La réalité syndicale française à la veille du sommet social

La réalité syndicale française à la veille du sommet social

À la veille du « sommet social » que Nicolas Sar­kozy va organiser le 18 janvier, trois faits majeurs viennent nous rappeler la situation du « dialogue social » en France.

Tout d’abord, sans publicité particulière, et surtout sans élection, Gérard Rivière, syndicaliste Force ouvrière, a été nommé président de la Caisse nationale d’assurance-vieillesse.

Contre les statuts de la Sécurité sociale, qui prévoyaient à l’origine une élection des administrateurs.
Bien que FO soit un syndicat particulièrement nuisible pour les retraités du privé, ce syndicaliste règne donc en maître sur nos retraites depuis le début du mois de novembre !

C’est déjà stupéfiant. Mais le plus insensé, c’est que personne ne réagisse. Seuls nos amis de Sauvegarde Retraites ont dénoncé cette parodie de « démocratie sociale ». Pour le reste, pratiquement aucun journaliste, pratiquement aucun politique, ne semble voir de problème dans cette nomination…

Nous avons également appris avec effarement, vers la mi-décembre, que le rapport du député centriste Nicolas Perru­chot sur le financement des syndicats avait été purement et simplement enterré par la mission parlementaire qui travaillait sur le sujet !
Les syndicats, qui vivent très majoritairement d’argent public, interdisent donc, avec la complicité des députés UMP et socialo-communistes, aux contribuables de savoir ce que l’on fait de leur argent.

Dernière « actualité » syndicale : la semaine dernière, en marge du fantasmagorique dossier du « sauvetage » de la société Sea France, nous avons appris que la direction nationale de la CFDT désavouait sa branche calaisienne. Celle-ci est, en effet, soupçonnée de clientélisme, favoritisme, et même de violences à l’égard de ceux (y compris extérieurs à l’entreprise) qui n’approuvaient pas ses méthodes.
Bien sûr, il serait injuste de tirer des conséquences générales à partir d’un cas particulier.

Il reste que la réalité de la « démocratie sociale » dans notre pays est toujours dominée par l’opacité générale des modes de financement et des modes de représentation. Et le syndicalisme français, même quand il se prétend « réformiste », est très largement acquis aux théories et pratiques de la lutte des classes. Et, trop souvent, les méthodes de voyous font partie du projet « d’amélioration des conditions de vie des prolétaires ».
Tant qu’il en sera ainsi, un gouvernement responsable devrait refuser de discuter avec ces organisations syndicales !

Partager cette publication

(26) Commentaires

  • Jaures Répondre

    Cher François, justement, relisez-moi, je n’ai jamais rejoint le choeur de ceux qui condamnaient l’ensemble des prêtres suite aux scandales de pédophilie qui ont touché l’Eglise en Irlande, aux Etats-Unis et en Belgique notamment. Les pédophiles vont là où se trouvent les enfants, peu importe l’institution.
    L’amalgame qui permet de passer du particulier au général est une facilité intellectuelle dont abusent ceux qui exploitent le moindre fait divers, non sans un certain succès, je l’accorde.

    17/01/2012 à 10 h 56 min
  • François Répondre

       " Si , sous prétexte de mauvaise gestion ou de malversations dans quelques cas précis, vous condamnez l’ensemble du monde syndical…"
      Rassurez vous, Jaures, cette idée est aussi éloignée de notre esprit que l’est du vôtre la condamnation de l’ensemble de l’Eglise pour les fautes de quelques uns…

    16/01/2012 à 22 h 10 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<ils sont légions les syndicalistes possédant des comptes en Suisse, achetant des îles tropicales, roulant en Ferrari et ayant leur table au Fouquet’s .Avez-vous déjà séjourné dans un centre de tourisme social et familial ?

    Comptes en Suisse, îles tropicales, Fouquet’s. Cela devient pathétique, plusieures séances de psy sur le couch s’imposent pour cet intervenant!

    16/01/2012 à 21 h 52 min
  • toni Répondre

    Moi mr Jaures, je présume que dans vos organisations, vos chefs sont deux ou trois ******** vaniteux qui confondent intérêts personnels et privés, des seigneurs qui gouvernent un fief … voilà. Ce sont ces gens là dont parlait Homere je pense.

    Pour le service public monsieur le syndicaliste, les transports, les hopitaux et maisons de retraites sentent parfois le vomis et la pisse … Les hopitaux ?? Une fois ça sentait tellement que j’ai cru que c’est moi qui vomissait mon petit déjeuner … Je suis revenu avec la gastro de l’hopital … ce n’était pas pour me faire soigner mais régler une formalité administrative pour un proche.

     

    16/01/2012 à 15 h 09 min
  • Jaures Répondre

    Bien sûr, ami Homère, ils sont légions les syndicalistes possédant des comptes en Suisse, achetant des îles tropicales, roulant en Ferrari et ayant leur table au Fouquet’s .Avez-vous déjà séjourné dans un centre de tourisme social et familial ? Je doute que vous y rencontriez beaucoup parmi les détenteurs des 500 plus grosses fortunes recensées par Challenge.
    Croyez-vous qu’aux élections professionnelles se bousculent les candidats désireux de profiter des nombreux avantages que vous imaginez liés à la fonction ? Vous ne fréquentez pas beaucoup les entreprises, cela est patent.

    16/01/2012 à 9 h 44 min
  • HOMERE Répondre

    Vu la qualité des "investissements" des CE payés par les entreprises publiques et les détournements de biens tout aussi publics,je suis perso,pour l’inculpation de tous les responsables syndicaux pour abus de biens sociaux.

    Châteaux restaurés,voyages exotiques,services trois étoiles,restos idem,…tout gratos !! elle est pas belle la vie (du rail) ……l’entreprise ? quelle entreprise ?

    Aux chiottes les profiteurs !!

    15/01/2012 à 4 h 56 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Cher Hans>>
    Il est inutile de me me renchérir, gardez les familiarités pour vos proches.

    <<Toutes choses qui sont bien entendu le cadet de vos soucis mais qui, moi, m’importent et me mobilisent chaque jour.>>
    Il vous suffirait de prouver que vous êtes capable de créer une entreprise dans laquelle vous pourriez mettre en pratique les dons de bon samaritain que vous vantez tellement sur ce site  Les personnes qui vous apitoyent seraient mieux servies si vous leur offriez un job dans votre nouvelle entreprise. Mais on peut douter que vous en soyez capable. Les socialistes n’ont jamais su que fustiger ceux qui osent entreprendre. Cela les occupe tellement qu’ils en font la principale obsession dans leur vie. "Charité bien ordonnée commence par soi-même."
    Le cadet et en même temps l’aîné de mes soucis c’est que des intervenants comme vous se remettent enfin au travail et cessent de se lamenter pour les autres.

    PS: les posts sur "wanadoo" c’est chez-vous, ceux sur "proxad" se rédigent au poste de travail. Ces derniers sont visiblement plus nombreux quand on consulte les archives des 4V. Très pratiques ces archives et pas seulement pour des recherches sur les soi-disantes contradictions de Guy Milliere.

    14/01/2012 à 23 h 07 min
  • Daniel Répondre

    Jaurès: 
    "Si sous prétexte de mauvaise gestion ou de malversation dans quelques cas précis vous condamnez l’ensemble du monde syndical, il faut procéder de même pour toutes les organisations, qu’elles soient économiques, religieuses"…  
     et Jaurès le bon n’a jamais condamné une religion, bien sûr, et surtout pas pour des erreurs commises il y a plusieurs siècles: jamais!. Mais il faut comprendre, chaque mensonge donne le droit à des subventions!…   ce n’est donc plus du vol puisque c’est légal!.

    14/01/2012 à 21 h 23 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    de toute évidence il y a confusion entre :
     – d’une part les syndicats
     – d’autre part les comités d’entreprises
    les seconds étant sous la coupe ( réglée ! ) des premiers
    et n’étant pas soumis à un contrôle par des commissaires aux comptes
    merci  De Gaulle …
    … d’avoir permis aux apparatchiks des salariés de s’être gavé à leurs dépends !

    14/01/2012 à 14 h 33 min
  • François Répondre

     Tiens, je constate que ce n’est plus "cher untel" ou "cher Toto"", mais "untel" ou "Toto".
     Comme quoi dès qu’on touche à la corde sensible, plus de fioritures!…

     Quand à affirmer que les syndicats publient un bilan, c’est faux. Seule la CFDT a commencé à s’y plonger (sans pour autant le faire), les autres s’y refusant catégoriquement. A moins que, comme pour le reste,les gens du sérail soient seuls destinataires des comptes?…

     Remarquez, on comprend qu’ils rechignent. Dans chaque domaine où ils ont été contraints de le faire ( CE par exemple), la cour des comptes a mis à jour des malversations…

    14/01/2012 à 12 h 21 min
  • Jaures Répondre

    Cher Hans, pensez-vous que les agences attribuent leurs notes en fonction de la qualité de vie des salariés ? Evidemment non. Le R.U est plus endetté, a plus d’inflation et de chômage mais garde son triple A car les financiers y sont relativement à l’abri. Par ailleurs, certains des pays que vous citez sont bien plus syndicalisés que la France: la Finlande et la Suède sont à plus de 70%. Mais évidemment, si vous comparez la vie d’un travailleur suédois ou Finlandais avec celle d’un Anglais (protection sociale, accès à l’éducation, formation professionnelle,…), il n’y a pas photo.
    Croyez vous par ailleurs que seules les entreprises syndicalisées mettent la clé sous la porte ? Vous plaisantez ! Cela n’a rien a voir. Par contre, la qualité des plans sociaux, elle, varie selon la capacité de lutte des travailleurs. Sea France obtient des reclassements et des indemnités majorées. Avez-vous déjà vu des salariés licenciés obtenir ce type d’indemnisation sans lutte ? Chaque jour des centaines de salariés sont licenciés dans l’anonymat le plus total parce qu’ils ne sont pas organisés. En outre, dans le quotidien des salariés, la vigilance des délégués syndicaux permet le respect des règles d’hygiène et de sécurité, la négociation des salaires, la pertinence des plans de formation, le respect des règles sur la parité des salaires, l’accueil des travailleurs handicapés, etc…
    Toutes choses qui sont bien entendu le cadet de vos soucis mais qui, moi, m’importent et me mobilisent chaque jour.

    14/01/2012 à 10 h 46 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Quant à affirmer que les syndicats seraient nuisibles aux salariés>>

    Ils ne sont pas seulement nuisibles aux salariés mais au pays tout entier.
    Liste des pays qui suivent gardent leur AAA.: le Danemark, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Suède, la Norvège, la Finlande, le Luxembourg, la Suisse, l’Australie, Hong Kong, le Canada et Singapour.
    On y voit "avec horreur" le Royaume-Uni pays si souvent décrié par cet intervenant.

    14/01/2012 à 8 h 04 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Quant à affirmer que les syndicats seraient nuisibles aux salariés, je vous invite à comparer la situation des travailleurs dans les entreprises où existent des délégués syndicaux avec celle des salariés des nombreuses PME où les syndicats sont absents>>

    Sea-France est un exemple typique de companie où existait un syndicat. Je dis bien "existait" car la companie elle même est morte. S’il faut tuer chaque chien pour éliminer ses poux où irons nous?
    Même un des "capos syndicalistes" s’était insurgé contre le comportement des syndicats dans cette companie.
    La plupart des companies sous la botte des syndicats sont en train de crever sauf les monopoles nationaux qui sont sevrés de fric ou de blé public volé aux forces vives et travailleuses de ce pays. Quand on voit la taille des cagnottes de ces syndicats on a envie de gerber.

    14/01/2012 à 7 h 55 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Un peu comme ces adolescents immatures sans indulgence pour leur parents mais qui réclament leur protection au moindre problème.>>
    Le seul immature sur ce site est bien cet intervenant, mais il ne s’en rend pas compte. Les nuisibles dans leur élan de bonté inutile ne veulent pas voir  les dégats qu’ils produisent. Le coeur du problème est bien là!

    14/01/2012 à 7 h 41 min
  • Jaures Répondre

    Hervé Lambel, les syndicats nationaux sont soumis aux normes comptables: ils doivent produire des pièces certifiées par un commissaire aux comptes et publier leur bilan.
    Dés lors, pourquoi demander une commission d’enquête spécifiquement sur les syndicats et non pas sur toutes les organisations, publiques ou privées, recevant des subsides publiques ? C’est ce traitement spécifique que les syndicats ont dénoncé avant les auditions mais, ensuite, ils ont demandé que le rapport soit publié car il est patent que ceux qui ont organisé cette enquête n’ont pas trouvé ce qu’ils escomptaient dans leurs investigations et ont donc préféré la rumeur.
    Par ailleurs, qu’il y ait parfois des égarements dans telle ou telle entreprise, dans tel ou tel CE, n’est pas surprenant. Quelle organisation humaine ne montre pas ici ou là, ponctuellement, des faiblesses condamnables ? Si sous prétexte de mauvaise gestion ou de malversation dans quelques cas précis vous condamnez l’ensemble du monde syndical, il faut procéder de même pour toutes les organisations, qu’elles soient économiques, religieuses ou politiques, où vous aurez constaté quelques errements.
    Quant à affirmer que les syndicats seraient nuisibles aux salariés, je vous invite à comparer la situation des travailleurs dans les entreprises où existent des délégués syndicaux avec celle des salariés des nombreuses PME où les syndicats sont absents. De même, ceux qui raillent les syndicalistes, y compris dans les entreprises, sont les premiers à occuper les permanences dés qu’un plan social s’annonce ou que des postes sont sur la sellette.
    Un peu comme ces adolescents immatures sans indulgence pour leur parents mais qui réclament leur protection au moindre problème.

    13/01/2012 à 11 h 02 min
  • QUINCTIUS CICINNATUS Répondre

    1945 – 1947
    C.G.T.  : actionnaire possédant la presque totalité des parts * : Staline au Kremlin
    F.O.  : crée ex nihilo par la … C.I.A. ( en réaction à la première)
    C.F.DT. : à l’origine la voix "ouvrière" de la S.F.I.O.
    C.F.T.C. :  la voix ouvrière du M.R.P.
    etc … etc …
    la guerre froide ne faisait alors que commencer !
    * actionnaires minoritaires les gaullistes dits de gauche , héritiers politiques de Jean Moulin ?
    depuis quelques années les Centrales ( parisiennes )  jugées pas assez "révolutionnaires" :  naissance de SUD ( anarcho-trotskiste ) ou des "collectifs " ( infirmières etc …)

    12/01/2012 à 21 h 29 min
  • Hervé Lambel Répondre

    La CGT a demandé la publication du rapport, comme d’autres organisations, une fois qu’elle savait qu’il ne pouvait plus être publié. Voilà une belle façon de nous prendre pour des imbéciles. Il suffit d’ailleurs de se rappeler de la réaction de tous les syndicats (patronaux et de salariés) à l’annonce de la création de cette commission : ils étaient tous contre ! La CGT et les autres auraient dû organiser une manifestation (avant le vote qui a enterré le rapport, c’est comme cela qu’il procèdent d’habitude, cf retraites). C’est hypocrisie est la même que celle qui conduit aujourd’hui Chérèque, face à la lumière enfin faite par les médias sur des pratiques qui ont conduit une entreprises à la faillite, à « dénoncer » sa section calaisienne : vu le temps depuis lequel le dossier dure, comment ne pouvait-il pas être au courant. Comment peut-on imaginer que les repreneurs ne se soient jamais adressés au national face à de tels blocages ? La manipulation est bien le mode opératoire d’orgtanisations de plus en plus nuisibles à une véritable représentation des salariés, au dialogue social et à l’intérêt général. Il est temps de réformer en profondeur le syndicalisme, la représentativité et son financement. Enfin, pour ceux qui verraient ici une charge contre les syndicats de salariés, si vous avez raté 1 Révélation sur le financement des syndicats ? Je vous offre l’intégrale de la Saison 1 : http://www.lescreateurs.org/?p=3799

    12/01/2012 à 19 h 33 min
  • QUINCTIUS CICINNATUS Répondre

    @ Jaurès
    a force de lire vos (véhémentes) interventions sur ce blog …
    je sais que vous êtes parfaitement honnête mais aussi un "gogo" et  heureux de l’être

    12/01/2012 à 19 h 15 min
  • QUINCTIUS CICINNATUS Répondre

    @ Jaurès
    a force de lire vos (véhémentes) interventions sur ce blog …
    je sais que vous êtes parfaitement honnête mais aussi un "gogo" et  heureux de l’être

    12/01/2012 à 19 h 11 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    François: <<ils ne l’ont pas dit fort! Au point que mis à ,part les gens du sérail, personne n’est au courant. Ils ne nous avaient pas habitué à une telle discrétion>>

    Les syndicats ne se gênent pas d’habitude de faire grève pour moins que cela. Pourquoi ne sont-ils pas allés dans la rue pour manifester bruyamment leur colère contre l’escamotage de ce rapport?
    Réponse possible à cette dérobade: quand le couperet de la guillotine coince en tombant ce n’est pas le condamné, trop content de ce qui lui arrive, qui va montrer au bourreau où il coince.
     

    12/01/2012 à 16 h 28 min
  • François Répondre

      " Les syndicats, la CGT en tête, ont demandé expressément que ce rapport soit publié"
     Mort de rire!
      Comme le dit Toni, s’ils l’ont fait, ils ne l’ont pas dit fort! Au point que mis à ,part les gens du sérail, personne n’est au courant. Ils ne nous avaient pas habitué à une telle discrétion…
      De toutes façons, il suffit de voir à qui profite le crime pour avoir une idée des dessous…

    11/01/2012 à 21 h 19 min
  • Kila Répondre

    Pinocchio étant dans sa dernière ligne droite, aux abois, va nous abreuver de guignolades, sur fond d’allocutions d’une gravité abyssale. Ses moyens financiers n’ont pas de limites, ce sont nos impôts (sans parler de ses emprunts calamiteux). Il quadrille le territoire, se montre partout,distribue des sucettes ici et là, à part ça, on l’a compris, il n’est pas en campagne électorale. On le voit régulièrement en photo dans le SarköFig,le menton et le sourcil levé, le doigt pointé en avant, en compagnie de la chancelière toujours d’un maintien réservé devant souvent penser « cause toujours », ou « si les Français se contentent de ça, ils ne sont pas difficiles ».

    11/01/2012 à 20 h 56 min
  • Toni Répondre

    L’irlande c’est la bête noire, et Caracas c’est le jardin d’eden. Je pense que tout le monde sera d’accord avec Mr Jaures …

    Cdlt,

    Toni.

    11/01/2012 à 20 h 13 min
  • Toni Répondre

    Bonsoir;

    Demande trop timide Mr le syndicaliste de la part de la CGT si elle a demandé la diffusion de ce rapport, je ne suis pas au courant pour ma part. L’attitude des des députés UMP et socialo-communistes d’avoir jeté à la poubelle le rapport Perruchot est tout aussi scandaleuse. Cette élite ne ramassera que le plus grand mépris de la part de la population Française et les investisseurs s’en iront sous de meilleurs cieux.

    Je ne prétends pas contrôler les réactions pas plus que je prétends vouloir diriger le monde à ma façon … Vous les organisations syndicales et la gauche et la droite qui détenez le pouvoir depuis 30 ans avez fait des choix de société. Ces choix impliquent et impliqueront des conséquences … Et ce coup ci Mr le syndicaliste personne n’échappera aux conséquences … Il n’y aura pas de coins pour se planquer.

    Pour l’élite des salons dorés de la république ? Je doute que 30 ans de vie politique en France soit un CV crédible auprès d’un employeur à l’étranger.

    11/01/2012 à 18 h 13 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Les syndicats et le modèle social français sont principalement responsables pour le marasme économique que connait la France. Ce qui manque est un Hartz IV que le courageux G.Schröder a osé lancer tout en étant de la SPD. Ce n’est pas le ridicule Grenelle social annoncé à grands frais par NS qui changera quoi que ce soit aux structures vermoulues de ce pays. Ce Grenelle aura de toute façon pour partenaires les mêmes pompiers-pyromanes qui ont enfoncé la France dans la mouise.

    11/01/2012 à 16 h 02 min
  • Jaures Répondre

    "Les syndicats, qui vivent très majoritairement d’argent public, interdisent donc, avec la complicité des députés UMP et socialo-communistes, aux contribuables de savoir ce que l’on fait de leur argent."
    Quel mensonge ! Les syndicats, la CGT en tête, ont demandé expressément que ce rapport soit publié afin que la presse ne se fasse pas uniquement l’écho de "fuites" plus ou moins organisées.

    11/01/2012 à 13 h 57 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: