La loi Taubira et le déni de démocratie

La loi Taubira et le déni de démocratie

La loi dite « Taubira » a donc été votée, seul succès du nouveau président en un an, ce qui n’augure rien de bon pour la suite.

Les arguments des socialistes pour justifier cette loi reposaient sur deux piliers. Le premier était que cette loi devait être votée pour respecter le principe d’égalité. En l’occurrence, l’égalité ne peut s’appliquer à tous les sujets et sûrement pas dès lors qu’il s’agit de remettre en cause la différenciation sexuelle, ce qui était le cas. Cet argument reposait donc sur une tromperie manifeste.

Le deuxième argument était qu’il fallait, de toute façon, respecter le principe démocratique qui avait envoyé une majorité à l’assemblée favorable à cette loi. Là encore, il y a tromperie. En effet, dans cette assemblée législative, 15 à 20 % des Français sont privés de représentants. Cette assemblée ne représente pas le peuple français et, si elle l’avait représenté, la loi n’aurait pas été votée.

Elle ne représente pas le peuple français, parce que la gauche a instauré un principe inique et antidémocratique de front républicain, principe relayé par les médias sous influence, et qui consiste à laisser croire qu’il est interdit d’avoir des accords électoraux avec le Front National, alors même que ce parti est totalement intégré dans le débat politique et qu’aucune interdiction ne le frappe.

Il s’agit d’une grave atteinte à la démocratie, orchestrée régulièrement par la gauche et les médias. Il en ressort que l’Assemblée nationale voit sa représentativité mise en question par ce déni de démocratie.

Il ne faut donc pas s’étonner de voir une partie importante du peuple français manifester son mécontentement dans la rue, puisque les vraies instances démocratiques font défaut.

 Jacques Lescop

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • Jaures Répondre

    1) la loi ne remet pas en cause le fait qu’il existe une différence sexuel mais affirme que si l’homosexualité n’est pas un délit, les homosexuels doivent bénéficier des mêmes droits que les hétérosexuels.
    2) Le mode d’élection au parlement est au scrutin majoritaire à deux tours mais rien n’empêche quiconque d’être élu. Il n’existe pas de lois qui interdise l’union entre le FN et une autre formation. Je rappelle simplement que le FN met la droite et la gauche sur le même plan (« UMPS ») et présente un programme dont certaines propositions sont soutenues par l’extrême gauche (retour de la retraite à 60 ans, nationalisations,…) ou refusées par tous (sortie de l’euro). Si le FN ne trouve pas d’alliance, il ne peut donc s’en prendre qu’à lui-même.

    03/05/2013 à 13 h 14 min
  • Claude Roland Répondre

    Chien qui aboie ne mord pas. Tant que les Français gueulent, s’agitent et font des manifs, les dirigeants de cette dictature ne craignent rien. Que de la gueule ! C’est ce que constate le député qui a décidé de parcourir la France à pied (1600 km) et qui écoute les gens qu’il rencontre. Des protestations, des menaces de ne plus voter (génial, comme ça les politiciens ont carte blanche pour piller et gaspiller), et c’est tout. Cool !
    Mais depuis quand est-on en démocratie en France ? En démocrassie, oui ! La vraie démocratie, ce sont les Suisses. Point final. Silence : les socialos tuent les libertés ! Et notre pays est à la dérive !
    Alors discutaillez, coupez les cheveux en 4, bavassez, débatez, pendant ce temps là, la France dérive vers les écueils et va s’y fracasser. Le peuple Français est un peuple de bras cassés et de gueulards, c’est tout. Pendant ce temps là, le monde avance et nous, nous sommes tanqués dans notre connerie de lâches.

    03/05/2013 à 10 h 32 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: