Les dernières mesures pour la famille : une erreur politique

Posté le septembre 30, 2014, 3:49
3 mins

famille

Dans le cadre du PLFSS, projet de loi de financement de la sécurité sociale, le gouvernement annonce une nouvelle liste d’économies sur la politique familiale. FAMILLES DE FRANCE dénonce ces mesures répétées contre les familles qui auront des répercussions catastrophiques sur l’économie, la natalité et l’emploi des femmes.

Le nouveau plan propose :

  • L’annulation du gel des prestations familiales : l’inflation étant très faible, la revalorisation le sera tout autant. C’est donc une mesure hypocrite pour espérer bénéficier d’un effet d’annonce.
  • Le report de 14 à 16 ans de la majoration des allocations familiales : qui fera perdre 1 500 euros par enfant au moment de l’adolescence, au moment même où la charge d’enfant s’alourdit.
  • La création d’une tranche supplémentaire au complément de mode de garde : ce sont toujours les mêmes familles qui sont sanctionnées ! Celles qui viennent de subir la baisse du quotient familial puis de la réduction de l’allocation de base de la PAJE (prestation d’accueil du jeune enfant). Cette mesure risque de décourager les femmes qui travaillent et est parfaitement contradictoire avec l’objectif de leur retour à l’emploi.
  • La réduction de la prime de naissance à partir du 2e enfant : le gouvernement souhaite-t-il inciter les familles à n’avoir qu’un seul enfant ?
  • La réduction du congé parental : ce congé est en réalité, déjà accessible au père ou à la mère, cette réduction correspond dans les faits à une réduction de moitié de sa durée… visant, dans l’immédiat,  une recherche d’économie. Nous savons que les papas ne profiteront de cette mesure que dans une très faible proportion. Ce sont les jeunes enfants qui seront pénalisés car leurs mamans rechercheront plus rapidement des places en établissements d’accueil creusant davantage le déficit de places en crèches déjà très insuffisantes.


FAMILLES DE FRANCE dénonce ces mesures qui sacrifient la politique familiale au détriment notamment des jeunes couples et des mères de famille ! Un impact négatif sur le taux de natalité, c’est un impact sur l’économie !

FAMILLES DE FRANCE réclame une concertation entre toutes les associations familiales et le Gouvernement.

11 réponses à l'article : Les dernières mesures pour la famille : une erreur politique

  1. lombard

    03/10/2014

    bonjour
    comme le vrai faux retour de Sarko huit jours avant ,afin de décourager les grands électeurs hésitant de voter pour des candidats FN au sénat……

    Répondre
  2. poulet gerard

    02/10/2014

    Cela va permettre de porter à un milliard le budjet de l’A.M.E berceau des enfants de demain !!

    Répondre
  3. Sancenay

    02/10/2014

    à Jaurès

    ma modeste calculette s’appelle « Croissez et multipliez-vous » . Je vous assure qu’elle n’a jamais buggué. Depuis que vos potes sans culottes, de droite de gauche et davantage de nulle part, ont vendu la leur pour un joint ou une swatch rouge, nos pays dits civilisés ( peut-être faut-il prononcer à l’alsacienne pour être dans le vrai), n’ont cessé de dégringoler dans l’estime et le respect du monde parceque ils sont vieilissants, souvent ruinés, sans imagination et sans ressort.
    Le résultat est là. regardez l’actualité il suffit d’une poignée de bédouins à peine plus sauvages que le citoyen moyen « évolué » pour les faire trembler dans leur froc.
    Mais par contre , vous avez raison sur un point : l’euthanasie collective c’est sans douleur et c’est gratuit ! ça n’a pas de prix , donc pas de coût, n’est-ce pas ?
    Ah ça ira, ça ira ça ira…jusqu’où ça n’ira plus, et à ce rythme, on y vient tantôt.

    Répondre
  4. DESOYER

    01/10/2014

    Un vrai gouvernement de Droite, si jamais il en arrive un jour un au pouvoir, devra instaurer une olitique familiale qui assure le renouvellement de la population française sans recours à l’immigration (le regroupement familial ayant été supprimé et les polygames renvoyés chez eux).

    Répondre
    • Jaures

      01/10/2014

      Et quelles sont vos propositions pour cet objectif ?
      Pour quel coût ?

      Répondre
  5. David

    01/10/2014

    Ce gouvernement fait encore la démontration de son amateurisme et de sa volonté de déconstruction de la cellule familiale. Tous ceux qui ont fait de l’économie sur les bans de lycée ou de fac, savent que la natalité est un facteur de relance de l’économie, et de renouvellement des générations. Si les familles ne font qu’un enfant comme en Chine, qui paiera les retraites, et qui sera en capacité d’aider ces parents vieillissants ? Les chinois ont décidé de changer la donne. La société est basée sur la famille. Si notre président normal ignore ces éléments basiques, on peut se poser la question sur son niveau intellectuel et ses compétences. Quand à ses minitres, ils sont à son image.

    Répondre
  6. Marquais

    01/10/2014

    La famille élévée avec l’argent des autres ce n’est pas non plus une panacée. Beaucoup n’ont pas connu ça et ils n’en on que davantage le sens de la cellule familiale, de sa cohésion à cause des efforts et des privations qu’elle a entraînés !
    C’est comme ça ce qui nous a coûté nos est cher !

    Répondre
  7. Sancenay

    01/10/2014

    De grâce si l’on veut prétendre « résister », commençons par parler français :Ce n’est pas une « erreur », c’est une faute, et même un crime cyniquement commis contre la famille, donc contre l’humanité. Faute également contre le prétendu « redressement économique » promis, par l’affaiblissement ,ici recherché, de la démographie.
    Hélas comme à son habitude, « Famille de France, pourrie d’ultralibéralisme ne fait que semblant de s’ y opposer , comme à son habitude.
    J’ajouterai que c’est également reprendre le fielleux sabir sémantique de l’adversaire que de répéter béatement que « l’on manque de places de crêches en France ».
    Car si autant de maris avaient des salaires justes et avant tout déjà un emploi, beaucoup de mères de famille, jeunes et moins jeunes ne seraient pas obligées d’aller travailler pour des salaires de misère et se ficheraient bien mal des litanies imbéciles de la religion du « progrès » contre l’humanité sur le thème bobo éculé-pardon du pléonasme- de la femme « libérée ».
    Il ne s’agit donc en rien ici « d’économie » , mais plutôt de « médecine » anthropophage, de suicide ou – au choix (« citoyen » bien évidemment ! ) d’euthanaise collective.
    La famille , c’est justement la seule « économie » à ne pas faire.Mais comme autant d’apprentis sorciers ont bousillé la leur sur l’autel sacro-saint de leur propre  » ‘Evolution », ils ne sont pas à un sacrifice prêt, d’autant que quand on aime, on ne compte pas, n’est-cepas ?

    Répondre
  8. 01/10/2014

    J’ai besoin d’un rappelle , ne serai-ce pas la gauche qui se dit prés du peuple. Mais je dois me tromper parce que de toute évidence, le peuple,la famille la France,les gens qui travaillent et qui financent,elle n’en a rien à faire.

    Répondre
  9. Boutté

    01/10/2014

    Non pas POUR la famille mais CONTRE elle !

    Répondre
  10. quinctoius cincinnatus

    30/09/2014

    et cela juste avant le … 5 octobre ! on peut dire qu’ ils ont le sens du  » timing  » , un peu comme nos rugbymen !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)