La barbarie à nos portes

Posté le juillet 21, 2020, 11:45
7 mins

Oui, la barbarie est à nos portes. Il suffit d’ouvrir son journal pour le constater. Les « 4 Vérités » ont publié à maintes reprises des informations à ce sujet. Ce que l’on dit moins, c’est que cette barbarie se manifeste et s’aggrave dans les pays civilisés parce qu’ils sont envahis par des migrants venus du tiers-monde.

Prenons le cas historique de l’esclavage. On nous dit dès l’école primaire qu’il a été aboli, notamment pour ce qui nous concerne en 1848 aux Antilles par Victor Schoelcher. En fait, c’est une légende pour ce qui est de la planète dans son ensemble.

Écoutons à ce sujet le professeur Vermeren, agrégé et docteur en histoire. « Le nombre d’esclaves à travers le monde, écrit-il, peut se chiffrer actuellement à 46 millions. On en trouve partout, en Afrique et surtout au Moyen-Orient. Capture et transport d’esclaves n’ont pas cessé depuis des millénaires. »

L’esclavage n’a été aboli en Mauritanie qu’en 1980 et à Marrakech, le marché aux esclaves s’est maintenu jusqu’en 1912. En réalité, en Mauritanie et au Sénégal, l’esclavage de case n’a pas disparu, si bien que certaines familles, nommées par exemple à Paris diplomates, apportent leurs esclaves avec leurs bagages.

Le « pays des droits de l’homme » s’en accommode discrètement. L’esclave est un bien meuble. Le supprimer ne pose théoriquement aucun problème, comme ne pose aucun problème la destruction d’un vieux fauteuil.

En Asie, aujourd’hui, et plus particulièrement dans les pays à régime communiste, la Chine et la Corée du Nord surtout, l’esclavage politique est toujours en vigueur. Les camps de concentration continuent à fonctionner avec leurs millions d’esclaves.

Plus près de chez nous, j’ai vu, de mes yeux, des jeunes filles astreintes à tisser jour et nuit des tapis en Iran et au Népal. Cela ressemblait beaucoup à l’esclavage.

En Europe même, l’esclavage se maintient sous de multiples formes qui, pratiquement, le plus souvent, échappent à la loi. Des groupes nigérians, chinois ou encore venus des Balkans récupèrent à leur arrivée des jeunes migrantes vite réduites en esclavage sexuel sous peine de mort en cas de tentative de fuite.

Mas la grande entreprise à esclaves dans le monde aujourd’hui, c’est le Moyen-Orient. C’est ce qu’on appelle la « traite arabe » qui, de tout temps, a fait convoyer vers les empires islamiques des esclaves en provenance du sud, de l’ouest et du nord. Le professeur Vermeren insiste sur l’actualité de ce chapitre.

En Afrique, au total, 3 grandes traites ont privé le continent, et pendant des millénaires, d’une partie de ses forces vives. La traite occidentale, vers les Amériques, a porté sur quelque 14 millions d’hommes et de femmes, vendus aux trafiquants par des chefs de tribu contre de l’alcool et des escopettes. Ainsi compte-t-on actuellement aux Amériques quelque 70 millions d’habitants noirs, descendants des esclaves, ce qui crée aux États-Unis les graves problèmes récurrents que l’on connaît.

La traite au profit des États islamiques d’Orient a porté, elle, sur 17 millions de personnes.

En France même, l’inquisition fiscale qui nous poursuit partout et en tout temps n’est-elle pas aussi une forme d’esclavage ? Certes, autrefois, les esclaves n’étaient pas payés mais, aujourd’hui, les contribuables paient pour se soumettre à cette forme moderne et officielle de l’esclavage !

Barbarie encore, lorsqu’un chauffeur de bus, un brave homme, a été roué de coups à Bayonne parce qu’il avait osé demander à de jeunes migrants de lui présenter leurs titres de transport – des migrants dont la presse parle peu, préférant décrire les fleurs et peluches disposées sur les lieux du crime. Combien d’autres qui, sans être assassinés, font l’objet d’agressions ? S’ils se défendent, ils peuvent être jugés comme coupables. C’est ce qu’on appelle en France la « présomption de culpabilité ».

Mais il y a pire encore : l’assassinat systématique de jeunes enfants à qui on refuse le droit de naître. 220 000 avortements sont ainsi pratiqués chaque année en France, l’assassinat étant remboursé par la Sécurité sociale. Ce massacre annuel résulte de lois présentées et votées par la gauche, mais aussi par la droite, dont certaines personnalités se sont distinguées en ce domaine. J’éviterai ici de citer des noms, mais il s’agit de personnalités de premier plan.

Voilà un aperçu de ce qui se passe dans le « pays des droits de l’homme » et c’est malheureusement une vieille histoire. C’est dans ce même pays qu’un enfant est mort de mauvais traitements, qu’il a été pratiquement torturé à mort parce qu’il était né fils de roi. Un peuple qui s’est livré à une telle ignominie est impardonnable.

Devant ces réalités, les formules politiciennes dont on nous rebat les oreilles sont dérisoires. Elle cache « l’esprit de lâcheté », comme vient de l’écrire « Le Figaro ». Cet esprit qui caractérise trop souvent la gouvernance française.

Pendant combien de temps encore allons-nous subir cette barbarie  ?

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

6 réponses à l'article : La barbarie à nos portes

  1. ELEVENTH

    22/07/2020

    « La barbarie est à nos portes ».
    A nos portes ? Vous etes sur ?
    Les faits journaliers nous démontrent plutot que la barbarie est déjà dans la « cité » et pas d’aujourd’hui.
    Aucun espoir a attendre des autorités politiques, policières, juridiques pour que cella cesse.
    Seule la création (bien sur secrète) d’une nouvelle forme de la Sainte Vehme d’antan, avec ses jugements et mise en pratique des condamnations résoudraient très vite la question……Même si les pleureuses habituelles bramaient à tout va : il suffirait de les avertir qu’elles risqueraient alors les mêmes traitements que ceux infligés à leurs protégés à tord.
    Lorsqu’un peuple est en danger de disparition ou de submersion par des barbares sans pitié, les pleurnicheries de la morale doivent être mis de coté et les actes effectués.
    Autrement : suicidez vous dés maintenant car vous souffrirez moins.
    Avec l’espoir que ce commentaire ne sera pas jugé trop impolitiquement correct pour déplaire aux traoristes du site et autres génufluexeurs.

    Répondre
    • Gérard Pierre

      22/07/2020

      Il n’y a parfois pas d’autre choix que d’opter pour un « mal » afin d’éviter le Pire ! …… c’est même un …… PRINCIPE MÉDICAL HAUTEMENT ADMIS !

      …… et là, ce ne sont pas des médecins nazis qui le disent !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        01/08/2020

        heureusement pour le lecteur des  » 4Vérités  » toujours hautement moraliste et chrétien, donc possiblement et potentiellement charitable, que vous n’ ayez pas choisi un métier de, comme on dit maintenant ,  » soignant  »

        que d’ affirmations épidermiques et définitivement connes sur ce blog

        Répondre
        • ELEVENTH

          02/08/2020

          Cher monsieur Quinctius.
          Si vous trouvez connes, comme vous dites, les « réflexions » sur ce blog, que venez vous y faire ? Y trouver un certain délassement peut être ? Ou répondre à un profond besoin d’enquiquiner les gens ? Tout cela se soigne très bien, savez vous ?
          SVP , évitez de répondre : vos commentaires sont d’une nullité effarante.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            02/08/2020

            vous trouvez ? alors que dire de certains autres ?

            peut être d’ une inanité exemplaire ?

  2. Gérard Pierre

    22/07/2020

    L’avortement est, dans les faits, une pratique barbare dont il ne convient pas de se glorifier, et moins encore de promouvoir en … avancée sociale, … comme nous l’entendons trop souvent ici et là !

    Le fœtus est un Être Humain dès l’instant même de sa conception.

    Quel qu’en soit le moment il est, dès cet instant, un Être Humain en constant devenir et ce jusqu’au terme de sa vie terrestre ! … Le tuer dans le ventre de sa mère ou le tuer après qu’il en soit sorti est dans tous les cas de figure un crime !

    Pourtant, une loi votée en 1981 dit clairement : … « La peine de mort est abolie. »

    Mais, pour bénéficier des droits associés à cette loi il faut, au préalable, avoir commis des crimes ! … L’innocent, dans le ventre de sa mère, trouve toujours des sophistes pour le priver des avantages de cette disposition !

    Monde barbare sous des circonvolutions verbales travestissant cela sous le vocable qu’il pense plus présentable de … « interruption volontaire de grossesse », … réduisant ainsi cet Être Humain au rang de déchet organique !

    Les médecins nazis ne raisonnaient pas autrement ! …… Il n’y a pas de quoi en être fier !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)