La chasse au Delon est ouverte

Posté le septembre 13, 2013, 3:57
10 mins

 J’ai redécouvert à Trevelez cet été qu’il y avait une vie hors de la matrice ; et que pour sortir corps et âme de la matrice techno et culturelle, il me fallait ne plus écrire de chroniques en français. Il ne faut plus être français du tout ; il me semble d’ailleurs que la France hollandaise, même mécontente dans les sondages, mérite ce qu’elle a, et qu’elle en redemande. Les chroniques, souvent incomprises, que j’ai faites depuis deux ans sur son histoire intellectuelle ne l’auront que trop confirmé : après 1870 les jeux sont faits en France pour le pire et l’encore plus pire. La France aime l’étranger, les droits de l’homme, le socialisme, le métissage, l’universalisme et l’Amérique post-WASP en guerre éternelle et inutile. C’est BHL qui a raison, BHL son saigneur et mentor officiel. La France postmoderne  adore encore plus l’interventionnisme, le fun, les surgelés Picard et la fiscalité. Jules Verne même, ai-je appris récemment dans son excellent Clovis Dardentor explique que l’on perdra l’Algérie à cause de l’absence de vrais colons et de la sur-présence du fonctionnaire. Le dernier coup de grâce – ou de race – aura été donné en mai 68 par le petit peuple néanderthalien, guidé par ses instits’ festifs et nihilistes, et toujours si soucieux de donner la chasse au restant des germains épargnés en 1789 ou sur les charniers républicains (pour 89 ce n’est pas de moi, c’est de Renan). Le mauvais pli pris par la droite molle ou faussement dure suit logiquement l’involution de cette terre fatiguée – et fatigante à plus d’un trait.

Pour le reste, comme me le recommande un commentateur désagréable à souhait (Jaurès, je crois, qui semble payé pour ça), je vais me consacrer de plus près à la grande littérature ou à quelque essai ambitieux ; je l’ai pourtant déjà fait, voyez mon catalogue, mais parfois en pure perte car les temps et les lieux ne s’y prêtaient pas. Mais j’ai été heureusement traduit en russe (mon Tolkien – ce n’est pas le seul traduit de mes opus), ce qui m’a permis de rencontrer ma merveilleuse femme. J’ai depuis viré à l’orthodoxie, laissant aux cathos réacs le soin de conspuer leur pape comme à l’époque de Léon Bloy.

Mes amitiés à mes rares mais suffisants lecteurs, mes Happy Few, comme disait l’Autre. Je leur recommande de réapprendre le latin pour lire les vrais classiques dans le texte, rien n’est meilleur pour l’esprit et sa santé. Virgile ou bien Tacite, quel pied de nez au système social ; quelle lumière aussi pour se préparer à la vieillesse et au sommeil éternel qui nous attend bien plus sûrement que la faillite de la presque Hollande ou la baisse des actions Facebook.

La – dernière – chronique que l’on va lire est donc pour la presse russe et elle traite de l’affaire Alain Delon pour mon public russe. Si on ne l’aime pas, on pourra toujours en relire de précédentes !  J’en ai eu de bien notées par mes impavides examinateurs !

 France : la chasse à Alain Delon est ouverte

 La France n’est certes plus le grand pays rayonnant qu’il a été au temps du général de Gaulle, quand le monde entier respectait son prestige, ses armes, sa diplomatie, mais aussi ses chanteurs et ses artistes de cinéma. Petite colonie américaine aigrie, la France est aujourd’hui un pays néo-totalitaire (comme dit le journaliste d’extrême-gauche Halimi) où la chasse aux sorcières est tout le temps ouverte. Le récent scandale et la diabolisation soulevée par les propos politiquement incorrects d’Alain Delon en matière homosexuelle (matière la plus redoutable de toutes, Vladimir Poutine et la Russie, toujours en position d’accusés ici, en savent quelque chose) sont là pour en témoigner.

Alain Delon a donc déclaré à la télé française qu’il était opposé à la cause homosexuelle, cause qui commence à casser les pieds de presque tous les Français ici, et il a même ajouté, sans doute un peu trop lyrique, que l’homosexualité était contre nature ; mais, comme on sait, la science moderne a beaucoup fait reculé les limites de cette pauvre nature ! Immédiatement il a eu droit à ce que nous appelons en français une levée de boucliers, et notre dernière star internationale – tout aussi diabolisée et marginalisée que notre légendaire Brigitte Bardot, qui préfère s’occuper des animaux que des Français, et comme on la comprend ! – a été donc dénoncée, marginalisée, critiquée, houspillée, diabolisée, etc. Comme Delon  a plus de soixante-dix ans, on l’a aussi traité de gâteux, de papy, car ce racisme antivieux est, lui, très bien toléré en France maintenant (la plupart des vieux étant des blancs et des chrétiens, il est donc légitime et moral de les insulter dans ce malheureux pays).

Je dois dire maintenant que j’ai mal compris la sortie de notre ami Delon, si j’ai très bien compris la réaction satanique de nos médias de masse. Je me suis demandé en effet, comme Molière, ce qu’il allait faire dans cette galère. Pourquoi parler des sujets qui brûlent dans un pays dégénéré, devenu dangereux (les touristes en savent quelque chose !) et surtout  habité par les démons de la chasse aux sorcières ? Le grand cinéaste Annaud, que j’ai interviewé pour la Pravda, m’a plusieurs fois dit en privé qu’il était très prudent au moment des interviews,  et que la langue de bois était faite pour les médias de masse occidentaux, qui poussent de plus en plus à la création orwellienne d’une novlangue, d’une pensée unique et d’une police de la pensée. Alain Delon aurait donc dû savoir ce qui allait lui tomber dessus.

On me dira que ce guerrier et samouraï du cinéma en a vu d’autres (il avait même confessé à la BBC que les expériences homosexuelles n’avaient rien de déshonorant – c’était en jouant au billard, et en répondant en anglais il y a cinquante déjà…) et qu’il a peut-être voulu une fois nouvelle faire parler de lui en termes polémiques. La polémique n’a jamais nui à son personnage, bien au contraire. Mais cette fois-ci, sa fille Anouchka a tenu à se désolidariser des propos de son père. Trahison filiale bien venue : car cette société ouverte, tolérante et démocratique ne trouve rien de mieux que de faire dénoncer les parents par leurs enfants comme aux temps les moins ragoûtants du totalitarisme du siècle dernier.

L’affaire Delon nous rappelle une chose ; qu’il s’agisse de la bourse folle et de l’économie en chute libre, de l’immigration, de la Syrie, du contrôle mental et social des populations, l’occident est tombé sur la tête et devrait faire fuir ceux qui ont encore le sens de l’honneur et de la justice. Merci au grand acteur exilé en Suisse de nous l’avoir rappelé.

23 réponses à l'article : La chasse au Delon est ouverte

  1. Josette Gazu

    18/09/2013

    Que c’est embêtant, n’est-ce pas Jaurès, de ne pas pouvoir couper visiblement un homme en deux: Delon le comédien séparé de Delon le citoyen! Etant donné qu’ il est célèbre, ce pourquoi lui est invité à la télé, peut-on concevoir que Delon-acteur ne soit pas identifié dès qu’il s’exprime en tant que Delon -citoyen, que vous aimeriez bien comme pour Depardieu, mettre sous le boisseau? En somme, la notoriété, ça arrange quand on choisit la vedette qui tiendra le discours convenu! Dommage, c’est ça la liberté d’expression: il arrive que le discours de l’artiste échappe au contrôle des sacro-.saints media…ça nous venge de ne pas être interviewés nous-mêmes!

    Répondre
    • Jaures

      18/09/2013

      Vous vous trompez, chère Josette. Je considère déplacé les commentaires de vedettes de cinéma ou de la chanson qui, outre qu’ils sont complètement déconnectés de la vraie vie, apportent des opinions bien peu souvent étayées par une réflexion personnelle, des lectures ou des rencontres.
      Je rends à ce titre hommage à J.J.Goldman, non pas pour ses chansons puériles mais pour son refus de se prêter à ce jeu médiatique.
      Ce que je dis est valable tout autant pour les stars qui se disent de gauche (Arditi, weber, Cali,…).

      Répondre
  2. Jaures

    17/09/2013

    Ce n’est pas là la première (ni la dernière) sottise de Delon qui, à l’instar de Depardieu, devient sa propre caricature.
    Mais il est vrai, M Bonnal, que la science fait reculer non pas les limites de la nature, mais les fausses idées reçues que l’on en a. De même que, alors qu’il était hérétique de croire qu’il existait quoi que ce soit aux antipodes on y découvrit un continent, les scientifiques ont bien vite observé que l’homosexualité est chose courante dans la nature.
    Il faut voir Alain Delon dans « Le samouraï », ‘M Klein » ou « Le guépard ». Pas à la télévision sans un bon metteur en scène pour le diriger.

    Répondre
  3. obachiwa

    17/09/2013

    Je suis en train de lire actuellement « l’univers d’Edgar Cayce », medium americain, et aujourd’hui, parvenue au chapitre « propheties economiques et politiques », j’ai repense a M. Bonnal qui semble vivre maintenant en Russie, ainsi qu’evade qui y vit, et a ceux ici, qui comprennent que la France est dans une sale situation. Avec de la desesperance a la clef et surement pas un iota d’espoir.

    Et voici, succinctement, ce qu’ecrivait en 1932 E. Cayce:
    « L’europe est une nation disloquee »… et le 22 juin 1944, Cayce dira a propos de la Russie:  » de Russie viendra l’espoir du monde, pas sous la forme de ce que l’on appelle le communisme, le bolchevisme. Non, mais la Liberte, la Liberte! Et chaque homme vivra pour son prochain! Le principe est ne. Cela prendra des annees et des annees pour se concretiser, mais de Russie viendra a nouveau l’espoir du monde. »…

    Je crois , en regardant l’actualite mondiale telle qu’elle est, que ces propos sont une lueur d’espoir veritable. Mais avant, je crois aussi que la France n’est pas encore tombee assez bas. Ce sera encore pire et c’est un euphemisme. Merci qui?

    Répondre
    • Evadé

      17/09/2013

      La Russie n’est pas le paradis. Rien que le climat est épouvantable. C’est la mort dans l’âme que j’ai quitté la France et elle me manque toujours autant . Mais c’est la France de notre douce France qui me manque, pas celle d’aujourd’hui qui est devenue une jungle où l’on ne reconnait plus les siens. On peut prendre les transports en commun sans risque de se faire détrousser à Moscou et même se promener dans les rues la nuit sans problèmes. L’imposition ne rime pas avec spoliation mais encourage l’initiative et donc le travail. Cependant, il y a la corruption généralisée qui pose problème mais la Russie est bel et bien un paradis fiscal avec un niveau de vie qui s’améliore d’une année sur l’autre.

      Répondre
      • obachiwa

        17/09/2013

        @Evade: je comprends le mal du pays. La France d’avant me manque aussi terriblement, mais je suis partie parce que j’ai compris ce qui allait arriver. Le resultat est pire encore que celui que j’avais imagine.

        Je vis dans un pays quelconque d’Amerique latine, sous developpe, de mentalite enfantine absolument desesperante, qui ne connait absolument pas l’adage « aide-toi le ciel t’aidera », corrompu aussi et dangereux. Je ne sors jamais le soir et on peut etre detrousse n’importe ou y compris dans les transports, et tue. Mais … le climat est agreable et par rapport a la france, on a beaucoup beaucoup de libertes.

        Quelquefois, j’ai le blues, mais il me suffit de regarder la France en face si je puis dire, pour apprecier ce dont je dispose maintenant.

        Acceptons l’augure de la Liberte venant de Russie, c’est plus porteur. Courage a vous et encore mes regrets concernant M. Bonnal.

        Répondre
  4. bluesuedeshoes

    16/09/2013

    Il n’est malheureusement pas donné à tout le monde de s’expatrier, par ce que cela coute cher et que ça demande aussi un certain courage de tout quitter, son passé, ses amis et aussi les souvenirs qui ont marqué l’existence d’un individu.
    Monsieur Delon, fait parti des « people » lui peut se permettre de partir.
    En fait, partir ne peut pas être la solution, pour le commun des mortels, car ça signifierait que l’on abandonne le combat, que l’on basse les baisse les bras, contre cette politique mortifère qu’est le socialisme.
    Au contraire, il ne faut rien lâcher à ceux qui nous gouvernent et nous considèrent comme une masse et non comme des individus à part entière, ce qui rappel tristement le régime communiste, qui a muselé pendant
    40 ans une partie de l’Europe, et qui avait droit de vie et de morts, contre ceux qui n’étaient pas d’accord, et qui réprimait dans le sang toute révolte contre le système.
    Nos parents et grand parents se sont battus au cours du siècle dernier et ont payé le prix fort pour leur liberté. Alors, il encore permis d’espérer des jours meilleurs.

    Répondre
  5. obachiwa

    16/09/2013

    pardon, j’ai clique au mauvais endroit, je voulais ajouter:

    et surtout leur qualite. Bonne chance a vous.

    Répondre
  6. obachiwa

    16/09/2013

    Cher M. Bonnal, je suis tout a fait d’accord avec vous sur les points que souleve votre article, et je dois dire helas, car j’aurais prefere que la France suive un autre chemin que celui de la decadence, a minima…

    Vos articles auraient du alors suivre un autre cours, mais tres probablement, ils auraient ete tres interessants car j’ai toujours aime vous lire.

    Vous citez jaures, mais vous savez, il suffisait de l’ignorer, de ne meme plus le lire du tout pour qu’il n’existe plus.

    Partie moi meme depuis 10 ans de ce trou rempli de serpents qu’est devenu la France, je comprends parfaitement vos sentiments. Ce pays a exactement ce qu’il merite, il n’a plus de colonne vertebrale, il est indecrottable et il est d’ores et deja foutu.

    Permettez moi de vous remercier pour tous vos articles, les pensees personnelles que vous y avez inserees, et surtout leur q.

    Répondre
    • vozuti

      16/09/2013

      obachiwa: »Partie moi meme depuis 10 ans de ce trou rempli de serpents qu’est devenu la France, je comprends parfaitement vos sentiments. Ce pays a exactement ce qu’il merite, il n’a plus de colonne vertebrale, il est indecrottable et il est d’ores et deja foutu. » On ne peut qu’etre d’accord avec ce constat qui résume parfaitement la situation.

      Répondre
  7. BRENUS

    15/09/2013

    Mr BONNAL nous quite? Dommage, mais réjuissons nous quand même car le post ne cessera d’être alimenté par les AZ (abdallal zigouni) et jaurès (de son vrai nom antifa.) Pour ceux qui, avec une tête bien pleine des théories polpotistes comme les deux cocos cités, mais mal faite pour leur interdire de penser seuls, c’est un grand jour. Il ne reste plus qu’a prévoir une rublique spéciale « antifa » à laquelle nous pourrions opposer une « antifadas » car ces fachos patentés démontrent constamment leur dinguerie, prétendant même nous empècher de penser! Brachycéphales ou Dolicocéphales peut importe, mais servez vous de votre cerveau, le seul ‘organe qui s’use si on ne s’en sert pas. (Use it or lose it) Et n’oubliez pas que l’abus de wikipédia est dangereux.

    Répondre
  8. 15/09/2013

    Brigitte Bardot et le droit des animaux: le législateur d’un
    pays civilisé étend ses lois jusqu’aux enfants, aux malades, aux prisonniers, et aux animaux.
    Il existe encore bien des pays où il n’y a aucun droit concernant les enfants, les malades, les prisonniers, et les animaux.

    Répondre
  9. Evadé

    15/09/2013

    On peut bien vous comprendre. Devant l’étendue du désastre et celui encore plus grand à venir, l’exil s’impose. Cependant rien ne vous empêche d’écrire encore dans les 4 vérités par exemple pour le bonheur de ses lecteurs. Il semblerait que la Russie soit votre pays d’accueil tout comme le mien depuis presque vingt ans. Difficile à comprendre la volonté du suicide collectif des français.

    Répondre
  10. Oeildevraicon

    14/09/2013

    France : la chasse à Alain Delon est ouverte

    Outre la chasse à Alain Delon, ce sont tous les français qui sortent des clous et du moule gauchiste, qui sont pourchassés.

    Répondre
  11. 14/09/2013

    À propos du « petit peuple néanderthalien », on pourrait dire que la France est plus « narbonnoïde » que jamais, dans une Europe tombée sous domination anglo-saxo-germanique, et c’est peut-être pas si mal finalement. C’est l’éternelle supériorité du Nordique dolichocéphale (hélas menacé) sur l’Alpin brachycéphale (qu’incarnent parfaitement François Hollande et la plupart des politicards hexagonaux [Juppé, Raffarin, etc.]). Les théories (et les prévisions) de Georges Vacher de Lapouge et de Madison Grant ne sont peut-être pas aussi désuètes.

    Répondre
    • Scoubidou

      14/09/2013

      Là, c’est du plagiat ! ! ! 😉

      Répondre
  12. Marquais

    14/09/2013

     » J’aime parler avec les paysans, ils ne sont pas assez instruits pour raisonner de travers .  »
    Montaigne aurait aimé s’entretenir avec Alain …. voilà !

    Répondre
  13. Scoubidou

    14/09/2013

    Mr Bonnal,

    Fuir son pays n’est pas la solution, même si je partage votre point de vue sur la décadence de la France et des Français.
    Il est plus courageux de rester afin de s’opposer au système depuis l’intérieur et de dénoncer les collabos.
    Fuir c’est faire preuve de lâcheté et de peu d’affection pour sa propre patrie.

    Répondre
  14. René de Sévérac

    14/09/2013

    Ce n’est pas la critique des propos d’Alain Delon qui me pose problème. Ce qui est grave, c’est que sa fille ait ressenti le besoin de l’excuser. Les enfants sont tellement conditionnés qu’ils n’ont aucune difficulté à pratiquer la Novlangue.

    Répondre
  15. vozuti

    14/09/2013

    Les français sont surtout serviles,c’est pourquoi ils n’écoutent et n’obéissent qu’à ceux qui détiennent le pouvoir.Un troupeau qui va docilement à l’abatoire, en ralant, mais en marchant bien en ligne derriere un berger umps particulièrement mauvais et pervers.Je suis arrivé à la meme conclusion que vous: la france est une cause perdue,il est inutile de se battre pour ce pays et l’idéal serait de le quitter.

    Répondre
  16. Peter

    13/09/2013

    Qu’apprends-je? Ce serait la dernière chronique de Nicolas Bonnal sur le 4 Vérités?
    Nul n’est prophète en son pays et il y a de quoi décourager l’auteur devant le troupeau des ignorants contemporains et des « superfins » comme disait Bloy, qui croient tout savoir.
    Nous voilà bien puni car la relecture des bons (ou non) auteurs du passé (de Tacite à Tocqueville, de Marx à Thoreau et tant d’autres) par le filtre bonnalien éclaire la permanence de la lutte entre les forces de dissolution et celles de la civilisation.
    J’irai donc sur le site de la Pravda (si on m’avait dit ça..) pour trouver un peu de vérité.

    Répondre
  17. 13/09/2013

    A gauche, c’est l’esprit de contradiction permanent, même s’ils en seront les premières victimes. Révolution permanente, quand tu nous tient…
    Les Russes en ont bien souffert, quand leur pays s’appelait l’URSS, et maintenant, ils sont devenus réalistes.
    Tous les yeux se tournent vers eux pour entendre la voix du bon sens.

    Répondre
    • 13/09/2013

      Ce sont les pays qui ont le plus souffert du joug communiste qui essaient de faire entendre la voix du bon sens, voix que nos médias officielles cherchent à étouffer le plus possible.

      Réveillez-vous, bonnes gens !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)