Entretien exclusif avec Barbara Mazières

Posté le 26 mai , 2016, 9:39
7 mins

Vse2p5WeAprès vous être fait évincer de votre poste à la tête de la fédération du FN du Maine et Loire, pour vous être opposée à la « ligne Philippot », que pensez vous faire ?

J’ai été très décue de cette expérience. Je tiens à rappeler que Nicolas Bay m’avait demandé de reprendre la fédération du Maine et Loire en pleine tourmente de la fédération du Maine et Loire, suite au départ de mon ami Gaëtan Dirand, départ provoqué par les intrigues du jeune protégé de MM. Chenu et Philippot, Aymeric Merlaud. M. Bay connaissait parfaitement ma volonté de garder ma liberté de parole. Je ne suis une femme libre et je me suis engagée en politique pour défendre mes convictions. Or, l’indépendance de la France, la défense de la famille et de la vie, la liberté d’enseignement et la liberté d’entreprendre font partie de mes valeurs ; je ne l’ai jamais caché. J’étais d’ailleurs militante au RPF de Charles Pasqua et Philippe de Villiers bien avant d’être engagée au FN. L’affaire du « bonsaï » et des déclarations méprisantes de M. Philippot sur la Manif pour tous, puis les prises de positions résolument anti-famille – et même plus radicales que Mme Touraine – de Sophie Montel m’avaient laissé penser que la ligne politique du FN était en train de basculer. Je note que les propos marxisants de nombreux cadres du FN ne sont jamais sanctionnés. Il y a une dérive inquiétante vers une sorte de national-marxisme dans ce parti. Pourtant, il compte des personnalités passionnantes et courageuses comme Marion Maréchal Le Pen, Bruno Gollnisch ou Marie-Christine Arnautu. Progressivement, j’ai donc pris conscience que les partis politiques ne sont pas une bonne réponse aux problèmes de notre société. Il est temps de passer à une « politique 2.0 », je veux dire par là une politique basée sur des hommes et des femmes enracinés, utilisant internet et les réseaux sociaux pour se mettre en réseau, et non pas sur des partis politiques aux logiques staliniennes.

Pouvez-vous nous donner un exemple de ce que vous voulez dire ?

Dans une logique de parti, si je suis affiliée au FN, je dois voter FN quel que soit le candidat qui se présente aux législatives dans ma circonscription. Si je suis dans une logique 2.0, je voterai pour le candidat le plus proche de mes convictions. Personnellement, je préfère Marion Maréchal-Le Pen à Alain Juppé, mais je préfère Jean-Frédéric Poisson à Florian Philippot. C’est pourquoi le rendez-vous de Béziers ou des initiatives comme l’Avant-Garde de Charles Million me paraissent intéressantes. Elles peuvent permettre de dépasser les clivages partisans dépassés. Contrairement à ce que dit M. Philippot, ce n’est pas le clivage gauche-droite qui est dépassé ; c’est le clivage FN-UMP. Il y a des gens bien au FN  et à l’UMP… et des adversaires dans les deux partis !

Mais votre logique ne peut pas aboutir. Aux élections, il faut bien le soutien d’un parti pour gagner…

Pour les élections présidentielles, cela pose évidemment un problème. Le Général de Gaulle a voulu cette élection au suffrage universel pour permettre la rencontre entre un homme et le peuple français – par-delà les partis qu’il détestait. La réalité, c’est que, désormais, cette élection est entièrement entre les mains des partis. Pour des raisons financières, logistiques, médiatiques ou même simplement pour obtenir les fameuses 500 signatures que les maires accorderont très difficilement à des personnalités hors parti et donc hors système. Il y a une sorte de dictature des partis politiques en France, qui serait d’ailleurs renforcée par le système proportionnel que prône le FN. Il faut briser cela. Et ce n’est pas du tout impossible : il suffirait par exemple de remplacer les 500 signatures d’élus par 50 000 signatures de citoyens et tout serait changé…

Mais en attendant cette hypothétique révolution institutionnelle ?

Eh bien, la présidentielle n’est pas l’alpha et l’oméga de la vie politique. Nous pouvons agir à bien des niveaux. Aux municipales en particulier… ou, à l’autre bout de l’échelle, aux européennes où le vote de conviction peut tout à fait trouver sa place. Et, dès 2017, pourquoi ne pas soutenir dans un certain nombre de circonscriptions les candidats qui portent nos idées, indépendamment de leur appartenance partisane ? Il suffirait pour cela d’organiser des sortes de « primaires » au sein de chaque circonscription et que tous les Français de droite votent pour le candidat le plus proche de leurs convictions, sans se préoccuper du parti qui l’investit. C’est tout à fait possible grâce à internet et à la réinfosphère. Nous ferions ainsi exploser la logique des partis et renverrions les défenseurs du système, d’Alain Juppé à Florian Philippot, à leurs chères études…

21 Commentaires sur : Entretien exclusif avec Barbara Mazières

  1. druant philippe

    27 mai 2016

    “Serait-il aseptisé, intégré, lobotomisé ou simplement castré ?”

    La présence de la cagole énamourée de ses réfugiés et Français de coeur et de tutu rose aux commandes du FN ne favorise pas la “burnitude ” au FN .
    Il semble qu’ un langage dur porte bien plus de fruits que la langue onctueuse de MLP et consorts (cfr FPO / Jobbik)

    Répondre
  2. Ted

    27 mai 2016

    Rejoignez Jean-Frédéric Poisson! C’est un type intègre, droit, courageux. Je vais le soutenir et on va après la présidentielle pour la suite. La recomposition de la droite aura, je l’espère, démarré…

    Répondre
  3. Trotta

    27 mai 2016

    Comme avant chaque présidentielle les 4 vérités insidieusement fait des articles anti fn sans être virulents mais le poison est là
    Vive le fn seul parti courageux qui nous dit la vérité depuis plus de trente ans et pour gagner un parti doit ratisser large donc mr Philippot est utile au parti s’il veut gagner car il est énarque pour rassurer les hauts fonctionnaires et bien de ses discours sont plus à droite que les plus à droite de la droite molle LR
    Les 4 vérités oublient le grand écart de l’UMP depuis 30 ans vive Marine

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27 mai 2016

      il est évident que les ” 4V² ” est , dans un autre registre que les socialistes, “, l’ organe des ” bien-pensants ” et des ( petits ) ” possédants ” et que ce n’ est pas chez eux que vous allez trouver un soutien à un parti qui se veut ( ou se dit ) plébéien

      Répondre
  4. frei

    27 mai 2016

    L’énarque troskiste PHILIPPOT est entré au FN en vue de le détruire de l’intérieur , manœuvre classique . L’actuelle Présidente a été assez sotte pour ne pas s’en apercevoir . Par contre , je pense que sa nièce fait un parcours sans faute et il est bien dommage qu’elle n’ait pas été élue aux dernières régionales .

    Répondre
    • Sanzilluse

      27 mai 2016

      Non, Philippot n’est pas trotkiste, non, même s’il vient de la gauche souverainiste chevenementiste, il n’est pas là pour détruire le FN. Même s’il représente une ligne un peu détestable, heureusement qu’il est là pour combler les vides sur les plateaux télé.

      Répondre
      • trivi

        27 mai 2016

        Philippot représente la ligne que je soutiens !

        JMarie LE PEN ? C’est fini il va bien falloir vous y faire ou retourner à vos 10% d’antan….

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27 mai 2016

      ce qui peut nourrir un certain espoir dans Marion Maréchal c’ est qu’ elle a , elle, une certaine vision historique de la France …[ ” éternelle ” comme aurait dit De Gaulle ] , vision qui est tout à fait étrangère consubstantiellement à un énarque, surtout si , comme l’ est Florian Philippot , il est quelconque !

      Répondre
  5. Sanzilluse

    27 mai 2016

    Bien d’accord avec Barbara Mazière. Le FN a perdu sa ligne vaguement libertarienne (libérale dans le sens noble et anti système) qui faisait son socle et son originalité, et que la petite fée Marion représente encore très bien, pour se transformer en un parti protéiforme, gauchisant et collectiviste dont on ne saisit plus les contours. Sans consistance réelle. Le Front National est le dernier espoir, le dernier rempart pour beaucoup de français. Une grande échéance se prépare, alors il n’a pas le droit de nous décevoir. L’heure est donc à la refondation, ou tout au moins à la rénovation. En l’état, le Front National n’est pas apte à accueillir des personnalités de la société civile ou les barons d’autres partis politiques.

    Répondre
  6. Miane albert

    27 mai 2016

    Je n’ai jamais voté pour celui ou celle qui aurait défendu mes idées comme la famille, la patrie, l’intégrité morale et la parole donnée…depuis 1960.

    Et cependant j’ai toujours voté…par défaut.
    Soyons pragmatiques et ne divisons pas.

    Répondre
  7. BMN

    27 mai 2016

    LA solution: le roi de France LéGITIME Louis XX.
    point final.

    Répondre
    • Bistouille Poirot

      27 mai 2016

      Les républicains partis à la guerre une fleur au fusil , à la bouche une chanson. Les royalistes un peu plus tôt demandant aux anglais de tirer les premiers. Foutez-nous la paix avec vos solutions à la noix.

      Répondre
      • Bistouille Poirot

        27 mai 2016

        Et puis tant qu’on y est, prévoir un nouveau sacre à Reims avant la transformation de sa cathédrale en mosquée, la recherche d’une pucelle XXI ème siècle introuvable à Orléans, un bûcher de bois vert sans allumettes à Rouen Non, ce dont j’ai besoin, se trouve en dehors des nefs, des parvis et des places de grève mais chez mon boulanger et mon boucher à qui je m’en vais rendre visite ce matin sous mon béret, mon fric dans une main et un flingue dans l’autre.

        Répondre
        • Philiberte

          27 mai 2016

          Hélas, hélas, on le dit et le répète sur mon forum: “tant que les Français ont à manger, et la télé (ou les jeux du cirque, qui vont bientôt commencer!) pour les abrutir, ils ne bougeront pas”!!!

          Répondre
      • quinctius cincinnatus

        27 mai 2016

        qui croit encore en [ l’ avenir de ] la République en … France ? … d’ ailleurs cette V ième République n’ a de républicains que des contours flous et adaptables, le coeur en est lui l’ absolutisme

        Répondre
    • Mognier

      27 mai 2016

      Il est clair que nos institutions posent problèmes.

      12% des Français font confiance aux partis politiques (tous partis confondus).

      Mme MAZIERES me parait très courageuse, elle a raison de mettre les “pieds dans le plat”.

      Je n’ai pas de solution miracle, mais la Monarchie, agrémentée de démocratie directe pourrait être une solution (Rendu possible par les nouvelles technologies, l’idée de “démocratie 2.0” est à étudier)

      L’idée des 50 000 signatures au lieu du sacre des partis, me parait une autre solution.

      En tout cas le débat est intéressant.

      Cet article change des discours raz les pâquerettes habituels des hommes politique…

      Répondre
      • Le Ket

        27 mai 2016

        @ Mognier : ce qui est remarquable dans l’article, c’est bien qu’on ne parle pas de l’essentiel.

        Au FN comme ailleurs (à quelques exceptions près), jamais la défense et la survie de l’homme blanc n’est évoquée.
        On se contente d’effleurer la défense de notre culture gréco-romaine et de la civilisation européenne, sans parler des moyens pour y parvenir, car les postulants aux élections futures se sont “normalisés” et déjà intégrés dans le Système.

        Curieux tout de même que depuis des années, le FN n’a plus appelé à de grandes manifestations, organisé de meetings publics ou proposé de grands rassemblements patriotiques comme les BBR (à Vincennes ou au Bourget)…
        Les motifs n’ont certes pas manqués.

        Serait-il aseptisé, intégré, lobotomisé ou simplement castré ?

        Répondre
  8. Bistouille Poirot

    27 mai 2016

    c’est un peu tard Barbara pour tenter une sortie de la tranchée.Il fallait y penser avant la curée. Au moins dès le congrès de Lyon en septembre dernier. A Béziers, vous vous contenterez de constater les dégâts, contente de les avoir prévus mais sans en trouver la solution. Les opposants au Front se régalent tous les jours de la chasse aux sorcières que le Front subit. chevauchez sur votre balai et usez en devant votre porte.

    Répondre
  9. utakas

    26 mai 2016

    Tout à fait d’accord avec Barbara Mazière. Le FN est devenu un parti qui vire de plus à plus à gauche et c’est bien dommage.
    La seule personne qui m’inspire encore confiance est Marion et j’espère qu’elle continuera à s’opposer à Florian Philipot qui a une très mauvaise influence sur Marine Le Pen.

    Répondre
  10. Mognier

    26 mai 2016

    Très intéressante analyse. Effectivement cette logique de parti ruine la France.

    Il est temps de passer à une politique pour le et par le peuple.

    Cette notion de politique 2.0 est à creuser….

    Répondre
  11. WatsonCorsica

    26 mai 2016

    Aucun intérêt….

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)