Les récents attentats et le suicide français

Posté le novembre 25, 2015, 11:39
6 mins

Il y a un an, le livre d’Éric Zemmour, « Le suicide français », connaissait un immense succès de librairie…

Je n’en partageais pas toutes les analyses, loin de là, mais Éric Zemmour avait raison au moins sur un point, général : la France est en train de se suicider.

Encore devrais-je peut-être nuancer ce point.

Il me semblerait plus exact de dire que la France « est suicidée », autrement dit, qu’on y déguise en suicide ce qui est, en réalité, un assassinat.

Les atroces attentats du 13 novembre sont l’un des multiples fruits pourris de cet assassinat.

Ils sont le fruit d’une immigration de masse de populations auxquelles nul n’a demandé de s’assimiler, au nom de l’idée que toutes les cultures sont égales et doivent coexister, et au nom du fait que la France devrait se repentir sans cesse de son passé colonial.

Ils sont le fruit de politiques sociales qui ont, peu à peu, détruit l’intégration par le travail et ont développé des systèmes d’assistance sociale qui ont permis à des populations de vivre pendant des décennies dans la marginalisation, en touchant des chèques du gouvernement chaque mois.

Ils sont le fruit d’un système d’éducation où le multiculturalisme, les accusations contre la colonisation, contre le capitalisme et contre la civilisation occidentale font l’objet d’une inculcation lancinante aux allures d’essorage des cerveaux.

Il est difficile de sortir de plusieurs années de cours reposant sur les manuels d’histoire et de géographie en vigueur sans avoir dans la tête l’idée que l’Occident est coupable de tous les maux de la terre, que l’islam a été un immense apport à l’humanité, que la colonisation a été un pillage, et que le capitalisme pollue et est impitoyable envers les pauvres…

Les attentats du 13 novembre sont aussi le fruit d’un système de justice profondément perverti, où le châtiment n’est plus en adéquation avec le crime, où des criminels endurcis peuvent se retrouver aisément en liberté, où la perpétuité n’est plus jamais ou presque une perpétuité réelle.

Ils sont le fruit d’un système carcéral délabré, où les prisons sont souvent des centres de formation et de recrutement de djihadistes, et où, au nom du respect des religions, des imams peuvent venir prêcher et distribuer des exemplaires du coran, qui n’est pas du tout un livre de paix et de fraternité, et n’a rien à voir avec la Bible – n’en déplaise aux adeptes du politiquement correct.

Le résultat est là.

Des populations non intégrées qui, souvent, détestent la France et le monde occidental, une culture plus large du ressentiment, des zones de non-droit qui grandissent, des systèmes so­ciaux en déficit de manière abyssale, des millions de pauvres et de chômeurs, des collèges et des lycées devenus depuis longtemps, selon le titre d’un livre publié il y a plus de dix ans des « territoires perdus de la république », des mosquées où on transmet la haine et des imams qui pratiquent la taqiya (pour un imam imprégné de valeurs de type mutazilite, combien d’imams proches des Frères musulmans ?), des ré­seaux djihadistes désormais transnationaux, des policiers qui voudraient faire davantage, mais, dans nombre de cas, ne le peuvent pas.

Ajoutez des décisions de politique étrangère ineptes : le renversement de Kadhafi en Libye a livré le pays à des bandes barbares, le soutien au terrorisme « palestinien » a permis à celui-ci de disséminer une propagande haineuse, payée aux frais des contribuables français…
Ajoutez des interventions militaires dont les effets n’ont pas été mesurés : bombarder l’État islamique sans s’imaginer que celui-ci va agir en représailles est digne d’un stratège de café du commerce.
Ajoutez aussi quelques « mi­grants » participant à l’invasion de l’Europe depuis la Libye et la Turquie.

Et vous avez la situation actuelle. Le gouvernement français parle d’une guerre qu’il n’a pas les moyens de gagner.

Il n’est pas même capable de définir la guerre et de désigner l’ennemi, qu’il appelle Daesh – par peur de dire État islamique.

Un autre gouvernement pourrait-il gagner la guerre ? J’en doute.
J’attends 2017. Le temps, d’ici là, sera très long. Et le travail de redressement, s’il est entrepris, très difficile.

11 réponses à l'article : Les récents attentats et le suicide français

  1. 24/12/2015

    J’ai découvert ton blog il y a peu… et j’adore lire tes articles ! Merci

    Répondre
  2. trividic

    26/11/2015

    Bravo à vous pour cet excellent article !

    Répondre
  3. betsynette

    26/11/2015

    Je ne dirai pas la France se suicide, je dirai plutôt la France est assassinée grâce à des politiques irresponsables.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/11/2015

      Ce sont cependant bien les électeurs [ français ] qui  » désignent  » LEURS  » politiques  » , non ?

      Répondre
  4. druant philippe

    25/11/2015

    « Si la France a une population d’origine immigrée importante, c’est qu’elle en a eu besoin pour sa reconstruction et son économie et que sa relative prospérité et sa démocratie suscitent l’envie chez les peuples déshérités et opprimés. »

    Pour les immigrés Européens , je suis d’ accord avec Jaures (ils ont réellement participé au renouveau du pays même si dans un 1er temps ils ont été rudement accueillis par les FDS) mais pour les non Européens, je démens son affirmation !
    La MO arabe est exécrable, c’ est bien connu à des exceptions près , et le gros de l’ immigration muzz provient d’ abord du funeste regroupement familial et de la ponte qui en est résultée : l’ immigration muzz illégale est aussi source de graves problèmes .

    Pour l’ éradication de l’ ennemi islamiste , des escadrons de la mort peut-être , n’ ayant pas à se soucier des droits de l’ homme et réellement en charge d’ instiller la terreur in the heart of men .

    Répondre
    • Jaures

      25/11/2015

      Vous vous trompez lourdement.
      La plus grande vague d’immigration en France (comme dans les autres pays européens) date de la fin des années 50 au milieu des années 70. Il y avait alors certaines années plus de 400 000 immigrants légaux.
      Vos préjugés sur « la MO arabe » sont stupides.
      Il y a des médecins, des artisans, des techniciens, des ingénieurs,…d’origine arabe. S’ils étaient incompétents, ils n’auraient pas les postes.

      Répondre
    • 25/11/2015

      Vous avez raison: il faut une « démigration » arabo-musulmane!

      Répondre
  5. Jaures

    25/11/2015

    Si la France était le seul pays touché par le terrorisme et la violence, on pourrait peut être prendre en considération le propos de Millière. Mais il n’en est rien.

    Le plus grand, meurtrier et spectaculaire attentat islamique n’a pas eu lieu en France mais aux Etats-Unis qui n’ont jamais colonisé de pays musulmans et où la population musulmane est marginale.
    Je ne pense pas non plus qu’alors, sous Georges Bush, existait un système social généreux offrant des chèques du gouvernement aux plus démunis, ni que le capitalisme y était globalement dénoncé.
    Des attentats islamiques meurtriers ont été perpétrés au Canada ou en Australie comme dans toute l’Europe.
    Dire que ceux-ci seraient dus à un contexte français relève donc de la pure malhonnêteté intellectuelle.

    Si la France est frappée, c’est tout simplement qu’elle est l’un des pays les plus engagés (et le plus impliqué en Europe) dans la lutte contre le terrorisme. Si la Suisse, par exemple, est épargnée, pensez-vous que c’est parce que sa politique sociale y est moins généreuse et que, pour cette raison, les terroristes sont plus indulgents ?
    Non. C’est uniquement parce que la Suisse ne leur pose aucun problème, Genève (comme Zurich ou Bâle) étant même une place privilégiée du trafic d’oeuvres d’art de Syrie et d’Irak.

    Les attentats sont les conséquences d’un contexte international: une guerre où s’affrontent les peuples musulmans pour des raisons de territoire, de contrôle des richesses naturelles, de revendications ethniques, de rivalités religieuses,…
    Alors que les Etats artificiels post coloniaux s’effondrent, les querelles ancestrales reprennent, comme dans nos Balkans à la chute du communisme.
    Daesh est une maladie opportuniste de ce conflit, chaque camp tentant de l’utiliser à son profit. Daesh, comme Al Qaïda en son temps, fomente des attentats en occident pour attiser son prestige et son recrutement.

    Il est est lamentable que des intellectuels utilise ce contexte pour faire valoir des idées qui n’ont rien à voir avec les attentats.
    Si la France a une population d’origine immigrée importante, c’est qu’elle en a eu besoin pour sa reconstruction et son économie et que sa relative prospérité et sa démocratie suscitent l’envie chez les peuples déshérités et opprimés.
    Tous les pays riches subissent une pression migratoire. Devenons pauvres et persécutés et nous serons moins attrayants.

    Comme lors de son article précédent, Millière déverse ses griefs sans trop de cohérence mais surtout en se gardant bien de délivrer la moindre suggestion.
    Quelle politique mettrait la France à l’abri d’attentats ? Doit-on imiter la Suisse ? Retirer nos troupes du Mali, cesser notre offensive contre Daesh, fermer les yeux sur les différents trafics et inciter la Russie et les Etats-Unis à agir de même ?
    Vite ! Que Millière nous éclaire enfin de sa clairvoyance et de ses idées efficientes.
    Il y a si longtemps que nous sommes dans l’attente.

    Répondre
    • 25/11/2015

      Rassurez-vous @jojo, nous ne vous avons jamais demandé de nous « éclairer »!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        25/11/2015

        @ Jocrisse est à lui seul tous les mendiants du célèbre tableau  » Les Aveugles  » de Pieter Bruegel le Vieux …il pourrait faire une carrière politique en France

        Répondre
        • DE SOYER

          27/11/2015

          Quinctius, vous avez parfois de ces formules!

          Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)