État spolié et État spoliateur

Posté le juin 06, 2013, 4:46
4 mins

Le dernier Dossier du contribuable, publié par Contribuables Associés, traite de « La France de la Fraude » (n°13, Juillet 2013). Soixante six pages pour détailler les « fraudes au fisc, à la sécurité sociale, aux allocs, dans les transports… ».

Le coût de la fraude est considérable. Le coût de la fuite à Varennes… ou à Londres ne l’est pas moins.

Et si ceci expliquait cela ? Comme le soulignait en 1996 l’auteur de notre titre (Sophie de Menton, dans Les Echos), « le trop d’impôts ne se contente pas de tuer l’impôt mais tue à petit feu civisme, solidarité et éthique ». L’actualité nous a montré qu’il tue aussi le sentiment de la faute, efface le désir de repentance et n’interdit nullement les ambitions ministérielles.

Mais est-ce seulement le « trop d’impôts » ou les mensonges qui les accompagnent ? Nous avons décrit récemment comment le gouvernement prétendait que la loi de finances de septembre 2012 épargnait (!) un Français sur dix, tandis que le Conseil Constitutionnel estimait que cette loi ne spoliait aucun contribuable, alors que 8 800 d’entre eux ont « consenti »  plus de 100 % de leur revenu au Léviathan.

Le gouvernement prétend que, dans la loi des finances de 2013, nul ne paiera plus de 75 % de ses revenus. Une fois de plus, l’affirmation est mensongère car sont exclus de ce nouveau « bouclier fiscal », toutes sortes d’impôts comme la taxe foncière, la taxe d’habitation sur les résidences principales ou secondaires, la « contribution exceptionnelle de 2012 », les droits de mutation en cas d’achat immobilier, etc.

Et s’il reste quelques sous à ces contribuables, la TVA (19,6 %) sur leurs dépenses alourdira ce qu’ils ont déjà donné à l’Etat. Comment le Conseil Constitutionnel, conseil dit des sages, peut-il nier la spoliation ? Comment nos dirigeants peuvent-ils croire qu’il restera à ces contribuables suffisamment d’euros pour investir… en France évidemment ?

Détrompez-vous, il ne s’agit pas que des « deux cents familles ». Hier, France 2 nous offrait un reportage sur les centaines de retraités qui, pendant 6 mois ou plus, quittent la France pour des pays comme le Maroc où les dépenses de subsistance sont moins élevées que chez nous (impôts et taxes obligent !), où l’ensoleillement leur évite des frais de chauffage, où la fiscalité est moins vorace (l’incitation était formellement exprimée dans le reportage)… Fisc and Sun ! 

Ce « trop d’impôts » aura des effets aussi néfastes que la Révocation de l’Edit de Nantes, car il fait fuir aussi les jeunes diplômés, les brillants esprits, les artistes, soucieux de bâtir une vie où ils ne seront plus les nourrices de l’oligarchie qui nous dirige depuis tant d’années. 

Le dossier se termine par : « huit Français sur dix (82,8 %) se rallient à l’adage selon lequel « trop d’impôt tue l’impôt »

Les Français sont sensés puisque 84 % d’entre eux ont compris que « l’Etat doit réduire la dépense publique plutôt que de faire monter la mayonnaise fiscale ».

Nous le disons depuis des lustres, mais pourquoi avons-nous des dirigeants aussi … peu sensés ?

Gabriel Lévy

Chronique de l’association des contribuables de l’intercommunalité d’Aubagne

25 réponses à l'article : État spolié et État spoliateur

  1. quinctius cincinnatus

    10 juin 2013

    il y a trois courbes qui montent d’une façon inexorable en France :

    – le chômage

    – la délinquance

    – et curieusement les prélèvements qui sont censés inverser les deux premières

    bien entendu, la politique menée par François Hollande n’est aucunement en cause …

    Répondre
  2. Lévy

    10 juin 2013

    M. Jaurès (sic). J’étais privé de vos sophismes. Vous dites :
    1°) « personne ne souhaite rogner sur ses avantages ». Remarque évidente pour ceux qui ont la possibilité d’y sursoir en bloquant le fonctionnement de l’Etat. Les autres subissent ou partent , s’ils le peuvent, emportant leur talent à la semelle de leur soulier…. comme les semi finalistes adulés de tournois de tennis.
    2°) « Vous voulez économiser 20 milliards ». N’est-il pas possible d’essayer d’en économiser d’abord une petite partie ? N’est-ce pas ce vous faites en cas de fins de mois difficiles?
    3°) « Sauf baisser les indemnités des élus qu’ils jugent tous trop élevées mais ne s’engagent pas pour autant dans la politique ». Vous plaisantez sans doute. Chaque poste de député est sollicité par une vingtaine de candidatures. Au total, la France compte 500.000 élus !
    4°) « On proteste contre… »… Dans votre litanie « tout est exact, il ne manque que l’essentiel ». Quid de l’immigration, des dons à l’étranger, de l’APD ? Quid des missions qui flattent ceux qui en bénéficient ? Quid des grands-messes ? …
    5°) « Si, Gabriel Levy, vous voulez être crédible, il vous faut à chaque milliard de réduction d’impôt afficher la prestation que vous voulez supprimer »… En vous lisant, je me prends à croire que le moment est venu d’être candidat aux plus hautes fonctions. Mais, vous le savez bien je n’aurais aucune chance d’être élu, car le bon sens n’est jamais gagnant et Cassandre jamais écoutée.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 juin 2013

      désigner sous le mot de sophisme des inepties de mauvaise foi est bien trop charitable

      Répondre
    • Jaures

      10 juin 2013

      Gabriel Levy, vous raillez mes “sophismes” mais vous gardez bien de répondre à l’essentiel: quelles prestations supprimerez-vous et à qui distribuerez-vous les économies réalisées. Evidemment, vous parlez de l’immigration comme les staliniens parlaient autrefois du “Grand Capital”, il suffirait d’y mettre fin et nos problèmes seraient réglés. Sauf qu’on observe partout le contraire: c’est dans les pays les plus prospères qu’il y a le plus d’immigrés tendis que les plus pauvres et les plus tyranniques voient s’exiler leur population.
      L’Espagne avec 30% de chômage voient ses immigrés partir en masse avec les jeunes hispaniques provoquant une baisse de la population. Arrêter l’immigration est une chimère, sauf à renoncer au développement économique.
      D’ailleurs, les pays qui ont baissé leurs prélèvements l’ont toujours fait en supprimant des prestations ou en les privatisant. Pourquoi la France pourrait-elle s’exonérer seule d’une telle politique ? N’est-ce pas de la pure démagogie ?
      Enfin, sur les 500 000 élus que vous répertoriez, 375 000 sont bénévoles. Présentez-donc une liste aux prochaines municipales, on verra si les volontaires se pressent pour faire campagne. Mettez vos idées à l’épreuve du suffrage universel. Ce n’est pas parce qu’on est pas suivi qu’on a forcément raison, mais sans prendre le risque de la confrontation d’idées il est sûr que vos discours resteront vains.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        10 juin 2013

        alors là, et dès les premières lignes, nous ne sommes plus dans un sophisme habile, mais dans le plus pur amalgame .. stalinien
        @ Jaurès, il faut vous vous ressaisissiez … sous peine d’être définitivement englouti par le ridicule !

        Répondre
        • Jaures

          10 juin 2013

          Vous aussi, cher Quinctius aux idées claires et définitives, présentez-vous aux suffrages de vos compatriotes. Vous devriez aisément emporter un vaste mouvement d’adhésion.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            11 juin 2013

            c’est fait … je suis un ” père Joseph ” !

      • quinctius cincinnatus

        10 juin 2013

        L’exode des ” Espagnol ” est aussi celui des ” hispaniques ” ( Argentins, Chiliens, Péruviens etc … ) et des maroco-hispaniques …
        à savoir que : des ” Espagnols “émigrent au …Maroc et pas seulement dans les … ” presides ” !
        Quant à la cause elle est connue: la bulle immobilière et son tsunami bancaire de même que sont bien identifiés les coupables: les gouvernements …et principalement les gouvernements socialistes…
        notons que deux régions échappent en partie à ce séisme : le Pays Basque et les Asturies

        Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    10 juin 2013

    plutôt que d’échafauder une montagne d’ élucubrations, une seule et unique solution ; votez pour LE Parti politique qui aura EN TÊTE de son programme une diminution drastique des dépenses publiques à commencer par la suppression des aides publiques aux migrants et autres réfugiés qui se disent politiques !

    Répondre
  4. Daniel

    9 juin 2013

    Mariedefrance:
    “Pensez-vous une seconde que cette « lettre recommandée » aurait une réponse ?”

    Marie, vous n’avez pas bien compris:
    Cette lettre, ce type de lettre a DEJA eu des réponses, très positives, et par retour du courrier de responsables d’administration qui commencent à se demander comment ils n’ont pas ouvert les yeux plus tôt.

    La question est plutôt: aurai-je le courage d’envoyer ce type de courrier? suis-je capable de le faire?. Pas un courrier accusateur, un courrier qui explique en posant des faits.
    A votre avis faut-il plus de courage pour faire ce type de lettre qu’il n’en fallait pour organiser la résistance face aux Nazis et à leurs mouchards? ou pour survivre dans les tranchées en 14/18?
    Par cette comparaison, comprenons nous le niveau de lâcheté collective où nous sommes descendus? non pas une lâcheté individuelle réelle mais la détérioration de nos convictions individuelles sans cesses rabrouées, méprisées par des individus malhonnêtes, stupides et prétentieux au point de se prendre pour l’élite. Cette perte de motivations est directement lièe à la notion de droit qui a remplacé la notion de devoir. Chacune des lois qui nous est imposé par “l’élite” nous rabaisse individuellement en prétendant que son raisonnement est au dessus du notre et que nous sommes incapables de juger par nous mêmes de ce qui est bien ou mal. Une élite enfermée à nouveau dans sa folie qui s’imagine être en mesure de changer les lois naturelles de base de la Vie!!! … mais incapable d’assumer la responsabilité des conséquences de ses choix sur autrui , ce qui constitue l’affirmation et la démonstration de son racisme. Comme le Nazisme : l’élite autoproclamée produit son pendant de catégories méprisées sans lesquelles des catégories supérieures ne peuvent se justifier. C’est déjà un racisme organisé, un racisme qui tombe de fait sous le coup de sa propre loi antiraciste mais ce n’est pas monté au cerveau, ça s’est arrêté au portefeuille…

    Comprenez que ceux à qui nous devrions tous envoyer ce genre de courrier sont des pères, des mères, frères, soeurs, et sont avant tout des personnes dont la plupart commencent à être conscients du fait que leur statut protecteur disparait et que le malheur pourrait bien remonter jusqu’à eux, comme en Grèce.
    Leur expliquer tous les points de comparaison avec le cheminement du Nazisme que chacun d’eux exècre et rappeler que la Constitution n’a jamais couvert ce genre de violence gratuite est particulièrement douloureux. Soyez en convaincue, j’ai suffisamment d’exemples.

    Pour plus d’infos si vous le désirez, je donne l’autorisation aux 4V de vous transmettre mon adresse mail si ça leur est possible. Et en remercie celui qui le fera.

    Répondre
    • mariedefrance

      10 juin 2013

      Je vous comprends mieux, à peine mieux .
      Tout cela est si tortueux… ne correspondant en rien à ce que je suis.

      Le courage de faire ce qui est juste, le courage de faire face à une crainte personnelle, le courage d’accepter l’impopularité, le courage de supporter la douleur physique ou mentale pour le bien de l’auto-amélioration, le courage de faire avancer par le biais de frustration, le courage de dire la vérité, le courage de changer, le courage d’agir, le courage de faire confiance, le courage d’aimer, le courage de s’engager, et beaucoup plus. ….

      Il va nous falloir beaucoup de courage !

      Oui, il me serait certainement profitable de vous lire en aparté et je vous remercie pour votre initiative si les 4V veulent bien s’exécuter.

      Répondre
  5. Jaures

    9 juin 2013

    « l’Etat doit réduire la dépense publique plutôt que de faire monter la mayonnaise fiscale ».
    Fort bien. Sauf que personne ne souhaite rogner sur ses avantages. Baisser la dépense publique revient à baisser les prestations, rien d’autre. Vous voulez économiser 20 milliards ? Supprimez l’école maternelle ou la dissuasion nucléaire. Après tout, l’Allemagne se passe de l’une comme de l’autre.
    84% des contribuables souhaitent sans doute voir leur impôt baisser, mais demandez-leur ce qu’ils veulent supprimer en échange, vous ne verrez guère de consensus (sauf baisser les indemnités des élus qu’ils jugent tous trop élevées mais ne s’engagent pas pour autant dans la politique). Si ce consensus existait, les politiques s’y engouffreraient pour se faire réélire.
    Or, de fait, à chaque économie demandée, l’opinion se soulève. On proteste contre les fermetures de casernes, d’écoles, de commissariats, de préfectures,…Surtout qu’en fait, les économies réalisées ne se voient pas sur la feuille d’impôt. Qui a profité du non remplacement d’un fonctionnaire sur 2 ? Seuls les bénéficiaires du bouclier fiscal sont passés à la caisse avec pour corollaire une hausse des déficits et de la dette.
    Si, Gabriel Levy, vous voulez être crédible, il vous faut à chaque milliard de réduction d’impôt afficher la prestation que vous voulez supprimer et la catégorie de Français bénéficiaire de la réduction.
    Nous verrons alors où en sont vos 84%.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      10 juin 2013

      Jaures avant de supprimer l’école provisoirement maternelle, je suggère de gommer tous les postes improductifs comme le vôtre. Il y a là un gisement sousestimé d’économies.
      Ensuite il faudra réduire la graisse de ce gouvernement de clochemerles qui ne fait que bouffer du bon argent piqué à la masse productive de ce pays.
      Cesser le versement de subventions aux assoces et syndicats qui pourrissent la vie à de nombreuses citoyennes et citoyens de ce pays.
      Vous voyez il y a du jeu si on s’y met sérieusement.

      Répondre
    • Anne Lys

      10 juin 2013

      Il y a pourtant certains postes de réduction de dépenses qui obtiendraient, sinon l’unanimité, du moins l’accord d’une large minorité :

      1. la chasse aux vrais fraudeurs –pas ceux qui « optimisent » leur situation fiscale en n’utilisant que des moyens légaux – non, ceux qui travaillent au noir et, bien entendu, ne déclarent lpas eur salaire aussi illégal que leur travail, si bien qu’ils fraudent et le fisc, et les organismes d’assurance maladie, vieillesse, accidents du travail, allocations familiales, RSA, AME et CMU, j’en passe…, ceux qui utilisent une même carte vitale pour quatre accouchements dans l’année, pour déclarer 17 fois des quintuplés imaginaires ou, plus modestement, pour se faire délivrer des quantités industrielles de médicaments ensuite revendus à l’étranger, pour obtenir des indemnités journalières pour des personnes en parfaite santé ou pour faire soigner gratuitement quantité d’étrangers venus en France dans cette seule intention.
      Seules les « belles âmes » pour qui les fraudeurs (sauf ceux qui optimisent légalement leur situation fiscale) sont des gens qui « ont besoin de frauder » et donc qu’il serait « immoral » de les en empêcher, pousseraient les hauts cris.
      2. La chasse aux organismes inutiles avec répartition des fonctionnaires qui y sont affectés là où il en manquerait …ce qui entraînerait aussi une réduction des locaux et des frais de fonctionnement.
      Il est vrai que les syndicats de fonctionnaires pousseraient les hauts cris, mais cela pourrait être surmontable.
      3. La suppression de toute subvention publique (d’État ou des collectivités locales) aux associations qui ne couvrent pas leurs dépenses, au moins à 50 %, par les cotisations de leurs membres et les dons reçus des particuliers – à l’exception des associations caritatives, à condition, pout celles-ci, que leur gestion soit transparente et que la proportion des frais de fonctionnement et de recherche de dons ne soit pas excessive.
      Là, il est vrai, il y aurait cris et protestations, mais peut-être moins qu’on ne le redoute.

      4. J’arrive à des possibilités beaucoup moins consensuelles… mais il serait sans doute souhaitable que, toutes les fois qu’un fonctionnaire exerçant des fonctions qui s’exercent de façon analogue dans le secteur privé et travaillant dans un secteur qui ne relève pas du domaine régalien [1] prend sa retraite, il soit remplacé (si son poste est utile au service des citoyens) par un salarié bénéficiant d’un CDI, pouvant comporter certains avantages.
      Là il est évident que les syndicats qui dépendent, pour leurs subventions, du nombre de fonctionnaires, protesteront avec vigueur.
      Mais avec les trois premiers points, à supposer qu’il se trouve un gouvernement pour avoir d’abord le courage de les présenter, puis de les faire voter, et enfin de les appliquer, la dépense publique baisserait de façon notable, sans léser ceux dont il serait injuste de faire baisser le niveau de vie.

      [1] Pour lequel il reste souhaitable que le personnel soit soumis à des règles particulières et donc bénéficie, en compensation, d’avantages particuliers.

      Répondre
  6. Daniel

    8 juin 2013

    Mariedefrance:
    “Maintenant comment faites-vous pour ne pas être le
    con tribuable qui paie pour des causes qui nous détruisent ??”

    En fait, je fais ce qui serait très efficace pour nous mettre tous d’accord si beaucoup comprenaient à quel point la comparaison au Nazisme est justifiée dés que l’on cesse de s’accrocher à l’idée que le symbole principal du Nazisme, “ce sont les fours”. Les fours ne sont que la conséquence violente rendue possible par une série de mensonges et de techniques de domination des peuples. La division intérieure du peuple est la base nécessaire à la réussite de tous les autres moyens. Et le gentil Hollande est sur ce plan le plus traitre de tous ceux qui l’ont précédé dans cette besogne. Le coup du mariage venant en priorité sur tous les problèmes concrets de chômage et de fin de mois des Français est une bassesse immonde. Mais il est de son milieu, méprisant, raciste, mais inconscient. Remercions la Vie de ne pas avoir été formatés par l’ENA…

    Pour répondre plus précisément à votre question, il faudrait communiquer, analyser et comprendre le fond quand ils nous lancent sur des fausses pistes (mariage) et que nous nous battons sur la forme: les impôts.
    Au bout de l’analyse, il y a l’évidence:
    – que la Constitution n’est pas respectée,
    – que la politique menée organise la mort de CATEGORIES définies par les représentants de l’Etat, selon les mêmes principes de haine et de mépris que ceux déjà évoqués… et condamnés par la loi,
    – que les décisions de nos élus qui ont manigancé pour l’alternance gauche/droite relèvent de manipulations, de magouilles dont ils sont les seuls responsables et qu’ainsi la dette du pays est une construction de leur choix dont ils tirent parti depuis sa création. En étant de plus en plus gourmands et gougeats. Et qu’en conséquence cette chasse privée dans laquelle ils se sont comportés en propriétaires et qui les a engraissés leur appartient totalement. Mais pas au peuple. etc…
    Il s’agit simplement de mettre en évidence qu’il y a crime en bande organisée, racisme et illégalité… et se positionner officiellement par lettre recommandée en demandant au responsable du service de quel côté il se positionne avant que la roue ne tourne… et il y a des miracles car la peur change de camp.
    Si ça vous intéresse, je ne fais pas de rétention d’analyses.

    Répondre
    • mariedefrance

      9 juin 2013

      et se positionner officiellement par lettre recommandée en demandant au responsable du service de quel côté il se positionne avant que la roue ne tourne… et il y a des miracles car la peur change de camp.
      Si ça vous intéresse, je ne fais pas de rétention d’analyses.

      Oui, cela m’intéresse car non seulement je suis d’accord sur votre analyse mais j’aurais besoin de compléments d’explications concernant votre dernier § que je rappelle ci-dessus.

      Pensez-vous une seconde que cette “lettre recommandée” aurait une réponse ?:-)

      En fait, personnellement, je cherche une résistance par l’impôt, par l’argent, en clair.
      Bientôt, notre dit président aura ordre de faire comme à Chypre.
      Je le sens venir…

      Merci.
      (J’espère bien que la peur va changer de camp !)

      Répondre
  7. lavandin

    8 juin 2013

    Soyons simplistes : la piscine fuit. Pour maintenir le niveau de l’eau, on ne recherche pas la fuite. La solution que l’on retient pour maintenir le niveau, c’est de laisser ouvert le robinet de remplissage , et de l’ouvrir de plus en plus si necessaire. C’est ce que fait l’Etat. On y apprend par exemple que la fraude sociale est estimée à 20 millirds d’euros, que les anciens combattants du maghreb sont immortels, qu’une carte vitale se loue 100 euros la journée … Mais la lutte contre la fraude n’est pas une priorité pour le gouvernement

    Répondre
  8. Lévy

    8 juin 2013

    Soyons factuels. “L’impôt tue l’impôt”. Lisez l’incipit d’un article du Figaro d’aujourd’hui : ” Les rentrées fiscales sont quasiment stables sur un an, malgré les hausses d’impôts votées. Les recettes de TVA, celles de l’impôt sur les sociétés et de la taxe sur les produits pétroliers reculent.”

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 juin 2013

      ce qui suffit à démontrer que l’augmentation de la T.V.A. n’est pas une bonne solution …du moins en France
      mais c’est la SEULE SOLUTION que connaissent ” LaDroite ” ET ” la gauche ”

      si vous voulez un Pays qui soit bien ” gouverné ” éliminez en premiers les ” énarques ” et les ” sciences-po “

      Répondre
  9. Anne Lys

    7 juin 2013

    Vous n’ignorez pas, Madame, qui écrivez «<<>> qu’on ne peut comparer ce qui n’est pas comparable et que d’ailleurs les fonctionnaires ne sont pas aussi favorisés, en matière d’assurance maladie et de vieillesse, par rapport aux salariés du privé que ceux-ci ne le sont par rapport aux professionnels indépendants.

    La logique de la protection sociale des uns et des autres obéit à des logiques différentes : les employeurs du secteur privé versent aux caisses à ce destinées les cotisations, qu’elles soient dites salariales ou patronales, pour l’assurance maladie et la retraite ; pour les fonctionnaires, l’État est son propre assureur : il n’a donc pas de caisse spéciale et tout ce qui est dû à un fonctionnaire, que ce soit son traitement, des remboursements de soins médicaux ou sa retraite, reste dans le budget jusqu’au moment où il est nécessaire de le verser (et d’ailleurs il est heureux qu’il n’y ait pas de caisse spéciale, car qui dit caisse spéciale dit fonctionnaires la gérant, locaux pour les loger et frais de fonctionnement, qui n’existent pas dans le système actuel). En fait, l’État paie ses fonctionnaires de leur entrée en fonctions à leur mort, mais moins quand ils sont à la retraite… Bien entendu, le traitement net versé aux fonctionnaires tient compte de ce qui leur sera versé au titre de la maladie ou de la retraite… Ce système est de beaucoup antérieur à la création de la sécurité sociale et de l’assurance vieillesse des salariés du privé.

    Ce qui, à mon avis, a été stupide, c’est d’avoir voulu alors créer une symétrie avec le système du secteur privé, en faisant figurer sur les bulletins de salaire des fonctionnaires des cotisations salariales et patronales qui n’ont pas d’existence réelle puisqu’elles ne vont dans aucune caisse particulière.

    Il est vrai que le système de retraite des fonctionnaires est plus favorable que celui des salariés du secteur privé. Moins qu’on ne le dit, parce que beaucoup de fonctionnaires ne parviennent pas, à cause de la longueur des études et de la rareté des concours de recrutement, à accomplir une carrière complète et donc à avoir une retraite complète et parce que un grand nombre d’entre eux sont en situation de « butée statutaire » pendant des années avant de prendre leur retraite et donc que leur traitement n’augmente pas, si bien que la clause des « six derniers mois » ne les concerne pas…
    Moins qu’on ne le dit aussi, au moins pour la très grande majorité des cadres fonctionnaires, parce que, si les catégories plus modestes sont souvent mieux rétribuées que dans le secteur privé, ce n’est pas le cas, loin de là, pour les cadres : un fonctionnaire sorti d’une « grande école », un médecin, un pharmacien, un titulaire d’un diplôme de niveau bac +6 (sauf dans certains cas où les études sont considérées comme temps d’activité) sont payés environ 1.500 € nets par mois les premières années et mettent, dans le meilleur des cas, une vingtaine d’années pour arriver à doubler ce traitement. Comparez avec le salaire de leurs homologues du secteur privé… Aussi, en fin de compte, leur somptueuse retraite de 75% s’avère souvent beaucoup plus légère que celle d’un cadre du secteur privé.
    Moins surtout qu’on ne le croit souvent, parce que toutes les études comparatives comparent la retraite UNIQUE du fonctionnaire à la seule retraite de l’Assurance maladie, alors que, fort heureusement, les salariés du secteur privé ont des retraites complémentaires qui, pour les cadres, sont souvent l’essentiel de leur retraite…

    Ce serait une injustice de retirer à des fonctionnaires que l’Etat a, contrairement à la légende, bien du mal à recruter pour les postes à responsabilité, à cause de la modestie des traitements, les avantages qui leur permettent de vivre leur retraite, certes après une certaine diminution de leurs revenus, mais avec sérénité, d’autant que l’on peut être certain que toute perte d’avantages des fonctionnaires ne serait PAS compensée par une augmentation de la retraite des salariés du secteur privé…

    On ne remédie pas à une injustice en en créant une autre…

    Répondre
  10. Philippe Lemaire

    7 juin 2013

    Trop d’impots tue l’impot. Soit. C’est pourquoi Chirac puis Sarkozy ont baissé l’impot. Pour quel résultat ? Pas de reprise économique mais une aggravation des déficits. Mais mariedefrance a parfaitement raison à propos du coût de l’immigration.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      7 juin 2013

      si on diminue l’impôt, tout en créant toujours plus de dette … comme sous Chirac ( encore que c’est à voir…diminution pour tous ? ) et sous Sarkozy ( même remarque ) … arrive le moment fatidique où les intérêts de la dette sont à un tel étiage qu’il faut pour rester dans le lit de la rivière européenne … pomper en aval, c’est à dire dans la poche du citoyen, les gouvernements ne sachant pas réduire leurs dépenses démagogiques … l’économie politique des Etats modernes depuis Florence et plus près de nous depuis la création de la F.E.D. a pour moteur la dette …

      Répondre
  11. mariedefrance

    6 juin 2013

    POurquoi ne rien demander aux députés, sénateurs et hauts fonctionnaires ?
    Pourquoi ne pas imposer cette enveloppe mensuelle pour laquelle ils ne justifient de RIEN ?
    Aux fonctionnaires tout court qui ont des privilèges par rapport aux personnels du privé et des indépendants ?

    Où est l’égalité devant le calcul des retraites ? des primes et des bases imposables ?

    Mr LEGALITE a tout faux !
    il n’est juste capable de faire se marier la minorité pour laquelle il a dû pondre une loi !

    Une loi qui détruit la famille, fondement de la société.

    Et puis…. et puis…. toute cette immigration qui nous coûte 75 milliards d’€ alors que nous avons plus de 3 millions de chômeurs, POURQUOI ?

    Serait-on déjà soumis ? des dhimmis ?

    OUI, madame !

    Répondre
    • Daniel

      7 juin 2013

      Oui, Mariedefrance.
      C’est ainsi que les individus sont égaux devant la loi: la loi établit une discrimination entre des catégories définies par la loi, puis parle de l’égalité devant la loi voire même “d’égalité”, concept pour demeurés .
      Le Nazisme a-t-il fait autre chose que de donner des droits à des catégories et les refuser à d’autres? Ce furent ses premières décisions qui constituent la base de toute dictature. Comme sous le règne du Nazisme, ceux qui sont humiliés par la non égalité de droits tentent de se défendre, ce qui permet de les déclarer violents, de les désigner à la vindicte médiatique en accord avec l’Etat et de finir par les rendre violents.
      Et les collabos ne demandent qu’à croire que ceux qui sont désignés comme n’ayant pas les mêmes droits le sont pour des raisons objectives de mérites inférieurs. Comme l’ont subi les Juifs et les homosexuels et autres catégories déjà condamnées définitivement à ce premier stade. C’est pourquoi les nombreux jaurès profitant du droit de vol légalisé ne veulent pas entendre parler du mérite nécessaire pour échanger l’argent, afin de ne pas avoir à se reconnaitre pour ce qu’ils sont. C’est à dire des collabos qui défendent leurs acquis et protègent ainsi les pouvoirs politiques qui n’ont plus besoin d’armes pour tuer. Et ils risquent fort d’arriver au terme à ce qu’on s’entretue, précisément après nous avoir divisés par des droits différents.
      Espérons que les Français comprennent assez tôt que les collabos et leurs maitres sont dans l’illégalité !. La concitoyenneté n’existe que dans le contexte de l’égalité de droits selon la Constitution… et par conséquent, ne sont pas Français légitimes ceux qui n’appliquent pas la Constitution. Il faut juste comprendre que le peuple peut et doit reprendre les rênes de son avenir sur des bases légitimes qui sont des principes de justice. Le peuple français ne doit rien à ces gens-là qui nuisent au principe “d’utilité commune”.
      Je ne suis donc pas le concitoyen de ces individus qui détournent la loi à leur profit personnel et je refuse donc de payer mes impôts pour qu’ils soient utilisés par des mafieux ennemis de la République, fussent-ils énarques ou syndiqués, car je ne souhaite pas devenir un collabo anti france…
      Et si quelqu’un pense différemment, qu’il s’en explique!.

      Répondre
      • mariedefrance

        8 juin 2013

        Je pensais justement que mon post n’avait pas fait réagir.
        merci d’appuyer ma vision.

        Le Nazisme a-t-il fait autre chose que de donner des droits à des catégories et les refuser à d’autres? Ce furent ses premières décisions qui constituent la base de toute dictature. Comme sous le règne du Nazisme, ceux qui sont humiliés par la non égalité de droits tentent de se défendre, ce qui permet de les déclarer violents, de les désigner à la vindicte médiatique en accord avec l’Etat et de finir par les rendre violents.

        et de quoi, de qui est sorti ce nazisme ?
        pas de la droite !!

        il se nommait : national-SOCIALISTE !!
        Qui a serré la main au mufti de Jérusalem ?

        Il faut prévenir ceux qui rêvent encore , qui dorment encore.
        La résistance commence par INternet.

        Ils le savent et veulent nous faire taire, Daniel.

        François Hollande a reçu discrètement une trentaine de blogueurs

        Sans que le rendez-vous figure à son agenda officiel, François Hollande a reçu mi mai plusieurs dizaines de blogueurs engagés du côté de l’ancien candidat socialiste, en vue de les remobiliser dans un contexte où les médias traditionnels affichent une hostilité inédite.

        http://www.numerama.com/magazine/25755-francois-hollande-a-recu-discretement-une-trentaine-de-blogueurs.html

        Maintenant comment faites-vous pour ne pas être le
        con tribuable qui paie pour des causes qui nous détruisent ??

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)