La sphère sans la croix

La sphère sans la croix

Je m’entretenais récemment avec une mère de famille, catholique pratiquante, qui a manifesté le 13 janvier dernier contre la légalisation du prétendu « mariage » homosexuel et manifestera sans doute de nouveau le 24 mars. Cette dame à la foi solide estime cependant préférable que les très nombreux catholiques qui ont participé ou participeront à ces manifestations, répondant à l’appel des évêques et des paroisses, ne s’affichent pas trop en tant que tels, pour diverses raisons, allant de la manière dont les médias rendront compte de la protestation au risque de dissuader les incroyants ou les fidèles d’autres religions de s’y associer. Priorité à l’union ; or la Croix divise…

Il va de soi que les manifestations contre le mariage inverti ne doivent pas devenir une procession catholique, et le désordre que le projet de loi socialiste introduira dans la société n’intéresse pas seulement les chrétiens ; mais pourquoi les catholiques qui défileront dans les rues ce jour-là devraient-ils mettre sous le boisseau leur appartenance au Christ et à l’Eglise ?

La demande adressée à un prêtre de cacher son état ecclésiastique, lors d’une manifestation organisée à Lille contre le pseudo « mariage» inverti, avait suscité une polémique qui a permis de clarifier les choses : le 13 janvier, il était admis que chacun viendrait comme il le souhaiterait, sans cacher son état ou sa foi. C’est heureux, car la présence – bienvenue – d’imams musulmans dans les cortèges est volontiers soulignée par les organisateurs ; et il y aurait une contradiction à se réjouir publiquement de la présence des représentants d’une religion nouvelle venue sur notre sol et à dissimuler, parallèlement, l’appartenance d’un grand nombre de manifestants à la celle qui participa, dès l’origine, à l’édification de notre civilisation.

Je n’écris pas ces lignes pour prolonger inutilement une controverse heureusement close, mais parce que ce débat illustre, je crois, un état d’esprit bien établi au sein de la société française – et qui n’épargne pas les catholiques eux-mêmes, conscients d’être devenus minoritaires. La laïcité « à la française » exigerait, explique-t-on, que les religions se cantonnent à la sphère privée, sans jamais s’ingérer dans le domaine public – politique et « sociétal ». La gauche le proclame, la droite l’avalise – à commencer par les démocrates-chrétiens comme François Bayrou. La classe politique dans son ensemble souhaite ainsi mettre la religion hors les murs – si l’occasion s’en présentait, certains la mettraient même volontiers hors la loi… Cachez cette croix que je ne saurais voir…

Les socialistes qui tiennent d’une main débile le gouvernail de la France n’ont pas abandonné l’archaïque cri de guerre des grands Ancêtres : le catholicisme (et plus généralement, le christianisme), voilà l’ennemi ! C’est à ces grands Ancêtres que se réfère encore François Hollande en prétendant inscrire dans la Constitution les principes sacro-laïcs de la loi de séparation de 1905.

Lorsque il n’est pas combattu, le catholicisme est, au mieux, mis sur le même plan que les autres religions : ainsi, dans son livre La République, les religions, l’espérance, les religions et la République, Nicolas Sakorzy, alors ministre de l’Intérieur – et des cultes – souhaitait que l’islam puisse le « rattraper » (devenu président de la République, il a cependant rappelé que les racines de la France sont chrétiennes). François Hollande, quant à lui, salue la fin du ramadan, mais n’a pas un mot pour Noël…

C’est oublier ou nier le rôle essentiel qu’a tenu le christianisme dans la construction de notre civilisation, et celui qu’à joué plus précisément le catholicisme dans la fondation et l’histoire de la France. Sans en faire une religion d’Etat, ni restaurer le Concordat – qui liait d’ailleurs dangereusement l’Eglise à l’Etat –, il serait plus utile de rappeler dans la Constitution ce rôle et cette primauté, que d’y inscrire les principes antagonistes de la loi de 1905. A vouloir à toute force séparer la sphère de la Croix, pour reprendre l’expression de Chesterton, on n’aboutit qu’à ôter à notre civilisation à la fois sa mémoire et sa colonne vertébrale.

Eric Letty,

Directeur de la rédaction de Monde et Vie

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • IOSA Répondre

    Pour avoir de la mémoire, il faut surtout avoir des neurones dans le cortex et s’en servir.

    Comment oublier que la religion est l’instrument de l’asservissement des peuples, le moyen par lequel le chef se declare élu de Dieu et pérennise ainsi sa descendance ?

    Comment oublier que la religion ( vieille seulement de quelques millénaires et pas au tout début de l’homme qui marche debout) est seulement un morpion qui s’accroche pour se nourrir des résidus laisser pour compte des fainéants couronnés de tous les temps.

    Relire l’histoire des serfs de France et la comprendre n’est certes pas aisée pour celui qui ne veut pas savoir…..alors juste jeter un oeil sur la Charte d’affranchissement de l’ Abbaye de St Denis pour « éveiller » son esprit à autre chose que son iphone 4G et trouver enfin la vérité sans le mensonge.

    IOSA

    22/02/2013 à 3 h 16 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Il faudra attendre la votation d’un nouveau gouvernement en 2017 ou la démission de Normal 1ier car toutes ces manifestations à venir ne serviront à plus rien.
    Il va de soi que le candidat de droite devra inscrire l’abrogation immédiate du mariage inverti très haut dans son agenda.
    Comme l’a si bien dit Jaures ce qui a été voté peut être revoté, mais il se pourrait cette fois avec une autre majorité.
    Vox poluli, vox dei.

    15/02/2013 à 22 h 30 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      pourquoi voudriez vous que François Hollande démissionne même sous l’improbable pression de la rue ?
      par contre , comme il est évident qu’il va se fracasser contre la falaise de la dette , il pourrait bien dissoudre le Parlement pour laisser à l’opposition ( ? ) les responsabilités de SON échec … c’est tout à fait dans les cordes ( de ring ! ) du personnage …  » je laisse les chiottes bouchés … démerdez vous ! « 

      20/02/2013 à 8 h 07 min
  • RR Répondre

    « Il va de soi que les manifestations contre le mariage inverti ne doivent pas devenir une procession catholique »

    En un sens c’est vrai, mais c’est vrai parce que c’est le monde entier qui doit devenir une procession catholique. C’est peut être évident pour certains mais pas pour tous.

    15/02/2013 à 10 h 27 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: