Islam. Pierre Manent : «La cristallisation communautaire se confirme plutôt qu’elle ne tend à disparaître»

Posté le octobre 25, 2015, 5:53
3 mins

ot16y1d

Dans un essai polémique, « Situation de la France », le philosophe prône une meilleure reconnaissance des pratiques liées à l’islam tout en demandant aux musulmans de renoncer à des positions «défensives» et «communautaires». 

Philosophe libéral catholique, disciple de Raymond Aron, il tend la main aux musulmans, ce que des ténors de gauche ne feraient pas au nom de la laïcité. Mais le fait-il vraiment ? Oui, mais si, et seulement si, les musulmans acceptent de passer un contrat social avec la nation, tout en rompant définitivement leurs liens politiques, économiques, financiers et culturels avec des pays islamiques perçus comme «dangereux» et «inquiétants».

Je suggère alors que l’on soit moins vétilleux, moins en garde, par exemple contre leurs pratiques alimentaires, afin que les musulmans soient plus confiants dans la société où ils se trouvent maintenant, que soit facilité leur engagement dans l’aventure française, et que leur avenir soit du côté de l’appartenance à cette nation européenne qu’est la France. 

De vaillant essayiste, Pierre Manent défend, en fait, une bonne thèse de catholique de droite : le salut de la France passerait, selon lui, par un sursaut national et chrétien…

Vous partez du constat d’une scission entre Européens et musulmans, entre «eux» et «nous». Pourquoi appréhender l’islam comme un «problème» ? 

Parce que c’en est un ! La première face du problème, c’est la méfiance réciproque. Méfiance des non-musulmans à l’égard des musulmans, et méfiance des musulmans à l’égard du reste de la société. Les musulmans ont tendance à rester sur leur quant-à-soi, gardant une position purement défensive et n’intervenant dans l’espace public que pour leurs affaires propres. Et pour se plaindre de l’«islamophobie». Du côté des non-musulmans, on ne sait parler que le langage de la laïcité. Les uns et les autres, nous sommes confrontés à la limite de la disposition collective dans laquelle nous sommes respectivement engagés.

Vous vous représentez les musulmans comme extérieurs à la société. Mais ce qui reste en silence dans ce livre, c’est toute cette vie commune qui existe malgré tout. 

Précisément, il n’y a pas tellement de vie commune. On observe une extension et une consolidation d’îlots de sociabilité distincts. Certains quartiers, certaines communes, notamment dans le sud de la France, sont devenus parfaitement homogènes : boucheries exclusivement halal, présence dans la rue presque exclusivement masculine… 

Bien sûr, les musulmans étant très nombreux en France, les parcours varient énormément. Un nombre indéterminé d’entre eux est entré franchement dans la vie nationale. Je crois cependant que la cristallisation communautaire se confirme plutôt qu’elle ne tend à disparaître. […]

Source

Acheter le livre ici

17 réponses à l'article : Islam. Pierre Manent : «La cristallisation communautaire se confirme plutôt qu’elle ne tend à disparaître»

  1. Noillar

    26/10/2015

    Ce pauvre intellectuel de Pierre Manent porte bien son nom. Inconscient, irresponsable et iconoclaste de surcroît et manant, donc.
    On peut accomoder la pratique de l’islam comme on veut, le sujet c’est: HORS LA RELIGION CATHOLIQUE EN FRANCE (parce que multi séculaire), TOUTES LES AUTRES RELIGIONS DOIVENT RELEVER DE LA SPHÈRE PRIVÉE. Point barre. C’est simple, logique et équitable.

    Répondre
  2. Bainville

    26/10/2015

    L’ignorance profonde de la religion catholique va souvent de pair avec une mauvaise foi abyssale. La seule Religion qui est appuyée par des preuves scripturaires multiples et solides, des oeuvres millénaires admirables et insurpassables en richesse sociale et en amour désintéressé.

    Le Linceul de Turin est à lui seul un miracle pour notre siècle de profond refus de Dieu, cette image du Sauveur torturé ressuscité étant infaisable et infalsifiable, un négatif codé et crypté en trois dimensions, constaté par plusieurs congrès scientifiques.
    Et que l’on de sorte pas la supercherie de la datation au C 14, aux 18 tromperies manisfestes dans le protocole d’analyse.

    Répondre
    • Jaures

      26/10/2015

      Si vous croyez, Bainville, qu’avez-vous besoin de preuves ou de reliques ? Sur ce Linceul, ceux qui croient et ont besoin de preuves ne recevront ni les analyses scientifiques, ni les confrontations aux Ecritures, ni les suppositions des historiens.
      Ceux qui ne croient pas n’y verront qu’un faux grossier.
      La plupart de ceux qui ont la foi n’attacheront aucune importance à ce débat.
      La seule preuve recevable de l’existence de Dieu c’est qu’on y croit. Vous ne ferez jamais croire un athée ou un agnostique avec une relique.

      Répondre
  3. Rossi

    26/10/2015

    Quelle époque, le mensonge devient institution, la religion un moyen de culture, l’islam est le pire de tout le Coran contient la pire des paroles racistes et xénophobe et nous leur déroulons le tapis rouge pour être en honneur avec les détendeurs de l’argent.
    j’ai honte seulement d’y penser qu’attendons nous ? Nous avons encore le pouvoir entre nos mains pour légiférer et interdire ces pratiques religieuses d’un autre temps, telles quelles sont écrites.
    Si nous voulons recevoir ces populations ils doivent s’engager solennellement à suivre un Coran réviser et corriger de tous les versets dit sataniques et ne plus nous traiter nous de racistes il ne faut pas prendre le racisme pour un manque d’amour, il faut mettre un terme une fois pour toutes à tous ces crimes perpétrées comme l’ont fait les nazis.

    Répondre
  4. Berger

    26/10/2015

    Soyons réaliste.
    Pourquoi se soumettraient ils aux rêgles françaises, quand la démographie aidant ils pourront transformer la France en république islamique.
    Comment de toutes les façons pourraient ils faire infléchir une religion dictée par Allah.
    C’est impossible à la base.
    100% d’accord avec De Soyer.

    Répondre
  5. frei

    26/10/2015

    Cher Jaures (10H26) : ne confondez pas tout car , ce faisant , non seulement vous montrez que vous n’avez pas vraiment travaillé le sujet ; mais en outre , et tel M.MANENT , votre relativisme fait le jeu de l’idéologie criminelle qui se camoufle en religion quand ça l’arrange .Puis je être plus clair ?

    Répondre
    • Jaures

      26/10/2015

      Je ne fais le jeu de personne. Ce que j’écris est purement factuel. Les religions, comme toutes les idéologies, ont une nature totalitaire. Les écrits sacrés n’en sont que la légitimation construite uniquement dans ce but.
      Et les exemples pullulent.

      Répondre
      • 26/10/2015

        Jaurès et les Francs-Maçons tu connais ?

        Répondre
  6. frei

    26/10/2015

    Ce philosophe n’a , à mon avis , pas encore assez travaillé sur les origines réelles de l’islam .Il aurait pu découvrir , entre autres choses , qu’il n’ y a jamais eu la moindre révélation divine et que le personnage de Mahomet , qui a existé , a été largement fabrique après coup au bénéfice des intérêts politiques des califes qui se sont succédé ?Cela lui aurait évité de croire que l’islam est une religion , avec laquelle on peut par conséquent dialoguer et chercher des accommodements raisonnables . Bref , pour moi , non seulement est victime de son ignorance mais il se comporte de ce fait en parfait compagnon de route ou autrement dit : idiot utile .

    Répondre
    • Jaures

      26/10/2015

      Mais ce que vous dîtes est valable pour toutes les religions.
      On fait dire ce que l’on veut aux Ecritures. Comme vous l’ écrivez, le personnage de Mahomet a été utilisé pour asseoir le pouvoir de potentats locaux.
      Mais il en a été de même Jésus dont on sait historiquement peu de choses mais dont l’Eglise romaine a largement inventé, censuré et trafiqué l’histoire selon ses besoins. Il n’est qu’à voir les différents anachronismes, contradictions, ajouts, erreurs ou omissions contenus dans les différentes copies des évangiles (eux-mêmes sélectionnés parmi de nombreux autres).

      Répondre
  7. A.F

    26/10/2015

    L’islam est un empire conquérant, et non pas une religion.

    Répondre
      • Rossi

        28/10/2015

        C’est très juste, chez nous, nous devrions considérer l’Islam comme une secte et de ce fait, l’interdire, c’est elle qui attise le racisme et le pratique à l’échelle mondiale, les preuves nous les détenons par leurs agissements dans le passé et encore dans le présent, je ne fais pas l’amalgame mais il faut reconnaitre, que cette pseudo religion ne peux pas se réformer d’elle même alors à nous de l’aider, et n’accepter chez nous que les gens qui se reconnaitrons dans cette optique. Il ne faut pas confondre racisme et principe de précaution !!!

        Répondre
  8. Daniel Chevrier de Briennes

    26/10/2015

    Encore un philosophe qui n’a rien compris, et il est hélas, et malheureusement pas tout seul, car sa philosophie n’est, et pour faire court ne peut être comprise par la philosophie musulmane, mais encore y en t il une ???

    Répondre
  9. DE SOYER

    25/10/2015

    Je vais vous le dire en un mot comme en cent: pourquoi nous sortir à la chaîne tous ces intellectuels, cathos ou non, qui ménagent la chèvre et le chou?
    Je vous le dis et vous le proclame. Une seule chose est à faire: stopper l’immigration et initier la remigration.
    Ce genre de position (de l’intervenant) aboutit à donner la main aux Musulmans et à leur confier notre sort.
    Ce genre de position confine à la bêtise et au déclin mental.
    Il va donc falloir s’organiser et se battre.
    La seule position possible, c’est: vous ne passerez plus.
    Je suis dans une commune plutôt huppée: hé bien! à la piscine j’en surveille un de peur qu’il ne me saute dessus.!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)