La destruction de l’histoire à l’école

La destruction de l’histoire à l’école

Cela fera sans doute un peu de bien à la France et au peuple français que le délire socialiste s’arrête.
Ce sera, on peut l’espérer, en 2017. Je fais partie de ceux qui trouveront le temps très long d’ici là. Je fais partie aussi de ceux qui se demandent quels dégâts le délire socialiste fera encore d’ici là.

Je ne reviendrai pas sur les questions économiques, sur la justice, sur les inepties écologiques dont il sera bientôt question lors d’un sommet coûteux et nuisible.
Je ne reviendrai pas non plus sur l’antiracisme de carton-pâte clamé par Manuel Valls, aux fins de culpabiliser les Français et de les inciter à penser que l’islam est amour et paix et une religion pour ancien hippie.

Non, je me centrerai ici sur les réformes des programmes scolaires voulues par Mme Vallaud-Belkacem et son armée de spécialiste en pédagogie au vocabulaire constipé.
L’un des volets de ces réformes concerne les langues et Mme Vallaud-Belkacem entend, semble-t-il, que les langues mortes puissent mourir une seconde fois et disparaître des enseignements. Cela me semble dommageable. Mais ce n’est pas le plus grave, hélas.

Le plus grave, c’est ce qui doit advenir des programmes d’histoire. Ce qui reste de chronologie se trouve préservé (cela aurait donc pu être pire…), mais des chapitres deviennent obligatoires, d’autres facultatifs. Ce qui signifie que les chapitres obligatoires sont plus importants que les autres. L’étude du christianisme médiéval devient facultative, donc accessoire. L’étude de l’islam est, par con­tre, obligatoire et je ne doute pas qu’il s’agira de parler de la beauté et de la grandeur de la civilisation édifiée par les continuateurs de Mohammed, pas des monceaux de cadavres laissés derrière eux par lesdits continuateurs partout où, par malheur, ils sont passés.

L’étude de l’esclavage et de la colonisation sera impérative ; celle de l’humanisme et des Lumières sera optionnelle. On peut aisément imaginer que l’esclavage évoqué sera l’esclavage pratiqué par les blancs dans le cadre de ce qui s’est appelé la « traite négrière », et pas du tout l’esclavage pratiqué en terre d’islam.

Après avoir enseigné la beauté et la grandeur de la civilisation musulmane, rappeler que celle-ci fut, et de très loin, la principale civilisation esclavagiste des derniers siècles, et qu’elle a utilisé l’Afrique subsaharienne comme un vivier d’eunuques émasculés au sabre et de femmes esclaves sexuelles serait malvenu.

Dire que, si la civilisation occidentale a usé d’esclaves, com­me d’autres, elle a été la seule à considérer l’esclavage comme immoral et à l’avoir aboli serait tout aussi malvenu.
Lorsqu’il s’agira de la colonisation, il ne sera sans doute pas rappelé l’œuvre coloniale : la construction de routes, de villes, d’hôpitaux, d’écoles… Les colonisateurs seront décrits comme ignobles et ayant violé collectivement des peuples à la culture superbe.

L’humanisme et les Lumières, en pareil contexte, ne peuvent que paraître épiphénoménaux : qu’ont donc apporté l’humanisme et les Lumières à l’humanité ? Vous qui me lisez pourrez répondre. Dans quelques années, vos enfants risquent fort de ne plus pouvoir.

Je pourrais continuer la liste, hélas. Je dois le dire : il y avait déjà des dimensions très orientées dans les programmes d’histoire. Ces dimensions vont devenir écrasantes.
Il ne s’agit pas de donner à « comprendre le monde », comme dit un préambule : il s’agit de substituer la propagande à la connaissance, en détruisant le savoir historique et en le réduisant à des bribes de dogme présentées comme du savoir.

Il s’agit d’instiller un mépris des valeurs et du passé de l’Occi­dent.
Il s’agit de rajouter à tout cela une xénophilie destinée à faire des enfants confiés à l’Éducation nationale des êtres soumis à un multiculturalisme où les cultures seront censées être toutes égales, mais où une culture sera moins égale que les autres, et une autre culture présentée comme meilleure que les autres : je n’ai pas besoin de dire lesquelles.
Une priorité en 2017 devrait être de jeter ce monceau d’ordures dans la poubelle la plus proche, ce qui impliquerait de jeter les socialistes et leurs acolytes aussi loin que possible des sphères du pouvoir…

Partager cette publication

(25) Commentaires

  • BRENUS Répondre

    Le JOJO pro-muzz peut une fois de plus emboucher la trompette des lopettes cireuses de babouches pour défendre cette incapable de najat. Il est clair que s’il ne fallait pas éviter de blesser les muzz, son incompétence l’aurait déjà fait gicler. Lorsque l’on constate qu’une bonne partie des enseignants, pourtant majoritairement de gauche, sont opposés a ses conneries, tout est dit. De plus, cette nana limite se croit autorisée à donner des brevets de « pseudo-intellectualisme » à des gens qui la dépassent mentalement de 10 longueurs, c’est à pleurer de rire. Elle a du profiter à fond de ce que Brighelli appelle la fabrique du crétin. Et mieux encore puisqu’elle gagne les premières places. C’est la discrimination positive à la socialo. Et, naturellement, ça plait à Jojo que j’invite à ne pas me parler car je déteste l’haleine fétide qu’il parvient à diffuser à travers ses écrits lamentables.

    12/05/2015 à 20 h 17 min
  • druant philippe Répondre

    Latin et grec sont tellement peu à la base de notre culture qu’ un nombre faramineux de mots français en sont dérivés .
    la « très remarquable civilisation muzz » (LOL) est sûrement pour lui et ses amis socialistes tarés (pléonasme) la base de notre culture .

    12/05/2015 à 8 h 17 min
  • HOMERE Répondre

    La droite revenue aux affaires,doit s’engager à foutre aux orties cette réforme comme beaucoup d’autres !
    Nous sommes,et resterons latins dont la culture inspirée des Grecs constitue nos fondements civilisationnels…les autres cultures ou religions sont,et resterons étrangères sans aucune chance de devenir la nôtre…aucune !! les agitations de l’anti culture et de notre gouvernement de vendus devront ils raser nos glorieux vestiges sans craindre de solides représailles ?
    L’éradication des folies haineuses de la gauche doit faire l’attention et l’action permanente des gens de liberté pour écarter à jamais ceux,venus de nulle part pour leur funestes projets contre notre nation….le combat ne fait que commencer !!

    11/05/2015 à 12 h 19 min
  • BRENUS Répondre

    Vous ne devriez pas tomber a ce point sur le dos de cette Najat. A voir son rictus permanent qui doit se vouloir dédaigneux, elle a plutot l’air « pas finie » comme on dit dans le buisness (celui qui ne marche pas). De ce fait, ses élucubrations ont toutes les chances d’avoir été concoctées par d’autres, au moins aussi retords mais plus intelligents. De plus, sa bi-apartenance de nationalité la met à l’abri de toute critique virulente qui serait aussitot traduite en « propos racistes » et autres joyeusetés. Autrement dit, elle peut faire toutes les conneries qu’elle veut, tant que les socialos tiennent le manche, c’est tout bon. Il faut simplement espérer que lorsqu’ils se feront balayer, les suivants auront assez de ventre pour virer à la poubelle non seulement cette clique malfaisante mais aussi les lois et règlementations qu’elle aura imposé; Nettoyer les écuries d’Augias en somme.

    11/05/2015 à 1 h 37 min
    • Jaures Répondre

       » De plus, sa bi-apartenance de nationalité la met à l’abri de toute critique virulente qui serait aussitot traduite en « propos racistes » et autres joyeusetés. » écrit Brenus.
      Ce n’est pas trop l’impression que cela donne si j’en crois le concert des critiques de tous horizons qui s’expriment depuis quelques jours.
      L’intérêt sera tout de même de voir l’attachement profond aux humanités exprimé par des personnes qui ont supprimé des heures et des profs de Français. Les mêmes affirmant que le Grec et le Latin seraient les fondements de notre civilisation alors que ces matières n’ont jamais concerné que 5 à 10% des élèves.
      On peut (on doit) critiquer les réformes mais de manière constructive, pas en proclamant fondamental ce que l’on a négligé. Ni, à la Brenus, en pensant que tout ce qui émane de quelqu’un née d’un père ouvrier marocain ne peut être que mauvais.

      11/05/2015 à 11 h 46 min
  • HOMERE Répondre

    Ou sont les champs de bataille Jaurès ? regardez bigre vers l’orient apocalyptique où la barbarie intégrale impose ses lois tribales et chismatiques !!
    Que croyez vous ? notre avenir et le vôtre sont écrits par vos maîtres qui ont chevillé au corps cette haine tenace de la France ancestrale fière et conquérante….eh oui ! nous sommes de ces individus prêts aux combats dès lors que notre pays est mis à mal par ceux qui expriment ouvertement le souhait de la détruire….vous en êtes Jaurès de cette haine !!
    Cette France sera peut être réduite en esclavage comme le souhaite vos amis,mais nous sommes de la race des résistants déterminés et expérimentés dès lors qu’il s’agit de notre patrie ….bien sûr ces mots vous sont étrangers comme ceux que vous appelez de vos voeux pour nous remplacer…nous les moisis les ringards et les réacs…vous verrez que nous sommes toujours là présents pour bouffer du socialo et anéantir vos prétentions hystériques …..

    07/05/2015 à 20 h 33 min
  • SD-vintage Répondre

    « celle de l’humanisme et des Lumières sera optionnelle » : la gauche a abandonné l’humanisme depuis longtemps, mais maintenant c’est officiel.
    « thème obligatoire en 5e intitulé « Société, Eglise et pouvoir politique dans l’Occident chrétien : XIe-XVe siècles ». (Jaurès)
    C’est l’étude de l’Eglise, pas du Christianisme, et de ses rapports à la société.
    Y a-t-il « Société, Islam et pouvoir politique dans l’Afrique du nord musulmane : XIe-XVe siècles » ?

    07/05/2015 à 17 h 24 min
    • Jaures Répondre

      SD,L’intitulé comprend bien les mots « société » chrétien » « Eglise ». Toute la société médiévale s’organisant au sein de la chrétienté, c’est bien cela qui est à l’étude.
      Ce qui importe, c’est que la religion soit considérée à l’école comme un simple objet d’étude élément de l’Histoire.
      Libre à chacun de se lancer dans la théologie mais à l’école, ce qui importe c’est de comprendre le contexte qui permet l’émergence et le développement d’une religion quelle qu’elle soit.

      07/05/2015 à 18 h 10 min
  • HOMERE Répondre

    Ah j’oubliais….les banlieues et les cités,paradis des dealers et enfer des habitants,agressions permanentes partout,la jeunesse enfumée au canabis et cocaïnomane,les sportifs drogués pour des performances toujours plus hautes,le chômage au zénith,l’avenir hypothéqué par l’impuissance des états et la dominance du pognon,le paraître anorexique,l’abandon des parents destinés aux maisons de retraite,la pauvreté jamais égalée,la misère intellectuelle,la pratique ahurissante des jeux et autres spectacles désolant de nullité,les suicides au top,les inégalités jamais égalées…..
    Tout le monde vous dira que nous vivons une époque délirante et beaucoup de nos concitoyens en ont marre de cette vie rendue impossible et de plus en plus inutile….
    Moi même j’ai connu la guerre dernière et nous fûmes un peuple très uni et fiers de notre appartenance à cette nation pour laquelle nos pères et mères ont subi des outrances et parfois au prix de leur vie……aujourd’hui c’est pire que tout…..observez les dégâts dans les têtes et les corps….oui Jaurès avant ce n’était pas mieux…….c’était beaucoup mieux…et croyez vous que la prochaine guerre soit si éloignée ?
    Nous,attachés à la liberté,devons combattre partout le progressisme bidon des marxistes qui met en grand danger notre patrie…ce sera beaucoup mieux ainsi…soit il !!

    07/05/2015 à 11 h 28 min
    • Jaures Répondre

      Si vous regrettez la guerre et ses attraits, vous avez l’embarras du choix des champs de batailles où exprimer votre inclination.
      Les témoignages de ceux qui l’ont connu m’ont quant à moi définitivement convaincu de ne jamais vivre tel époque.

      07/05/2015 à 14 h 44 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        Même si vous y êtes contraint ? Ne me dites pas alors que vous êtes un héroïque défenseur des valeurs laïques et républicaines … d’ ailleurs dans une section vous seriez plutôt un boulet … à mon avis … vous êtes naturellement fait pour rester  » au chaud « 

        08/05/2015 à 20 h 12 min
  • Serge-Jean P.Peur Répondre

    Qu’on envoie donc les édiles socialistes et leurs valets médiatiques Gare du Nord (la mal nommée).Incontestablement ils y trouveront des français (à leur goût) mais s’ils leur demandent s’ils se sentent français,ça leur fera tout drôle mais pas tant que ça car ils connaissent très bien la réponse.
    Hypocrite,va!

    07/05/2015 à 4 h 17 min
  • HOMERE Répondre

    Merci pour les orthographistes qui ne manquent pas de relever le détail de l’histoire et rabâcher sans cesse leur litanie devenue lassante et inutile…bref !
    Jaurès a une tendance assez tenace et cohérente de penser que nous sommes aujourd’hui dans une évolution positive qui se voudrait tendancielle de l’avenir qui se dessinerait intemporellement comme l’alpha et l’oméga de notre civilisation acquise sous les arcanes progressistes désormais fondatrices de notre présent et futur…..mais que diable,ce présent est il si désirable ? a t on jamais vu autant de turpitudes et d’avanies ? notre jeunesse aux salles de shoot, avachie sans projet et menée aux délices du farniente assisté ? des familles « recomposées » désagrégées avec des enfants à la vadrouille voués aux pôles emplois ? des femmes éreintées par les traditions scélérates importées ? des comportements claniques sans âme ni compassion ? des relations humaines ineptes et conflictuelles ? des agressions permanentes sustentées par une haine incroyable ? des mépris permanents pour les idées non convenues ? un dédain invraisemblable de ce qui fut notre histoire commune ? un irrespect jamais égalé des anciens et des autorités ? une recherche permanente du lucre et des luxures sans limites ?
    Si celà est progressiste,alors nous devons poursuivre sans relâche la recherche de ce qui constituera notre déclin et notre fin,car l’homme,instrumentalisé cessera d’être libre….

    06/05/2015 à 22 h 23 min
    • Jaures Répondre

      Mais de quoi parlez-vous, Homère ?
      Pensez-vous qu’autrefois il n’y avait pas de conflits, d’oppression, d’injustice ? Croyez-vous que tout cela fut inventé en 1945 ?
      Pensez-vous que tous les jeunes fréquentent des salles de shoot ? Où avez-vous vu cela ?
      Les familles sont recomposées parce qu’autrefois il n’était pas envisageable de divorcer et que les couples restaient ensemble dans la haine ou l’indifférence. Qui peut dire que les enfants y trouvaient leur compte ?
      Et qu’était-ce pour vous « le respect des anciens » quand l’âge de la retraite dépassait celui de l’espérance de vie ? Quand après 50 années de labeur, pour ceux qui y résistaient, on finissait dans la misère, souvent dans la rue ?
      Une jeunesse sans projet, dîtes-vous, mais autrefois quelles étaient les perspectives pour un fils de paysan ou d’ouvrier à part reproduire la même vie sociale ou, peut-être, mourir à la guerre ?
      Qui dit que nous vivons un moment idyllique ? Personne. Mais ce qui est sûr, c’est que la solution à nos problèmes se trouve devant nous, pas dans un passé fantasmé.

      07/05/2015 à 9 h 12 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        résolution algébrique :

        @ Homère serait l’ alpha et …

        @ Jaurès serait l’ omega

        ces point étant situés de part et d’ autre d’ une courbe vraiment … » tendancielle  » ( sic ) que vous vous partageriez l’ un et l’ autre

        07/05/2015 à 9 h 24 min
  • Jaures Répondre

    Comme je le dis souvent ici, quand on a besoin de contre-vérités pour étayer son argumentaire, c’est que l’on a des convictions bien fragiles. Ou que l’on nourrit des desseins peu honorables.
    Ainsi l’auteur (Millière ?) écrit:  » L’étude du christianisme médiéval devient facultative, donc accessoire. »
    Cest totalement faux. Le programme d’étude des faits religieux s’établit ainsi: « cycle 4 (5e-4e-3e), l’histoire du fait religieux complète et approfondit ce qui a été fait en classe de 6e, avec notamment le thème obligatoire en 5e intitulé « Société, Eglise et pouvoir politique dans l’Occident chrétien : XIe-XVe siècles ». L’auteur pense peut-être que la période du XIème au XVème siècle se situe à la Renaissance. Sans doute les bonnes vieilles méthodes d’étude de l’Histoire.

    Ensuite, tout est à l’avenant. L’auteur dit que l’étude de l’esclavage se fera comme ci ou comme ça alors que cela ne figure pas dans le programme. Si un enseignant ne parle que de l’esclavage en monde chrétien (alors qu’il fut universel et même, dans le monde antique, une institution) ou qu’en monde musulman, il commet une faute par omission. J’ose espérer que l’auteur, s’il est enseignant, n’avance pas à ses étudiants les mêmes contre-vérités grossières que celle que j’ai relevée ci-dessus.

    Les discours anti coloniaux et anti impérialistes ne sont pas nouveaux. Ils ont même prévalus durant les années 60-70. Aujourd’hui la réflexion est plus apaisée.
    Dans un pays démocratique, il n’y a pas à expier un passé dont nous ne sommes en rien coupables. Il convient simplement de l’analyser sans préjugés. Une démocratie se doit d’interroger ses valeurs. Celles de l’Occident ont bien changé depuis le Moyen-Age. Elles changeront encore. Ce qui était imposé autrefois est aujourd’hui en débat. Apparemment, certains ont la nostalgie du temps où croyances, institutions et vie sociale étaient imposées et immuables. D’où ces propos agressifs et peu cohérents.

    06/05/2015 à 12 h 08 min
    • DE SOYER Répondre

      çà y est: Jojo est de Droite maintenant!

      06/05/2015 à 17 h 13 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        la tête lui tourne !

        08/05/2015 à 20 h 14 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      à propos de la méconnaissance qu’ aurait  » l’ auteur  » ( supposé être Millière ) sur le début de la Renaissance la question est : Peut on dire précisément quand finit le  » Moyen-Âge  » ( pour celui ci une définition  » par défaut  » ) et quand commence la Renaissance … les historiens n’ étant pas d’ accord eux-mêmes … Par contre ce que l’ on peut craindre c’ est  » l’ interprétation  » idéologique qui en sera faite par les enseignants ; c’ est un sujet que je connais un peu en ayant discuté assez souvent avec des enseignants français et italiens d’ Histoire ( en générale ) et d’ Histoire des Religions en particulier ( au niveau des Collèges )

      07/05/2015 à 20 h 58 min
  • HOMERE Répondre

    Ces mesures sont parfaitement compatibles avec celles qui accompagnent la destruction de notre civilisation par les socialo/marxistes telles que celles des cinglés détruisant les vestiges des civilisations étrusques,perses et autres à coups de masses…..
    Le changement de population par l’importation massive d’halogènes va se poursuivre et s’amplifier par les effets conjugués de la police morale des associations communautaristes et la dénonciation permanente des actions passées des pourris de français colonialistes jusqu’à l’ultime repentance….
    Français et pas fiers de l’être,vous serez très bientôt soumis au joug totalitaire qui se resserre dangereusement pour gommer notre glorieux passé décomposé…comme l’illustre Jaurès nous le signifie en longueur de posts,nous méritons bien notre indigne histoire pleine de crimes et d’horreur perpétués par nos ancêtres qui ont fait de ce pays la plus fantastique nation éclairée du monde pendant des millénaires…mais foin de nos acquis,nous devons expier et rien d’autre…pour le grand soir de notre disparition…..
    Après le grand remplacement…le grand effacement…
    Rien que du socialisme bon teint après tout…

    06/05/2015 à 10 h 53 min
    • philippe 01 Répondre

      D’accord avec cet excellent commentaire, mais quand on prend le pseudo d « Homère », on ne peut pas se permettre d’écrire « halogène » (du grec halos, le sel) pour « allogène » dérivé d’allos, l’autre !…En tout bien tout honneur.

      06/05/2015 à 12 h 23 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

         » halogènes  » : @Homère vous apporte ses lumières ! ! !

        06/05/2015 à 12 h 37 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          sans compter ( c’ est la cas de le dire ) que sous Sarkozy la  » pression  » migratoire avait atteint un degré supérieur à ce qu’ il est aujourd’ hui

          06/05/2015 à 12 h 41 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      étrusques ? étrusques vraiment ? … perses ? perses vraiment ? votre niveau de connaissances historiques ET géographiques me semblent être du même niveau que celles de votre  » conducator  » !

      07/05/2015 à 21 h 03 min
      • HOMERE Répondre

        Oui et je vous emmerde vous le prétentieux historien de mes deux……étrusques et perses oui Monsieur !!

        11/05/2015 à 12 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: