L’africanisation de la France

Posté le 31 juillet , 2013, 10:58
14 mins

Géographiquement, la France se trouve en Europe, mais démographiquement, le pays se glisse rapidement vers l’Afrique, comme des données récentes nous l’indiquent. La France, à l’encontre des États-Unis, n’autorise pas les recensements ethniques, choisissant plutôt de suivre l’idéal d’une république sans couleur. Évidemment, tout cela ne change en rien la réalité ethnique sur le terrain, mais il est sûr que cela contribue à maintenir le peuple dans l’ignorance. Jusqu’à présent il n’existait que peu de chiffres officiels sur l’ampleur des populations immigrantes, d’une part, et des Français autochtones, d’autre part. Des renseignements utiles nous sont parvenus d’une source tout à fait inattendue: la médecine, nous signalant que nous pourrons enfin regarder d’un oeil suffisamment précis et sans préjugés la croissance massive de la population non-blanche en France.

Depuis 2000, le pays mène un programme national de dépistage de la drépanocytose, une maladie génétique, propre, pour la plupart, aux peuples non-européens. Pourtant, en raison de l’immigration du Tiers Monde, elle est devenue la maladie génétique la plus répandue dans la France d’aujourd’hui. Dans le but de fournir le plus tôt possible des soins contre la maladie, l’Institut de veille sanitaire a défini des groupes ciblés susceptibles d’être testés, dont la plupart sont des peuples d’origine africaine, de l’Afrique du Nord et subsaharienne, ainsi que des Amériques. Un deuxième groupe ciblé consiste en des peuples d’origine proche- et moyen-orientale (la Turquie, la péninsule arabique et les pays arabes qui se trouvent entre les deux) et des Indes. Le reste consiste en des migrants d’un littoral relativement petit de l’Europe du Sud, à savoir le Portugal, l’Italie du Sud, la Grèce et les îles de Corse et la Sicile.

Les nouveaux-nés en France sont définis comme “étant en danger de la drépanocytose lorsqu’au moins un parent vient d’une région à risque” où le gène responsable sévit. La politique nationale de dépistage basée sur l’origine ethnique des parents nous permet de voir l’entière portée de la démographique non-blanche en croissance rapide au sein de la population française:

En 2000, 19% de tous les nouveaux-nés en France métropolitaine avait au moins un parent originaire des régions susmentionnées. Ce chiffre est monté à 28,45% en 2007 et jusqu’à 31,50% en 2010, soit, en tout, 253.466 nouveaux-nés sur 805.958. Autrement dit: en une décennie, le nombre de bébés (en partie) non-européens en métropole est passé d’un cinquième à presque un tiers.

L’étude médicale nous fournit encore plus de données, à savoir une analyse par région (voir la carte ci-dessous). On y apprend qu’en 2010, 60% des nouveaux-nés en Île-de-France, essentiellement Paris, descendaient de non-européens. En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, où le Front National de Le Pen est particulièrement fort, la proportion des non-blancs était de 43,2%; en Languedoc-Roussillon voisin, 41,6%. Le taux le plus faible était de 5,5%, en Bretagne. Dans chacune des vingt-deux régions de la France métropolitaine la proportion des nouveaux-nés issus de l’immigration a augmenté entre 2007 et 2010.

Que peut-on opposer à ces chiffres? Pas grand-chose, en effet: ils justifient toutes les apparences. Si les auteurs de l’étude affirment que le dépistage des nouveaux-nés ne se fait pas universellement, ils considèrent les cas omis comme étant “relativement rares”. Ceux-ci, dans tous les cas de figure, ne réduiraient pas, mais augmenteraient la proportion de bébés non-blancs dans la population. Il ne reste que les immigrants de l’Europe du Sud, qui ne sont pas inclus à titre indépendant dans les statistiques, comme le facteur inconnu dans ces calculs. Combien sont-ils dans le groupe ciblé? Faut-il réviser à la baisse de façon significative le nombre de bébés non-blancs pour accommoder leur part dans le groupe ciblé? Je répondrais que ça ne changerait en rien la tendance: quoiqu’il y ait, selon les données, des millions de descendants des peuples italiens en France, la plupart d’entre eux sont là depuis des générations. Pourtant, le dépistage, si je comprends bien, a été réservé aux bébés dont le père et/ou la mère vient/viennent d’une des régions à risque. Il ne comprend donc que l’immigration récente.

Les auteurs de l’étude médicale eux-mêmes ne laissent pas de doute sur ce qu’ils considèrent comme la cause principale de la montée de la drépanocytose. Ils l’attribuent, carrément, à la hausse de l’immigration africaine ou, pour les citer: “le résultat de la croissance de la population dans les régions afro-antillaises du DOM, et maintenant de l’immigration essentiellement de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne en France métropolitaine.”

Or, mon souci, ce n’est pas l’évolution de la drépanocytose, en tant que maladie, mais le déclin démographique subite de la France blanche que ces chiffres démontrent, et l’interdiction au droit d’en parler dans le climat multiculturaliste qui sévit actuellement en Europe.

Comme je suis politologue de profession, je regarde avec envie ces scientifiques médicaux, biochimistes, et génétistes libres – sans l’entrave du langue de bois et apparemment totalement inconscients des implications retentissantes de leurs statistiques – discuter sur ce qui revient pour le moins au changement démographique le plus profond que la France ait connu depuis la conquête par les Francs et la création de l’État français lui-même.

C’est frappant: on n’a qu’à remplacer “bébés ciblés” avec “nouveaux-nés afro-orientaux”, puis regarder la carte de la population testée en France, pour avoir une idée assez complète de ce que la France des Lumières refuse depuis longtemps de communiquer à son peuple: que la France blanche, la France originale, la France qui a fait la France, est en voie de disparition progressive, faisant  place à une société hybride eurafricaine. L’immigration massive est devenue autodestructrice pour le pays de Voltaire. On pourrait soutenir que même les immigrants en tirent des rendements décroissants: plus la France disparaît, et moins le pays retient le caractère qui les avait attirés en premier lieu.

Lorsque j’ai dit “assez complète”, ce n’était pas entièrement exact. La situation démographique de la France blanche est, en vérité, encore pire pour deux raisons: premièrement, mon analyse n’a pas encore abordé le sujet des départements d’outre-mer occupés depuis toujours par des populations d’ethnies diverses. En incluant ces nouveaux-nés, qui sont dans leur totalité soumis à un dépistage de la drépanocytose, la portion des naissances non-blanches pour toute la France monte à 34,6% (292.041 nouveaux-nés). En second lieu, les chiffres de dépistage ne comprennent pas tous ces groupes d’immigrants non-européens qui ne sont pas génétiquement prédisposés à la drépanocytose, comme les Asiatiques orientaux et les Hispaniques. Lorsqu’on y ajoute leurs taux de naissances, la proportion des Français de race blanche se trouve encore réduite d’une quantité inconnue.

L’ironie amère c’est que ces chiffres sur la population laissent entendre que la France a été plus radicalement transformée par ses anciennes colonies qu’elle ne les a elle-même transformées. À l’encontre de la Grande Bretagne, son rival maritime, la France n’a jamais réussi son entreprise coloniale. Sa seule colonie permanente notable c’est le Québec auquel elle n’a envoyé que dix mille colonisateurs au plus. S’il y a une “revanche des colonies”, comme prétendent ces gauchistes dont l’égo se gave de la culpabilité de l’Occident, il n’y a aucun doute que la France en reçoit plus que son dû.

Comme l’Amérique, la France a toujours été fière de se présenter au monde entier comme la championne des valeurs républicaines modernes et “culturellement neutres”. Sa réussite historique à faire rayonner ses Lumières partout dans le monde est indéniable. Mais ce rôle de phare l’a aveuglée aux effets négatifs qui se sont produits dans son propre pays: elle ne s’est jamais pleinement rendu compte que la propagation totale de ces idéaux ont en même temps engendré un citoyen culturellement et ethniquement éventré, un être dépossédé de ses propres racines, à qui le droit même de les posséder est interdit. Elle n’a jamais tout à fait compris qu’un sens fort de l’identité culturelle et ethnique n’est pas l’ennemi des valeurs démocratiques, mais plutôt leur complément nécessaire et naturel. Elle a oublié que la Révolution française, son cadeau offert au monde démocratique, n’a pas été créée dans un vide ethnique et culturel, mais par un peuple doué d’une identité et d’une histoire: une identité blanche européenne.

Il se peut donc que ce ne soit pas une coïncidence que la France, comme l’Amérique, est parmi les premiers pays occidentaux à être victime démographique de son propre déni de culture et ethnie. Dans un sens, le cercle historique est bouclé: ce que la France, au départ, exportait comme une idée: la république radicalement déculturée, la laisse désormais sans les moyens de faire face à sa rapide déeuropéenisation – la révolution dévore ses enfants, pour de bon.

Falko Baumgartner
Politologue allemand

 

Sources:

J. Bardakdjian-Michau, M. Bahuau, D. Hurtrel, et al.: “Neonatal screening for sickle cell disease in France”, in Journal of Clinical Pathology, January 2009, Volume 62, Issue 1, Pages 31-33 (http://jcp.bmj.com/content/62/1/31; également disponible en format pdf à:

http://hailtoyou.files.wordpress.com/2012/10/neonatal-screening-for-sickle-cell-disease-in-france1.pdf)

J. Bardakdjian-Michau, M. Roussey: “Le dépistage néonatal de la drépanocytose en France” (Newborn screening for sickle cell disease in France), in Bulletin épidémiologique hebdomadaire: “La drépanocytose en France: des données épidémiologiques pour améliorer la prise en charge” (Sickle cell disease in France: epidemiological data to improve health care management), July 2012, Issue 27-28, Pages 313-317 (http://www.invs.sante.fr/content/download/40267/186491/version/2/file/beh_27_28_2012.pdf)

Traduit de l’anglais par Tiberge (http://galliawatch.blogspot.com)

  Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Les illustrations de la version française sont disponibles à cette adresse :

https://richard-spencer-xna0.squarespace.com/blog/2013/6/14/lafricanisation-de-la-france

L’auteur permet à quiconque de publier son texte sans autorisation préalable, partiellement ou intégralement, dans la mesure où la source est mentionnée clairement et où ce texte n’est pas déformé.

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

56 Commentaires sur : L’africanisation de la France

  1. Boudal

    29 octobre 2017

    Je pense que les politiciens, sous couvert d’être humanistes (ceux sont des hypocrites !!!), s’en fichent bien de ce que va devenir la France, et veulent tout simplement de la main d’oeuvre pas chère et des consommateurs, pour faire marcher les entreprises des grands patrons, qui sont leurs amis et donc avec qui ils ont des intérêts …

    Répondre
  2. yve BAR

    17 décembre 2016

    @ Gilles Barrique

    Je n’ai pas bien compris votre post du 2 août 2013 à 22 h 51
    qui semble contredire vos post précédents.
    ” Les nations naissent et meurent sans qu’il en reste aucune trace dans le ciel. ”
    ça semble contredire vos post précédents.

    Répondre
  3. barker

    2 mars 2015

    Si on considèrent les non blancs comme représentant 15 millions de personnes en France on arrive aux chiffre suivant :

    45 M de blancs font 550 000 enfants soit 1.2% supplémentaire par année,

    15 M de non blancs font 255 000 enfants soit 1.7 % supplémentaires, si on rajoute a cela les 200000 entrée légales fait et disons 100 000 illégaux cela fait 255 + 200 +100 555 000 non blancs soit un taux de multiplicateur de 3.6 % par an.

    En multipliant les 45000 a un taux de 1.2 % par an en 2060 les blanc seront grosso modo 76 M

    ( je ne compte pas les morts, de toutes façons nous pouvons partir du principe qu’ elle ne change rien a l’ histoire puisque la plupart des gens meurt après avoir fait ds enfants )

    Les non blancs, 15 M a un taux de 3.6 % on arrive a 81M, en 2060.

    Ces chiffres ne sont évidement qu’ une grossière prospective mais je pense que nous pouvons partir du principe que si une population ce multiplie 3 fois plus vite qu’ une autre sur un territoire donné peu importe la date exacte, elle finira forcement par devenir majoritaire, je pense que après cela il devient tout de même très difficile de ne pas voir un changement de population , les blancs ne vont pas disparaitre de France , ils vont simplement devenir minoritaire, je pense que finalement, les gens en au lieu on très bien compris cela.
    Ils se disent peut être que le moment venu ce sera un argument imparable pour supprimer la démocratie … on vous supprime vos droits mais c’ est pour que les barbus n’ arrive pas au pouvoir … pour sauvegarder notre mode de vie … ils iront jusqu’ a ce genre de quenelle …

    Répondre
  4. mariechantale

    2 janvier 2015

    et comme si on ne pouvait pas attraper des maladies génétiques entre Blancs… j’ai une petite cousine qui a une luxation congénitale de la hanche de part ses origines bretonnes. Renseignez-vous cette maladie touche à forte proportion les bretons.

    Répondre
  5. Heptarque

    16 avril 2014

    Invitation badine au métissage, en 1928. Extrait : « Le marron clair n’est-il pas un heureux intermédiaire qui équivaut à l’espéranto dans les relations internationales ? »

    « Sourires.
    Je voudrais essayer de convaincre Mme Lucie Delarue-Mardrus qui exhale, en une chronique très parisienne, quelques éloquentes lamentations au sujet des peaux bronzées à la mode, et dont le succès la scandalise … Les bains de soleil, les huiles répandues sur la chair nue ne lui disent rien qui vaille … Les femmes ont tort, explique-t-elle, de pasticher Joséphine Baker : la négrification de l’Europe se réalise suffisamment sur d’autres terrains qui ne sont pas des plages.
    Vous avez tort, Madame, de dissuader nos sœurs en Ève de tourner au noir – sans accès de neurasthénie, il est vrai – comme si la saison de blanc devait durer douze mois sur douze ! … Cet amour des couleurs sombres peut fort bien se justifier, d’autant que la morale, ici, reçoit pleine satisfaction. Il n’y a pas, que je sache, incompatiblité entre le bien et le hâle ! …
    D’abord il est excellent, de nos jours, de faire assavoir aux amis et connaissances qu’on revient du bord de la mer, signe incomparable de santé et de prospérité ! … Mais lorsque la preuve est inscrite sur la peau, elle est irréfutable. Mesdames, hâlez-vous lentement ; ce travail produira, à coup sûr, son petit effet autour de vous …
    Et puis les lois de l’hospitalité la plus large exigent que les Françaises accueillent les gens de couleur avec courtoisie en effaçant, autant que faire se peut, les différences trop choquantes. Le marron clair n’est-il pas un heureux intermédiaire qui équivaut à l’espéranto dans les relations internationales ? Un Locarno des races apaise donc les conflits fréquents dans les jeux de dames : blanches et noires se fondent en une peau commune agréable à la Société des Nations ! …
    D’ailleurs, si nous nous efforçons de ressembler aux nègres, les nègres, à leur tour, tenteront l’impossible pour nous imiter … Et aussi les jaunes et les rouges ! … La paix mondiale tient peut-être à cette confusion des couleurs.
    C’est pourquoi je dis à Mme Lucie Delarue-Mardrus :
    – Laissez, laissez les femmes de chez nous se vouer au noir dès leur jeunesse … Pourvu que, par leurs intentions, elles restent blanches comme neige ! … Leur goût actuel n’exprime qu’un grand élan de fraternité, rien de plus … Silence aux rivalités épidermiques : le noir et le blanc se valent depuis que triomphe le jus de réglisse ! … »
    (Le Petit Gringoire [signature de l’article], « Sourires », dans “Ouest-Éclair” n° 9795 du 19 août 1928, page 1. — N.B.: L’article est reproduit intégralement.)

    Répondre
  6. youssef

    23 août 2013

    Il est intéressant de contaster que ces chiffres de l’Institut de veille sanitaire recoupent ceux de l’INSEE au niveau des naissances d’origine extra-européenne.

    Ainsi en page 36 de l’article suivant

    http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/FPORSOC11d_VE22Immig.pdf

    l’Insee nous apprend que, au niveau national, 39% des nouveaux-nés ont au moins un grand-parent immigré (né étranger à l’étranger), parmi eux seulement 11% sont de l’Union Européenne, donc 28% du reste du monde (dont 16% d’origine maghrébine).

    28%… si on y ajoute les naissances des minorités françaises ethniques non considérés comme immigrés (Roms, Antillais vivant en métropole, Juifs d’afrique du Nord, Harkis etc), aucun doute que l’on arrive à un bon tiers de naissance d’origine extra-européenne en métropole…

    Répondre
  7. Némo

    17 août 2013

    Vu et entendu ce jour Samedi 17 Aout 2013 sur Arte, un reportage sur les clandestins arrivés en grèce et plus précisément à Athènes.D’aprés le journaliste commentateur qui semblait sortir tout droit d’une Université gauchiste Parisienne, ces pauvres malheureux ,au nombre de 500.000 rie qu’ à Athènes, qui vivent dans des conditions déplorables, seraient les victimes de policiers Grecs Racistes et Nazis qui les empêchent de rechercher une vie meilleure dans les paradis Européens d’Europe Centrale et Occidentale.Ces clandestins originaires d’Afghanistan, de Syrie, d’Irak et d’une multitude de pays d’Afrique noire, ne se posent même pas la question de savoir si les populations Européennes désirent les recevoir chez elles ou non.Encouragés par des salopards Européens qui les aident et les soutiennent, ils n’ont qu’une idée en tête, envahir l’Europe aprés être ^passés par la Turquie qui elle, est bien contente de s’en débarasser.Et cette Europe, que fait-elle avec son dispositif de Schengen ? RIEN.Son technocrate en charge de ces questions va même jusqu’à prendre la défense de ces envahisseurs et n’hésite pas à traiter ce qui refusent de se laisser envahir, de Racistes et de Nazis.Voila où nous en sommes!

    Répondre
    • 18 août 2013

      C’est la perpétuelle réductio ad hitlerum.

      Vous voulez stopper l’immigration ? Vous êtes un nazi !
      Vous voulez déclencher une rétromigration ? Vous êtes un SS !

      Répondre
  8. Isula

    10 août 2013

    vous avez pas remarqué qu’on nous oblige inconsciemment à nous métisser ? regard les pubs, les sites internet des institutions, les entreprises etc..

    Répondre
  9. Jhon

    7 août 2013

    Pour ma part le métissage des population ne devrait pas se faire en ménageant les couleurs simplement, l’islam étant incompatible avec notre culture, pourquoi ne pas se panacher avec l’europe de l’est, soit les russes dont la religion est la même que nous ainsi que la couleur, plutôt que s’offrir à nos futurs destructeurs….
    En plus ça nous préserverait déjà de cette mamaldie transmise par le continent africain qui n’a rien de commun avec le notre.
    Mais certains gauchos sont éblouis, seulement quand sonnera le glas il sonnera pour eux aussi quels qu’ils soient !!!!
    Pour moi la France aux Français (les vrais)…

    Répondre
  10. Claude Roland

    5 août 2013

    “l’idéal d’une république sans couleur”…
    Et bien quand vous mélangez toutes le couleurs, vous obtenez du marron… Et le marron ça évoque quoi ?

    Ce qui est plus inquiétant est ce que disait mon oncle, médecin (ex-commandant) en Côte d’Ivoire travaillant pour la coopération. Il voyait un retour de la tuberculose, la plus grande tueuse de l’humanité qui allait ainsi se propager en France. Si on a supprimé le BCG pour les Français de souche, on l’a rétablit pour les enfants d’immigrants surtout Africains. C’est dire le risque…

    Répondre
  11. gloma

    5 août 2013

    Le peuple français étant de plus en plus résiduel, l’avenir est tout à fait clair. Parler de l’immigration devient une diversion.

    Répondre
    • mariedefrance

      5 août 2013

      Donc…. si je vous comprends bien, le peuple français est né dhimmi !

      je le croyais révolutionnaire…

      Répondre
  12. oplity

    3 août 2013

    Les gens qui raisonnent sur la base de romans sont des comiques.
    PS Est-on sûr que certains messages ne sont pas de Raspail ou de son éditeur ?

    Répondre
    • mariedefrance

      3 août 2013

      comique vous-même, oplity !

      Vous ne voyez rien dans votre ville, dans toute la France ?
      Vous êtes vous intéressé à Roubaix, Marseille et
      d’autres ?

      avez-vous idée de ce qu’il se passe à Lampédusa ou ailleurs ?

      vous êtes un comique !

      Répondre
  13. frallet

    3 août 2013

    Le peuple français étant en cours d’évaporation accélérée, parler d’immigration est une diversion. L’avenir est clair, non ?

    Répondre
  14. Roak

    2 août 2013

    Monsieur Baumgartner,

    Votre étude me laisse beaucoup d’interrogations, voir même de doutes sur la rigueur scientifique de celle-ci.

    Avez-vous chercher à vérifier vos affirmations ? Si oui comment ?

    Avez-vous contacté les centres chargés du dépistage de cette maladie ? Avez vous des témoignages de médecins français que vous auriez vous même interrogés et pratiquant ce dépistage ?
    .
    Dire que 60% des naissances en ile de France sont d’origine africaines et arabes n’est pas une mince affirmation. Une minimum d’enquête de terrain s’impose non ?

    Pourquoi ne pas avoir envisagée l’hypothèse d’un dépistage très large appliqué sur le terrain,bien au delà des seuls fils et filles de noirs et d’arabes ? Le “principe de précaution”, la pression des laboratoires pharmaceutiques, doivent au moins vous faire envisager cette possibilité.

    Quand vous dites que nous pourrons “regarder d’un oeil suffisamment précis et sans préjugés” j’ai quelques doutes. Pouvez-vous me donner des références d’articles que vous auriez écris et les endroits ou vous publiez ?

    Répondre
    • Falko Baumgartner

      3 août 2013

      Monsieur Roak,

      mes sources se trouvent dessous l’article, avec liens. Il s’agit des publications en journaux scientifiques. Les chiffres sont officielles, pris du programme national lancé du gouvernement. Vous pouvez vérifier pour lui-meme le degré de véracité.

      Répondre
      • Roak

        5 août 2013

        Monsieur Baumgartner,

        Dois-je en conclure que la réponse à mes questions – tout à fait légitimes – sont “non” ?

        Vous n’avez pas cherché à vérifier vos affirmations ? Vous n’êtes pas en contact directement avec des centres de dépistages ?

        Vous ne citez qu’une seule source, inutile d’employer le pluriel.

        Et cette source ne dis pas que plus de 30% des naissances sont des non blancs, dont 60% en ile-de-France, mais donne le taux de dépistage de la drépanocytose.

        Le minimum est d’établir de façon indiscutable que le dépistage se fait en très grande majorité sur des non-blancs comme vous dites.
        Hors vous ne le faites pas.
        Interroger quelques médecins qui pratiquent ces dépistages ne serait-il pas une bonne idée ?

        Je vous cite même:

        ‘Il ne reste que les immigrants de l’Europe du Sud, qui ne sont pas inclus à titre indépendant dans les statistiques, comme le facteur inconnu dans ces calculs. Combien sont-ils dans le groupe ciblé? Faut-il réviser à la baisse de façon significative le nombre de bébés non-blancs pour accommoder leur part dans le groupe ciblé? Je répondrais que ça ne changerait en rien la tendance”

        L’article que vous citez inclue aussi la Corse dans les régions d’origine à risque je vous fais remarquer.

        N’est-ce pas la ce qui devrait rendre obligatoire à votre conscience de fouiller un peu plus la question avant d’en tirer des conclusions ?

        Vous êtes politologue et terminer le premier paragraphe de votre texte en écrivant :

        “la médecine, nous signalant que nous pourrons enfin regarder d’un oeil suffisamment précis et sans préjugés la croissance massive de la population non-blanche en France.”

        Vous utilisez l’argument de la science et de sa précision pour soutenir vos arguments, mais vous ne vous en donnez pas les moyens apparemment.

        D’ailleurs vous signez en tant que politologue , donc autorité scientifique – il serait bien je trouve d’en dire un peu plus sur vous,
        je n’ai rien trouvé sur le net à votre nom. Dans quelles revues publiez vous , ou enseignez vous ?

        Message aux autres participants aux commentaires :

        Si nous avions un politologue allemand qui venait faire ici le même genre d’article mais pour dire qu’il n’y a aucun noir et arabe en France, vous seriez les premiers à lui demander de préciser un peu sa méthode de travail.

        Répondre
        • 5 août 2013

          Comme ces données sont les seules qui permettent de mesurer l’ampleur de la substitution de population et sa rapidité, certains proposent d’étendre le test à toute la population français.:

          http://www.slate.fr/story/59407/drepanocytose

          Le journaliste s’exprime sur l’air du risque zero, mais il y a eu des discussions à l’assemblée sur la même proposition.

          Du reste, nous n’avons plus de données après 2010, et l’hypothèse la plus vraisemblable est que des ordres ont été donnés pour arrêter toute diffusion.

          En effet, encore une fois, ces données sont les seules que nous ayons. Et nous ne les aurions jamais eu si le gouvernement s’était rendu compte qu’elles réduisaient à néant tous ses efforts pour dissimuler le remplacement de population !

          Répondre
    • lili

      7 août 2013

      Vous êtes incroyable! ces chiffres sont vrais et scientifiques, cessez de faire l’autruche, les occidentaux disparaissent et c’est tellement voyant je ne sais pas ce qu’il vous faut.

      Répondre
      • mariedefrance

        7 août 2013

        iL n’y a qu’à trainer dans certains quartiers et pas plus loin que la Goutte d’Or ou encore à Orly !

        Faut vraiment être de mauvaise foi ou avoir de mauvais yeux pour tenir des propos de négation !

        Répondre
      • Roak

        7 août 2013

        “ces chiffres sont vrais et scientifiques”

        C’est bien là tout le problème, pour l’instant ce n’est pas vraiment démontré,

        J’ai l’impression que vous partez du raisonnement : “je trouve qu’il y a trop d’immigrés africains et nord africains en France, donc si des chiffres me montrent qu’il y a une forte proportions d’immigrés africains en France c’est que ces chiffres ce basent sur des calculs pertinents”.

        Personne ne me répond sur le fond.
        Je vous dis simplement que le minimum serait de contacter les services chargés de ces dépistages, des médecins concernés, bref de vérifier ces chiffres avant d’afficher ce chiffre comme preuve irréfutable que la grande majorité des enfants dépistées pour cette maladie sont des noirs et des arabes.

        L’approximation pourrait même desservir votre camp,

        Je m’explique :

        – dans le débat sur l’immigration, vous aller mettre en avant des données très approximatives.
        Vos adversaires auront alors beau jeu de souligner cela. Vous allez vous discréditer et discréditer l’opinion que vous défendez avec vous.

        Que vous trouviez qu’il y ait trop d’immigrés en provenance d’Afrique est une opinion – (que vous devriez avoir le droit de défendre dans un pays libre).
        Si vous la soutenez en utilisant des chiffres faux le débat ne va plus porter sur : « l’immigration d’Afrique est-elle une chose souhaitable pour la France ? » , mais sur « mes chiffres sont-ils justes ? ».

        Vous me faites penser à ces écologistes prés à relayer n’importe quel article accusant tel ou tel compagnie américaine de vendre des produits dangereux aux consommateurs sans même chercher à vérifier la véracité des faits mentionnés.

        Répondre
        • 7 août 2013

          Vous êtes incroyable !
          Toute l’administration est dédiée à dissimuler le grand remplacement !
          Les statistiques de l’insee sont destinés à montrer qu’il y a, – mettons – 200 000 immigrés en France depuis toujours !
          Forcément ! Quand ils acquièrent la citoyenneté française, ils ne sont plus immigrés !

          C’est par une “erreur administrative” que nous en disposons ! Des médecins qui s’occupent de cette maladie s’adressent à d’autres médecins qui s’en occupent aussi. Ils ont donc fait ce que font tous les médecins en charge de santé publique à savoir donner des chiffres pour présenter l’ampleur de leur problème.
          Ils aurraient fait pareil avec la tuberculose !

          Et vous remarquerez une chose. Ces chiffres ne sont pas contestés par le gouvernement ! Pourquoi ? Parce que s’il les contestait, il amenerait la question sur le tapis ! Or il ne le veut évidemment pas !

          Je vous renvoie à mon commentaire précédent : Pour arrêter la diffusion de ces chiffres, certains députés ont proposé d’appliquer à tous les enfants le test de drépanocytose.

          Dans ce cadre, ils s’opposent aux médecins eux-mêmes. Ce test est coûteux, les ressources ne sont pas illimités, et des médecins responsables préféreraient avoir des ressources pour d’autre tests ou d’autre traitements.

          Par contre, le gouvernement peut faire en sorte d’interdire discrètement les études quantitatives ultérieures sur le sujet. Les médecins concernés ne s’y opposeront pas.
          Aucun médecin du public n’ira sacrifier sa carrière professionnelle pour diffuser de tels chiffres ! Ce ne sont pas ces chiffres qui vont guérir leur malades !

          Vous allez me prendre pour un complotiste. Mais il se trouve sur l’articile de wiki, qui parle de cette maladie

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Dr%C3%A9panocytose

          Le document donné en lien (note 15) qui parle du seul dépistage, ne marche plus !
          Or, j’ai déjà consulté ce lien depuis le début de l’année

          http://www.afdphe.org/ewb_pages/d/drepanocytose-depistage.php

          Répondre
    • Lingnoi

      16 mars 2015

      Prenez le RER D en région parisienne aux heures de pointe, et comptez le nombre de blancs.

      Par contre n’essayez pas de faire la même chose avec les noirs, vous n’en finirez pas de compter.

      Répondre
  15. Sylvie

    2 août 2013

    Il faut prendre acte : “Au train où vont les choses, par leur nombre croissant, les musulmans deviendront majoritaires d’abord en France, puis en Europe avant la fin du XXIème siècle et après dans la plupart des pays du Monde” Livre “les corps indécents” On n’arrête pas le progrès ?

    Répondre
    • mariedefrance

      2 août 2013

      oui mais voilà….. çà fait des années que certains l’annoncent !

      et les Français n’ont rien entendu.

      Les carottes dont donc cuites à moins que le gaz s’enflamme.

      Répondre
      • 3 août 2013

        1°) Les statistiques ethniques sont interdites.
        Ce n’est que depuis peu que l’on a au moins les statistiques selon la citoyenneté des parents

        2°) Personne ne voulait croire cela car la chose était proprement incroyable !
        Il y a des choses, comme ça, que personne ne veut croire, parce qu”elles sont monstrueuses !

        3°) si monstrueuses que l’on a en encore un dernier recours : nier les chiffres.
        ou bien, demander des preuves et ne surtout pas attendre qu’on les donne

        Répondre
  16. 2 août 2013

    Elle a oublié que la Révolution française, son cadeau offert au monde démocratique, n’a pas été créée dans un vide ethnique et culturel, mais par un peuple doué d’une identité et d’une histoire: une identité blanche européenne.

    La regénération de la France est le thème central de la révolution française.
    Il me semble qu”un politologue allemand devrait savoir ça !

    Regénérer cela veut dire refaire les gens.

    L’Africanisation de la France est le dernier acte de la révolution !

    La révolution est ce qui prive la France de son essence;
    L’Afrance qui vient est l’incarnation finale du projet de la révolution

    Répondre
    • Falko Baumgartner

      2 août 2013

      Tu as raison (mon francais n’est pas bon, mais je peux entender presque tout). Mon article est dirigé surtout à les elites francaises et le gens normales qui ignorent le role central de la identité ethnique francaise dans la révolution et la république. Les gens qui regardent l’etat francais comme un projet qui peux marcher seulement avec quelques valeurs abstractes, mais sans les francais eux-memes. Ce “social engineering” est une folie et le chemin dans la guerre civil finalement.

      Répondre
    • kasparov

      15 décembre 2013

      Notre République génocidaire est la mère de tous les totalitarismes.
      Les bolcheviques et les khmers rouges ont repris à leur compte le génocide vendéen, puis le tragique épisode de la Commune après la défaite de 1870, puis plus tard le Front populaire. La France n’est donc pas la “lentille qui brûle pour éclairer le monde”.
      Non ! Elle est le laboratoire où s’expérimente l’ethnicide et le génocide culturel de l’occident. C’est le suicide planifié d’une civilisation qui rejette ce qu’elle a été pour faciliter l’avènement d’un homme nouveau..

      Répondre
  17. Sancenay

    1 août 2013

    Cet homme là n’ a pas lu Xavier Martin sinon il saurait que la révolution française , loin d’être ” un cadeau offert au monde démocratique” fut un mortel poison truffé de racisme voltairien pour les patries civilisées.
    On lui doit aujourd’hui le retour du cannibalisme , “blanc” celui-là, qui consiste à pratiquer la vivisection des embryons, et aussi de l’esclavage dans le goût infâme du même Voltaire et autres ” anthroplogues” des Lumières.
    La France n’a nul besoin de retouver quelque ” identité ethnique” que ce soit . Elle a seulement besoin de retouver son âme.
    Malheureusement ce texte obscur indigne d’un site qui se présenterait comme catholique indique un bien mauvais chemin.

    Répondre
    • 2 août 2013

      Il n’y a pas de plus monstrueux paganisme que de penser que la France aurait une âme.

      Seuls les hommes ont une âme, pas leur nation.

      La nation est la chose la plus temporelle qui soit au Monde !

      Les nations naissent et meurent sans qu’il en reste aucune trace dans le ciel.

      Il n’y a qu’une seule nation qui soit promise, par l’Eternel, à durer jusqu’à la fin des temps. Mais elle n’est pas éternelle pour autand ..

      Quand bien même tous les français iraient à Reims à genoux, cela ne les sauvera pas de la fin temporelle.

      La démographie est l’alpha et l’omega des nations.

      Répondre
  18. 1 août 2013

    Pourquoi n’y aurait-il pas dans les manifs anti-gender, un groupe d’africains actifs qui se mettent en avant, avec les poussettes, les chaises roulantes et les béquilles, et filmer les flics de Hollande en train de tout tabasser ?

    Répondre
  19. druant philippe

    1 août 2013

    “Au cours de voyages de ma vie professionnelle, il y a des décennies, j’ai vu quelques spécimens de blancs zombies déambulant l’air idiot en boubou sans rien foutre au Gabon. Les gens les appelaient les « gabonisés ». Franchement, ça ne donnait pas ”

    on dirait la description d’ un gauchiste citoyen du monde .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      2 août 2013

      dans ” La Stempa ” de ce jour ( toute traduction me semble … superflue )

      il Papa ai musulmani : … ” Mi sento vostro fratello ”

      ( messagio all’islam per la fine del Ramadan )

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      2 août 2013

      c’était les “aventuriers” bobos de l’époque , celle qui a précédé les déambulations népalaises des camés métros !

      Répondre
  20. BRENUS

    31 juillet 2013

    Eh oui, vous allez être tous “tropicalisés” comme disaient les anciens blancs d’afrique qui, eux, n’avaient ni sentiment de supériorité ni de détestatrion de leur appartenance, contrairement a certains crétins qui sévissent sur ce site. Au cours de voyages de ma vie professionnelle, il y a des décennies, j’ai vu quelques spécimens de blancs zombies déambulant l’air idiot en boubou sans rien foutre au Gabon. Les gens les appelaient les “gabonisés”. Franchement, ça ne donnait pas envie de devenir comme ces loques. Quant au résultat des “mélanges”, c’est comme tout, il y a du bon et du mauvais. Mais il ne faut pas croire que cela résoud tous les problèmes. D’ailleurs, prenez un type black a 10% et qui pour nous est un blanc : il se proclamera toujours black, niant les autres 90% de ses gênes blancs. Curieux que cela aille toujours dans le même sens comme si les blancs étaient vérolés de naissance. Mais il est vrai que les fumistes dont certains sur ce site, vous expliquerons que “tous les blancs sont méchants, tous les black sont gentils”. Aux dire de certains, l’architecte de Versailles s’appelait Mamadou et le jardinier, Kwamé. Vogue la galère. Bientot, vous vivrez ici “comme la-bas”, pour reprendre la formule d’une grande marque de couscous en boite. Et vous gouterez pleinement le plaisir du prétendu vivre enseble, un peu comme dans nos banlieues chéries Bon courage.

    Répondre
    • 31 juillet 2013

      Réécouter Coluche ! On est tous égaux, mais il y en a qui sont plus égaux que d’autres… C’est pas facile…

      Répondre
    • 2 août 2013

      J’ai pas bien compris leur but d’ailleurs …

      S’ils veulent une Eurafrique, il y a l’Inde, qui existe déjà depuis plus de 2000 ans

      Et s’ils veulent participer en direct à la formation d’une autre Eurafrique, il y a le Brésil !

      J’en conclus qu’ils sont incultes ou qu’ils veulent simplement anéantir les lignées européennes, comme ça, pour voir …

      C’est leur contribution à l’antifascisme, je présume …

      Répondre
    • lili

      7 août 2013

      bien dit brenus.

      Répondre
    • kasparov

      15 décembre 2013

      n’importe quoi ! Allez un peu sur les sites de jeunes franco-africains et vous verrez que bien au contraire, ils veulent tous devenir blanc. C’est même la course au blanchiment. De peau.
      D’ailleurs les filles blacks reprochent aux garçons blacks de quitter leur petite amie black dès que le succès arrive, pour épouser une blanche. De même au Brésil, la course au blanchiment est une condition de promotion sociale. Blanchir à tout prix est l’obsession des Brésiliens. Et c’est toute la société du non-dit brésilien qui est hiérarchisée en fonction de la couleur de peau. .Tout en haut les blancs purs, juste en dessous une gamme infinie de métis plus ou moins foncés, les plus clairs en haut, et tout en bas de la société les 100% noirs.
      Alors les blacks à 10% qui continuent à se réclamer de leur négritude, c’est juste pour la galerie. Ils ne rêvent que d’enfants clairs.

      Répondre
  21. mariedefrance

    31 juillet 2013

    AU SECOURS !!!

    Le Camps des Saints (1973)
    Connaissez-vous la fin du roman ?

    Répondre
      • mariedefrance

        31 juillet 2013

        je ne comprends pas votre demande.
        Désolée.

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      2 août 2013

      dans ” La Stempa ” de ce jour ( toute traduction me semble … superflue )

      il Papa ai musulmani : … ” Mi sento vostro fratello ”

      ( messagio all’islam per la fine del Ramadan )

      Répondre
  22. phil

    29 septembre 2013

    Voici un complément d’information sur le dépistage 2010 qui nous intéresse ici par le docteur BARDAKDJIAN-MICHAU, auteur des études en question.

    http://www.perinat-ars-idf.org/downloads/JDR/2011/JBMRESEAU%20DE%20PERINATALITE%20NOVEMBRE%202011.pdf

    Ce document nous apprend que les critères de dépistage utilisés en 2010 sont en fait les suivants :

    “Origine géographique des populations concernées par la drépanocytose :

    Départements d’Outre-Mer, Antilles, Guyane, Réunion
    Tous les pays d’Afrique Noire, Cap Vert
    Amérique du Sud (Brésil), Noirs d’Amérique du Nord Inde
    Océan Indien, Madagascar, Ile Maurice, Comores
    Afrique du Nord, Algérie, Tunisie, Maroc
    Italie du Sud, Sicile, Grèce, Turquie
    Moyen-Orient, Liban, Syrie, Arabie Saoudite, Yémen, Oman

    Actuellement pour que le nouveau-né soit testé
    1- les deux parents doivent être originaires d’une région à risque
    2- un seul des deux si le deuxième n’est pas connu
    3- s’il existe des antécédents de syndrome drépanocytaire
    majeur dans la famille
    4- si un doute existe pour les critères 1, 2, 3.”

    Donc concernant les 253 466 nouveaux-nés à risque testés en 2010 (31,5% du total ), en principe les 2 parents sont à risque (sauf si le 2e parent n’est pas connu etc) et non pas un seul.

    D’autre part parmi les Européens seuls les Italiens du Sud, Sicilens et Grecs sont concernés en 2010 (pas les Portuguais ni les Corses).

    D’autre part, une étude de de l’insee

    http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/pop-immigree-pop-etrangere-2008/Tableau-immigres-MF34bis-France-RP2008.xls

    nous apprend que en 2008, sur un total de 1’522’856 jeunes de moins de 18 ans ayant au moins un parent immigré, les Italiens et Grecs représentent seulement 29’811 et 1’596 jeunes soit 31 407 alors que les Asiatiques de l’est (Viêt-Nam, Cambodge, Chine, Laos) représentent respectivement 16’187, 15’830, 14’432 et 13’402 jeunes soit 59 851 donc près de 2 fois plus. (et encore il ne faudrait inclure que l’Italie du sud et pas toute l’Italie).

    Cela démontre clairement que le chiffre de 31,5% de l’étude 2010 est sous-évalué puisque les naissances en France d’Asiatiques de l’est (non testés) supassent celles des Italiens du Sud et des Grecs testés.

    Répondre
  23. phil

    15 décembre 2013

    Et voici les chiffres 2012 du dépistage de la drépanocytose publiés par ll’AFDHPE

    http://www.afdphe.org/sites/default/files/bilan_activite_2012.pdf

    Selon ce dernier bilan 2012 :

    « En métropole, 34.4 % des nouveau-nés sont ciblés, ce pourcentage varie de 7.14 % en Bretagne à 65.95 % en Ile de France, en fonction des différentes origines géographiques représentées dans la population. »

    Détail par région 2012 du pourcentage des nouveau-nés à risque (donc d’origine extra-européenne) par rapport au total des naissances :

    Ile-de-France 65,95%
    PACA + Corse 43,27% (dont Corse 33,36%)
    Languedoc-Roussillon 39,74%
    Rhône-Alpes 37,77%
    Midi-Pyrénées 33,30%
    Alsace 31,95% (dont Est Mosellan 34,04%)
    Limousin 27,25%
    Picardie 23,70%
    Franche-Comté 20,87%
    Centre 20,36%
    Bourgogne 20,12%
    Lorraine (sauf Est Mosellan) 20,06%
    Auvergne 17,00%
    Nord-Pas de Calais 16,97%
    Aquitaine 16,77%
    Champagne-Ardenne 16,44%
    Normandie 15,53%
    Pays de Loire/Poitou Charentes 14,25%
    Pays de Loire/Nantes 13,18%
    Pays de Loire/Angers 13,05%
    Bretagne 7,14%

    Donc plus d’un tiers (34.44 %) des nouveau-nés (271 887 sur un total de 789 384) sont nés de couples d’origine extra-européenne en métropole en 2012 et près de 2/3 (65.95 %)en région parisienne (120 364 sur un total de 182 512) !

    Répondre
  24. phil

    6 octobre 2013

    … et pour terminer il est facile de déterminer de manière assez précise l’origine géographique des naissances extra-européennes puisque l’Insee nous donne également le pays de naissances du ou des parents des jeunes de moins de 18 ans nés en France dont au moins un parent est immigré.

    En appliquant ces poucentages aux naissances on obtient donc :

    Maghreb : 16%
    Afrique noire + Antilles : 9%
    Turquie : 3%
    Asie de l’Est : 2.5%
    Asie du Sud : 1%
    Amérique : 1.5%

    Répondre
  25. phil

    16 novembre 2013

    Voici un lien sur une autre étude intéressante parue récemment sur le CHU de Nice : “Dépistage néonatal de la drépanocytose au CHU de Nice : bilan des 8 dernières années. ”

    http://www.bdsp.ehesp.fr/Base/429596/

    D’après cette étude 19 775 enfants sont nés au CHU de Nice entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2008 et 7 909 enfants à risque dont les parents étaient “en majorité originaires du Maghreb et d’Afrique noire” ont été dépistés soit 40% des naissances…

    Répondre
  26. Lingnoi

    16 mars 2015

    Maghreb 16% contre Afrique noire 9%? J’ai du mal à le croire. Certainement pas en Ile de France en tout cas. Je vis en banlieue depuis mon enfance et ces dernières années je peine à rencontrer autre chose que des noirs. Même les nord africains deviennent minoritaires face à l’écrasante majorité de noirs africains. Et je n’ai pas de besoin de statistiques pour le constater, j’ai juste à prendre le train en allant au travail le matin. Ce ne serait pas plutôt Maghreb 9% et Afrique noire 55% en réalité?

    Répondre
  27. phil

    9 décembre 2013

    Et voici les chiffres 2011 de l’AFDPHE concernant le dépistage de la drépanocyrose en métropole :

    http://www.afdphe.org/sites/default/files/bilan_dactivite_2011.pdf

    “Le dépistage de la drépanocytose est ciblé chez les enfants à risque nés en métropole et systématique
    dans les DROM et à Mayotte.”

    Page 32 et 53 :

    “En métropole, 33.1 % des nouveau-nés sont ciblés, ce pourcentage varie de 6.14 % en Bretagne à 63.6 % en Ile de France, en fonction des différentes origines géographiques représentées dans la population.”

    Les nouveau-nés à risque représentent donc maintenant un tiers (33.1%) des naissances en métrople (262 683 nouveau-nés sur 793 988) et 63.6 en Ile de France (116 854 nouveau-nés sur 183 594 ) !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)