Énergie: une «itération» positive?

Posté le octobre 20, 2020, 11:54
4 mins

Le Pays de Caux, disons la région de Dieppe, dispose de deux centrales nucléaires localisées respectivement à Penly (initialement 4 réacteurs prévus, deux annulés en 1981) et à Saint-Valery (4 réacteurs).
On estime que ces deux centaines produisent 5% de l’électricité française.

Et elles n’ont connu aucune panne sérieuse à ma connaissance, ni donné lieu à des querelles d’enfouissement de leurs déchets.

Par ailleurs, le pays de Caux bénéficie aussi (si l’on peut dire!) d’une implantation massive d’éoliennes. On ne cesse d’en voir sur la route côtière entre Fécamp, Dieppe, Le Tréport, etc.

Il m’a été rapporté qu’avec 8000 éoliennes, on produirait 7% de l’électricité nationale.

Dans ce cas, pour en produire 25%, il en faudrait plus de 28000, soit 280 par département. Pour mémoire, il faut 1500 tonnes de béton pour le socle d’une éolienne sur la terre ferme (1) et 3000 en mer (un projet en prévoit 1200 au large de nos côtes, au grand dam de la ressource halieutique et des pêcheurs).

J’en viens à l’itération. C’est, selon le dictionnaire, «l’action de répéter, de faire de nouveau». En psychiatrie, elle désigne la «répétition prolongée de gestes, de paroles, ou de pensées stéréotypées et vaines à caractère pathologique».

Force est de constater que, depuis presque soixante-dix ans, des démarches incohérentes et obstinées s’accompagnent de plus en plus d’un refus de reconnaître les réalités du terrain.

Pour se limiter au seul domaine de l’énergie:

– Pourquoi restreindre la production de l’énergie nucléaire, la seule réellement décarbonée?
– Pourquoi mettre la pression sur l’accroissement de l’éolien?
– La production d’énergie solaire nécessite des panneaux qui eux-mêmes consomment des terres rares pour leur fabrication.
– La fabrication des batteries pour les véhicules hybrides, voire tout électriques, est confrontée au même problème.

Les incendies de forêt, les cyclones, les inondations, le réchauffement climatique sont régulièrement mis au compte des excès d’activité humaine. Quelles sont les mesures con­crètes et efficaces qui pourraient contribuer à la fameuse «transition écologique», hormis l’interdiction du Tour de France (entreprise polluante) ou celle du sapin de Noël, l’arbre illuminé dans l’obscurité et le froid de Noël, un symbole de Paix aux hommes de bonne volonté, récemment proposées par des élus «écologistes»?

Devons-nous perdre espoir?

La validation du projet franco-japonais ITER permet d’espérer. Malgré la difficulté de devoir mettre en œuvre des températures d’un million de degrés, sa réussite signifierait la production sans limite d’énergie décarbonée grâce à la fusion de l’atome succédant à l’actuelle fission de son noyau.

N’étant pas expert dans ce domaine, je me limiterai à ce commentaire, avec un autre espoir : que les médias en parlent un peu!

5 réponses à l'article : Énergie: une «itération» positive?

  1. HansImSchnoggeLoch

    26/10/2020

    Les Shadoks génial!
    Des précurseurs en la matière, oublions Einstein.

    Ci dessous la fonction Shadok en langage C.

    bool Shadok {
    int n=1, limit=1000; // paramètres de la boucle
    int costs=0, increment=1000; // en Euro bien sonnants
    bool shadokIsOK=false; // le fanion servant à contrôler le résultat
    Shadok=false; // au début nous sommes tous neutres et les coûts sont nuls
    while(!shadokIsOK) {
    if(n==limit) shadokIsOK=true; // enfin nous y sommes
    else
    {
    // pas encore, continuons à pomper
    costs+=increment // à chaque boucle les coûts augmentent de 1000 €
    n++; // prochaine boucle
    }
    }
    Shadok=shadokIsOK; // Victoire, transmettons la bonne nouvelle au monde!!!
    // les coûts sont transparents et ne sont pas affichés pour ne pas effrayer le lecteur.
    } // fin de la fonction

    Remarques:
    Ce qui suit un double-slash // est un commentaire.
    La boucle « While » va itérer rapidement jusqu’à 1000 pour en sortir victorieuse la 1000ème fois.
    Pour les coûts pas de problème les Gibbies vont assumer, comme d’hab.

    SVP ne pas communiquer à Bercy.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      26/10/2020

      Merci HAGDIK.

      Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    20/10/2020

    Itération?

    Einstein l’avait définie comme suit:
    Après de multiples échecs d’une expèrience, la répéter à l’infini avec les mêmes paramètres en espérant que finalement le résultat soit conforme à celui attendu.
    En France où rien n’est impossible surtout pas pour les politiciens on va mettre cette citation en pratique.

    Bonne chance et malheur à nos porte-monnaies.

    Répondre
    • Hagdik

      26/10/2020

      Ca me rappelle la méthode Shadok : s’il y a une chance sur mille que ça marche, dépèchons-nous de rater les 999 premières.

      Répondre
    • ELEVENTH

      26/10/2020

      Selon votre définition, j’en connais un, sur ce site, qui « itère » grâve, comme disent les djeuns. Dommage que cela ne serve qu’à nous les briser.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)