État protecteur ou État « bizuteur » ?

État protecteur ou État « bizuteur » ?

Lundi matin 9 novembre, en écoutant la radio, j’ai découvert, moi qui ne suis pas fumeur, que l’État dans sa souveraine sagesse avait décidé d’augmenter le tabac de 6 %. Officiellement, le motif annoncé est de réduire le tabagisme.

Si c’était vrai, ce serait déjà « baroque ». De deux choses l’une en effet : soit le tabac est une drogue et il doit être interdit, comme le sont les autres drogues (toujours « officiellement » !…) ; soit le tabac est un plaisir librement accessible et on voit mal à quel titre l’État aurait vocation à le limiter.

On me dira peut-être que ce pourrait être pour sauvegarder la santé des non-fumeurs. Mais toutes sortes de lois ont déjà été votées en ce domaine. La courtoisie élémentaire exigerait déjà que les fumeurs demandent la permission à leurs voisins avant de fumer. Mais, désormais, le problème ne se pose plus dans la plupart des lieux publics. Donc cette augmentation de 6 % n’a rien à voir avec les non-fumeurs.

Mais j’ai également de sérieux doutes sur le caractère « sanitaire » de cette augmentation. Je serais plus tenté de croire à des motivations financières. Car, si vous voulez bien pardonner ce cynisme, les fumeurs sont une espèce extrêmement lucrative pour l’État : ils coûtent certes à la Sécu lorsqu’ils sont atteints d’un cancer, mais cela dure rarement plus d’un an ou deux. Auparavant, en achetant leur paquet de cigarettes, ils ont assez généreusement cotisé. En gros, 80 % du prix de chacune de leur cigarette part dans le tonneau des Danaïdes des finances publiques. J’ajoute que, même pour la Sécu, il n’est pas certain qu’un fumeur soit une « mauvaise affaire ». Chacun sait que les dernières années d’une vie sont aussi celles où la personne concernée coûte le plus cher à la Sécu. Or, on estime que la différence d’espérance de vie entre un non-fumeur et un fumeur âgés de 45 ans est de sept ans…

Bref, tout porte à croire que les raisons financières sont largement aussi importantes que les raisons sanitaires dans ce dossier. D’ailleurs, les études mentionnées par le gouvernement sur l’efficacité de cette augmentation font apparaître une baisse de 4 % de la consommation pour une augmentation de 10 % des taxes. Point n’est besoin d’être un grand mathématicien pour constater que, globalement, l’affaire est bonne !
Mais, à vrai dire, je crois qu’il y a encore bien pire. Que l’État cherche à remplir ses caisses sous couvert de nobles mobiles humanitaires ne serait pas bien grave. En réalité, je crois surtout qu’il cherche à tester la résistance de l’opinion publique. Pour tout dire, je pense que l’État a une mentalité de « bizuteur ».

Dans toutes les écoles, il est maintenant formellement interdit de pratiquer le moindre petit bizutage, mais l’État, quant à lui, peut se permettre de réduire posément toutes nos libertés, sans que quiconque réagisse.
Je croyais que la loi Évin ne rentrerait jamais en vigueur, tant il me paraissait contraire aux traditions françaises de brider la consommation de tabac et d’alcool. Résultat : tout le monde a sagement obéi sans protester. Et, puisqu’il n’y a pas eu de résistance, on poursuit le test avec un petit 6 % d’augmentation supplémentaire…

Autre exemple : je viens de faire faire des papiers d’identité pour deux de mes enfants. « On » demande que, sur les photos, les enfants ne sourient pas, ne pleurent pas, n’aient pas de barrettes dans les cheveux, mais pas non plus les cheveux dans les yeux… Officiellement, c’est pour qu’on puisse les reconnaître. Mais une carte d’identité a une validité de 10 ans. À qui fera-t-on croire qu’un enfant de 15 ans sera aisément reconnaissable dans la photo de l’enfant de 5 ans ? ! En réalité, ce « cahier des charges » délirant ne sert qu’à « bizuter » la population (et peut-être aussi à nourrir quelques photographes « amis » supposés a priori capables de réaliser de telles photos…).
La capacité de réaction de la population devant ce qu’il faut bien appeler des brimades est étonnamment faible. Jusqu’à quand ?

Je profite de cette chronique pour souhaiter la bienvenue aux 1 300 abonnés qui viennent de nous rejoindre. Comme vous pourrez le constater ce journal est, si j’ose dire, le journal de la « droite plurielle ». Il est donc normal – c’est en tout cas mon cas – de ne pas être d’accord avec tout ce qui y est dit. N’hésitez pas à participer aux débats (le plus simple est d’envoyer vos contributions à <[email protected]>). Car « Les 4 Vérités hebdo » est aussi sans doute le journal français qui laisse le plus de place aux points de vue de ses lecteurs (même si hélas ! faute de place, nous ne pouvons pas publier tout ce que vous nous envoyez).

Partager cette publication

(8) Commentaires

  • IOSA Répondre

    Ayant eu la malchance de travailler au convoiement des corps pour le trajet morgue au domicile du défunt, je me souviens de cette taxe qui fallait payer au commissaire pour la certification du cadavre et dans les années 80 elle était de 50,00 francs.

    Elle remplacait la dîme que percevait chaque commune qui avait le bonheur d’être sur le trajet du convoi.

    Comme quoi…même mort il faut payer une taxe aux roitelets de service.

    C’est comme qui dirait…..un droit de cuissage qui rapporte du fric aux vassaux.

    IOSA

    17/11/2009 à 14 h 19 min
  • françois Répondre

     " C’est de la faute de votre député qui a voté ces lois". Sans doute, Désabusé55, mais il ne faut pas oublier tout de même que les propositions de loi émanent du gouvernement qui est lui même une émanation de la majorité parlementaire.

    16/11/2009 à 10 h 39 min
  • IOSA Répondre

    Pour que les gens cessent de fumer ou ne commence cette addiction au tabac……

    Pour que la sécu fasse des économies…..

    Il suffit d’une seule chose, cesser d’en vendre.

    Moi je fume et le prix du tabac n’est pas vraiment un obstacle pour celui qui est en manque.

    Mais celà, les ripoux du gouvernement le savent très très bien.

    Donc l’augmentation du tabac en vue de faire baisser sa consommation, c’est enc….. les mouches.

    Et ceux qui font celà, sont des enc…..eurs….

    IOSA

    15/11/2009 à 22 h 30 min
  • Anonyme Répondre

    C’est  TOUJOURSde la faute le " l’Etat…du Gouvernement…." ARRETEZ ..Arretez…
    C’est tout simplement de la faute de VOTRE DEPUTE qui a voté toutes ces lois!!!
    Avant de CONTINUELEMENT hurler sur " Le gouvernement" aller voir votre DEPUTE et demendez lui pourquoi il a voté ces lois qui vous déplaisent…

    15/11/2009 à 10 h 49 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Ni protecteur et ni bizuteur………Mais arnaqueur surement.>>
    emmerdeur également!

    13/11/2009 à 12 h 05 min
  • Anonyme Répondre

    le tabac d’un coté (une rentrée non négligeable ), mais de l’ autre , on ne le chante pas sur les ondes , le prix du carburant continue à monter …………avant l ‘ajout de la taxe carbone (amis automobilistes bonsoir ) Tabac et carburant : extorsion d ‘ argent ….. toujours pour le même !

    12/11/2009 à 21 h 40 min
  • IOSA Répondre

    Ni protecteur et ni bizuteur………Mais arnaqueur surement.

    IOSA

    11/11/2009 à 19 h 09 min
  • richa83 Répondre

    """
    Chacun sait que les dernières années d’une vie sont aussi celles où la personne concernée coûte le plus cher à la Sécu. Or, on estime que la différence d’espérance de vie entre un non-fumeur et un fumeur âgés de 45 ans est de sept ans…
    """

    Pour rester dans une logique purement comptable, vous oublier un élément extérieur à la sécu…. ces 7 ans d’espérance de vie en moins, c’est   EGALEMENT   7 ans de retraite en moins…et là, l’affaire devient nettement juteuse pour l’état!!

    11/11/2009 à 13 h 07 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: