Euthanasie : les étudiants en médecine refusent d’assassiner !

Posté le mai 15, 2014, 3:30
3 mins

Par fidélité au serment d’Hippocrate, prêté par les médecins depuis plus de 2300 ans, des étudiants d’une trentaine d’universités de France créent le collectif « Soigner dans la dignité » pour une pleine application de la Loi Léonetti, et non sa révision.

 

serment_hippocrate

 
« Aujourd’hui, il devient urgent de mobiliser les politiques et les professionnels de santé…  pour faire entendre notre refus de l’euthanasie et notre désir d’être mieux formés à la prise en charge de la fin de vie, à l’accompagnement des personnes et des familles… », déclarent  les fondateurs de la toute nouvelle association « Soigner dans la dignité », en expliquant leur détermination à  pouvoir accompagner « comme ils le méritent » leurs patients en fin de vie, ainsi que leur entourage, et qu’une révision de la loi Leonetti risque fortement de remettre en cause.L’Association rassemble des étudiants en médecine de toute la France qui, au moment d’être admis à exercer la médecine et de se mettre au service de tous leurs patients, veulent pouvoir promettre d’être «  fidèles au serment d’Hippocrate.
 
Selon leur charte, ces étudiants  veulent avoir comme premier souci de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, en apportant une attention particulière aux malades en grande souffrance et aux personnes en fin de vie. (lire la charte) Futurs médecin de ville ou de campagne, externes ou internes dans une trentaine de villes de France, métropole ou Outre-mer, ils sont convaincus que les soins palliatifs constituent en effet « une vraie réponse à la détresse physique ou morale en fin de vie ». Ils souhaitent «  interpeller les politiques en leur disant que « la France, jeune, à travers ses futurs médecins, est inquiète! ».Selon eux, la révision de loi Léonetti doit renforcer la culture des soins palliatifs et non conduire à la promotion de l’euthanasie, quelle qu’en soit la forme. Ils demandent donc la pleine application de la loi, ce qui veut dire : s’appliquer à mettre en œuvre une culture en faveur des soins palliatifs, sensibiliser et former tout le corps soignant, étendre l’information auprès des patients et de leurs proches, soutenir les associations qui œuvrent avec eux.Comment soutenir leur action ?
– Si vous êtes un étudiant en médecine, entre la deuxième année et la fin de l’internat, en signant leur charte sur le site :http://soignerdansladignite.com/etudiant.php

– Si vous êtes un citoyen, en rejoignant leur comité de soutien. Ce comité représente les personnes qui ne sont pas étudiants de médecine, mais qui veulent manifester leur soutien moral à cette initiative des futurs médecins.

N’hésitez pas à faire connaitre cette association à un maximum de gens ! La cause est trop importante…

Sur Délits d’image

8 réponses à l'article : Euthanasie : les étudiants en médecine refusent d’assassiner !

  1. Jaures

    16 mai 2014

    J’admets ne pas avoir de réponse arrêtée à ce sujet.
    D’accord pour les soins palliatifs à condition qu’ils soient accessibles à tous. Or c’est loin d’être le cas et nous constatons des différences de traitement inacceptables, certains étant entourés avec un personnel suffisant et des soins adaptés, d’autres étant laissés en quasi abandon.
    Est-on prêts à assumer le coût exponentiel de tels traitements ?
    Par ailleurs, pour les cas où les personnes se sont clairement exprimées pour eux-mêmes par écrit contre tout acharnement thérapeutique et l’abrègement des souffrances en cas de maladie incurable, cela doit leur être accordé.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      18 mai 2014

      Dernièrement une lettre de “Droit à la vie” dans ma boite aux lettres me rappelait que depuis 40 ans ~8 millions de personnes avaient été trucidées avant de naître. Ces personnes n’auront jamais besoin de soins palliatifs.
      Encore bravo à ces étudiants!

      Répondre
  2. DA85

    16 mai 2014

    Espérons que leur volonté d’être fidèle au serment d’Hyppocrate leur fera également refuser de pratiquer des avortements.

    Répondre
    • zézé

      16 mai 2014

      En complet accord avec vous !!!!

      Répondre
  3. 16 mai 2014

    On peut comprendre ces médecins, mais comment savoir lequel est sincère et lequel pense avant tout à assurer du travail ,aux frais de la princesse, pour l’ensemble du corps médicale ?
    De l’ambulancier au grand ponte de la recherche médicale en passant par les laboratoires, nos frais ,dans le domaine médiccal, deviennent impressionnants!

    Répondre
  4. Marguerite

    16 mai 2014

    Et bravo aux étudiants qui veulent soigner, soulager, guérir et non pas tuer !!!!

    Répondre
  5. Marguerite

    16 mai 2014

    Le Serment d’Hippocrate ? Il a déjà été bien mis à mal par l’avortement ! C’est un serment que les médecins ont respecté jusqu’à l’autorisation d’avortement. Maintenant, selon moi, c’est un simulacre ! Et l’on s’apprête à élargir la brèche avec l’euthanasie. Donc, plus de serment d’Hippocrate !
    Dieu est le Maître de nos vies, Lui seul. L’homme n’est rien. Mais il veut jouer au dieu. La maladie, la vieillesse, la souffrance, la mort – naturelle – sont le lot de l’homme, c’est sa vie. Que la médecine travaille à alléger la souffrance s’il ne peut y avoir de guérison, c’est bon mais pas au-delà.
    Notre société est. une société de mort à tous les niveaux.
    Réveillons-nous !

    Répondre
  6. 15 mai 2014

    Soigner dans la dignité oui, je suis d’accord .
    Je suis pour l’euthanasie quand il n’y a plus d’espoir pour
    les personnes âgée , j’ai 84 ans et je ne voudrai pas finir
    comme un vieux légume .

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)