Les journaux sont à gauche, l’opinion est à droite

Posté le décembre 06, 2006, 12:00
8 mins

Permettez-moi en premier lieu de saluer la nouvelle formule de « Valeurs Actuelles » qui, pour fêter ses quarante premières années d’existence, s’offre une nouvelle maquette que je trouve très réussie et qui, je l’espère, lui permettra d’atteindre rapidement la diffusion de 100 000 exemplaires, vendus sur abonnement ou en kiosque, que ce journal de droite mérite largement. Il est vrai que c’est dans cette rédaction que je fis mes premières armes, recruté en 1970 par Raymond Bourgine, pour être formé au journalisme économique par Philippe Durupt.

Pour la circonstance, « Valeurs » s’est offert un sacré sondage Ifop. Qui permet tout simplement de vérifier les fortes attentes des électeurs de droite, toutes préférences partisanes confondues. Et qui, en creux, permet aussi de deviner les frustrations de ses électeurs après douze ans de pouvoir de Jacques Chirac. C’est ainsi que 93 % des personnes interrogées veulent l’instauration d’un service minimum dans les transports publics, ce à quoi le Président de la République s’est toujours personnellement opposé…

On pourrait croire que les nouvelles générations se situent plus clairement « à gauche » et donc se retrouvent mieux dans des médias qui, à 90 %, sont dirigés par des journalistes de gauche. Et bien, c’est exactement le contraire ! C’est ce que montre un récent sondage sur les opinions des 18-35 ans, commandé également à l’Ifop mais cette fois-ci par le « Journal du Dimanche » et Europe 2. On y découvre, par exemple, que l’écologie n’est pas du tout leur préoccupation première : elle vient après la sécurité, qui trône au deuxième rang.

L’immigration n’émerge qu’au quatrième rang, avant l’Europe. Ce côté que d’aucuns trouveront « réac » est confirmé par le fait qu’une majorité des 18-35 ans – 68 % – approuve l’idée, formulée par Ségolène Royal, d’assurer l’encadrement des jeunes délinquants dans des centres gérés par l’armée. Et les sans-papiers, si chers à la bien-pensance, qu’en pensent-ils, les 18-35 ans ? Eh bien, seulement 12 % d’entre eux sont favorables à leur régularisation automatique. Quant au mouvement anti-OGM, ils ne sont que 2 % à le soutenir.
Le journal « Marianne » (N° 501, du 25 novembre au 1er décembre, page 6), a d’ailleurs eu l’honnêteté de titrer un article traitant de ce sondage : « Les jeunes tels qu’ils sont vraiment ». L’auteur, Serge Maury, a écrit sans ambages : « On comprend mieux pourquoi « Libé » a des difficultés. »

Charles Maurras dénonçait, en son temps, l’indifférence du « pays légal » – celui des institutions – aux préoccupations du « pays réel », constitué par la majorité de la population. Ce fossé est encore plus grand aujourd’hui.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier l’actuelle crise de la presse écrite. Car ce n’est pas seulement « Libération », mais la presque totalité de la presse quotidienne nationale qui souffre. Cette crise est due, en partie, à la concurrence des gratuits et de l’Internet. Mais surtout, à l’inanité des contenus, dupliquant les mêmes clichés, ressassant les mêmes analyses convenues, imposant la même police de la pensée. Ce conformisme finit par lasser les lecteurs.

Laurent Joffrin, dans le « Nouvel Observateur » (c’était avant son départ pour « Libé ») a suggéré la tenue d’états généraux de la presse. Cela s’accompagnerait du lancement, sous l’égide d’une commission indépendante composée de hautes personnalités morales, d’une grande souscription nationale, visant à réunir plusieurs dizaines de millions d’euros qui serviraient à l’indépendance et à la relance de la presse quotidienne en difficulté, en fonction de son apport au pluralisme… La référence au pluralisme n’est qu’un prétexte. L’objectif n’est que de préparer le terrain à l’augmentation des subventions publiques.

Quand on a lu un journal français, on les a tous lus. Ils reproduisent les mêmes dépêches d’agences (celles de l’AFP, notamment), assaisonnées des mêmes commentaires politiquement corrects, rédigés par des journalistes le plus souvent totalement dépourvus de la culture générale qui permet de mettre les évènements en perspective. Recapitaliser une presse percluse d’académisme ne la sauverait pas, ça ne ferait que prolonger son agonie. Recouvrer la santé, c’est fournir aux lecteurs les informations et analyses dont ils ont besoin. Ce ne sont pas celles qui comblent d’aise la nomenklatura. Mais ce sont exactement celles que « Les 4 Vérités » s’efforcent de vous apporter chaque semaine.

21 réponses à l'article : Les journaux sont à gauche, l’opinion est à droite

  1. Jean-Claude THIALET

    12/12/2006

    12/12/06 4-V

    A Gérard PIERRE. La Gauche est au "social" ce que les Verts (eux mêmes à la gauche du P.S.) sont à "l’écologie". On n’y trouve que des politiciens qui pourrissent tout ce qu’ils touchent. Les uns et les autres, parce qu’ils se veulent "progressistes", confondant le véritable progrès social avec un saupoudrage de subventions (tirées de la poche des contribuables !)  qui a transformé la France en un peuple d’assistés, et la "laïcité" avec pourriture des esprits et des moeurs. Quand à la prétendue Droite, la plus bête du monde, avait dit Guy MOLLET, la plus lâche du monde, avait précisé Jean-François REVEL, par cainte de ne pas paraître assez "avancée" (mot que j’utilise au sens "fromager"), elle n’a cessé soit de surenchérir sur les "avancées" de son prétendu adversaire, ou d’essayer de faire "mieux" (j’entends par là pire !) par crainte de ne pas paraître suffisamment dans le vent. On en voit les résultats aujourd’hui avec le relâchement des moeurs, le dégoût du travail, la perte du sens civique, etc.. Alors, cessons de disserter sur les mérites comparés d’un Gauche "ayant du coeur" et d’une Droite "patriote". La Gauche (j’entends la gauche politicienne), on le sait,  fait semblant d’avoir du coeur, tandis que la Droite (également politicienne) fait semblant d’être patriote. En réalité, ce qu’elles ont en commun, c’est d’avoir le portefeuille …  à droite et de se moquer des Français. particulièrement des électreurs et des contribuables…

                                                                              Cordialement, Jean-Claude THIALET 

    Répondre
  2. houlette

    12/12/2006

    comme votre journaliste a bien raison et que je l approuve sur tout ce qu il écrit c est vraiment sublime car depuis la mort de G Pompidou tos sont passés a gauche sauf un et encore mollement je veux parler du figaro mais je vais peut-etre dans les prochains temps lire valeurs actuelles merci pou tout

    Répondre
  3. Jean-Cmaide THIALET

    12/12/2006

    12/12/06

    MercI à Alain DUMAiT dont la présence se fait rare dans "Les-4-Vérités" de nous faire assavoir que "VALEURS ACTUELLES" vient de s’offrir une nouvelle "maquette très réussie". La belle affaire ! Même si, en prime, les lecteurs "bénéficient" d’un sondage qui permettra à ce "news" de faire parler de lui à la radio ou à la TV… Périodiquement, les journaux, les news ou les magazines changent  ainsi de "look" comme si cela pourrait retenir les lecteurs qui les quittent.. A la façon de femmes aux charmes  vieillissants qui, se font faire un lifting, un biotox, ou s’offrent une chirurgie esthétique. En oubliant que ces ravalements de façade ne cachent pas grand’chose du reste dès lors qu’on les… déshabillent. !

    Vieillissante, la Presse française l’est certes. Elle l’est parce que les journalistes refusent de changer leurs mentalités, leurs préjugés ou leurs présupposés. A commencer par les "plumes", ils sortent tous du même moule, celui des écoles de journalisme qui sont "truffées" de gens de gauche, ou, tout simplement d’universités tout aussi résolument à gauche. Des écoles, des universités, etc. qui n’ont pas appris à leurs élèves à penser par eux-mêmes. Qui n’osent pas s’affranchir du politically correct. Et qui, parce qu’on ne leur a même pas appris à chercher les informations par eux-mêmes, savent davantage manier les ciseaux et le pot de colle (façon de parler, certes, car ces plumitifs ont quand même su assimilier les techniques modernes) pour faire ce qu’on appelle du copié/collé. Et il n’y a qu’à lire les journaux, écouter la radio et la télévision traiter en ce moment de la mort d’Augusto PINOCHET pour constater que tous donnent le même genre d’informationsn font rigoureusement les mêmes commentaires sur le "tyran mort impuni". Ainsi quand on lit un quotidien, ou un news, et que l’on parcourt les autres, on a l’impression de les avoir tous lus. Quelle économie de temps et d’argent ! Mais aussi quel gâchos de papier et de talents qui auraient pu s’exprimer si on ne les avait pas bridés, brimés…

    Je ne sais pas combien de temps la "nouvelle maquette" de "VALEURS ACTUELLES"  fera illusion aux  lecteurs, et en séduira de nouveaux, mais, si l’on ne commence pas par le commencement en virant tous les clones qui écrivent les journaux (ou en rendant à ces "esclaves" la liberté !) pour embaucher des gens qui ont des tripes, qui veulent s’informer et penser par eux-mêmes, exercer leur esprit critique, très rapidement, je crains qie l’intérêt des lecteurs ne continue à s’émousser, et la désaffection pour l’écrit ne s’accélère.. Dommage pour "VALEURS ACTUELLES", revue que j’ai lue pendant des années (elle était un peu moins "gauchisante", un peu plus libre de ton, que les autres !), et à laquelle je conserve une certaine sympathie. Pas seulement à cause de son "Monsieur Rastignac" mais aussi à cause de quelques esprits libres qui y exerçaient leur talent et leur verve!  En tout cas, si les éditeurs n’y prennent pas garde, la Presse français est en train de mourir. Pas seulement de la faute à internet ! Tout simplement parce que l’on y a tué la liberté. La liberté d’informer, la liberté de ton  !

        Cordialement, Jean-Claude THIALET

    Répondre
  4. Anonyme

    12/12/2006

    Gérard Pierre:

    Ce que vous nous dites Monsieur est frappé au coin du bon sens….c’est une magistrale analyse……

    Tout y est écrit ….

    Répondre
  5. un con de français

    11/12/2006

    les journaux ,moi je m’en fait des rouleaux de pq .meme les magazines c’est plus doux……comme une caresse.

    Répondre
  6. charles martel

    11/12/2006

     je me trouvais a madagascar lors de la presidentielle la semaine derniere  Le president re-élu n est pas socialiste , pas franc maçon , va a la messe , est pro US, est un entrepreneur … vous imaginez donc les commentaires insidieux et pervers de radio france international ( rfi )
    oui vive internet

    Répondre
  7. Anonyme

    11/12/2006

    Gerard Pierre :
    "En revanche si être de droite c’est :

    ·        Refuser obstinément l’islamisation de la société française par respect pour l’héritage du passé, pour notre pérennité civilisationnelle et de par notre devoir de transmission, le tout au nom du réalisme le plus évident,


    ·        Vouloir appeler délinquant quelqu’un qui contrevient aux lois de la République, qu’elles concernent la nationalité, la propriété, le séjour, la violence, la drogue ou tout autre domaine de la vie collective, et traiter pénalement l’impétrant comme tel,


    ·        Respecter le drapeau de la France, son hymne national, son armée, sa police et ses pompiers,


    ·        Exiger que l’argent public, produit de la valeur ajoutée de nos entreprises et de l’impôt versé par les citoyens, ne soit pas dilapidé comme une manne céleste sur des associations « bouffe-pognon »


    ·        Refuser la gabegie financière étatique et exiger la transparence des systèmes de rémunération d’organismes comme la SNCF qui se signalent par leur nombre abusif de jours de grêves, leur mépris du client, JE DIS BIEN : DU CLIENT, et non de l’usager, car ces totalitarosyndicalistes ne sont pas, que je sache, les propriétaires de l’outil qu’ils confisquent régulièrement…"

    Vous en avez encore beaucoup comme cela, Gerard Pierre? Well, ne vous privez pas. Merci beaucoup pour ces précisions que tous les Francais devraient lire.

    Gerard Pierre :  "Il faut se souvenir qu’après le désastre de 1870, la gauche s’engagea, contre l’avis de la droite, dans l’aventure coloniale en Afrique et en Extrême-Orient. (…) Aujourd’hui, la gauche a réussi un tour de force phénoménal dans l’imaginaire collectif des français: faire croire qu’elle est la championne de la décolonisation, en repassant à la droite tous les miasmes de l’épopée Coloniale qu’elle a en réalité conduite de bout en bout…………… et la droite assume le passif !"

    Quelqu’un a lu qqs part les réponses des socialistes du Forum?

    Best,
    Mancney

    Répondre
  8. Robert

    10/12/2006

    Il parait que SR voudrait reformer une union sovietique a partir de la France et avec l’espagne, le portugal et les autre pays gauchisants. Elle aurait meme des soutiens parmi ces gens prétendument de droite. Et ça a l’air de commencer par une mise sous tutelle gouvernementalle de la BCE. ça promet…

     

    Répondre
  9. Jean

    10/12/2006

    Effectivement les médias sont  souvent de gauche mais ça et là on voit emerger des idées, dans différents journaux ou magasines hebdo, reprenant le bon sens  des idées de la droite libérale, aussi bien politiques qu’ économiques même dans le Monde éric Leboucher, qui a commis l’excellent livre "économiquement incorrect", nous régale de ces analyses pertinentes sur le manque de réalisme de la France face au monde qui change. Le réalisme ce n’est pas de gauche! mais nos gouvernants actuels ont un comportement plus gauche que droite…. alors……..
    Valeurs actuels et le Points sont assez pertinent et peu taxables de gauche.
    La télé par contre  est un monopole voire un repère de gauchiste bon chic bon genre bobo parisianiste? ça suinte de partout la gauche bien pensante. Vous savez !!ceux qui lisent télérama.
    Internet c’est le pied ! car de nombreux sites sortent du politiquement correct ! quelle détente, quelle bouffée d’air frais on peut enfin lire des analyses sur tous les sujets sans restriction!! vive internet.

    Répondre
  10. JELD

    10/12/2006

    Gérard Pierre :

    Très bel exposé !
    Très bien documenté.
    Maintenant peut être faudrait-il le diffusé pour une très large audience.
    Cela amènerait certains à "réfléchir" et voir différement.
    Je vais l’envoyer à mes "connaissances".
    Faites comme moi !

    Répondre
  11. EIFF

    09/12/2006

    Les journaux et médias officiels : véritable courroie de transmission des lobbies marxistes léninistes et des ligues immigrationnistes, soutien inconditionnel du projet euro-califat ou eurabia et de la haute finance unilatérale contre les identités et les patries.

    Répondre
  12. georges

    07/12/2006

    Faites comme moi ,ne lizez pas les journaux ,ils disparaitrons d’eux meme  .Les radios  sufisent et les discours les plus cours son toujour les meilleurs  salut

    Répondre
  13. Anonyme

    07/12/2006

    Aude : " A quand un Fox News à la française ? Alors que la grande majorité des journalistes sont également de "gauche" aux US, Fox News dépasse CNN (Communist News Network…) en part d’audiences."
    Yep, ma chere Aude, c’est ce qu’il nous faudrait, et savez vous que Fox, non seulement dépasse les autres stations, mais hier soir, mon grand copain Bill O’Reilly, a remercié les auditeurs, en leur annoncant qu’ils avaient dépassé les parts d’audience de CNN + MSNBC + ABC,  REUNIS. Voila ou en est Fox news, crée il y a dix ans, avec pas grand chose.
    Pourquoi ce succes a votre avis? Pour les news? Non, car on peut les trouver partout, mais pour les VALEURS et le BON SENS qui sont véhiculés par cette chaine.
    Valeurs et Bon sens, aujourd’hui, en France?
    Best,
    Mancney

    Répondre
  14. Gérard Pierre

    07/12/2006

     

       J’ai beaucoup hésité avant d’entreprendre un commentaire sur le contenu de cet article. En effet, décréter péremptoirement que les journaux sont à gauche et que l’opinion est à droite peut paraître à priori terriblement réducteur. Cela pourrait revenir à confiner les Français dans un système de pensée binaire où le seul échange possible ne le serait qu’à travers l’affrontement. Tentons d’abord de démêler ce que peuvent recouvrir ces notions de gauche et de droite.
     
       Qu’est-ce qu’être de gauche ? …… vaste question !
     
       Selon l’Encyclopédie Universelle Larousse, le socialisme serait, je cite : « une théorie visant à transformer l’organisation sociale dans un but de justice entre les hommes au plan du travail, de la rétribution, de l’éducation, du logement, etc…… »
     
       Outre la présence d’un « etc » ouvrant la porte à des digressions sans fin, trois mots m’interpellent dans cette définition.
     
       Tout d’abord, il s’agit d’une théorie, donc d’un ensemble organisé de principes et de règles purement spéculatif. Comme toute théorie, sa pertinence se vérifie par l’expérimentation.
     
       Ensuite, il s’agit de transformer l’organisation, c’est-à-dire de la rendre différente, de changer sa forme, de modifier ses caractères généraux. L’idée tacite d’amélioration, sous-jacente dans l’esprit de ceux qui espèrent bénéficier de la transformation, n’est à priori pas formellement contenue dans la définition.
     
       Enfin, le but de cette transformation serait la justice, donc un principe moral exigeant le respect du droit et de l’équité. Mais qui définit le droit, variable d’une nation à l’autre et changeant selon les époques ? et qu’est-ce que l’équité sinon la qualité consistant à attribuer à chacun ce qui lui est dû, donc variable selon ses mérites pour les uns et selon ses besoins pour les autres.
     
       En l’absence d’exemple de réussite durable générée par l’expérimentation, le socialisme restera donc toujours une théorie. Mais il est de coutume chez les idéologues, devant le constat d’une réalité différente de celle envisagée, de considérer que leur pensée élevée constitue Vérité et que la réalité a tort. Les exégètes politiques, les intellectuels en mal de sujet, les contradicteurs patentés et toute la cohorte des attentistes incorrigibles ont donc encore pour longtemps devant eux des nuits de rêves innombrables suivies de réveils régulièrement amers.
     
      
    Qu’est-ce alors qu’être de droite ?
     
    Dans les assemblées parlementaires, c’est l’appartenance à la frange des élus qui siègent à la droite du président et qui comprend traditionnellement les représentants des partis prétendument conservateurs.
       La droite est souvent désignée comme conservatrice. Différentes tendances peuvent cependant être distinguées. En France par exemple, la droite peut être libérale, nationaliste, conservatrice, souverainiste, démocrate-chrétienne, populiste ou encore radicale (au sens politique du terme).
       Le terme "droite" possède également des connotations liées à la rigueur morale (droiture, rectitude…), celui de "gauche" en ayant de moins favorables (être "gauche", sinistre…).
       Le général avait coutume de dire : « la gauche est généreuse (avec l’argent de la collectivité, NDGP) mais internationaliste, la droite est patriote, mais égoïste ».
       Jean Dutourd, de son côté, était convaincu que nous possédions la droite la plus bête du monde. Je ne suis pas sûr qu’il ait, pour l’occasion, retenu l’adjectif le plus qualificatif. Il faut se souvenir qu’après le désastre de 1870, la gauche s’engagea, contre l’avis de la droite, dans l’aventure coloniale en Afrique et en Extrême-Orient. La droite eut préféré que l’on consacra l’intégralité de la force militaire à la reconquête des provinces perdues de l’Est. On la qualifia alors de revancharde. Aujourd’hui, la gauche a réussi un tour de force phénoménal dans l’imaginaire collectif des français: faire croire qu’elle est la championne de la décolonisation, en repassant à la droite tous les miasmes de l’épopée qu’elle a en réalité conduite de bout en bout…………… et la droite assume le passif ! …………. à ce point là, ce n’est plus de la bêtise, c’est ……….. pire !
       Alors si, au passage, pour une fois, on faisait UN VRAI DEVOIR DE MEMOIRE :
    Ø      Qui a dit : « les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures » ? Réponse  …….. Jules Ferry lors de son discours en faveur de l’expansion coloniale, devant la chambre des députés, le 28 juillet 1885.
    Ø      Quels furent les apôtres de l’extension aux « peuples inférieurs » des bienfaits civilisateurs de la France républicaine ? Réponse ………… Victor Hugo, Gambetta, Jaurès.
    Ø      En février 1956, qui choisit finalement la voie de la recherche d’une victoire militaire en Algérie ? Réponse …………. le président du conseil socialiste Guy Mollet.
    Ø      Qui donna les pleins pouvoirs au général Massu en janvier 1957, pour mener et gagner la bataille d’Alger ? Réponse ………. le gouverneur général socialiste Robert Lacoste.
    Ø      Qui fut le tonitruant ministre de l’intérieur qui recommanda la fermeté en Algérie, de manière ostentatoire, et devint ensuite président de la république en mai 1981 ? …… si, si ! … c’est bien lui !
    Ø      On continue ?……………
       Par conséquent, si conjecturer dans l’éther en prenant le rêve pour matière et en récoltant l’irresponsabilité comme produit de sortie, c’est être de gauche alors force est d’admettre que notre presse écrite et audiovisuelle est massivement ancrée à gauche.
       En revanche si être de droite c’est :
    ·        Refuser obstinément l’islamisation de la société française par respect pour l’héritage du passé, pour notre pérennité civilisationnelle et de par notre devoir de transmission, le tout au nom du réalisme le plus évident,
    ·        Vouloir appeler délinquant quelqu’un qui contrevient aux lois de la République, qu’elles concernent la nationalité, la propriété, le séjour, la violence, la drogue ou tout autre domaine de la vie collective, et traiter pénalement l’impétrant comme tel,
    ·        Respecter le drapeau de la France, son hymne national, son armée, sa police et ses pompiers,
    ·        Exiger que l’argent public, produit de la valeur ajoutée de nos entreprises et de l’impôt versé par les citoyens, ne soit pas dilapidé comme une manne céleste sur des associations « bouffe-pognon »
    ·        Refuser la gabegie financière étatique et exiger la transparence des systèmes de rémunération d’organismes comme la SNCF qui se signalent par leur nombre abusif de jours de grêves, leur mépris du client, JE DIS BIEN : DU CLIENT, et non de l’usager, car ces totalitarosyndicalistes ne sont pas, que je sache, les propriétaires de l’outil qu’ils confisquent régulièrement,
    ·        Etc, …………… ( reprise en symétrique du dernier caractère de la définition du socialisme, ce qui boucle la présentation )
    …… alors oui, l’opinion française est majoritairement à droite.
       Que nos édiles méditent si elles le veulent, et qu’elles comprennent si elles le peuvent.
       Quant à nous autres électeurs, quel que soit notre bord, il nous restera toujours les soirées électorales d’un ennui qui n’a d’égal que la pauvreté des constats d’autosatisfaction des protagonistes de la représentation nationale.
     
    Répondre
  15. Gutenberg

    07/12/2006

    Si la presse française ne vivait que de son produit, cela se saurait !

    Malheureusement, une bonne partie de ces "canards" de gôche est grassement et honteusement subventionnée et donc, forcément aux ordres ! Les vrais journalistes ont tous été virés pour avoir refusé le "moule" de la pensée unique ! Il ne reste plus que des journaleux, pisseurs de lignes ou spécialistes du "copier-coller" made afp ! Ils sont hélas de plus en plus légion ! La désaffection croissante des français pour cette presse minée idéologiquement à l’insu de son propre gré en témoigne !

    Etre journaliste et de gauche surtout, est aujourd’hui un pléonasme ! 

    Bonjour chez vous !

    Répondre
  16. Anonyme

    07/12/2006

    A quand un Fox News à la française ? Alors que la grande majorité des journalistes sont également de « gauche » aux US, Fox News dépasse CNN (Communist News Network…) en part d’audiences.

    Répondre
  17. EIFF

    06/12/2006

    Copinage, jalousie, propagande, désinformation, tel est le lot du "grand" milieu journalistique qui s’emploie à diffuser et à relayer les consignes des loges et des faiseurs d’opinion mondialistes bien placés (et fréquentables bien sûr) des réseaux politico-suffisants.

    Répondre
  18. Marc

    06/12/2006

    Bravo à Alain Dumait, il a parfaitement raison. Les millions réinjectés dans les journaux en déconfiture,

    pour moi, le sont en pure perte, car il y a désafection des lecteurs, justement à cause de ce formatage de gauche ! Aujourd’hui, pratiquement tous les journalistes sont de gauche, Personnellement lecteur du Figaro depuis plus de 30 ans, j’ y ai vu cette évolution insidieuse, à tel point, qu’aujourd’hui je me pause la question , vais-je continuer à acheter ce journal. Aujoyurd’hui, hormis Yvan Rioufol, la plupart desarticles que l’on y lit, auraient aussi bien pu être écrits dans le Monde, France Soir,le Parisien ou tout autre journal à tendance gauchiste. Etre de droite, est considéré comme crime, dans ce pays de crétins, quand on voit qu’uns majorité de Français sont prêts à voter pour cette andouille ambulante qu’est la Royal, on est en droit de se poser des questions sur la santé mentale des Français ! Elle est belle ? Moi, quand je la vois sourire, elle me fait penser à un Pitbull montrant les crocs !

    Répondre
  19. Anonyme

    06/12/2006

    Je suis tout à fait d’accord avec Mr Dumait. J’ai d’ailleurs à titre personnel fait l’expérience de ce qu’il dénonce. Je me souviens avoir écrit au rédacteur en chef d’un journal — je ne dirai pas lequel ni sur quel sujet — pour protester contre ce que j’appelais l’incapacité des journalistes à avoir une opinion personnelle et l’espèce d’uniformité qui recouvrait les médias français sur tous les sujets traités. Le journal à qui j’avais demandé de publier mon intervention s’est borné à me répondre assez sèchement, que j’étais un ennemi de la presse et que parconséquent je ne pouvais prétendre à être publié dans ses colonnes. Je n’avais plus qu’à tirer l’échelle.

    C’est exactement ce que Mr Dumait dénonce aujourd’hui et je serais heureux — puisqu’il est bien plus connu quemoi — si son article dépassait les frontières du journal Les 4 Vérités.

    La presse français a d’une manière générale de bons journalistes mais je pense qu’il faudrait un  grand lessivage pour laisser émerger quelques uns d’entre eux et surtout pour leur permettre d’exprimer leurs opiniuons sans qu’il soit nécessaire d’un "bon à tirer" d’une autorité quelconque.  

    Répondre
  20. Jaures

    06/12/2006

    Je rappelle à Dumait que les sondages sont quotidiennement contradictoires et en phase avec l’air du temps. Ainsi, que les jeunes, victimes du chômage, soient avant tout préoccupés par l’emploi n’est guère surprenant. Mais si on leur demande le métier qu’ils souhaitent exercer ils répondent à 75% fonctionnaire! Pas très de droite n’est-ce pas ? Dire que l’opinion est de droite plutôt que de gauche est ridicule. Au pamarès des personnalités politiques, le 1er est N.Hulot, suivi de Kouchner et de …S.Royal. Où se trouvent Madelin, Le Pen, ? Très loin. Sur ce dernier règne d’ailleurs l’ambiguïté, l’opinion le suit souvent sur l’immigration ou la sécutité mais guère sur ses options ultra-libérales (suppression de l’impôt sur le revenu, de l’I.G.F, etc …) sur lesquelles il tente d’ailleurs de revenir. Soyons francs, les français, dans les sondages, se prononcent  pour les mesures qui les servent . Avant un vote ils sont plus réfléchis. Demandez aux Français si ils sont pour une augmentation de leur salaire, vous verrez si ils sont de droite! De même plus de 80% des travailleurs qui profitent des 35h ne souhaitent pas leur suppression. Bonne chance à " Valeurs Actuelles", il y a encore du boulot.

    Répondre
  21. Pierre

    06/12/2006

    Bravo pour votre article, Alain Dumait.  Il faut quand meme ajouter Les journaux et la classe politique UMP-PS-UDF-PC-MDC-VERTS sont a gauche (a l’extreme gauche sur certains sujets dont l’immigration), l’opinion est a droite!

    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)