Le coronavirus, un sale coup pour tout le monde

Posté le mars 31, 2020, 9:57
8 mins

Le coronavirus concerne tout le monde. Il n’y a pas d’exception. Combien de temps l’épidémie va-t-elle durer ? Combien de victimes va-t-elle faire à travers le monde ? Nul n’en sait rien.

Sans être victime du virus proprement dit, on est victime de ses conséquences. Que peut faire le propriétaire d’un petit café-restaurant contraint de fermer ? Du jour au lendemain, il est sans ressource. Son personnel se retrouve au chômage. L’État l’aidera, lui dit-on. Qui est l’État ? Quelles mesures seront prises en sa faveur ? Allez le demander à la mairie. – Mais la mairie n’est pas encore informée. – Revenez demain. – Mais il faut manger tous les jours.

Que de problèmes, que de soucis ! Et l’ignorance pour consolation.

Respectez le confinement, restez chez vous. Facile à dire, mais pas facile à faire ! Des obligations s’imposent qu’il faut respecter. Si on ne le fait pas, virus ou pas virus, on est sanctionné. On note aussi que le courrier n’est plus distribué régulièrement. De nombreuses boîtes aux lettres sont fermées, ce qui cause des problèmes supplémentaires. Il faut rester chez soi à attendre, mais attendre ne résout pas les problèmes qui s’accumulent.

Tout cela nous vient de Chine. J’y suis passé assez souvent dans ma carrière pour constater que nos « amis chinois » ignorent complètement les règles d’hygiène. Je me souviens d’un petit restaurant dont le cuisinier officiait paisiblement alors que deux gros rats se promenaient derrière lui. C’était ses animaux de compagnie. J’ai constaté aussi que les Chinois crachaient beaucoup. Ils crachent tellement qu’ils ont inventé les crachoirs. Ils fabriquent d’ailleurs de très beaux crachoirs en porcelaine bleue et blanche qui, datant du XVIe siècle, peuvent valoir très cher. Je dois dire que, personnellement, je n’aurais pas l’idée de placer sur ma table un crachoir, même en porcelaine ancienne, même lavée à la poudre anti-crachats chinois. En ce domaine, les Chinois feraient bien de prendre exemple sur les Japonais, soucieux à l’extrême de la propreté. Toujours est-il que les Chinois ont fait le cadeau au monde du coronavirus qui est en train de bouleverser la planète entière et ce sont des mois, voire des années, qui seront nécessaires pour remettre les choses en ordre après avoir laissé sur le carreau de nombreuses victimes, sur le plan de la santé, de l’économie et de la finance qui déjà accusent de lourdes pertes.

Il reste à espérer que le coronavirus ne fera pas autant de ravages que la peste. La peste de 1346 à 1353 enleva 25 millions d’hommes en Europe et 23 millions en Asie. Celle de 1894 fit un grand nombre de victimes en Inde, d’où le virus de la peste est originaire et où elle reste endémique. Qui sait qu’à Paris même on enregistra 91 cas en 1920, dont 23 mortels ?

Je rappelle que le virus de la peste est transporté par les rats que l’on peut voir le soir, notamment place du Trocadéro à Paris où ils se promènent tranquillement, ne respectant nullement le confinement, comme dans bien d’autres endroits de Paris. Mais ce sont peut-être des rats inoffensifs parce qu’ils ont été frottés à l’eau de Cologne par Mme Hidalgo, présentement maire de Paris et qui pourrait bien le rester.

À ce coronavirus s’ajoutent les virus politiciens, bien connus et invulnérables et contre lesquels on n’a toujours pas trouvé de vaccin. Ces virus-là sont maîtres de la presse et tous ceux qui cherchent à les détruire ou tout simplement à réduire leurs ravages sont menacés : ce sont des fascistes, le virus fasciste ayant montré qu’il n’était pas assez fort pour réduire le virus politicien.

La vérité est que nous sommes au sein d’une société très atteinte. La délinquance, l’agression islamique, l’immigration chaque jour plus importante, la fiscalité écrasante et maintenant voici l’épidémie, ses victimes et ses conséquences économiques et financières qui vont alourdir la dette, aggraver le chômage, multiplier les faillites. Le mal est visible, mais pas les remèdes.

Je lis dans la presse du 18 mars : « On peut s’attendre à un effondrement de dizaines de milliers de PME et à une remontée rapide du chômage autour de 12 %, voire plus. » Ce qui est certain, c’est que cette épidémie aura pour les entreprises, et aussi pour les particuliers dont on ne parle pas, des conséquences beaucoup plus graves que ne le dit la littérature journalistique. Que va faire un homme, dont le tiers des économies de toute une vie a fondu en bourse ? Ces épargnants sont nombreux et ils sont sans recours.

La France est sinistrée. Ceci dit, tout n’est pas « la faute à Macron ». La critique systématique du président est stérile. Des mesures sérieuses, concrètes et utiles ont été prises. Le confinement est le meilleur remède et le moins coûteux. Encore faut-il le respecter. Or, dans les zones de non-droit, qui sont très nombreuses, le droit n’est évidemment pas respecté. Le confinement y reste théorique. Là, plus que jamais, policiers et pompiers sont défiés, insultés et agressés. Les migrants ne crachent pas dans des crachoirs chinois ; ils crachent sur les forces de l’ordre, annulant de ce fait les résultats du confinement. Est-ce cela qu’on appelle la « mondialisation heureuse » ?

En réalité, la démagogie, le laxisme et tout qui en résulte, vont dans cette crise mettre la machine, au demeurant très complexe, hors d’état de fonctionnement. Combien de mois seront-ils nécessaires pour la remettre en marche et à quel prix ?

5 réponses à l'article : Le coronavirus, un sale coup pour tout le monde

  1. DINTINGER

    04/04/2020

    Mr Lambert, j’apprécie votre article qui est plein de bon sens, mais de grâce ne parlez pas de virus de la peste, il s’agit d’une bactérie, Yersinia pestis, ça n’a rien à voir, votre billet n’en sera que plus signifiant. merci

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      06/04/2020

      le virus est un micro-organisme infectieux parasite des cellules; sa partie centrale dénommé virion est constitué soit d’ ADN soit d’ ARN

      l’ agent transmetteur de la peste est un bacille ( bacille de Yersin ) un bacille est une bactérie en forme de bâtonnet ; il s’ agit d’ un être VIVANT unicellulaire procaryote ( dont le noyau cellulaire est dépourvu de membrane et ne comporte qu’ un chromosome )

      Répondre
  2. Chris

    02/04/2020

    Je finis par me demander depuis plusieurs jours si ce corona virus n’est pas entrain de déclencher cette crise systémique que l’on nous annonce depuis une douzaine d’années.C’est curieux personne ne semble avoir fait le lien.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      02/04/2020

      depuis le début, tout le monde le redoute … RASSUREZ VOUS !

      les historiens anglo-saxons contemporains appellent ce cas de figure  » a perfect storm « 

      Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    31/03/2020

     » Las Vegas au tapis  » titre  » Le Point  »

    la  » Ville du Vice  » de la Mafia juive new-yorkaise au point mort !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)