sources sûres. Mais il faudrait un volume entier pour dire toute la vérité sur Teresa. D’autre part, je rappelle que si l’avortement légal élimine actuellement en France 200.000 foetus par an, l’avortement clandestin en éliminait auparavant 250.000 et dans des conditions autrement dangereuses au cours desquelles des jeunes femmes perdaient souvent la vie tandis que d’autres demeuraient stériles. Et je crois que cela explique pour une bonne part la remontée de la natalité française (qui n’est pas seulement celle des immigrés, comme d’aucuns se plaisent à le dire), de sorte que même ceux qui préfèrent la quantité des vivants a leur qualité devraient normalement se réjouir si leur esprit n’était pas pollué par le dogmatisme. Le foetus n’est pas plus un être vivant que le spermatozoïde qui en est l’origine. La vie ne s’interrompt jamais dans la nature, qui élimine sans cesse un nombre incommensurable d’existences, achevées ou non. Pour la nature (donc pour Dieu, de votre point de vue), les vies ne comptent pas. Seule compte LA vie. Et la nature ne conserve quelque temps que les existences qui LA font progresser. Mais les croyants n’ont jamais rien compris à la vie, ni à la mort, ni à la nature, pas plus qu’à l’immortalité. Ce qui est d’ailleurs normal, car dès lors que l’on croit, on ne réfléchit plus et l’on manie des idées reçues sans y penser vraiment. En ce qui concerne la « mission » d’Emmanuelle, je suis d’avis que les seules missions qui vaillent sont celles qu’on se donne à soi-même, et qu’en outre il me semble plus charitable d’éviter qu’apparaissent les misères plutôt que les soulager lorsqu’elles sont là. Mais c’est une chose que beaucoup de chrétiens peinent à comprendre, peut-être parce que soulager leur paraît plus valorisant, car plus spectaculaire. Le marché de la bonne conscience se nourrit de vanité. À Matrix : Si vous êtes athée, vous n’êtes pas croyante, car le mot « croyant » communément employé est une abréviation de la formule « croyant en Dieu ». Si vous croyez en la vie éternelle, vous êtes, comme moi-même, athée spiritualiste. Bienvenue au Club ! À Magny : Emmanuelle n’était pas mystique en ce sens qu’elle n’était pas une contemplative abîmée dans l’extase et hors de la vie. Elle passait beaucoup plus de temps à agir qu’à prier et songeait moins au ciel qu’à la Terre et à l’humanité. C’est ce qui faisait sa valeur.

    31/10/2008 à 1 h 20 min
  • IOSA Répondre

    Bonsoir M.Lance

    Bon article, mais ce qui me frappe énormément c’est ….Pourquoi aller ailleurs pour aider les pauvres, alors qu’il y en a tant ici, en France ?

    Sans doute est-ce plus médiatique dans le "ailleurs" que dans le " ici" ?

    Ou bien dans ce "ailleurs" les esprits sont plus malléables, voir plus manipulables ?

    ps: je suis de retour et content de vous lire à nouveau

    30/10/2008 à 23 h 35 min
  • Magny Répondre

    Bon article mais vous avez tort de dire qu’Emmanuelle n’était pas mystique , car au contraire la marque du mystique est de ne pas s’attacher au dogme et de rejoindre l’absolu par l’expérience personnelle .

    L’Un , l’ineffable , n’a que faire de nos croyances , de nos préjugés , de ce qu’on croit de lui et qui ne peut qu’être faux . Les fanatiques sont limités par leurs idées fixes qu’ils affutent comme des lames dirigées contre leurs adversaires , ils sont possédés par leurs émotions , et c’est ce qui fait d’eux des fléaux ambulants .

    Gloire donc à Emmanuelle qui a su trouver le divin là où l’espoir semblait s’être retiré , et apporter l’espoir là où beaucoup se contentent d’exporter leur credo .

    30/10/2008 à 18 h 41 min
  • Matrix Répondre

    J’ai lu un article anglais il y a quelques temps qui disait quelquechose d’interessant a propos de Mere Theresa : "elle se disait l’amie des pauvres, mais en fait elle etait l’amie de la pauvrete"….  Phrase interessante qui suggere que le maintien de la pauvrete la servait tres bien. Dans ce meme article le journaliste disait qu’elle se faisait regulierement soigner en Californie ou un jet prive l’y transportait.

    Je me souviens d’une interview avec Soeur Emmanuelle ou elle disait qu’elle avait aide une femme a se faire avorter… c’etait ca ou la jeune femme se faisait mutiler de retour chez elle… ayant deshonoree sa famille… Meme s’il s’agissait d’un viol… Car dans ces pays pauvres il s’agit TOUJOURS d’un viol. Soeur Emmanuelle n’aimait pas la nature des hommes, elles preferait celle des femmes. "Les hommes veulent tout prendre" disait-elle…

    Moi aussi j’aimais beaucoup Soeur Emmanuelle.

    Je suis athee mais croyante…. oui je crois en la vie eternelle de nos atomes (le mot croyant n’appartient a aucune religion)… meme en l’etat de cendre nous sommes encore constitues des memes atomes (protons, quarks, electrons etc…) qui survivent depuis la nuit des temps passes et futures.

    30/10/2008 à 18 h 30 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    "Les-4-Vérités"    – 30 10 08

    Sacré Pierre LANCE, il arrive à tresser une couronne de palmes (à défaut de lui fabriquer une auréole de sainte) à "Emmanuelle" (sic) (1) sans écrire une fois le mot "avortement". Et lui qui ne croit ni au Paradis, ni au Purgatoire, ni bien sûr à l’Enfer   – pas même au Ciel, j’imagine – il arrive à placer respectivement "Emmanuelle" (va pour Emmanuelle, donc !) au Paradis, Teresa (après ce qu’il nous apprend sur cette "sainte" dont, personnellement, je me suis toujours méfié) au Purgatoire, et Jean-Paul (re-sic)(2) en enfer. Serait-ce le premier miracle de celle que d’aucuns considéraient déjà comme une sainte avant qu’elle ne disparaisse en laissant des mémoires dont quelques passages sont   – si j’en crois son éditeur et sa co-auteur – croustillantes. Il faut bien vendre ses "mémoires posthumes" jusqu’au non-croyants, et jusqu’aux anti-catholiques, surtout quand les droits d’auteur sont destinées à l’Association qu’elle a fondée…

    Je passerai sur les propos tenus par Pierre LANCE à l’égard de soeur TERESA en ne lui faisant pas l’injure de penser que son acharnement anti-catholique lui aura fait inventer des actes et même des écrits qui lui feraient mériter plutôt l’Enfer que le Purgatoire dans lequel il la place. En même temps que la déchéance de son auréole ! A condition que l’Enfer et le Purgatoire existassent tels que les ‘imaginent la plupart des croyants ou des incroyants. Tout en notant que la phrase relevée sur des carnets intimes ("On m’a enseigné que Dieu m’aime, et pourtant, la réalité des ténèbres et du vide est si grande que rien ne touche mon âme") ne prouverait rien à elle seule. Outre qu’avec un seul mot tiré d’un discours, on vous fusille un homme, beaucoup de grandes saintes et de grands saints ont passé leur temps à douter. Et même à douter grave ! Ce qui n’enlève rien à leurs mérites dès lors que la plupart de leurs actions ont été saintes, et consacrées à l’amour de leur Prochain. Ce qui ne semble pas avoir été le cas pour "Térésa".

    Et, pour en revenir à "Emmanuelle" qui "avait les poches pleines de préservatifs" qu’elle distribuait autour d’elle, tout comme elle avait demandé à des médecins de prescrire la pilule, je rappellerai que, plus près de nous, le Père Gilbert qui n’a aucune prétention à la sainteté, va prêcher la bonne parole sinon le catholicisme, dans des "banlieues difficiles" en ayant, lui aussi, les "poches pleines de préservatifs". Non pour éviter la "surnatalité" mais, tout simplement parce qu’il "faut sortir protégé". Contre le sida ! Ce qui ne l’empêche pas d’avoir été reçu (certes pas en tant que "distributeur de préservatifs gratuits" !) aussi bien par Jean-Paul II (2) que par Benoït XVI. Contrairement à ce que veut nous faire croire  – à ce qu’il croit lui-même, j’imagine – tous les papes ne sont pas manichéens. Sans pouvoir pour autant être taxés de "jésuitisme" !

    Et à propos de la "surnatalité, si je suis opposé à l’avortement  – tout en comprenant que la question puisse se poser dans certains cas dramatiques – qui, en France, tue délibérément chaque année plus de 200.000 foetus (3), je trouve étonnant que les ASSOCES qui militent en France pour la contraception et le droit à l’IVG pour toutes n’aillent pas militer dans les pays à surnatalité dramatique. Notamment en distribuant des préservatifs et des pilules, et en enseignant la contraception. Ce qui aurait sans doute soulagé sinon la conscience de Soeur EMMANUELLE, du moins sa tâche. Car le temps qu’elle a passé à faire comprendre aux populations de chiffronniers du Caire qu’il était nécessaire d’utliser de tels moyens pour éviter de continuer à vivre dans une misère grandissante, elle ne l’aura pas consacré à sa véritable mission : soulager précisément les misères, apprendre à ses protégés à se prendre en main, et même, pourquoi pas ? sinon leur enseigner la grandeur de Dieu, du moins ouvrir leur esprit.

                                  Cordialement, Jean-Claude THIALET  

    (1) en s’obstinant à lui retirer son titre de "soeur" qui sent le "goupillon", comme d’autres suppriment Outre-Manche le titre de "sir" (prononcer "soeur" !), ou même la particule en France.

    (2) la familiarité voulue de Pierre LANCE  qui l’appele tout simplement Jean-Paul  –  tout comme Beno^t XVI, "Benoiît"  –  me fait préciser Jean-Paul II car il y avait eu un Jean-Paul-1er dont le court règne ne lui aura pas permis de mériter l’enfer promis à ses successeurs, comme, j’imagine à ses prédécesseurs.

    (3) je rappellerai ce mot de Simone VEIL (ne pas confondre avec la grande Simone Weil !), à propos du foetus : "Il est de plus en plus évident scientifiquement que, DES LA CONCEPTION, IL S’AGIT D’UN ÊTRE VIVANT" (déclaration recueillie par Emmanuel GALIERO le 14 juin 2007 pour <tv.Mag.com >) 

    30/10/2008 à 17 h 46 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: