L’après-midi des morts vivants : reportage sur Nuit Debout

Posté le avril 12, 2016, 12:30
6 mins
12993346_10156886153925599_8900443124513026022_n

Curieux du foin médiatique autour de « Nuit Debout », je suis allé voir sur place, dimanche, de quoi était constitué ce rassemblement qu’on présentait comme inédit, spontané et populaire.

Je n’ai pas été déçu. C’était plutôt l’après-midi des morts vivants. Récit en quelques mots…

Sur la place de la République, de chaque côté du monument érigé en 1883 par les frères Morice et qui célèbre le serment du Jeu de Paume et la Fête de la Fédération de 1790, se trouvaient donc (jusqu’à ce matin) une série de stands tenus par les permanents d’associations aussi neutres que Greenpeace, Attacks, Droit au Logement… Des structures qui vivent en toute indépendance d’argent public comme chacun le sait. Ici ou là circulent des « migrants » qui vendent (0,50€) leur journal ou une militante pour le boycott d’Israël. Un peu plus loin, un ballet abscons et désorganisé met en scène, sur un tapis d’eau municipal, 5 jeunes hommes dont il est probable qu’ils soient intermittents du spectacle. Les autocollants « pour la fin de l’hétéro patriarcat » côtoient les demandes de « Maalox » (contre le reflux gastrique) pour les migrants amalgamés aux réfugiés, mais également la recherche de caméras et de tickets de transports… usagés !

Il y a du monde qui flâne. beaucoup de jeunes, de curieux. L’avocat de Jérôme Kerviel prend la parole et dénonce le système, encourageant les insurgés. Je m’éloigne de son speech tant le discours sonne creux. L’éloquence ne donne pas toujours la bonne tonalité. L’avocat vedette n’a rien en commun avec le prolétaire des ex friches industrielles du Nord, le petit gaulois des cités péri-urbaines ou l’érythréen sans carte de séjour.

Droits des migrant-e-s, Grève générale, Coordination banlieues, bibliothèque révolutionnaire, atelier d’écriture collective, potager dans des bouteilles en plastique ou à même le sol, droits LGBT…. un grand classique des forums altermondialistes anti G9/G20. L’écosystème routinier des « alternatifs » que l’on retrouve derrière toutes les contestations de gauche. Il suffit de voir les adresses email utilisées pour constater qu’elles ne sont pas en « gmail/yahoo » mais sur des serveurs militants destinés à éviter le regard intrusif de l’hébergeur ou des policiers.

Dans tel « atelier » on propose un blocage physique de toutes les banques, de 8h à 18h. Ici, à l’économie politique, on propose de créer un fonds de soutien pour les SCOPS, gérés par les syndicats. Ou encore de changer de Constitution, de cultiver l’impossible et donc de cultiver l’impayé. La Laïcité n’est pas oubliée. Ni les drapeaux de la CNT, « syndicat révolutionnaire et anarcho-syndicaliste ». Sans omettre l’abolition des loyers, le SMIC à 1.500€ nets, l’expropriation des grandes fortunes et évidemment, la semaine des 25 heures. Ne manque que la légalisation du cannabis. Ah bon, c’est interdit ?

Plus loin, les intervenants peuvent (prétendument) venir s’inscrire pour débattre de tous les sujets. Tous ? Le programme tourne plutôt autour de l’exaltation de la Commune de 1871 ou de la fin de la propriété privée. Avec comme slogan « Le peuple en ARMES (souligné) et voilà le socialisme. Si nous voulons GAGNER (souligné) ce sera par la FORCE ! ». Convergence des luttes. Je suis surpris de ne pas y voir les anti OGM.

De l’autre côté, bidonville et squat pour punks en recherche d’alcool se chevauchaient, dans un désordre de cartons, de palettes et de bâches plastiques trouées. Ici et là des barrières récupérées pour solidifier ou protéger le campement. Les cartons de canettes d’Heineken pleines gisaient, pendant que négligemment tel trentenaire torse nu se roulait une cigarette certainement bio.

Des chiens vagabondent, à quelques mètres de leurs propriétaires qui ne doivent plus faire la différence entre le jour et la nuit depuis, malheureusement, trop longtemps.

Vraiment ce petit passage place de la République aura permis de constater tout le caractère artificiel de cette mise en lumière. La condescendance à l’égard des écolos-bolchos traduit-elle un désir inassouvi de révolution ?

Si je reste admiratif de l’activisme militant, très bien déployé dans Nuit Debout qui essaie d’imposer son style particulier (« 42 mars »), l’ampleur du mouvement reste celle d’un rassemblement de 5% d’idiots utiles entre les mains de 95% d’agitateurs professionnels.

Gonzague de Chanterac
@gdechanterac / https://facebook.com/gonzague.de.chanterac

7 réponses à l'article : L’après-midi des morts vivants : reportage sur Nuit Debout

  1. Hilarion

    24/04/2016

    Les crétins de Mai 68 s’étaient décernées des couronnes de génie en bramant qu’il suffisait d’inverser les valeurs construites par deux mille ans d’histoire pour atteindre le nirvana. Cinquante ans plus tard, Le niveau semble avoir encore considérablement baissé. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter les explications bredouillantes basées sur les slogans mal digérés que leur ont susurré leurs manipulateurs.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/04/2016

      nous sommes installés ( confortablement ) dans l’ époque de la  » culture  » du fast-food , du smooth et du sweet pour rester dans une tonalité anglo-saxonne ( mai 68 est né dans les campus californiens ) ajoutez à cela une bonne dose de piment de philosophie judéo-socialiste centrale européenne d’ avant guerre et hop vous êtes dans le vent

      Répondre
  2. Claude Roland

    18/04/2016

    « Cons debouts » devrait s’appeler cet amas informe de désoeuvrés, de branleurs, de parasites et d’ahuris qui traînent leurs savates avec leur panoplie de gaucho insipide place de la ripoublique. Tout le symbolisme du cadavre que devient la France où circulent tout un tas de mouches à merde et autres cloportes charognards devant l’indifférence des autres citoyens. Et c’est bien là le problème.  » Le silence des pantoufles est pire que le bruit des bottes »

    Répondre
  3. BRENUS

    12/04/2016

    Dans un récent passé, en Afrique occidentale, il existait une formule respectée et bien représentative comme souvent les africains savent en sortir. C’était « TRAVAIL DEBOUT » . Quand quelqu’un vous disait qu’il faisait « travail debout », cela signifiait qu’il était tout l’opposé du branleur de service. Après, il pouvait aller se coucher et jouir d’un sommeil réparateur bien mérité. Les zigs de la place de la République, c’est « Nuit debout, jour couché », mais ils n’en réclament pas moins de vivre aux crochets des  » travail debout ». Cela ne les gêne absolument pas. Les jojo et jean merdier font partie du lot.

    Répondre
  4. Christophe

    12/04/2016

    Bonjour Monsieur de Chanterac

    Voici ma question,qui occupe mon esprit depuis plusieurs jours:Que font tous ces gens de leurs journée?Veiller la nuit finit par être fatiguant! A moins qu’il y ait une relève?

    Répondre
  5. DE SOYER

    12/04/2016

    Toute la faune habituelle! Combien de Jaurès potentiels?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/04/2016

      seuls les grands meneurs trouveront un  » emploi  » rémunéré par la finance publique et le Media qui est lui apatride ; les autres continueront de ….  » faire leur Révolution  » … toujours aussi pauvres et camés et naturellement … cocus … donc très peu … d’ élus jauressiques … la  » sélection  » c’ est partout et pour tous , c ‘est une loi … naturelle implacable

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)