La natalité en question

Posté le 30 mai , 2019, 10:34
3 mins

En rentrant récemment d’Espagne, l’avion qui me ramenait à Paris était piloté par deux femmes.

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

ARTICLE PRÉCÉDENT

80 km/h

3 Commentaires sur : La natalité en question

  1. GAZU Josette

    4 juin 2019

    Et pourquoi pas “la lune sur un plateau” a t-on envie de dire à ceux qui déplorent les contraintes de la nature concernant la maternité, comme la paternité? Certes une femme pilote de ligne est obligée de faire un quota d’heures de vol difficilement compatible avec les congés maternité. Quant aux hommes homosexuels, ils veulent engendrer sans avoir de relation avec une femme. Malheureusement des lois infames, plutôt infemmes, leur permettent d’acheter un ventre féminin avec la PMA. La natalité doit être encouragée par des mesures concernant le travai des femmes mais ce n’est pas son principal obstacle.

    Répondre
  2. Claude Courty

    3 juin 2019

    La cause de tous nos maux est effectivement de nature démographique, mais d’ampleur planétaire. Quant à savoir où la population baisse ou augmente, nous devrions d’abord nous préoccuper – par ces temps de perméabilité croissantes des frontières physiques ayant jusqu’ici isolé les nations – de considérer ce qui se passe à l’échelle mondiale. Avec plus de 250 000 humains supplémentaires chaque jour, soit annuellement près de 100 millions ou les effectifs du Benelux et de la France réunis, aucun souci ! la relève est assurée.
    Quand une mondialisation irréversible, résultant d’un progrès voulu par le plus grand nombre, a aboli les frontières entre les hommes, toutes les misères de l’humanité sont promises à un partage chaque jour plus large.
    https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com/2019/01/au-sahel-la-planification-familiale.html
    https://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com/2019/01/changer-les-normes-sociales-et-les.html

    Répondre
  3. KAVULOMKAVULOS

    30 mai 2019

    Vive les aviatrices, mon frère, vive les….

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)