Le mariage civil a cessé d’exister!

Le mariage civil a cessé d’exister!

Quand on dénonce le déclin de la France (résultat de politiques désastreuses mises en place depuis 50 ans), les médias bien-pensants nous tombent dessus en pourfendant le «déclinisme».

Pourtant, je serais curieux de savoir comment on peut juger d’un œil impavide les surréalistes débats actuels sur la polygamie, au sein même de la brillante majorité macroniste.

Si vous n’avez pas suivi (vous seriez tout excusés, cela a tout du faux débat destiné à distraire le public pour mieux le priver de ses libertés et amplifier le tsunami migratoire), voici un petit résumé du feuilleton.

Le 19 novembre, le député LREM Aurélien Taché, ardent militant du communautarisme islamique, déclarait:

«Le législateur n’a pas à con­fondre le droit et la morale. La polygamie est une difficulté. Le mode de couple qui est le choix des gens n’a pas à être dirigé par la loi.»

Très vite, le tollé enfla. Éric Ciotti, député LR, déclarait: «À ce stade ce n’est plus de la soumission, c’est du militantisme islamiste. » Même la girouette LREM Aurore Bergé appela son collègue à la démission.

Quelques jours plus tard, la sémillante Marlène Schiappa, ministre en charge de la Citoyenneté, déclarait: «L’objectif n’est pas d’interdire l’infidélité, ni même le polyamour. Il s’agit vraiment de la polygamie. Le mariage ouvre un certain nombre de droits et nous voulons ainsi protéger les personnes qui s’engagent dans le mariage.»

On voit à quel point la confusion a envahi les esprits. La rapide destruction du mariage civil depuis 1975 et sa transformation en CDD (avec le divorce par consentement mutuel, avec le Pacs, puis avec la loi Taubira, en attendant les prochaines «évolutions sociétales»!) rend incohérents les discours politiques.

Sans parler de l’incessante propagande en faveur de l’adultère et de la pornographie.

Dans une société organisée, l’État s’intéresse au mariage parce que c’est dans le mariage que s’organise la filiation et donc l’avenir de la nation. Mais, puisque l’État a cessé de protéger le mariage et de s’intéresser à l’avenir de la nation (l’électoralisme à courte vue ayant fait des ravages), il existe deux évolutions possibles.

Soit le flicage des citoyens «sous la couette» comme dirait M. Taché.

Soit l’indifférence à toutes les relations humaines, toutes jugées également légitimes.

La réalité, c’est que le mariage civil a cessé d’exister. La loi sur l’adoption votée à l’Assemblée aggrave encore cette réalité, puisque le mariage n’a plus aucun intérêt en matière de filiation.

Chacun voit bien qu’il est absolument impossible de protéger les droits des femmes ou les droits des enfants dans cette vision post-moderne des rapports humains. Il est donc temps d’en finir avec les politiciens post-modernes pour défendre la dignité des êtres humains !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    Monsieur de Thieulloy vous posez un problème intéressant

    je suis bien d’ avis qu’ il ne faut pas laisser le mariage ( d’ un homme avec une femme ) et la filiation qui DOIT s’ en suivre automatiquement , qui était l’ un des piliers de notre civilisation et de notre culture, être annéanti par des énergumènes de type Taché, duquel Macron est sociologiquement je veux dire culturellement assez proche

    tous ceux qui ont pour seul soucis de pérenniser notre modèle civilisationnel doivent donc s’ unir dans un parti  » conservateur  » et de  » progrès  » … mais ce n’ est pas demain la veille avec nos  » populistes  » qui jamais ne RAISONNENT sur le FOND ( et qu’ on n’aide pas non plus à raisonner sur le fond )

    à Macron il faut opposer un parti conservateur ( à l’ anglaise ) et non pas une clone de Jean-Marie Le Pen toute aussi populiste

    20/12/2020 à 11 h 43 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Chaque année il y a entre 215 000 et 230 000 interruptions volontaires de grossesse en France.
    En 10 ans cela donne le chiffre impressionant de plus de 2 millions d’êtres qui auraient pu avoir une vie normale qui sont exterminés dans l’indifférence générale.
    Cela fait 2 Auschwitz tous les 10 ans, à quand un Tribunal de Nuremberg?

    Par contre on fait un foin quand un Traoré ou un Floyd qui n’étaient pourtant pas des saints se font butter par des policiers en service.

    15/12/2020 à 20 h 46 min
    • ELEVENTH Répondre

      Même avec le préservatif gratis, les avortements – majoritairement de « confort » et non de nécessités médicales – croissent et embellissent.
      Je ne suis pas pour l’interdiction de l’avortement, mais j’ estime que le droit au plaisir  » à cru » ne doit pas voir ses conséquences payées par la communauté. Que les baiseurs qui ne supportent pas la capote supportent au moins le coût de leur choix.
      « Ti nic, ti pay, ci tou ».
      En tapant au portefeuille, certains -aines , prendront surement un peu plus de précautions. Après tout, porter un « chapeau », ce n’est pas la mort.

      21/12/2020 à 15 h 39 min
  • Gérard Pierre Répondre

    « … défendre la dignité des êtres humains ! » … commence au moment même de la conception des dits Êtres Humains !

    Ça consiste donc à abolir l’avortement !

    Il ne faut pas tourner autour du pot !

    Le reste en découlera naturellement !

    On commence quand ? … et … Qui va s’y coller ?

    15/12/2020 à 11 h 46 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: