Faut-il « libérer Mumia » ?

Posté le décembre 06, 2003, 12:00
4 mins

Depuis huit ans, l’extrême gauche française soutient que Mumia Abu-Jamal, journaliste afro-américain reconnu coupable le 9 décembre 1981 du meurtre d’un policier de Philadelphie, Daniel

Faulkner, et condamné à mort le 3 juillet 1982, a été la victime d’une odieuse machination. Voire…

On nous assure que le journaliste a été victime d’un procès raciste. La preuve : le juge Albert Sabo, ancien shérif adjoint de Philadelphie était, comme le policier décédé, membre du syndicat Fraternal Order of Police (FOP) et le jury ne comprenait que deux noirs. Ce qui est passé sous silence, c’est que le juge n’était plus membre du FOP depuis 1974, soit huit ans avant le procès. On oublie aussi qu’aux États-Unis une condamnation à mort suppose l’unanimité du jury, donc les deux jurés afro-américains ont voté en faveur de la peine capitale.

Il nous est soutenu également que M. Abu-Jamal a été condamné en tant qu’ex-Panthère noire – il le fut de 1968 à 1972 – tout en demeurant discret sur l’idéologie de ce mouvement qui prônait la violence contre la police et empruntait sa devise à Mao :

– « Nous sommes pour l’abolition des guerres ; la guerre, nous ne la voulons pas. Mais on ne peut abolir la guerre que par la guerre. Pour qu’il n’y ait plus de fusils, il faut prendre le fusil ».

S’ajoute à cela que l’intéressé a proclamé bien haut ses opinions tant à son procès que dans ses écrits, parus en France sous les titres « En direct du couloir de la mort » et « Condamné au silence », qui relèvent plus de la profession de foi marxiste et du réquisitoire anti-Américain que du plaidoyer portant sur les faits qu’on lui reproche.

C’est là qu’intervient l’argument décisif : le 8 juin 1999, un blanc, Arnold Beverly, a confessé avoir tué Faulkner pour le compte de la pègre locale – mafieux et « ripoux » de Philadelphie.

Sans doute n’a t-on pas bien lu cette confession : Beverly nous dit que « Faulkner a reçu des blessures par balles dans le dos et dans le visage avant l’arrivée de Jamal sur les lieux » ; or, il a toujours été déclaré que Mumia était présent avant que Faulkner ne se fasse tirer dessus, pour secourir son frère parait-il brutalisé par le policier ; William, le frère, n’est évoqué nulle part dans la confession, Beverly soutenant que « Faulkner était seul ».

Alors ? Alors non, rien ne prouve que la justice américaine se soit trompée le 3 juillet 1982, quoi qu’en disent les bonnes âmes qui, le 13 décembre, manifesteront dans Paris en criant « Libérez Mumia » et qui, naguère, nous dépeignaient les Rosenberg comme d’innocentes victimes du maccarthysme – alors que leur culpabilité est aujourd’hui démontrée. Et on ne peut qu’éprouver un sentiment de malaise lorsque l’on sait que Mumia Abu-Jamal a été fait Citoyen d’honneur de la ville de Paris, le 4 octobre dernier, par Bertrand Delanoë, qui n’en est plus à une infamie près…

3 réponses à l'article : Faut-il « libérer Mumia » ?

  1. Neldolas

    31/08/2007

    Ah. En voilà un article comme je les aime. Du grand n’importe quoi, rempli de vide, écrit par un pseudo journaliste aussi incompétent que pathétique. Peut-être serait-il judicieux de rappeler que Mumia a été grièvement blessé en même temps que le policier qu’il est sensé avoir tué? Peut-être devrais-je rappeler qu’en 1971, le gouvernement américain a tenté de l’accuser d’un crime dans un autre état? Peut-être faudrait-il que l’auteur de ce torchon se rappelle que les témoins ayant soi-disant vu Mumia commettre ce crime étaient tous sous le coup d’accusations, qui ont subitement été abandonnées ensuite? Peut-être qu’il serait bon de se rappeler le nombre de témoins qui ont déclaré plus tard avoir été victimes de pression de la part du juge Sabo qui est tristement connu pour avoir prononcé le plus de condamnations à mort dans l’histoire des Etats-Unis? Et de se rappeler, aussi, que la plupart (sur 32, 27) étaient des noirs?

    Sabo était un raciste. Oui, parfaitement. Ce n’est pas parce qu’il ne faisait plus partie d’un syndicat raciste qu’il ne l’était pas. Réfléchissez 5 minutes, si vous le pouvez, monsieur le journaliste. Allez vérifier une biographie de Sabo, qui était POLICIER jusqu’à 1974. Il est devenu juge CETTE année de 1974. Le fait qu’il n’appartienne plus à un syndicat de police, que ce dernier soit raciste ou non, est tout à fait normal. Aux Etats-Unis, un JUGE N’A PAS LE DROIT DE FAIRE PARTIE D’UN SYNDICAT DE POLICE. Tout procès serait considéré comme inéquitable. Donc, le fait que 8 ans avant les faits, donc en 1974, Sabo ne soit plus membre du FOP n’est pas la résultante d’une prise de conscience du juge, mais une obligation au regard de la loi. Il n’aurait JAMAIS PU exercer, le cas échéant.
    Maintenant, puisque vous êtes un homme ôôô combien intelligent, au dessus de la masse informe que dessinent, chaque jour, des millions de larve (appartenant apparemment à la gauche), expliquez moi POURQUOI un homme BLANC irait disculper un homme NOIR (pourtant, à Philadelphie, ville raciste par excellence, il est très facile de faire condamner un noir à sa place), en risquant de prendre la peine capitale A SON COMPTE! Il pourrait le faire APRES l’exécution de Mumia, mais il le fait AVANT. Expliquez moi pourquoi ce Arnold aurait voulu endosser la responsabilité du meurtre? La seule chose qui fait tache dans ce témoignage, c’est qu’il a EGALEMENT TIRE SUR MUMIA! Celui-ci avait été grièvement blessé, je vous rappelle. Oh, d’ailleurs, ça me rappelle que j’ai une question à vous poser. Si Mumia avait tiré sur le flic, le seul moyen pour qu’on le retrouve blessé par balles aurait été qu’il se tire LUI-MEME une balle. Donc, qu’il y ait tentative de suicide. Alors expliquez-moi COMMENT un homme que vous présentez comme voulant casser du flic (je simplifie le tout) se serait SUICIDE après UN MEURTRE???

    Tout cela pour dire que votre article, ou plutôt votre torchon, est rempli de vide, qu’on ne lit qu’un infime aspect de l’affaire Mumia Abu-Jamal. Malgré TOUTES LES INCOHERENCES DE L’ACCUSATION, vous repérez les quelques défauts dans la défense (dont n’a JAMAIS PU BENEFICIER MUMIA) pour le déclarer coupable de ce meurtre. J’ose espérer que vous vous contenterez de faire votre métier de reporter à sensations, à écrire des torchons comme celui-ci, à rester dans votre jus en pensant être un surhomme: j’aurais honte pour mon pays si un homme comme vous devenait juge ou même avocat. Si vous exerciez le métier d’avocat avec autant de professionnalisme que vous exercez votre métier de journaliste, vous mèneriez un innocent dans le couloir de la mort. A bon entendeur…

    Répondre
  2. Loman Everest

    10/08/2004

    A propos du Black Panther Party. Vous oubliez de dire que ce mouvement a mis en place des programmes de petits-déjeuners gratuits pour les enfants, de distribution de nourriture et de vêtements, a organisé des centres de santé dans la communauté afro-américaine… Vous reprochez à ceux qui soutiennent Mumia Abu Jamal de « rester discret sur l’idéologie » des Panthères noires. Mais vous faites la même chose, vous taisez tout ce qui ne va pas dans le sens de votre explication. On ne voit que ce qu’on veut bien voir. Loman Everest

    Répondre
  3. CHATAIGNER Frédéric

    09/12/2003

    Bonjour, je signale à tous les lecteurs et lectrices des 4 vérités qu’une version longue de ce texte paraitra très prochainement sur le site http://www.choc-info.com/ A bientôt! Frédéric Chataigner.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)