L’écologie : une bonne idée, mal gérée

Posté le 18 septembre , 2018, 5:40
5 mins

On en parle tous les jours. L’écologie est à la mode depuis une dizaine d’années et a été politisée à tel point que Macron, une fois élu, a supplié Nicolas Hulot de faire partie de son gouvernement comme ministre d’État. Mais, après plus d’un an d’impuissance, Nicolas Hulot vient de donner sa démission. On en fait toute une affaire. Qu’en est-il en réalité ?

Le climat et la pollution devaient être maîtrisés, la France montrant la voie. Ce fut la Cop 21 avec Fabius, lumière du monde futur. Mais, assez rapidement, on arrêta d’en parler. Les États-Unis, grands pollueurs, n’ont aucune envie d’adhérer à un accord contraignant. La Chine, également grand pollueur, dit oui, tout en étant décidée à ne rien faire. De toute façon, personne n’ira contrôler les centrales à charbon du Szetchuan.

Bref, cet immense projet paraît tombé à l’eau. Les grandes puissances fabriquent à tours de bras des voitures à essence dans une concurrence acharnée et jamais le trafic aérien n’a été aussi dense. Brigitte Bardot avec bon sens a pu dire que Nicolas Hulot ne servait à rien. Il en a tiré les conclusions et il a été remplacé par un autre ministre de l’Écologie qui ne servira à rien non plus.

On se garde bien, en effet, de dire que le climat varie avec les époques, ce que pourtant on apprend dès l’école primaire. L’Europe a ainsi connu des périodes glaciaires, puis tropicales, avec la faune qui existe maintenant en Afrique centrale. Nous sommes tout simplement dans une période de réchauffement qui s’aggrave avec la pollution due notamment aux 39 millions de voitures qui, en France, circulent jour et nuit et qui seront prochainement 40 millions.

Ce que l’on ne nous dit pas non plus – on n’en parle jamais –, c’est que les mers et les océans sont devenus de gigantesques dépotoirs, des sortes de tout-à-l’égout, à un point tel que plusieurs plages du midi de la France ont été interdites, car l’eau y était polluée par une grande quantité de bactéries d’origine fécale (sic). Charmant, surtout pour ceux qui « boivent la tasse » !

Passer des heures dans une chaleur accablante, coincé dans 800 km de bouchons, pour atteindre la « grande bleue » bactérienne, c’est le paradis !

Mais il y a pire. Dans le Pacifique notamment, des îles flottantes de grandes surfaces se sont constituées, faites de matière plastique et autres détritus sur parfois plusieurs mètres d’épaisseur. Qu’est-ce qui est fait pour supprimer cette énorme pollution ? Rien.

Ces îles d’ordures s’agrandissent constamment par ce que rejettent les milliers de cargos et de paquebots qui sillonnent les mers, rejetant leurs résidus pétroliers et le produit des toilettes.

Ajoutons à cela, pour ce qui est de la Méditerranée, la noyade quasi quotidienne des migrants arabo-africains qui nourrissent les poissons servis à grands prix dans les restaurants que fréquentent les vacanciers (survivants de la classe supérieure en voie de disparition, massacrée par la fiscalité). Aussi vont-ils, ces vacanciers, devenir nécrophages sans le savoir ! De plus en plus charmant !

Sans aller au bord de la mer, nous avons aussi chez nous des éoliennes, engins coûteux et de faible rendement. Elles gênent les éleveurs dont le cheptel s’éloigne de ces moulins à vent. Ces éoliennes qui abîment le paysage participent à la production d’énergies renouvelables (moins de 20 % de l’énergie consommée). Et il faudrait supprimer le nucléaire !

Pour compléter le massacre, voici qu’en périphérie de toutes nos villes, se constituent des structures métalliques pour supermarché et leurs inévitables parkings avec pompes à essence.

L’écologie, on le voit, aurait beaucoup à faire, mais aussi à ne pas faire, c’est-à-dire distribuer des milliards d’euros aux dirigeants des pays tropicaux afin qu’ils modifient le climat, en intervenant auprès du soleil pour que ses rayons soient moins intenses. Heureusement, il ne s’agit que de promesses et chacun sait que les politiciens ne tiennent pas leurs promesses !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

19 Commentaires sur : L’écologie : une bonne idée, mal gérée

  1. quinctius cincinnatus

    6 octobre 2018

    l’ écologie c’ est tout simplement le respect de la Nature

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    20 septembre 2018

    Nouvelle cruciale
    Paris verdit ses cours d’école pour lutter contre le réchauffement climatique.

    À la bonne heure.
    Prochaine étape verdir tous les palais de la république française.
    Le moyen le plus rapide étant de les raser et de planter du gazon.

    Ensuite par décret on obligera tout le monde à se faire teindre le ciboulot en vert y compris celui des chauves.
    Verdir les esprits sera la tâche du minstère de la Vérité.

    Avec de telles mesures le réchauffement global n’aura qu’à bien se tenir.

    Répondre
  3. Tintinopoulos

    20 septembre 2018

    Relire « Les Lois » de Platon. Contre les pollueurs des sources et des rivières, Platon préconise la peine de mort. Contre les prédations des sites naturels, le classement des sites en sites sacrés. Et quand on sait l’extrême sévérité concernant les sacrilèges…etc.
    Bientôt toutes les nappes phréatiques seront polluées, il n’y aura plus d’eau potable, puisque c’est la même eau qui parcourt la planète. Revoir ses classes de 6ème.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      20 septembre 2018

      Je reçois régulièrement les résultats d’analyse de l’eau de mon robinet.
      Ces eaux proviennent de la nappe phréatique rhénane.
      Je compare toujours les chiffres avec ceux des années précédantes pour voir l’évolution.
      Si les résultats n’ont pas été magouillés, ce dont je ne suis pas sûr, il n’y aurait rien d’alarmant.

      Par contre je sais que la pollution des rivières Gange et Brahmapoutre en Inde est énorme.
      Je suppose que l’eau puisée dans ces deux bassins ne doit pas être trop potable.

      Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    19 septembre 2018

    // Mais il y a pire. Dans le Pacifique notamment, des îles flottantes de grandes surfaces se sont constituées, faites de matière plastique et autres détritus sur parfois plusieurs mètres d’épaisseur. //

    Il est quand même curieux que ce phénomène soit uniquement localisé dans le Pacifique et non dans l’Atlantique.
    Les bons esprits prétendront que ce sont les Californiens avec leur style de vie dévergondé qui sont responsables de ce dépotoir flottant.
    Leurs concitoyens vivant sur la côte Est seraient de ce fait moins polluants, difficile à croire.

    Le Zone Pacifique est immense, la cause doit être ailleurs.

    Répondre
    • Tintin

      20 septembre 2018

      Hans, la formation de ces îles de détritus sont dues aux courants marins qui se rencontrent. Voir YouTube.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        20 septembre 2018

        Parce qu’il n’y aurait pas de courants marins dans l’Océan Atlantique?
        Pourquoi n’y a-t’il pas de dépotoir flottant dans la mer Sargasses ou au large de Mourmansk terminus du Gulf Sream?

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          23 septembre 2018

          Mourmansk et Gulfstream .

          la Mer de Barents se contentant d’ être une simple … ” poubelle nucléaire ” où les experts russes et européens s’ attendent même à des … explosions ! rien que ça !

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            23 septembre 2018

            Ne mélangeons pas les serviettes avec les torchons.

            Je voulais tout simplement dire qu’il y a aussi des “gyres” dans l’Atlantique, ce n’est pas une exclusivité de l’océan Pacifique. C’est dans gyres que se concentrent les déchets.
            La seule différence c’est qu’il y a moins de cochons qui jettent leurs détritus dans l’Atlantique.
            Et parmi les cochons du Pacifique il n’y a pas que des citoyens de la côte ouest US.
            La Californie ayant d’ailleurs les normes environnementales les plus draconiennes du monde.

  5. Tintinopoulos

    19 septembre 2018

    L’écologie existe depuis longtemps : l’hindouisme, le shintoïsme, sont parmi les religions les plus écologistes. Or l’Inde et le Japon s’intéressent aux technologies les plus avancées.
    Observer et méditer, comment l’extrême Orient concilie tradition et modernité.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19 septembre 2018

      vous avez raison , c’ est SA Culture qui fait un Peuple

      pourquoi alors participer à sa propre perte en suivant un peuple sans … culture ?

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        24 septembre 2018

        Une culture de riz, un peuple, slogan équivalent à “un homme, un vote”.

        Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    19 septembre 2018

    // L’écologie, on le voit, aurait beaucoup à faire, mais aussi à ne pas faire, c’est-à-dire distribuer des milliards d’euros aux dirigeants des pays tropicaux //

    Jusqu’à présent ces milliards ont été bien utilisés.
    À chaque Africain sa Kalak.
    À chaque Africain ses 10 gosses.

    La jouissance des uns financée par le fric des autres.
    C’est-y pas beau la solidarité?

    Répondre
  7. Tintinopoulos

    18 septembre 2018

    L’écologie a toujours existé, mais à droite. Les gauchistes la méprisaient comme étant des idées de bourgeois. Un jour, après mai 68, ils ont décidé de s’en emparer en la mettant à leur sauce, et en faisant croire qu’ils en étaient propriétaires !
    Remettons les pendules à l’heure..

    Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    18 septembre 2018

    Il faut être conséquent si les voitures polluent et changent le climat il faut arrêter leur production.
    Ce qui impliquera la fermeture des usines où elles sont produites.

    Ce qui mettra les gens qui les fabriquent à la rue.
    Pas grave il suffira que ces gens traversent la rue pour retrouver du boulot.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      18 septembre 2018

      sans risque de se faire renverser !

      de toute façon avec la voiture électrico-atomique …

      bon la solution c’ est peut être l’ hydrogène mais ça produit du brouillard !

      allez retour à la mule

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        18 septembre 2018

        Vous pouvez très bien vous faire renverser par une mule.
        Et n’oubliez pas que les pneus d’une mule sont ferrés.
        Cela laisse des traces.

        Désavantage de la mule, elle consomme même quand elle ne roule pas.
        Et n’oubliez pas d’enlever les étrons quand vous sortirez du parking.
        La planète vous en sera reconnaissante.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          19 septembre 2018

          la Terre ? … trop peuplée !

          ne croissez plus et ne vous multipliez plus devrait être la Nouvelle Bible !

          supprimons aussi les bovidés gros producteurs de méthane

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            19 septembre 2018

            Vous pouvez toujours connecter les vaches par des tuyaux pour récupérer le méthane.
            Cela ne ferait qu’une usine à gaz de plus, ce pays y est habitué.
            Allez y, créez une startup, vous aurez les encouragements du grand timonier.

Répondre

  • (pas publié)