La France est-elle le poumon de la planète ?

Posté le 20 novembre , 2018, 3:23
5 mins

Pendant des décennies, l’usage du diesel a été encouragé par les pouvoirs publics.

Ces moteurs consommaient moins que ceux à essence et émettaient moins de CO2, gaz à effet de serre que le GIEC feint de croire responsable, à lui seul, du réchauffement de la planète.

Par ces deux arguments, on justifiait la moindre taxation de ce carburant.

C’est fini.

On ne parle plus du CO2, mais des particules fines.

Du coup, on brûle ce qu’on a adoré. Dehors le diesel !

Or tous les diesels fabriqués depuis 2009 ont des filtres à particules (FAP), pas parfaits mais efficaces.

Le chef du service de pneumologie de la Pitié-Salpêtrière, invité sur une chaîne de télévision, a lui-même reconnu que la pollution parisienne était aujourd’hui très inférieure à ce qu’elle était il y a 10 ou 15 ans malgré l’augmentation de la circulation.

En réalité, dans 3 ou 4 ans, les véhicules diesel sans FAP seront une infime minorité.

En outre, d’autres progrès techniques seront intervenus.

En attendant, tout ce battage est, pour les pouvoirs publics, une mauvaise raison pour augmenter les taxes sur le gazole, de façon, dit-on, à en dissuader les futurs acheteurs de véhicules.

Bien sûr, on aurait pu diminuer les taxes sur l’essence ; le but recherché aurait été le même non ? Curieusement, on n’y a pas pensé.

Le pouvoir se défend mal en insistant sur le fait que l’augmentation du prix des carburants et du fuel de chauffage est due essentiellement aux récentes augmentations du prix du baril de brut – qui sont réelles.

Mais remarquons quand même que l’État perçoit 60 % du prix en taxes et impôts divers et qu’il est trois fois gagnant.

La part de TVA qui lui revient sur le carburant augmente avec le prix du brut, la consommation des « essences » est supérieure à celle des « diesels » donc encore plus de taxes à engranger, taxes qu’il augmente en outre régulièrement en relevant la TICPE.

Et, au passage, tant pis pour les gaz à effet de serre qui étaient son obsession il y a peu.

Il faut dire que le gouvernement oublie opportunément de rappeler aux Français qu’ils sont, à cet égard déjà de bons élèves, car, grâce à l’électricité d’origine nucléaire, ils émettent deux fois moins de gaz à effet de serre par habitant que les Allemands. Pile il gagne, face on perd !

Nous ne pouvons pas croire le président et son premier ministre qui nous affirment que c’est dur, mais que la survie de la planète est à ce prix.

L’urgence était-elle si grande qu’on ne puisse surseoir aux augmentations prévues de la TICPE pour adoucir le coup des augmentations dues à celles du pétrole auxquelles on ne peut rien ? À ça non plus, ils n’ont pas pensé.

La France, c’est 1 % de la population de la planète et 0,9 % des émanations de gaz à effet de serre et polluants divers.

Ces deux chiffres montrent les limites de notre influence sur le réchauffement climatique de la planète et sa pollution.

Croit-on vraiment que l’augmentation constante des taxes chez nous va avoir une influence quelconque sur l’environnement de la planète ?

Évidemment non ; aucune, ou alors de manière inappréciable, contrairement à la surcharge fiscale imposée aux Français ; pour rien ; pour satisfaire l’orthodoxie écolo qui nous ment en permanence sur les éoliennes, les capteurs solaires et la voiture électrique.

Le percepteur se cherche un alibi vertueux.

D’ailleurs, moins de 20 % de tout ce qui est ponctionné au titre de la campagne « carbone », est investi dans la « transition énergétique », ectoplasme vague qui à lui seul mériterait une explication plus convaincante que ce qu’on entend.

Cela sonne comme un aveu. Et tant pis pour les Français pris en otages, une fois de plus, par une idéologie quasi religieuse qui les dépasse.

Rien de sérieux ne justifie cette politique dont les conséquences financières néfastes pour tout le monde aggravent encore un peu plus le sentiment d’oppression fiscale de la population la plus imposée parmi les pays développés.

ARTICLE PRÉCÉDENT

Estrosi

ARTICLE SUIVANT

Anti-terrorisme

9 Commentaires sur : La France est-elle le poumon de la planète ?

  1. HansImSchnoggeLoch

    26 novembre 2018

    Pour assécher les rentrées de fric du gourou écolo Hulot il faut absolument boycotter les produits “Ushuaïa”.
    Il a déclaré avoir touché en 2016 plus de 248 000 euros nets au titre de gérant d’Eole Conseil.
    Avec un salaire pareil ce hulotberlu veut convaincre le peuple des bienfais d’une augmentation des carburants.

    Cela ne m’étonnerait pas que la direction du nouveau comité Théodule pour le changement climatique ne lui échoie.
    On verra bientôt, si toutefois les gilets jaunes ne perturbent pas le processus.

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    25 novembre 2018

    Macron le roi des airs royaux ou des pauvres hères, à vous de choisir.

    110 kilomètres parcourus en 35 minutes.
    Forcément, en avion, c’est plus rapide. Et avion privé, encore plus. C’est ce qu’a fait Emmanuel Macron, jeudi, pour aller de La Roche-sur-Yon (Vendée) à Rochefort (Charente-Maritime), deux villes distantes de 110 kilomètres : le président a choisi d’utiliser le Falcon présidentiel.

    Conclusion:
    Faites ce que je dis mais pas ce que je fais.
    Le réchauffement anthropique global s’arrête définitivement devant les portes du palais de l’élysée.

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    25 novembre 2018

    liste des émissions de C02 pour l’ année 2016 ( les données sont en milliards de tonne )

    Monde entier 32,32 100 % des émission
    Chine 9,6 28 % ”
    USA 4,83 14,9 % ”
    Inde 2,08 6 % ”
    Russie 1,44 4,4 % ”
    Japon 1,15 3,6 % ”
    Allemagne 0,73 2,3 % ”
    Corée du Sud 0,59 1,6 % ”
    *****************************
    en 17 ième position derrière l’ Iran, le Canada, l’ Arabie Saoudite, le Brésil, le Royaume Uni, la Turquie et l’ Italie on trouve la

    France 0,29 0,9 % des émissions

    apparemment les émissions dues au trafic maritime par conteneurs et tanker ne sont pas comptabilisées

    achetez chinois , indiens ou américains pour sauver la planète

    USA

    +++

    Chn

    Répondre
  4. BRENUS

    25 novembre 2018

    C’est sans doute pour soulager les poumons des français que Macron et sa suite, pour leur visite au Roi des Belges, entreprennent le très long parcours de Paris à Bruxelles à bord d’un Falcon, plutot que par le Thalys qui met une heure et quart de trajet et fonctionne lui à l’électricité. Ah, écologie, quand tu nous tiens. Je suis prêt à parier qu’un de ses encenseurs patentés va nous servir un beau modèle d’inversion accusatoire pour nous prouver que nous ne comprenons rien (normal : des gens de rien, un tant soit peu illèttrès de surcroit) et nous démontrer avec la sophistique macronienne qui se répand en France comme la pisse de mon chien sur mon tapis que le grand gourou a raison et soigne, à la fois la qualité de l’air et les finances publiques. Mais expliquer cela à des “beaufs et abrutis” selon le langage LREM, c’est peine perdue.

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    21 novembre 2018

    Un maire EELV d’une commune du nord de la France vient de déposer une plainte contre l’état pour non respect de lois anti-pollution et mise en danger de ses administrés.
    Le contribuable lambda national qui n’a rien demandé réglera les frais de justice comme d’habitude.

    Conclusion: votez vert pour la planète bleue, vous en rirez jaune par la suite et deviendrez rouge à la présentation de la facture.
    Ne broyez pas du noir *) pour autant.

    *) R=0, G=0, B=0, il s’agit des paramètres RGB qui caractérisent ici l’absence de couleur, à ne pas confondre avec une autre signification.
    Honni soit qui mal y pense!

    Répondre
  6. KAVULOMKAVULOS

    21 novembre 2018

    Le coup des “particules fines” pour le diésel sert en partie de support à l’argumentaire pseudo écolo. Ce serait du au fait que les pressions d’injections – en particulier avec le “comon rail” — atteignent maintenant les 750 bars, voir plus et pulvérisent plus fin que fin, alors que, selon certains “spécialistes auto à la radio le dimanche”, les anciens moteurs bien fumeux étaient presque inoffensif car les particules étaient plus grosses et retombaient par terre et non dans vos poumons. La voila la solution qu’elle est bonne : repassons aux vieux injecteurs à 160 ou 180 bars, sans turbo s’il vous plait (avec une perte de rendement quand même) et admirons les volutes noirâtres que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Au fait si le diesel c’est caca et qu’il faille le supprimer, pourquoi ne pas l’exclure aussi et d’abord des bus, camions – y compris étrangers qui transitent sans payer un rond sur nos routes-, moteurs de bateau, etc… On peu aussi parler du kérosène pour les avions. Allez, tous en électrique que l’on se marre, avec des centrales a vent actionnées par les souffles humains produits par tous les orifices possibles. Comme disaient les anciens “il y en a qui ne chient pas la honte, quand même”.
    En passant un diésel moderne bien réglé, c’est presque 40% de moins de conso qu’un essence a performances équivalentes: grace au rendement supérieur et au couple développé qui permet de tourner sur de bas régimes. J’ai un Honda HRV 1.6 diesel (que le constructeur délaisse pour être à la mode et satisfaire sa grosse clientèle US californienne, dommage) Sans me priver je fais réellement 4.5 à 5 l/100 km. Le même modèle en essence atmo 1.5L demande 7 à 8 litres, mini. Il “donne” 130 cv, mais à 6500tm, avec un couple à pleurer. Pour doubler avec ça en sécurité il faut jouer de la boite de vitesse genre Fangio et le boucan va avec.

    .

    Répondre
    • Hagdik

      21 novembre 2018

      La pression courante d’injection est maintenant de 1500 bars.

      Répondre
      • KAVULOMKAVULOS

        22 novembre 2018

        1500 bars ? “raison de plus de retourner à 180 bars”, avec “fog” bien collant. Question secondaire : les camions, bus, etc… fonctionnent ils aussi avec 1500 bars? Dans ce cas quelle différence avec un véhicule de tourisme pour ce qui est du danger supposé des “particules fines”. Peut être la pollution fonctionne t elle comme d’autres systèmes : à la tête du client ? Les gaz d’échappement essence vous donnent un air aussi pur qu’au Mont Blanc. Et la production des “piles” pour voitures électriques est une véritable calamité écologique, sauf que cela se passe ailleurs.

        Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    20 novembre 2018

    Encore une fois la France est seule à la tête du combat contre ce méchant automobiliste et cet abject gazole.
    L’article de Roland Dumas, chiffres à l’appui en explique bien la futilité.
    Le contribuable essoré jusqu’à la moëlle pour financer cette gabégie ne rigole pas mais on ne le lui demande pas son avis.

    Par exemple au Qatar le nouveau stade olympique de football va être climatisé dans son intégralité par une centrale électrique thermique fonctionnant au fuel lourd.
    Applaudissez des 4 extrémités vous ne serez pas les seuls, car un larbin du journal vespéral français “iMonde” a trouvé cela génial.

    L’article complet traitant du stade du Qatar se trouve sur le site “bvoltaire.fr”.
    Titre: “Au Qatar, on climatise à ciel ouvert et, en France, on sauve la planète !”

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)