Humbles remarques sur le méchant mois d’août et le génie des JMJ

Posté le août 22, 2011, 12:00
9 mins

Dans le monde païen, et le monde moderne n’est qu’une variante de celui-ci, août est depuis toujours un mois de catastrophes, et donc de sacrifices. C’est le mois le plus chaud de l’année, le mois du réchauffement climatique, des vacances et des transports, le mois par excellence de la vie de zombie. Il apporte toujours de mauvaises nouvelles, quand il ne nous précipite pas dans les guerres faucheuses d’humains. Nous avons eu la guerre de 1870, celle de 1914, le pacte du 23 août 1939, nous avons eu l’attaque de l’Irak au Koweït qui a précipité le déclin de l’occident qui avait gagné la guerre froide ; nous avons eu aussi le putsch post-soviétique, enfin cette crise boursière qui annonce vraiment l’écroulement d’un système thermocratique qui repose sur la croissance du inepte du matériel et surtout sur une montagne titanesque de ce que j’ai appelé la dette (debitum, le péché, en latin) immonde.

Août est aussi un mois de canicules. On a connu celle de 2003, qui emporta 15 000 vies dans l’indifférence d’une partie des familles devenus non chrétiennes, c’est-à-dire post-humaines.

Août a des excuses : comme dit le grand Horace, poète de l’empereur de Rome, on ne peut que redouter l’atrox hora caniculae fragrantis, latin que je ne traduirai pas (j’invite mes lecteurs à s’y remettre : comme dit mon oncle chartreux, c’est la seule langue universelle…). L’heure redoutable (à l’heure où j’écris, il fait 43° dans le cœur de l’Espagne) arrive avec cette canicule, et elle exige des sacrifices, des moissons d’humains ; ou simplement elle rend fou, et c’est ce qui explique la multiplication depuis l’attentat de Breyvik (le 22 juillet introduit justement Sirius dans la constellation du chien) de tueries, d’émeutes, d’accidents d’avions et d’autos. Le grand Chrétien de Troyes a fondé toute la symbolique du Chevalier au lion sur cette canicule estival qui emporte la raison : Yvain retardataire y devient fou, nu, réduit à l’état de bête dans la nature.

Mais c’est pourtant au beau milieu de ce mois d’août tant redouté que nous célébrons la Vierge ; c’est pourtant au beau milieu de ce mois d’août tant redouté qu’un vieil homme fatigué vient voir ses ouailles et prier avec elles, venues du monde entier ; c’est pourtant au beau milieu de ce mois d’août qu’une Espagne accablée et ruinée par sa déchristianisation peut revenir à sa source et retrouver son élan et ses racines.

« L’important n’est pas la terre que nous laisserons à nos enfants mais les enfants que nous laisserons à la terre. »

Les JMJ sont apparues dans le ciel espagnol comme une pluie de météores ; on les a regardées, on les a étudiées, on les diabolisées, on les a enfin adorées. Ils représentent la marque incoercible et invincible du génie du christianisme et de l’Eglise.

On a toujours dit que l’Eglise était vieille et dépassée ; or comme dit Chesterton, c’est la seule institution qui ait jamais su s’adapter sans jamais renoncer aux principes et à la Foi. Relisez l’histoire des ordres mendiants.

On nous a dit que l’Eglise était tyrannique, puis trop démagogique ; trop homophobe, puis emplie d’homophiles ; trop proche des pauvres, puis trop proche des riches. Quand on commence à reprocher à la victime tout et son contraire, c’est que l’on est sur la mauvaise voie. Il n’y avait qu’à voir la piteuse et teigneuse manif laïque à Madrid, qui après avoir insulté les jeunes chrétiens – à la porte du soleil, d’ailleurs… –, s’est lancée sur la police pour finalement se plaindre de la brutalité policière, de la lâcheté des politiques, de l’indifférence du peuple, des impôts trop élevés (il faut faire payer les gymnases, les trottoirs, les robinets d’eau aux jeunes !) et de la malignité du pape… Il est toujours bon de voir un hérétique de près : il nous rappelle à l’orthodoxie. Il est exemplaire dans son genre…

Les JMJ sont un défi de puissance à l’agonie du monde postmoderne. Car les jeunes de l’Eglise catholique sont plus jeunes et plus modernes que les autres soixante-huitards vieillissants ; car les jeunes de l’Eglise catholique sont plus multiraciaux – tout en étant plus racés – que les autres ; car les jeunes de l’Eglise catholique sont plus nationaux et sociaux et solidaires que les autres ; car les jeunes de l’Eglise catholique sont plus sains et plus sereins et plus gentils que les autres. Car enfin les jeunes de l’Eglise catholique sont plus nombreux que les autres. L’important, dit un de mes amis catholiques, n’est pas la terre que nous laisserons à nos enfants mais les enfants que nous laisserons à la terre. Il est temps de se rappeler, dit Bernanos qui doit en chanter d’aise au ciel, que la vie est un risque à courir, pas un problème à résoudre.

Les jeunes des JMJ ont la vie devant eux. Les temps futurs seront leur œuvre.

20 réponses à l'article : Humbles remarques sur le méchant mois d’août et le génie des JMJ

  1. IOSA

    8 septembre 2011

    Restons humble en constatant le manque d’auditeurs sur cet article…..( ho ho ho ho!!!!)

    Mais où sont donc les milliers d’adoarteurs qui peuplent les églises ?

    Ben? surement en vacances…hum ?

    IOSA

    Répondre
  2. Anonyme

    25 août 2011

    @la Voix:

      votre petit texte sur la liberté humaine est très bon. En êtes-vous l’auteur? Sinon d’où provient-il? Merci.

    Répondre
  3. Johan

    25 août 2011

    Je suis catholique pratiquant , je ne me sens pas faire parti d’une église “morte, finie, vieillissante ect…” toutes ces analyses bien qu’etant intéressantes ne voient en l’église qu’une institution comme une autre. celle ci a ses défauts mais surtout représente aussi l’église du Christ tjrs vivant la religion chretienne n’est pas un concept mais une spiritualité du vivant. L’église c’est aussi l’église invisible et l’eucharistie qui est le mystère qui nous permet de nous relier de manière spirituelle au Christ non comme a une idée mais a une personne. Pour ceux qui ont la foi l’Esprit saint est a l’œuvre dans l’église. Et je voudrais répondre a un commentaire + haut : Non il n’y a pas que des vielles dames en noir et des vieux messieurs a l’église le dimanche il y toutes sortes de gens, des vieux, des jeunes, des blancs, des noirs, et l’église est pleine tout les dimanche et nous prions avec ferveur et nous célébrons l’eucharistie nous ne somme pas parfait et plein de défaut mais Jésus l’a dit lui même il n’est pas venu pour les parfaits mais les malades. N’analysons pas l’église que d’une manière socio psycho mais spirituelement.

    Répondre
  4. Jean-Pierre

    25 août 2011

     

    "<<Il est amusant de voir à quel point la haine de l’autre inculquée par l’ Eglise…..fait perdre la vue à ceux qui se prétendent regarder la Vérité de Dieu>>.

    Tiens je croyais que c’était exactement le contraire et qu’il fallait tendre l’autre joue etc… attitude totalement suicidaire face à l’islam

     

    Phase extraordinaire d’Isoa. C’est on ne peut plus vrai. Voilà une phrase qu’on devrait graver au front de toutes les églises. "

    Répondre
  5. La Voix

    25 août 2011

    La liberté humaine On ne peut abolir le péché et le mal sur terre, sans abolir en même temps la liberté de l’homme. Cela répugne à Mes attributs comme aux intérêts de ma créature. L’homme, maître de soi-même, doit être tenté et éprouvé pendant un temps. Ce n’est qu’à cette condition que Je me tiens honoré de son cœur et de ses actions. Je l’ai fait maître de choisir et de se déterminer librement en tout. Ce n’est pas Moi qui ai semé l’ivraie ; mais il entre dans Mon plan de tirer parti de ce qu’a fait Mon ennemi sans mon consentement. Le mieux est de tout souffrir jusqu’au temps de la moisson. Si tout était clair dans la religion, s’il n’y avait point de mystères, où serait le mérite de la foi ? Donc il n’est pas difficile de comprendre, jusqu’à un certain point, pourquoi les méchants prospèrent si souvent dans le monde, et pourquoi les justes sont si souvent opprimés. Autrement on pourrait conclure qu’il n’y a point d’autre vie après la mort. Dieu serait censé s’être acquitté envers tous dès la vie d’ici-bas, et chacun, déjà, y aurait reçu ce qui lui revient. Voilà la raison pourquoi Dieu permet que le juste souffre et que le méchant triomphe pour un temps. Il n’est point d’homme, si juste et si saint qu’il soit, qui n’ait encore, ou qui n’ait eu bien des défauts. De même, il n’est point d’homme si méchant qui n’ait encore du bon à certains égards. Or Dieu, qui est juste et bon envers tous, ne peut laisser sans punition les infidélités et les imperfections des justes ; de même, Il ne peut priver les méchants de la récompense des vertus morales qu’ils ont pratiquées. Que fait-il donc ? Il récompense les méchants pendant cette vie, afin de ne rien leur devoir à la mort ; Il punit les justes pendant leur vie afin qu’ils s’acquittent par la pénitence, de sorte qu’à leur mort Il n’ait plus aucune expiation à leur demander. Ainsi, ces prétendus désordres, contre lesquels les esprits forts ont tant argumenté, prouvent l’ordre le plus parfait. Ils établissent la nécessité d’une autre vie, ausssi bien que de l’immortalité de l’âme, et de l’existence de la Justice divine. # Sachez qu’on sera toujours libre d’embrasser ou de rejeter Ma religion sainte. On ne la prêche point à main armée. C’est par la persuasion et non par la force que la vérité entre dans les cœurs. Elle respecte le libre-arbitre ; mais, à ceux qui veulent se tourner vers elle, Je ne refuserai jamais le moyen de la trouver. Ceux qui s’opiniâtreront à lui tourner le dos, Je les laisserai courir à l’erreur. Je veux qu’on agisse sans contrainte. Je veux à Mon service des enfants et non des esclaves. Je veux être servi librement et non par une contrainte servile qui Me déshonorerait. ###

    Répondre
  6. Celtique

    25 août 2011

    Cher Jaures, quelle rethorique !… Magnifique, tout simplement magnifique… C’est dingue ce qu’on peut faire juste avec un clavier et un ecran quand on y pense….  Du grand Art.     😉

    Répondre
  7. Rosanov

    25 août 2011

    <<Il est amusant de voir à quel point la haine de l’autre inculquée par l’ Eglise…..fait perdre la vue à ceux qui se prétendent regarder la Vérité de Dieu>>.    Phase extraordinaire d’Isoa.  C’est on ne peut plus vrai.  Voilà une phrase qu’on devrait graver au front de toutes les églises.

    Ceci dit pour ceux qui seraient de mauvaise foi (et Dieu sait s’ils sont nombreux dans cette religion), je précise que je "préfère" bien évidemment le Catholicisme à l’Islam.

    Que M. Bonnal continue ce genre d’article.  Comme le dit Sembour : EXCELLENT !  Au moins on se marre bien pour une fois.  Ca nous change de l’actualité.

     

     

    Répondre
  8. Anonyme

    25 août 2011

    "Ma seule gloire dans la vie est de l’avoir vécue tranquille" écrit Montaigne. La vie d’un syndicaliste français, assis et souriant sur les ruines de la civilisation au saccage de laquelle il a apporté sa modeste obole avec une constance touchante, est un long fleuve tranquille.

    Jaurès, votre discours ressemble à s’y méprendre à celui des socialistes qui affirment constamment que leurs idées n’ont rien à voir avec feu le communisme, ni avec la lutte des classes. Entortillés dans des distinguos périmés d’un autre siècle, ils ne voient pas qu’ils SONT LES SEULS héritiers du communisme et la queue atrophiée et dérisoire d’une idéologie qui a fait la plus monumentale et stupéfiante série de faillites simultanées dans l’histoire de l’humanité. Faillite humaine, économique, écologique, idéologique, religieuse. Et à chaque élection l’électorat se demande comment se sortir de ce bourbier infini du « tout social » que prônent leurs politiciens en mal d’une éternelle réélection.

    En règle générale, ne pas se croire un abruti ne suffit pas à ne pas en être. Il faut des témoins bien plus sérieux et sans conflit d’intérêt.

    Répondre
  9. Rosanov

    24 août 2011

    Je trouve que les propos de Jaurès sont plein de bon sens.  Je suis très rarement de son avis du reste. 

    Il fait une bonne réponse à Small : pour se déparailler de la chienlie d’aujourd’hui, on peut quand meme avoir d’autres sources d’inspiration que JC qui est mort et a été enterré y a maintenant 2000 ans.   

    C’est bien vu de comparer le JMJ à la fête de l’huma.  (Il manque pas d’humour le Jaurès).  Ca sent les affres du crépuscule comme le dit non moins justement Guillermo.

    Dans le même genre d’idée, la très catholique Ségolène, est encore persuadée qu’elle va être présidente en 2012.   Quand on croit à des grosses sornettes, on peut bien croire à des plus petites.

     

     

     

     

    Répondre
  10. vozuti

    24 août 2011

    la roue tourne:  en 2011 ,les vieux cons sont les soixante-huitards.      avec le recul on voit que cette génération de jouisseurs nihilistes n’a réussi qu’à précipiter le declin de la civilisation européenne.       remplir son ventre,vider ses bourses,laver son cerveau devant la TV:   cette idéologie n’a rien apporté de très enthousiasmant. les grand-parents des jeunes européens ne sont ni des aventuriers ni des batisseurs,seulement des gloutons qui  ne croient qu’au journal télévisé.

    Répondre
  11. IOSA

    24 août 2011

    Il est amusant de voir à quel point la haine de l’autre inculquée par l’ Eglise…..fait perdre la vue à ceux qui se prétendent regarder la Vérité de Dieu.

    Il me semble que dans la Bible, Jésus dit  "Tu n’appelleras pas d’autre personne père que ton père du ciel"

    Donc, non content d’être aveugle, ils sont sourd.

    Je suis allé compter les ouailles dans l’ église et à part quelques vieilles toutes de noires vêtues et dans l’incapacité de se reproduire ?

    Mais soyons très clair, à choisir entre Islam et Catho, je choisi catho, mais celà implique bien évidemment d’ouvrir les yeux sur les évènements et sur les raméfications qui en découlent, dont notamment le baiser de Judas au Coran.

    Baiser que le dernier Pape en date a sanctifier !!!

    Alors maintenant, je compte dans l’église, non pas des croyants du Christ, mais bien des moutons que l’on va égorger avec la bénédiction Papale.

    IOSA

    Répondre
  12. Jaures

    24 août 2011

    Celtique, ne pas être un abruti ne suffit pas à être parfait.
    "Ma seule gloire dans la vie est de l’avoir vécue tranquille" écrit Montaigne. Tout irait tellement mieux si l’on ne s’évertuait pas constamment, par ennui, inconséquence ou sottise à saccager sa propre vie et, conséquemment, celle de ses proches.

    Sembour, votre discours ressemble à s’y méprendre à celui des communistes qui affirment constamment que leurs idées "font leur chemin", qu’elles "s’affirment dans les luttes" et que ceux qui les enterrent "en seront pour leurs frais". Et à chaque élection l’électorat se détourne.

    Alors peut-être que le fait que les prêtres disparaissent et qu’il soit nécessaire d’en faire venir d’Afrique pour assurer des offices auxquels assistent des fidèles moins nombreux et plus âgés ne veut rien dire.
    Peut-être que les rituels catholiques soient délaissés n’a pas de signification.
    Pour les laïcs comme moi, cela importe peu tant que la religion reste à sa place, c’est à dire dans la conscience de chacun, sans volonté de s’imposer aux autres en aucune façon.

    Répondre
  13. François

    24 août 2011

      Tout à fait d’accord avec Sembour.
     Il est tout de même étrange de constater que tout article sur l’Eglise ou toute parole du pape déclenche les multiples commentaires de ceux qui se prétendent non concernés…

    Répondre
  14. Anonyme

    23 août 2011

    Excellent article de M. Bonnal.

    Il est amusant de voir la contrariété des soixante-huitards endurcis, et des vielles lunes de la laïcité, qui cherchent à se rassurer des inquiétantes manifestations de masse de jeunes catholiques.  Ils résonnent comme les dinosaures de temps révolus,  et prisonniers de leurs schémas de pensée périmés, ils courent vérifier (sur Wikipedia mais peu en réalité) l’assistance des églises, compulsent les statistiques d’âge des prêtres et concluent avec soulagement que l’Eglise est bien moribonde sinon morte.

    Or les jeunes cathos ont de nouveaux réseaux qui sont à jamais inaccessibles aux vieux camarades syndicalistes. Ils se parlent sur MSN, sur tweeter, sur Facebook. Ils se réunissent virtuellement en permanence, se consultent, se réconfortent, se draguent. Ils ont leurs codes informatiques et leurs signes. Une très petite proportion va aux JMJ et se sont rarement les mêmes. Ils sont peu socialistes et ne cherchent pas du tout à embrigader de force les réfractaires et les abrutis. Ils dénoncent et réprouvent les ratages monumentaux du clergé de gauche qui a sévi au 20ième siècle. Les prêtres ouvriers ne sont pas leur tasse de thé. Ils ont recréé une Eglise puissante qui va assez peu « à l’église ».

    Ils estiment de leur devoir de « dire » mais pas de « convaincre ». Ils ont l’obligation de moyens mais pas du tout celle de résultats. En bref, que les mécréants aillent compter les ouailles dans les églises et surtout qu’ils aillent se faire f….

    Répondre
  15. Celtique

    23 août 2011

    Jaures, vous etes un homme parfait !…    😉

    Répondre
  16. Jaures

    23 août 2011

    Cher Small Barholdi, je ne suis pas catholique, je me définis comme agnostique, et pourtant je ne crois pas a priori ce qui passe à la télé, je ne m’empiffre pas, je ne consomme pas n’importe comment, je ne pense pas qu’à ma gueule, je n’ai pas peur de l’Islam (ni de n’importe quelle autre religion) et je suis pour mes enfants un père et non un copain.

    Les comportements que vous stigmatisez ne sont pas liés à un refus des traditions chrétiennes mais à un manque d’intelligence, d’éducation et de culture.

    Répondre
  17. IOSA

    23 août 2011

    La consécration de JEAN PAUL II à Madrid sous entendu par le terme de génie des JMJ n’est rien d’autre que la reconnaissance pleine et entière de l’ Eglise en son entier à la foi de l’ Islam….Comme le fit ce Pape, peu avant sa mort..

    Les manifestants ne se sont absolument pas trompés et leur devoir en tant que patriotes était bien de bouter l’envahisseur islamiste dehors.

    Monsieur Bonnal ne sait plus reconnaître un véritable chrétien et puis même si il le savait….il fait et ferait ce qu’ont fait et feront les crétins en 2012 en votant Sarko ou ségolène, voir les deux si c’est possible.

    IOSA

     

    Répondre
  18. SMALL BARTHOLDI

    23 août 2011

    Sans être une solution miracle, un retour aux traditions et croyances chrétiennes permettrait de pallier quelques unes des plaies de ce siècle, à savoir :

    * le matérialisme intégral : tout s’achète et tout se vend, surtout la dignité

    * l’individualisme forcené : chacun pour sa gueule et parlez-moi de moi

    * l’explosion des structures familiales : le papa est un copain jetable à l’envie et l’enfant est un petit prince et surtout le roi des consommateurs

    * la perte d’identité : nous ne venons de rien et à chaque jour suffit son train-train

    * la sécheresse spirituelle : je ne crois que ce que je vois à la télé

    * la peur bête de l’islam : réaffirmons la laïcité et ces gens deviendront comme nous

    * la gloutonnerie : je bouffe jusqu’à m’en faire exploser la panse

    En ce siècle où il ne se passera plus rien, un retour vers le message et la vie du Christ pourrait être ce qui arriverait de mieux aux Européens. Du moins ce qui serait le plus crédible et le plus utile.

    Répondre
  19. Guillermo

    22 août 2011

    Les propos de M. Bonnal me rappellent étrangement ceux de Ségolène au beau soir de la présidentielle de 2007.

    La très catholique Ségolène chantait elle aussi victoire, au mépris des réalités les plus évidentes.  Les Cathos sont comme ça. Hurler victoire d’autant plus fort qu’on a pris une tragique déculottée, c’est leur crédo.

    Derrière ces jeunesses pucelles venues vénérer le pape en Espagne, il y a les réalités qui sont autrement plus significatives que ces mouvements jeuno-populaires, à une période estivale, dans un pays touristique où presque toute la jeunesse est sans boulot.

    Au-delà de ce discours enflamé de M. Bonnal, discours qui pourrait avoir été emprunté à n’importe quel régime dictatorial, regardons les faits, la VRAIE réalité (excusez le pléonasme), celle qui n’est écrite ni sur "Nos clochers", ni sur "La vie catholique" ni d’ailleurs sur "La Pravda" à Moscou.

    1.       Les églises se dépeuplent de façon drastique. Elle se dépleuplent en fidèles mais surtout en prêtres.

    2.       Au mépris de tous leurs principes, les évêchés courent après le marketing et la publicité.

    3.       Et surtout les enterrements sont maintenant officiés de plus en plus par des "laïques".

    Que vaut une religion qui en vient à délaisser jusqu’aux plus pratiquants de ses ‘fidèles’ au moment de la mort ? Elle est elle-même mourante.

    A l’échelle de l’histoire elle n’a plus que quelques heures à vivre; après avoir dispensé des préceptes rigides et quantités de malheurs sur la planète pendant près de 2000 ans. Et fatalement, dans ces quelques heures, elle aura peut-être encore quelques soubresauts spectaculaires. Témoins d’une énergie vaine, ceux-ci ne tromperont que les moutons qui ne demandent qu’à être trompés (trompés par « le bon pasteur » suivant l’expression magnifiquement consacrée).

    Répondre
  20. Jaures

    22 août 2011

    Il y a quelque chose d’émouvant dans ces lignes désuètes. Les JMJ rassemblent depuis plusieurs années les mêmes bataillons enthousiastes. Cela n’est pas mauvais: pouvoir exprimer sa foi comme son opinion est l’apanage de nos démocraties laïques. Comme d’ailleurs avaient le droit de manifester ceux qui jugeaient inopportun la venue du Pape sur le sol espagnol.

    Mais une fois le carrosse redevenu citrouille, les catholiques devront constater la réalité du déclin de leur religion dont la moyenne d’age des prêtres atteint en France les 80 ans et dont les rites, baptême, mariage religieux, communion, sont délaissés par 90% de la population.

    Comme le succès de la Fête de l’Humanité, qui réunit chaque année 1 million de personnes, n’annonce pas un regain d’intérêt pour le communisme, celui des JMJ ne fera illusion que l’espace d’un matin.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)