Exprimez votre refus total de la modulation des allocations familiales !

Posté le octobre 27, 2014, 3:24
2 mins

caf


Madame, Monsieur le Député,

Je tiens à vous exprimer mon refus total de la modulation des allocations familiales. Le principe même de la politique familiale française exige qu’on ne la confonde pas avec la politique sociale. Les allocations familiales n’ont qu’un but : permettre à chaque ménage, quel que soit son niveau de revenus, d’accueillir un enfant sans perdre de pouvoir d’achat.

Il est évident que, si l’on touche au principe d’universalité des allocations familiales, c’est l’ensemble de la politique familiale que l’on renverse. Et c’est bien cela que les socialistes ont voulu faire. La famille résiste, en effet, un peu trop à leur goût à leurs visées collectivistes.

La meilleure preuve que c’est la famille qui est visée comme telle, c’est que les socialistes se sont bien gardés de toucher à une inégalité beaucoup plus criante et beaucoup plus coûteuse.

En effet, que les fonctionnaires perçoivent un supplément familial de traitement. Ce supplément aux allocations familiales – réservé aux salariés du public, « clientèle » électorale principale du Parti socialiste – est, quant à lui, « modulé » en fonction du salaire : plus un fonctionnaire gagne un salaire élevé, plus son SFT est élevé. C’est-à-dire l’exact inverse de la logique prétendument égalitaire de la modulation des allocations familiales en fonction du revenu. Ajoutons que ce SFT coûte quelque 3 milliards d’euros, à comparer aux 800 millions d’« économies » qu’est censée permettre la fameuse modulation.

Nous savons que ce gouvernement est profondément hostile à la famille et, avec cette nouvelle attaque contre les allocations familiales, il le prouve une fois de plus.

Nous ne sommes pas dupes.

C’est pourquoi nous vous prions, Madame, Monsieur le Député, de vous opposer fermement à cette mesure inique.

 

 

Vivien Hoch est doctorant en philosophie, directeur d'un pôle de recherche et communiquant politique.

27 réponses à l'article : Exprimez votre refus total de la modulation des allocations familiales !

  1. poulet gerard

    29/10/2014

    Demain ous paierez votre kilo de patates en fonction de votre salaire et ,si vous en cultivez sur votre balcon ,vous paierez une taxe !!

    Répondre
    • Jaures

      29/10/2014

      C’est en partie le cas. Il existe des épiceries solidaires où votre addition dépend de votre revenu.

      Les restos du coeur offrent des repas gratuits aux plus pauvres.Il n’y a pas de contrôle. Vous pouvez donc vous insinuer dans une file d’attente pour profiter un peu des honteux avantages dévolus aux plus démunis.

      Répondre
  2. BRENUS

    28/10/2014

    Cessez donc de gémir pour cette « insignifiante retenue ». Elle ne s’applique qu’aux « riches » selon la formule des fumistes patentés. Par contre, vous rirez moins quand – et ce sera pour bientot – la réduction touchera les fameuses classes soit-disant moyennes avec 3500 euros de revenus par mois dans la famille. Déja que la cantine est gratos pour certaines chances, les colos de mairie dito, j’en passe et des meilleures. Et le pro-muzz de service ne va pas tarder à proposer l’impot spécial sur les dhimmis, comme le soihaitent ses maitres muzz. Pour les plus gentils je précise car pour les autres ce sera la conversion ou l’égorgement. Merci fumier!

    Répondre
  3. C.B.

    28/10/2014

    « Jaurès », vous avez sans doute un jour appris la règle de trois: une famille avec deux enfants ayant 6000 € mensuels de revenu n’est pas plus « à l’aise » qu’un célibataire qui dispose de 2 000 € mensuels; mais a des charges nettement plus importantes (impossible de se contenter d’un studio). Bien sûr, elle n’est pas à plaindre, pas plus que le célibataire à 2 000 €; mais pas non plus de quoi mener grand train de vie.
    Quant à Clotilde, sa seule erreur est de ne pas remettre en question le fait que la « contibution de l’état au maintien du niveau de vie des agents de service public » pourvus d’enfants n’a aucune raison d’être proportionnelle au traitement: pourquoi avec un traitement de 3 000 mensuels le SFT devrait-il être le double de celui qui est prévu, pour une composition familiale identique, si le traitement n’est que de 1 500 €?

    Répondre
    • Jaures

      28/10/2014

      C.B, je ne reproche pas à quiconque de vouloir garder sa petite allocation. Chacun est attaché à ses avantages acquis.
      Cependant, vous ne pouvez mettre en parallèle les trains de vie d’un célibataire et d’une famille. Avoir des enfants est un choix de vie. Rien n’est comparable avec celle d’un célibataire.
      Et ce ne sont pas ces 65€ sur un salaire de 6000 qui changeront quoi que ce soit.

      Répondre
      • Lebon

        20/01/2015

        Jaures, du point de vue du pays, que les gens aient des enfants n’est pas un choix de vie, c’est une nécessité pour que le pays survive.

        Le but numéro 1 d’un état, c’est de maintenir sa population. Il ne faut pas l’oublier.

        Répondre
    • ffffff

      28/10/2014

      le SFT n’est pas uniquement proportionnel au salaire, il est pour une part fixe et pour une part proportionnel (3 ou 8% selon que vous avez 2 ou 3 enfants), avec des planchers et des plafonds. Ce qui veut dire qu’il est compris entre les indices 449 et 717, soit 3 ou 8% de cet indice x 4,63 €.
      La part variable est ainsi comprise entre 62 et 166€ pour deux enfants.

      Répondre
    • Gaigne

      30/10/2014

      Parce que le Supplément Familial de Traitement est profondément familial et non pas social.
      A niveau de responsabilité égal, les enfants ne devraient pas faire chuter le niveau de vie du fonctionnaire. Et cela devrait être la même chose dans le privé.
      Si les allocations familiales étaient proportionnelles aux revenus, je pense que les quelques (ou nombreux?) cas sociaux qui profitent du système se boosteraient le cul…
      Pour info, les allocations familiales pour 3 enfants représentaient 107% du SMIC brut en 1950 et seulement 32% en 2014.
      Ou sont passés les 75% restant? En partie dans des allocations sociales qui encouragent la paresse ou qui sont causées par le divorce et les aides sociales aux mères seules avec enfants. Bref la « non-famille » coûte bien plus cher que la famille.

      Répondre
  4. six à deux

    28/10/2014

    Je viens de signer votre pétition, car la famille est une valeur sacrée, et son matraquage est insupportable. Cependant, je suis d’accord avec Clotilde concernant les fonctionnaires. Je suis moi aussi épouse d' »assimilé fonctionnaire », mère au foyer de 6 enfants. Après 17 ans de service, son salaire de base, sur lequel sera calculé sa retraite, et uniquement, est de 2500 euros. Nous avons déménagé cette année pour la 7è fois en 15 ans de mariage, et mon époux travaille entre 60 et 70 heures par semaine sans parler des longues absences à répétition. Cessons de nous « envier » pour une soi-disant sécurité de l’emploi, et pour ce fameux SFT ! Je ne viens pas me plaindre par ce message… je ne suis pas à plaindre, j’ai choisi en épousant mon mari ! Mais restons unis pour défendre la famille, et ne nous opposons pas les uns aux autres !

    Répondre
  5. Lucie

    28/10/2014

    Bonjour Clotilde,
    « Sortez de votre bulle »: je crois que vous pourriez vous appliquer cette recommandation.
    Je ne juge pas votre situation personnelle et tant mieux à titre personnel si vous pouvez bénéficier pour votre foyer d’un supplément de salaire. Toutefois, que ce soit utile pour vous et que vous en fassiez bon usage pour vos enfants, c’est une chose, que ce système totalement déconnecté de la réalité du marché et payé par le contribuable soit pertinent, c’en est une autre! Essayer de réfléchir au-delà de sa petite situation personnelle élèvera le débat.
    Vous dites que l’argument de la sécurité de l’emploi n’en est pas un: ignorez-vous le taux de chômage actuel, les contrats de travail précaires et que la sécurité de l’emploi à l’heure actuelle n’a pas de prix?
    Vous dites ensuite que les salaires du privé devraient prendre en compte la charge familiale du salarié: ignorez-vous que le coût du travail en France est déjà beaucoup trop lourd et fait fuir les entreprises?
    Cela me rappelle un cgtiste qui disait que les régimes spéciaux de retraite (edf et compagnie) n’étaient pas un problème en soi et qu’il ne fallait pas y toucher, il fallait plutôt accorder les mêmes avantages aux salariés du privé. Sachant que ce sont les caisses du privé qui financent le déficit gargantuesque des régimes spéciaux, on est en droit de s’interroger sur les modes de financement d’une telle idée.
    Que les enseignants soient rémunérés en fonction du coût réel de la vie? C’est une excellente idée, mais pour être rémunéré au coût réel de la vie, il faut accepter d’être soumis aux règles du marché, à la concurrence, à la limitation du coût du travail (et donc à la renonciation à certains avantages tombés du ciel…) car dès lors qu’on est dans un système étatique, il n’y a plus de coût réel; le communisme l’a prouvé en paupérisant l’URSS. Cela implique de connaître la réalité du chômage, de détruire le système public et de « dégraisser le mammouth ».
    Y êtes-vous prête? Je crains que beaucoup de profs (tous ceux qui peuvent abuser du droit de grève sans craindre de perdre leur emploi comme dans le privé…) ne le soient pas.
    Vous refusez de signer contre la modulation des allocations familiales au prétexte que cela remettrait en cause l’avantage SFT des fonctionnaires. Vous préférez donc qu’un système de solidarité familiale reposant sur les cotisations des salariés, à la fois juste et à l’équilibre financièrement (c’est le pompage opéré pour les retraites qui crée le déficit) devienne profondément injuste en se transformant en un système de politique sociale à la sauce communiste (plus on cotise moins on perçoit), plutôt que de renoncer à un avantage qui coûte cher au contribuable et dont les fondements sont douteux. J’ai bien l’impression qu’en voulant conserver leurs privilèges, les fonctionnaires eux-mêmes se dressent contre les autres familles. N’est-ce pas l’ultime preuve qu’il serait temps que les fonctionnaires sortent de leur bulle?

    Répondre
    • Jaures

      29/10/2014

      Clotilde est comme vous, Lucie. Elle bénéficie d’un avantage financier et tient à le garder.
      Vos allocations familiales sont aussi payées par des cotisations qui élèvent le coût du travail. Pourquoi Lucie devrait-elle renoncer à ce bonus qui, je vous le rappelle, est lié à son statut de mère de famille.
      Lucie, pourquoi vous attaquez-vous à la famille ? Les enfants de fonctionnaires seraient-ils moins à défendre que ceux des familles aisées ?

      Répondre
      • Lucie

        30/10/2014

        « Pourquoi Lucie devrait-elle renoncer à ce bonus qui, je vous le rappelle, est lié à son statut de mère de famille »: Vous vous avancez un peu trop vite, je suis célibataire n’ai de ce fait pas d’enfants ni d’allocations familiales bien entendu. Ce n’est donc pas au nom de mon intérêt personnel que j’élève la voix.
        Je ne sais pas où vous avez vu que je soutiens que les enfants de fonctionnaires soient moins à défendre que ceux de familles aisées. Je soutiens au contraire le même traitement pour tout le monde. Il serait de fait normal que le même système s’applique partout: les allocations familiales relèvent d’un système universel (même si l’universalité est remise en cause actuellement), le SFT ne l’est pas et c’est en ce sens qu’il est injuste.
        Par ailleurs, si les allocations familiales sont payées par des allocations qui élèvent le coût du travail, c’est dans une moindre mesure que le SFT (et ce n’est pas pour rien que ce dernier coûte si cher). Toutefois, et surtout si les allocations familiales sont modulées, il ne s’agirait dès lors plus d’une politique familiale mais d’une ponction indue sur le salaire destinée à réduire les différences de revenu (bienvenue sous l’ère communiste), il serait alors temps d’envisager de supprimer complètement ce système d’allocations familiales qui n’aurait plus rien de familial.

        Répondre
  6. GTY59

    28/10/2014

    Pourquoi vous ne proposez pas un référendum, Vous (LMPT) qui criaient, il y a pas si longtemps « référendum » à tout bout de champ. Ah bin oui, mais non…..Cette modulation ne touche que 12% de l’ensemble des familles, donc faut pas LOL. Il faut une créer un pétition, donner cette sensation ou tout les français sont contre cette modulation, alors qu’en faite, il n’en est rien.

    Ah et pour en revenir aussi, à votre nouvelle argument phare, la  » familiphobie », donc de la racine « famille » et « peur » pour phobie. je n’ai rien contre les familles traditionnelles, j’en suis moi même issu, mais vous qui passiez votre temps à nier les familles autres que traditionnelles et a vouloir créer une famille  » suprême » (( papa, maman et leurs enfants (un petit garçon et une petite fille)), que vous ne vous rendez même pas compte que c’est vos démarches, et vos revendications qui créaient une discrimination à l’égard des autres familles. Donc venir montrer en permanence du doigt une chose que seul, vous êtes amener à faire. Ca prête à sourire, et cela vous enlève toute crédibilité, mais bon cela n’est pas nouveau, ce sur dernier point LOL

    Répondre
  7. Hervé Boismery

    28/10/2014

    D’une manière obsessionnelle, ce gouvernement s’emploie à détruire les valeurs et les institutions qui ont fondé notre pacte social.

    Répondre
  8. Trannod

    28/10/2014

    notre GVT est Autiste

    Répondre
  9. THEOBAL

    27/10/2014

    Il n’y a malheureusement pas que les socialistes qui applaudissent à la politique malthusienne et anti-familiale du gouvernement.
    FT

    Répondre
  10. Mériel jean

    27/10/2014

     » Que les soldats se battent, mais c’est Dieu qui donnera la victoire » ( Jeanne d’Arc)

    Répondre
  11. Monin

    27/10/2014

    L’argument du Sufa est malheureux: c’est uniquement à cause de son nom de familial qu’on l’a dans le collimateur. C’est un accessoire de salaire imposable et soumis à cotisations. Rien à voir. Ne tombons pas dans le panneau d’un journal de gauche libertaire qui veut éradiquer toute prise en compte de la dimension familiale dans les politiques de l’état.

    Répondre
  12. Giard jean-Louis

    27/10/2014

    Prions.

    Répondre
    • Jaures

      28/10/2014

      J’imagine une famille gagnant 6000/ mois avec 2 enfants priant avec conviction pour récupérer 65 euros.
      Quand tant d’enfants meurent de faim, de maladie ou sous les bombes la prière ne vous semble pas un peu mesquine ?

      Votez pour un candidat que vous restituera vos quelques dizaines d’euros mais laissez le Seigneur en dehors de cela.
      S’il existe, de bien pires problèmes sont sur son bureau.

      Répondre
  13. vincent

    27/10/2014

    Le gouvernement PS fait payer aux familles de La Manif Pour Tous leur détermination et opposition à sa politique sociétale néfaste. Cette dernière décision inique renforcera l’opposition de ces familles à ce gouvernement PS inefficace, incompétent et idéologue..

    Répondre
  14. vallet josiane

    27/10/2014

    effectivement il ne faut rien lacher.

    Répondre
  15. 27/10/2014

    Voir mon article sur ce sujet sur le site de liberté politique

    Répondre
  16. clotilde

    27/10/2014

    Bonjour,
    J’ai failli signer la pétition mais je ne le ferai pas pour une raison : cette dénonciation du SFT des fonctionnaires.
    Epouse au foyer, mère de 8 enfants, nous n’avons que le salaire de mon mari enseignant depuis 15 ans. Avec le SFT il tombe sur notre compte 2800 euro/mois ! Imaginez-vous que notre vie matéreille est déjà assez compliquée, mais sans, nous serions tous sur le trottoir !!! Le SFT est une juste contibution de l’état au maintien du niveau de vie des agents de service public et s’il y a quelque chose à dénoncer là-dedans, c’est plutôt que les salaires du privé ne prennent pas en compte la charge familial du salarié. Mon esplication est un peu simpliste, j’en conviens, mais votre dénonciation l’est tout autant.
    Pour être fonctionnaire il faut être français, et mettre de côté une carrière avec les avancements que la formation universitaire aurait pu laisser espérer. L’avantage de la sécurité de l’emploi ne doit pas être une excuse pour toujours chercher à paupériser une partie de la population déjà à la marge financièrement.
    Dresser les familles de fonctionnaires contre les autres familles de France est un calcul stupide. Ou alors battez-vous en même temps pour que les enseignants soient rémunérés en fonction du coût réel de la vie. En tout cas, sortez de votre bulle.
    Cordialement, Clotilde

    Répondre
    • Jaures

      28/10/2014

      Vous avez tout compris, Clotilde: la bonne prestation est celle dont je profite, la mauvaise celle attribuée au voisin.

      Répondre
    • Frédéric Bastiat

      28/10/2014

      Clotilde: si votre mari est prof d’allemand, il peut adhérer au parti socialiste, devenir premier ministre, il ne sera pas plus mauvais que certains exemples récents, et toucher les intérêts de l’équivalent d’un capital de 9 millions d’euros. Autre solution adhérer à la CGT et être rémunéré 3400 € par mois pour un BEP, ou émarger à 5 Smics par mois pour poster sur ce site. La SFT est un détail: bienvenue chez les cocus du socialisme.

      Répondre
    • Lucie

      29/10/2014

      Bonjour Clotilde,
      Vous dites que l’argument de la sécurité de l’emploi n’en est pas un: ignorez-vous le taux de chômage actuel, les contrats de travail précaires et que la sécurité de l’emploi à l’heure actuelle n’a pas de prix?
      Vous dites ensuite que les salaires du privé devraient prendre en compte la charge familiale du salarié: ignorez-vous que le coût du travail en France est déjà beaucoup trop lourd et fait fuir les entreprises?
      Que les enseignants soient rémunérés en fonction du coût réel de la vie? Cela implique que les enseignants soient soumis aux règles réelles du marché (dès lors qu’on est dans un système étatique, il n’y a plus de notion de coût réel, le communisme l’a prouvé).C’est une excellente idée, qui permettra de dégraisser le mammouth (l’éducation nationale coûte plus cher par élève que le hors contrat), de permettre une véritable liberté scolaire (qui n’est pas actuellement compte-tenu du prix du hors contrat), et de redonner aux enseignants leur plein rôle dans leur mission d’instruction. Cependant, je crains que beaucoup de profs (tous ceux qui peuvent abuser du droit de grève sans craindre de perdre leur emploi comme dans le privé…) n’y soient prêts…
      Enfin, j’ai du mal à comprendre le « juste » dans « juste contribution de l’état au maintien du niveau de vie des agents de service public ». Rappelons en effet que d’une part l’Etat, c’est le contribuable (suffisamment fiscalement étranglé), et d’autre part il n’y a pas de raison que ce SFT soit proportionnel au salaire.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)