L’affaire de Miramas est un bel exemple de la déstructuration de nos armées

Posté le juillet 20, 2015, 12:58
3 mins

mali-armee

Commencée il y a bien longtemps avec les « dividendes de la paix » de Lionel Jospin, la réforme la plus décriée concernée les armées françaises est la création des bases de défense, sous Nicolas Sarkozy, qui a eu comme conséquence, outre la disparition de 56 000 hommes, la déstructuration complète d’un système qui avait gardé une certaine cohérence jusque là. Jean-Dominique Merchet décrit ce phénomène :

« La faute à qui ? Ecoutez le bruit des parapluies qui s’ouvrent en rafale, de la base au sommet…

La réalité du terrain est consternante. Un internaute nous l’avait déjà décrit sur ce blog. Un proche du dossier le confirme : «La réalité est que ce site n’était pas protégé !» Pas de vidéosurveillance, pas de systèmes d’alarmes, de simple cadenas pour fermer les portes et un grillage percé depuis plusieurs mois (jamais réparé) qui interdisait aux chiens d’être lâchés pour patrouiller librement… On croit rêver.

La faute à qui ? Mais à personne puisque tout le monde est un peu responsable d’un petit bout de la chaîne. Ainsi les militaires de l’armée de terre qui viennent assurer la surveillance du dépôt d’armes ne sont pas placés sous le commandement du responsable du site.

L’armée de terre, qui en est la principale utilisatrice, ne se sent pas directement concernée, parce que les munitions dépendent depuis 2011 du SIMu, le Service Interarmées des Munitions, un organisme rattaché à l’état-major des armées. Quant à la protection des sites, elle relève désormais de la nouvelle direction de la protection des installations, moyens et activités de la Défense (DPID) qui relève directement du ministère. Attention à ne pas la confondre avec un autre organisme, la DPSD (direction de la protection et de la sécurité de la défense), l’ancienne sécurité militaire, dont c’est aussi un peu le métier…

Tout cela illustre la désorganisation du soutien au sein des armées, avec par exemple la création des bases de défense» explique un officier général. On attend avec impatience les conclusions de l’enquête de commandement, si d’aventure, elles sont publiées. »

Philippe Carhon (Le Salon Beige)

10 réponses à l'article : L’affaire de Miramas est un bel exemple de la déstructuration de nos armées

  1. Claude Roland

    07/08/2015

    Et il y en a encore qui veulent à tout prix penser que nous n’allons pas vers une guerre civile… Ce sera bientôt l’heure de dégager pour les faibles.

    Imaginons un peu pour rire (jaune) : et si l’armée ne donnait pas là un signe aux Français : « levez-vous, venez vous servir et sauver votre pays ; on vous suivra » ? Qui sait ?
    En tous cas, il y en a qui sont prêts et équipés…

    Répondre
  2. Gazu Josette

    21/07/2015

    Si les armes et munitions militaires sont accessibles, le peuple comme en 1789 avec la prise de la Bastille pourra s’en emparer pour entreprendre une autre révolution!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/07/2015

      une vision romantique ou hollywoodienne de comment se font les révolutions

      Répondre
  3. THOMAS Jacques

    21/07/2015

    Nous sommes en période d’austérité,il ne faut pas l’oublier.
    L’état accorde un budget à l’armée qui doit s’adapter pour rentrer dans ce budget même s’il est en diminution constante.
    Le seul responsable ce trouve dans l’armée ,c’est celui qui devait assurer la surveillance de ce site hautement sensible.
    Mais comme nos politiques il n’y a pas de responsable ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21/07/2015

      si vous aviez lu attentivement l’ article, vous auriez compris qu’ il n’ y a pas de  » responsable  » défini , la  » responsabilité  » pour la surveillance du site étant … diluée !

      P.S. il en va de même pour tout ce qui est  » trop bien  » administré en France ( nos innombrables usines à gaz administratives ) l’ Hôpital public en étant un autre exemple commun

      de sorte qu’ on peut dire qu’ il n’ existe plus qu’ une responsabilité collective

      Répondre
    • Boutté

      21/07/2015

      Aucun ministère n’a été ponctionné comme celui de la Défense depuis 10 ans et plus : 30% à lui seul de tous les efforts de réduction d’effectifs ! . . . sans parler des bavures annexes comme pour le logiciel de paiement des soldes .
      Si l’on ajoute ça au suremploi des Armées en Afrique et au
      Proche Orient ainsi que Vigipirate Rouge Renforcé ,on s’étonne que cet organisme fonctionne encore

      Répondre
  4. blum

    21/07/2015

    c’est DE GAULLE qui est l’initiateur de la destruction de l’armée française – qui d’ailleurs est toujours colonel, Général étant l’un de ses prénoms

    Répondre
  5. lavandin

    20/07/2015

    Lors de mon service militaire (en 1960), on montait la garde à la poudrière (qui contenait les munitions) La sentinelle était armée et possédait un certain de cartouches réelles…..Il existait un mot de passe, et des sommations d’usage….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21/07/2015

      saviez vous que  » la garde  » de la caserne du régiment parachutiste de Carcassonne était confiée à une société … privée de façon à ce que les soldats puissent rentrer tous les soirs dans leur famille !

      Répondre
  6. PiGiS Yves

    20/07/2015

    Ne cherchez plus,
    le vrai responsable de la destructuration des armées c’est l’ETAT UMPS ! !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)