Ils lui ont arraché sa baguette de pain et il a pleuré…

Posté le janvier 16, 2020, 2:59
4 mins

Il s’agit, pensez-vous, d’un enfant. Eh bien, pas du tout : il s’agit d’un homme de 70 ans, à la retraite, que je connais bien, un homme modeste, qui a travaillé toute sa vie et qui est parfaitement honnête.

Il venait de faire ses courses. Il avait une baguette à la main, comme tous les Français. Il rentrait chez lui paisiblement et, soudain, trois « jeunes », originaires vous devinez d’où, se sont jetés sur lui et lui ont enlevé sa baguette. Ils avaient faim, ces jeunes ? Sans doute même pas. Ils voulaient agresser un vieil homme sans défense qui, choqué, s’est mis à pleurer. Il ne pouvait que pleurer.

Il m’a raconté cela : « Je n’ai jamais fait de mal à personne, m’a-t-il dit. J’ai gagné ma vie à la sueur de mon front. Je m’offre une baguette de pain. C’est moi qui l’ai gagnée. Pourquoi me l’a-t-on volée avec violence ? »

Cette affaire, très mineure direz-vous, est sans importance. En réalité, elle est très significative et très importante. Un Français, chez lui, en France, dans son quartier, à proximité de sa maison, se fait agresser et voler par de jeunes voyous, des immigrés. Ils savaient bien, ces voyous, que ce vieux monsieur n’avait aucun moyen de défense et que personne ne pouvait l’aider.

On me dit qu’il pourrait porter plainte. Mais, pour si peu, la police l’enverrait promener : « Pleurez, si vous voulez. »

Nous voici donc dans un pays, le nôtre, où tout peut vous arriver : le vol de votre baguette ou le coup de poignard musulman – radical dit-on. Nous sommes sans défense, abandonnés par des pouvoirs publics pléthoriques où la police, maltraitée, ne sait plus que faire, si bien que 59 policiers se sont suicidés en 2019.

Les agresseurs, souvent de très jeunes gens, garçons et filles parfois, les Roms notamment, bénéficient de l’impunité. L’idéologie tiers-mondiste interdit qu’on y touche. Les voyous le savent. Pratiquement, vous êtes abandonnés au désordre. Et, pourtant, vous payez sans arrêt par l’impôt, pour être protégé, pour être tout simplement en paix. Et voilà ce qui se passe. Demain même, vous pouvez être une nouvelle victime de cette chienlit.

Le parlement coûte aux contribuables 2 milliards d’impôts par an. Il vote les lois. Certaines sont bonnes et ne sont pas appliquées et la réalité est celle qu’a subie ce brave homme. Son désespoir est celui de la France, des plus pauvres, des plus démunis.

La liberté de pleurer va-t-elle devenir la seule qui nous soit garantie par le socialisme ou alors y aura-t-il enfin un sursaut qui mettra fin au chaos et à l’injustice ? Beaucoup le souhaitent, mais ne le disent pas. Pas encore.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

4 réponses à l'article : Ils lui ont arraché sa baguette de pain et il a pleuré…

  1. vozuti

    20/01/2020

    tout le monde a déjà été confronté à l’agressivité gratuite de « chances pour la france ».
    la question est de savoir si les français sont des victimes innocentes,ou bien s’ils sont juste responsables de leurs mauvais choix.
    depuis 40 ans,à chaque élection les français se mobilisent pour insulter et faire barrage au seul parti qui refuse l’invasion migratoire.
    la pub ou la propagande incite les gens à fumer,à se gaver de sucre,à voter pour un remplacement de population…et à toutes sortes de choix funestes,mais au bout du compte ce n’est pas le poste de tv qui dépose le bulletin dans l’urne ou qui vous met un entonnoir dans gosier pour faire descendre la malbouffe.
    il faut reprendre sa responsabilité et assumer ses choix,et cesser de se prosterner devant son poste de télé puis de pleurer pour les conséquences des mauvais choix qu’il nous a incité à faire.

    Répondre
  2. OMER DOUILLE

    18/01/2020

    Je suis étonné de votre étonnement concernant la situation lamentable que décrivez. Croyez vous que ces m…des s’en permettraient autant si, globalement, elles n’étaient si soutenues ou, pour le moins excusées d’avance par une classe de pseudo intellectuels qui les encensent et leur trouvent toutes sortes de raisons pour, dans un sens, au minimum, s’abstenir de condamner de tels agissements. Pour ces gens, nous sommes tous citoyens du monde y compris les parasites de tous ordres, déchets de leurs propres pays qui ne veulent même pas les récupérer- même si, eux, s’arrangent pour ne pas subir les agressions par des situations géographiques privilégiées, par exemple- et il nous appartient de nous auto flageller en permanence, faire repentance, passer à la caisse, etc…
    Il y a deux jours, sur CNEWS, le soir à 19H15 ou 30 un débat entre Zemmour (hou les cornes!) et un « grand humaniste » Penna Ruiz universitaire-endoctrineur qui passe de l’air cauteleux à la face de haine en quelques secondes dès que l’autre ne le suit pas dans ses délires. Se référant à ses origines espagnoles dont nous n’avons rien a foutre d’ailleurs, il prône l’accueil sans limite et l’ultra bienveillance avec toute la lie de la terre. Il se dit philosophe et je parie qu’il n’a pas fait grand chose de constructif malgré son age et l’état actuel de l’Université française. Et ils sont nombreux dans le genre, y compris, les ravis de la crèche comme ce brave député du Béarn qui cherche dans les difficultés de la vie actuelle et son dérèglement, après un tour de France de 6000 km à pieds, des explications aux comportements insupportables des m…des importées. Comme si les français très pauvre ne connaissaient pas, eux aussi, les duretés de l’existence, sans pour autant tomber dans la criminalité (à quelques exceptions près).
    Si nous voulions combattre, il faudrait commencer par mettre hors d’état de nuire tous ces supports sur lesquels nos ennemis s’appuient, comme en état de guerre.
    Attendez sous peu la pleurniche des biens pensants sur ces pauvres rapatriés djihadistes tortionaires, leurs moukères et leurs lardons qui dès 6/8 ans sont déjà irrécupérables et de futures bombes humaines contre nous.

    Répondre
  3. Daniel GASZCZYNSKI

    17/01/2020

    C’est hélas une réalité.

    Comment supprimer la racaille qui nous gouverne ?

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    16/01/2020

    d’ accord avec Monsieur Lambert sauf que ce n’ est pas SEULEMENT le  » socialisme  » qui est la  » cause du Mal  » mais tout autant la lâcheté d’ une droite bien-pensante

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)