La bombe A démographique – Version Libre

La bombe A démographique – Version Libre

Un des principaux défis contemporains est celui de la croissance presque exponentielle de la population mondiale. Les prévisions démographiques de la Banque mondiale et de l’ONU l’établissent entre 9,5 et 10 milliards d’individus vers 2050 !

De cette énorme population découleront presque tous les autres défis et il est difficile de savoir si, à cette époque, la population augmentera encore, diminuera ou se stabilisera.

Quoi qu’il en soit, les problèmes actuels, déjà si ardus à résoudre, ne pourront que s’aggraver si la technologie n’a pas trouvé de solutions efficaces.

Il faut préciser que cette explosion démographique sera principalement alimentée par les pays du Tiers-monde. Parallèlement, la population du monde occidental aura tendance à décroître. Ce différentiel de croissance démographique aura des conséquences dramatiques. Les pays européens, avec leurs populations vieillissantes, seront-ils ca­pables de lutter et de vaincre pour ne pas être engloutis ?

Qu’il soit permis de rappeler que cette formidable croissance démographique des peuples du Sud a été fortement stimulée par les immenses progrès de la médecine occidentale.

À la fin du XVIIIe siècle, Malthus prévoyait un déséquilibre fondamental entre production alimentaire et croissance de la population provoquant des pénuries, des révoltes, le chaos et la misère. Heureusement, ces prévisions ne se sont pas produites, car Malthus n’avait pas imaginé l’évolution du progrès et les nouvelles techniques améliorant les capacités alimentaires et autres bienfaits. Mais ne peut-on imaginer qu’en 2050, avec une population mondiale de 10 milliards d’individus, cette équation mathusienne retrouve une certaine vigueur ?

L’explosion démographique prévue sera, sans conteste, à l’origine de toutes les pollutions et de toutes les destructions de notre environnement, si elle n’est pas efficacement freinée.

Elle risque aussi d’entraîner de dangereuses migrations du Sud vers le Nord. Cela sera-t-il possible sans provoquer des réactions violentes ?
Par ailleurs, elle amplifiera un phénomène déjà présent : l’exode vers les villes. Il se créera ainsi d’hallucinantes mégapoles tentaculaires dans les pays du Sud qui seront dans l’incapacité de répondre aux besoins sans cesse croissants des populations.

Dans ces mégapoles bidonvilles, que pourront faire les autorités ?

Quelles seront les réactions des masses si leurs be­soins vitaux ne sont pas satisfaits ?

Ce phénomène de grégarisme humain se développe déjà dans les banlieues des grandes villes occidentales.

À l’horizon 2050, on peut imaginer de graves situations : la dégradation du biotope terrestre, la pollution de l’environnement, de terrifiants flux migratoires du Sud vers le Nord, l’invasion de l’Occident par les masses musulmanes provoquant des conflits ethniques, religieux et autres cataclysmes – si la science et la technique occidentales n’ont pas réussi à trouver rapidement des solutions efficaces et indispensables pour combattre tous ces dangers…

Quoi qu’il en soit, il est fort probable que ce monde futur ne soit pas de tout repos, sans pessimisme exagéré !

Acheter le livre ici

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • Didier Barthès Répondre

    Vous avez raison, l’explosion démographique est de loin le premier défi auquel les hommes devront faire face au cours de ce siècle.
    En matière d’environnement c’est le principal déterminant, puisque, si nous échouons sur ce sujet, alors tous nos autres efforts seront réduits à néant.
    Il est extraordinaire qu’au cours des 45 dernières années, la moitié des animaux (vertébrés) sauvages aient disparu, tandis qu’à cette division par deux correspondait au contraire du côté des effectifs de l’humanité une multiplication par deux. Triste coïncidence trop peu soulignée.
    Cela fait plusieurs années que l’association Démographie Responsable fait passer le message, notamment auprès de milieux écologistes, mais la prise de conscience est lente.
    Soulignons aussi, puisque cet article fait référence à un livre, l’ouvrage « Moins nombreux plus heureux », ouvrage paru début 2014 aux éditions Sang de la Terre, coordonné par Michel Sourrouille et préfacé par Yves Cochet, l’un des très rares personnages politiques (avec Antoine Waechter et Hugues Stoeckel) à reconnaître le problème.

    27/04/2016 à 9 h 31 min
  • Démographie Responsable Répondre

    Les sombres prédictions de l’auteur de ce livre ont malheureusement une forte probabilité de se produire. Si l’on veut sauver ce qui peut encore l’être, il faut absolument stopper cette prolifération humaine comme le préconise l’association Démographie Responsable.

    26/04/2016 à 18 h 52 min
  • druant philippe Répondre

    ;;;de la nôtre , damned !

    Tant que politicards, journaputes et multinationales ne verront l’ humain que comme un consommateur futur , la catastrophe
    démographique s’ aggravera et le futur sera désespérant .
    Craignons comme la peste de confier à dame nature le nettoyage démographique à venir car il sera impitoyable .

    26/04/2016 à 13 h 51 min
  • druant philippe Répondre

    He oui , comme le disiat le génial TR Malthus, le chiffre de population doit être en proportion de la capacité de charge d’ un territoire donné .
    Des pays désertiques par exemple (Mali / Niger / Soudan / tous les pays du Maghreb / Afghanistan) ne devraient compter que de faibles populations afin que chacun ait accès à un confort alimentaire de base
    sans ruiner le peu de terres fertiles de ces pays .
    Certains pays ont initié des politiques de contrîle démographique (Chine / Pérou / Thaîlande) mais peu de pays les ont suivis : l’ Afrique et son perpétuel trop plein démographique devrait être dans les plus brefs délais l’objet de vastes programmes de planning familial et d’ instruction publique : il y va de leur survie mais aussi du nôtre .

    26/04/2016 à 13 h 47 min
  • PIGIS Yves Répondre

    Depuis la fin du siècle précédent l’ONU s’est régulièrement
    trompée dans ses prévisions de croissance de la population mondiale !
    Au début du 21ème les 8 milliards n’étaient envisagés que pour après 2050 ! Ses services ont d’ailleurs reconnus que la décélération avait été beaucoup plus faible que prévue, certains pays d’Afrique doublant leur population tous les 20 ans en dépit des épidémies et des guerres fratricides !
    Il est maintenant certain que le monde aura à régler les problèmes monstrueux créés par l’inaction de l’Onu en ce qui concerne la régulation des naissances au niveau mondial !
    Le remède naturel à tous ces problèmes, viendra certainement du manque d’eau potable, qui déclenchera des guerres et de la pollution généralisée qui engendrera des pandémies.
    C’est ainsi que la nature reprenait ses droits lorsque les populations animales étaient trop nombreuses.

    26/04/2016 à 10 h 05 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: