Le mariage homosexuel de retour à l’Assemblée dès le mercredi 17 avril

Posté le avril 15, 2013, 6:59
0 secs

Communiqué de Véronique Besse,

député, porte-parole du Mouvement pour la France

le 12 avril 2013

 Alors que le retour du projet de loi sur le mariage homosexuel à l’Assemblée nationale était planifié au mois de mai, le Gouvernement a décidé que le texte serait à nouveau examiné dès mercredi prochain.

Véronique Besse dénonce « un passage en force inadmissible de la part d’un Gouvernement inquiet, qui n’accepte pas que l’on conteste son autorité ».

« Le retour du texte était prévu à l’Assemblée au mois de mai. En agissant ainsi, le Gouvernement montre clairement son refus du dialogue et sa volonté de faire taire définitivement les opposants au projet », précise Véronique Besse.

 

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

3 réponses à l'article : Le mariage homosexuel de retour à l’Assemblée dès le mercredi 17 avril

  1. MAUVAISEDENT

    16/04/2013

    Chuttttt, vous êtes en démocratie, pas en liberté. Et ça fait longtemps !

    Répondre
  2. Sancenay

    16/04/2013

    Est-ce bien « un passage en force » ou une régularisation du fait « accompli » ?
    Pour qu’il y fut besoin de « force » encore eût-il fallu qu’il y eût une opposition autre que factice au Sénat ?
    N’y avait-il pas seulement 24 figurants de ce qui tient lieu d’opposition en dernière séance ?
    On ne peut être trahi que par les siens dit-on , mais lorsqu’il n’y a personne pour représenter le peuple qui crie sa douleur et sa colère légitime , mais seulement les ombres de lobbies laborantins et quelque zozo velléitaire qui s’écrase au premier boulet « placé », si j’ose dire, il n’y a plus de trahison, mais seulement une mascarade, la routine en somme.
    La suite de la tragédie se passera certainement volontiers de ces ruineux mimes martiaux .
    Le genre affiché, si j’ose dire, sera de préférence « vox populi, vox Dei ».

    Répondre
  3. Mercier Jérôme

    16/04/2013

    On ne traite pas si légèrement un changement de société si grave.
    Si certainnes personnes demande plus de protection à l’état, ces demandes sont à écoutés dans un dialogue démocratique et des solutions sont à trouvés pour répondre le plus justement possible aux problèmes soulevés. Ce n’est pas une raison pour modifier une loi fondamentale de la république.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)