Lettre à mon ami africain

Lettre à mon ami africain

Mon Ami, Je t’ai vu l’autre jour dans un reportage télévisé filmé au Gabon. Tu es un grand garçon sympathique d’environ 25 ans, bien bâti et bien musclé sous ta peau noire, et tu répondais en souriant de toutes tes superbes dents au reporter qui te demandait quels étaient tes projets d’avenir.

Tu lui répondis très franchement : « Je veux aller en France. Ici, il n’y a pas d’avenir. » Et deux autres garçons de ton âge qui étaient auprès de toi opinèrent du chef, montrant par là qu’ils étaient disposés à t’imiter. Comme je présume que les réponses eussent été identiques dans n’importe quel village d’Afrique, sauf que le pays choisi eût pu être la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne…, les Européens sont donc prévenus de ce qui les attend. En revanche, je crains fort, mon jeune ami Africain, que toi tu n’en aies aucune idée. Aussi je crois devoir te mettre en garde contre les désillusions qui te guettent, quoique cela devrait être plutôt le travail de la Commission de Bruxelles.

Bien sûr, je te comprends. Tu vis dans un pays essentiellement rural aux maigres ressources. À chaque génération, la portion de terre familiale se divise et s’amenuise, car il y a bien trop d’enfants à nourrir. Par ailleurs, le commerce et l’industrie ne sont pas assez développés pour fournir des emplois à tous ces jeunes qui grandissent en se demandant ce qu’ils vont faire d’eux. Alors ils écoutent naïvement quelques aînés revenus d’Europe avec une voiture d’occasion à vil prix soigneusement astiquée, et qui se vantent de toutes sortes de profits imaginaires, parce qu’ils auraient bien trop honte de devoir admettre qu’ils ont eu la plus grande peine à seulement survivre.

Et puis, il y a la télévision au village, et tu as vu tous ces films et feuilletons que produisent sans cesse Américains et Européens et dans lesquels s’étalent à plaisir le luxe et l’abondance. Alors, bien sûr, tu te dis : Pourquoi, moi, n’aurais-je pas droit à tout cela ?

Première erreur : le « droit » n’a rien à voir ici. Il s’agit de besoins, de désirs, d’envies mais aucunement de « droits ». Tout être humain n’a droit qu’à ce que lui ou sa famille sont capables de produire dans leur propre pays, et c’est tout.

Si une nation est en mesure d’offrir travail et salaire aux ressortissants d’une autre, alors l’émigration devient possible et légitime, comme elle le fut à certaines époques. Mais si ce n’est pas le cas, chacun doit se contenter des possibilités de production de son propre pays et doit s’attacher à leur développement, au lieu de rêver à d’improbables eldorados.

Si tu n’admets pas cela, tu risques de te lancer dans une aventure qui finira très mal pour tout le monde. Car tu dois comprendre ceci : Depuis quelques décennies, un formidable télescopage se produit dans le monde entre deux phénomènes inconciliables : d’une part, progrès technologique des pays développés qui réduit leurs besoins de main-d’œuvre et, d’autre part, explosion démographique des pays non développés qui augmente leur offre de main-d’œuvre. Il en résulte que des masses d’hommes comme toi se précipitent du Sud vers le Nord, entre Afrique et Europe de même qu’entre les deux Amériques, et que les conséquences de ce raz-de-marée humain ne peuvent être que tragiques.

L’Amérique du Nord et l’Union européenne vont devoir inexorablement prendre des mesures de plus en plus sévères pour stopper ce tsunami, car elles ne pourront pas accepter de voir leurs banlieues submergées par une jeunesse d’origine étrangère famélique et désespérée, promise à toutes les déviances et à toutes les délinquances. Car cela ne peut déboucher que sur la discrimination, le racisme, l’émeute, la haine et la guerre civile.

Et ne crois surtout pas nos rêveurs christo-socialistes qui te raconteront que ça peut s’arranger, car ces gens-là, qui se prennent pour des humanistes, ignorent tout des réalités humaines et ne comprennent rien à rien.

Alors, mon Ami africain, je t’en conjure, limite le nombre de tes enfants, cherche autour de toi tout ce qui peut être exploité par ton travail et reste dans le pays de tes pères. Tu y seras plus heureux que partout ailleurs et c’est la grâce que je te souhaite.

Partager cette publication

(35) Commentaires

  • martin Répondre

    un sans-papier vient de créer un site, une sorte d’annuaire (dictionnaire des sites français) avec lequel il veut atteindre 1 million d’euro!
    http://www.jeseraimillionnaire.com

    04/06/2008 à 20 h 12 min
  • SAS Répondre

    T’inquite pas coze….c’est arnaud klarsfeld , avocaillon à la tronche d’ahuri voir d’adepte à la poudre…qui va s’occuper des papiers de ta copine….t’es sauvé…. sas qui se marre

    02/07/2006 à 14 h 45 min
  • COZE Répondre

    Monsieur, Il est entendu que l’immigration doit être contrôlée. Mais les français ont abandonné une part de leur liberté pour leur sécurité. Car, somme toute, qu’a fait l’État, si ce n’est s’octroyer le droit de choisir lui-même les ressortissants d’un pays étranger, Hier, il était difficile de faire entrer quelqu’un, mais il existait une chance. Aujourd’hui, même cette chance a disparu! Ainsi, depuis 3 ans et 9 mois, j’ai essayé de faire entrer en France une amie togolaise. Nous avons tenté tous les moyens, légaux, je le précise. Nous n’avons eu que des refus. Voilà le résultat de la politique de la facilité de Monsieur Sarkozy. Ses lois sont un bras d’honneur à la liberté individuelle! Il est certain que je ne vois jamais mon amie. Merci! Certains Français peuvent à présent dormir tranquille. Cordialement

    01/07/2006 à 6 h 14 min
  • sas Répondre

    le chevalier st georges…martiniquais…et franc maçon… sas

    27/06/2006 à 14 h 17 min
  • charles martel Répondre

    entre autres gros probleme entravant le retard au developpement : la corruption de ceux qui donnent et se font ristourner et de ceux qui recoivent Que de souvenirs communs au guichet des banques genevoises !!! une solution qui ne sera jamais appliquée : rembourser un projet de developpement APRES sa realisation et non avant telle école : ok vous la construisez on paye APRES telle route : idem des lycés francais ont etes subventionnés trois fois avant de sortir de terre , des routes financées ne sont realisees que sur qq kms etc etc et ne dites pas qu un état quelconque n est pas capable d avancer les fonds de demarrage

    21/06/2006 à 15 h 15 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Le chevalier de Saint Georges etait un jeune metisse dont le pére etait un propritaire terrien des Antilles donc un esclavagiste ce qui lui permit de payer à son mulâtre de fils les meilleurs écoles de se siecle,en plus d’être musicien,il était aussi un excellent escrimeur.Comme vous l’avez indiqué par des dates,le moyen âge correspond à une période temporelle et non à des comportements comme la période pré-coloniale que vous détestez tant. Pour les chiens expliquez donc aux victimes des pitt-bulls que leur comportemùent est du à une mauvaise éducation et non aux genes raciaux. Noah n’a pas dominé le tennis mondial,il a gagné un seul tournoi du grand chlem.Serge Betsen est un bon rugbyman mais pas le meilleur,tenez vous qui aimez trouvé des explications à tout,pourquoi le rugby est aussi populaire dans le sud ouest et non dans le nord!.Le golf n’est un sort de blancs mais de personnes aisés ou ayant des passe-droits(comité d’entreprise). Pour Arthur Ache,il a été l’embleme d’un peuple comme le fut certains boxeurs noirs américains. La vison du monde pour les africains est la même que des blancs selon d’où vient le vent. Les footballeurs brésiliens viennent de milieux defavorisés rarement de la bourgeoisie à la différence des pilotes automobiles(cela vous fait plaisir)mais là ou il y a une différence entre la France et ce pays,c’est que le Brésil est un nation métisse pas la France enfin pas encore.

    20/06/2006 à 22 h 20 min
  • sas Répondre

    Juste un mot à mon ami africain en situation irrégulière…..SALUT!!!! sas

    20/06/2006 à 12 h 05 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    A Luc Sembour, salam (1) et merci pour votre appréciation. Même si cela est moins « tangible » en Algérie (en raison des conditions de la « décolonisation », mais aussi des politiciens(2) – particulièrement Bouteflika – qui ont la main mise sur ce pays), sachez que nombreux sont les Algériens qui regrettent le bon temps de la « colonisation ». récemment, dans « Des Racines et des Ailés », on a entendu un viel Alégérien, regretter publiquement le « bon vieux temps » où « musulmans, juifs et chrétiens, vivaient en parfaite harmonie et partageaient les mêmes joies ». A la grande stupéfaction d’une jeune édutiante algériennne, présidente d’une Association qui avait entrepris à Oran la sauvegarde(3) et la rénovation de quartiers (européens) laissés à l’abandon par les nouveaux maîtres. De même, il y a quelques années, dans une Université d’Alger, des étudiants avaient affiché sur un panneau : « CHERCHONS COLONISATEUR ACCEPTANT DE RESTER PLUS DE 130 ans » !!!. Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) c’est aussi le titre de la revue d’un Association du regroupe les Anciens Elèves des Lycées, Collèges et Ecole du Maroc (2) qui me rappellent les politiciens fançais issus de la « Libération » : les-uns et les-autres ont constitué leur carrière sur l’esprit de « résistance » (une « résistance » qu’ils se sont bien gardé de pratiquer eux-mêmes sur le terrain) à l' »occupant » en fustigeant le « Colonialisme » ou la « Collaboration » sans le moindre souci de la vérité, ni même des réalités de la Colonisation ou de l’Occupation ! (2) avec l’aide d’Associations françaises et de fonds espagnols et français !

    20/06/2006 à 10 h 43 min
  • Jaures Répondre

    A grandpas: Vous qui connaissez si bien l’histoire africaine savez qu’il n’y a pas dans son histoire pré-coloniale, d’équivalent à la shoah ou au goulag. Le « moyen age » représente dans l’histoire la période allant de la fin de l’Empire Romain (476)au début de la Renaissance (1492). Si vous le connaissez, merci de me donner l’équivalent dans l’histoire de l’Afrique. Mon allusion aux chiens n’avaient aucune connotation mais venait simplement montrer la différence entre une race et une variété d’une même espèce. Pour reprendre l’exemple du boxer, il en existe des fauves, des bringés, des noirs (rares) et même des blancs (encore plus rares). Leurs comportement demeurent ceux de la race.Evidemment, en cas d’éducation particulière, notamment par l’usage de la violence, vous pouvez contrarier leur comportement naturel. C’est d’ailleurs également possible avec les humains. Mais cela ne change rien aux caractères comportementaux de la race. Votre allusion au grand chasseur blanc amène de l’eau à mon moulin. Si le même père adoptif est musicien, le jeune noir pourra devenir comme le Chevalier de St George, musicien noir de cour, contemporain de Mozart et fort apprécié à l’époque. Sur les sprinters, les choses ont évoluées et peuvent encore changer. La représentation sociale des sportifs explique en grande partie la domination de telle ou telle ethnie en telle ou telle période. Cependant, scientifiquement, rien ne peut dire qu’a priori être noir permet de courir plus vite ou de sauter plus haut. D’ailleurs l’histoire du sport nuance nos idées préconçues: le tennis dominé par un Suisse le fut également par Y.Noah ou A.Ache. Le golf, longtemps sport de blanc, a connu Tyger Wood.De même le rugby avec Betsen. Et les footballeurs brésiliens, franchement, ils sont noirs ou blancs ? Quant à la vision du monde des africains, je serai heureux de la connaitre. Comme celle des français, elle varie avec les personnes, les milieux et le temps qu’il fait.

    20/06/2006 à 10 h 23 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Votre connaissance de l’histoire africaine est lamentable,il y eu des périodes moyenageuses qui durérent plus ou moins longtemps.Je vous repete depuis plusieurs mois,l’Afrique est un continent bien plus étendu que l’Europe,ce qui impose tout simplement qu’il y est plus de différence entre un Bantou et un Toucouleur qu’entre un Allemand et un Espagnol.Mais vos ethonologues bien pensants essayent de nous faire croire le contraire. Pour les génocides vous oubliez que vos gentils africains ont vendu aux méchants blancs les victimes de leurs razzias inter-africaines(Cavaliers du Bahomey),les guerres tribales et meurtriéres d’un certain Shaka Zoulou sont encore de douloureux souvenirs pour les tributs voisines Si les chiens,pour reprendre votre comparaison douteuse;si l’un d’entre nous(les fachos des 4v) avait osé,j’entends déjà vos hurlemnts;sont devenus ce qu’ils sont par simple volonté humaine(exemple parfait le doberman).Dressez un Teckel et vous verrez qu’il deviendra vite un mechant chien de garde;le bulldogue anglais devenu un chien de compagnie etait au moyen âge un redoutable combattant dans les arênes contre les taureaux d’oùson museau conçu pourqu’il puisse continuer à respirer tout en mordant l’autre gladiateur animal. Pour l’homme noir elevé dans le XVI si son pére adoptif est grand chasseur blanc(comme un certain Selous),il tuera plus d’élephants que tous les pygmés du Congo. Si les gênes ne determinent pas un type de comportement social,historique ou physique,expliquez moi pourquoi,la plupart des grands sprinters sont d’un ébene le plus voyant. De tous ceux qui interviennent sur ce site vous êtes certainement celui qui prends le plus les africains pour des enfants avec votre manie de toujours vouloir les assister. Pour les connaître de trés prés,je peux vous assurer que leur vision du monde est différente de la nôtre.Meilleur ou pire,je ne sais car je ne porterai pas de jugement.

    19/06/2006 à 23 h 38 min
  • Philippe Landeux Répondre

    Jaurès, Et si au lieu de chicaner vous nous disiez ce qu’il faut faire pour que les Africains, au lieu de venir chez nous, ce en quoi ils ne sont en rien autorisés, restent chez eux, ce qui serait idéal pour tout le monde ? Je ne suis pas de ceux qui pensent que l’affrique est sous-développée (car la notion de sous-développement implique une comparaison à l’Europe qui n’a pas de sens) mais force est de constater qu’elle est dans une situation que beaucoup d’Africains fuient au lieu de la corriger. Vous croyez que c’est leur faire une fleur de les accueillir, vous faisant ainsi une bonne conscience aux frais de la France, alors que je pense que l’intérêt général est qu’ils se prennent en main chez & cultivent leur jardin.

    19/06/2006 à 21 h 31 min
  • Jérôme Répondre

    A Jaurès: si vous les aimez tant vos amis africains, rejoignez les! Admettez qu’ils sont fautifs! On ne fait pas d’enfants quand on sait que: – le travail est très rare – la guerre civile fair rage – la misère est partout – on n’a pas assez d’argent pour les nourir A la place, qu’ils se reprennent en main! On est tous partout d’un même point, comme vous n’arrêtez pas de nous le dire! C’est eux qui se mettent des bâtons dans les roues! Et l’indépendance, ils l’ont voulu, ils l’ont eu! En tout cas c’est un texte à envoyer aux socialos destructeurs de francais blancs!

    19/06/2006 à 19 h 51 min
  • Jaures Répondre

    A StEx: Votre post me parait fort étrange. L’Afrique n’a jamais connu de « moyen age » qui est propre à l’occident. De même, que veut dire « évoluer ». Les africains n’ont jamais demandé aux occidentaux de les faire « évoluer ». L’occident a construit les cathédrales et envoyé des engins dans l’espace mais également commis les plus violents génocides de l’histoire. La notion de race est impropre pour les humains: une race est liée à un type de comportement (vous ne ferez pas un chien de chasse d’un boxer ou d’un teckel un chien de combat). Or, rien dans les gènes ne détermine le comportement de telle ou telle ethnie: un noir élevé au sein d’une famille bourgeoise du XVI ème ne cherchera pas à tuer un éléphant en visitant le zoo de Vincennes. Tout est une question d’environnement et de culture. Votre phrase « il faut que les africains grandissent » donnerait à penser que l’on a affaire à de grands enfants.Si vous en connaissez quelques uns, vous devez savoir que ce n’est pas le cas.

    19/06/2006 à 15 h 12 min
  • sas Répondre

    A saint tax…le niveau d’assistanat et de sous developpement en afrique et dans les pays du sud sont maintenus artificiellement par les réseaux en lien avec les réseaux français…pour continuer les moniopoles et les pillages systématiques…LA PREUVE les initiés black de france à la tête de ces commerces ou des corps diplomatitiques partie prenantes de ces commerces sont gavés de chez gavés…ils roulent en 560 sel.:soit le prix de 40 puits chez eux….mais les puits ils s’en foutent…seul le veau d’or les interesse…et un FOCARD n’est ni un spéciment ,ni une exception….mr afrique de de gaulle est multimilliardaire et droit commun condamné… sas

    19/06/2006 à 12 h 56 min
  • sas Répondre

    A saint tax…le niveau d’assistanat et de sous developpement en afrique et dans les pays du sud sont maintenus artificiellement par les réseaux en lien avec les réseaux français…pour continuer les moniopoles et les pillages systématiques…LA PREUVE les initiés black de france à la tête de ces commerces ou des corps diplomatitiques partie prenantes de ces commerces sont gavés de chez gavés…ils roulent en 560 sel.:soit le prix de 40 puits chez eux….mais les puits ils s’en foutent…seul le veau d’or les interesse…et un FOCARD

    19/06/2006 à 12 h 55 min
  • Saint-Tex Répondre

    Le problème des Africains a effectivement pour origine la colonisation, MAIS dans le fait que la colonisation, issue du désir d’explorer le monde, a commis une faute d’interventionnisme : Les colonisateurs ont voulu faire évoluer les colonisés trop vite en les faisant passer du IXème siècle au XXème siècle en quelques décennies. Les peuples asiatiques ont le mieux tiré leur épingle du jeu (question d’aptitude intello), suivis des peuples arabes, eux-mêmes suivis de loin par le peuple noir. Bien sûr, il existe des exceptions d’intelligence individuelles qui confirment la règle, mais pour un très faible pourcentage. On trouve en effet des ingénieurs, des médecins compétents chez les noirs aussi. J’ai un ami fort respectable qui est dans ce cas. Celà dit, l’Afrique souffre de problèmes internes pour lesquels les blancs sont impuissants : la corruption, la captation des richesses du pays, l’instinct flemmard d’assisté, le désir animal de domination extraverti. Ces caractères ont donné naissance à l’esclavagisme (que les colons n’ont pas inventé, désolé), esclavagisme qui est un dérivé de l’exploitation des prisonnier(e)s de guerres tribales toujours en cours. Sur fond de XXIème siècle, les Africains vivent toujours comme au moyen-âge dans leur esprit. Je connais un peu l’Afrique pour avoir travaillé en Côte-d’Ivoire dans les hôpitaux et dispensaires de Brousse (médecine). Il y a des caractéristiques chez les noirs qui sont ce qu’elles sont. Pas de quoi médire ni rire car c’est la nature et qu’on le vueille ou non, c’est ainsi : les races sont différentes biologiquement en ayant toutes des qualités et des défauts. Mr Lance a raison. Celà dit, les anciens colons sont déjà très sympas en annulant régulièrement les dettes de ces pays, mais il faut que les Africains grandissent et évoluent mentalement, et ça, personne ne le peut pour eux. Ainsi, avec une agriculture et une industrie digne de ce nom contruite par eux-mêmes, ils resteraient volontiers dans leur pays qui est un des plus beau et riche du monde.

    18/06/2006 à 11 h 11 min
  • EIFF Répondre

    Nos amis africains ont des ressources naturelles énormes, des richesses insoupconnées, un potentiel de développement considérable, c est leur devoir de créer les conditions pour permettre à leur économie de décoller et de sortir de l assistanat général, et de trouver leur système propre de gouvernement. Le codéveloppement doit profiter à toutes les partis, chacun doit assumer ses responsabilités, Africains, Europeens, il n est pas question de faire de ce codéveloppement un enjeu ou une forme de chantage sur les problèmes liés à l immigration dans notre pays. Le principe de la souveraineté exige une maitrise de nos frontières et des flux migratoires sans aucune forme de pression d où qu elle vienne. Quand on voit Sarkozy aller en Afrique pour quémander la bénédiction des chefs d Etat malien ou ivoirien pour son projet d immigration choisie ajoutée et proposer d offrir dans la précipitation 9000 euros aux familles de clandestins arrivées illégalement en France, on ne peut qu en conclure que cet homme n a vraiment pas la carrure d un chef d Etat, non seulement il joue les pyromanes et a un bilan nul sur la sécurité et l immigration mais il dilapide l argent des francais et finance l immigration illégale. La droite qui ne propose pas une immigration zéro en 2007 est une droite criminelle inconsciente et qui aura planté les germes pour une future guerre civile.

    18/06/2006 à 7 h 17 min
  • Luc Sembour Répondre

    A Jean-Claude Lahitte senior votre intervention est très appréciée et j’approuve bruyamment. De 1948 à 1953 mon père était ingénieur des Mines à l’Office Chérifien des Phosphates et je sais que les marocains n’ont vraiment pas eu à se plaindre des français. La plupart le reconnaissent honnêtement aujourd’hui et c’est un plaisir d’aller revoir le Maroc où nous sommes sincèrement regrettés par tous les « anciens ». Jaurès est un « do-gooder » selon le terme américain. Souvent très bien intentionnés mais beaucoup plus rarement prêts à aller au charbon eux-mêmes avec leur temps et leur argent personnel. Il s’agit presque systématiquement du temps des autres et de l’argent du contribuable, ou parfois du consommateur (ce dernier étant plus dur à escroquer car plus maître de ses micro-choix). Illustration : de façon à ne justement pas passer pour un do-gooder, ce qui est devenu une semi-insulte, même pour un « riche », Bill GATES a établi une œuvre caritative privée à la tête de laquelle il a commencé par mettre sa meilleure collaboratrice de Microsoft (un gros sacrifice puisque les managers très valables sont rares donc précieux), puis il a versé dans la cagnotte de l’œuvre 29 milliards (et non pas millions!) de dollars de son argent personnel (unique dans l’histoire), puis il a décidé (il y a quelques jours) de s’y consacrer lui-même à plein temps afin de donner presque tout ce qui lui reste (c’est-à-dire son temps personnel, donc sa vie). Enfin, il applique d’avance à cette aventure, une série d’objectifs précis, publiquement déclarés d’avance, qui seront la mesure de la réussite ou de l’échec. Qui dit mieux? Mais nous ne changerons pas l’univers étriqué des do-gooders en pantoufles (percées) français. Ils sont des millions en France. Evidemment ils regorgent de projets pharaoniques (on n’a pas de pétrole mais on a des idées- toutes parfaitement irréalisables sans voler de l’argent qui ne se serait jamais investi dans ces aventures, fût-il resté aux mains des précédents propriétaires), alors qu’ils n’ont pas un radis personnel, alors qu’ils ont déjà bouffé tous ceux de l’Etat, plus ceux de la génération montante et future (grâce aux techniques modernes d’endettement national auprès du reste du monde), et alors qu’ils en sont à sérieusement rogner sur l’argent des pays voisins grâce à l’Euro qui ne dévalue pas alors que le déficit français excède la limite autorisée. Les Luxembourgeois et bien d’autres songent en secret à demander la sortie de la France de la monnaie unique. Seule la relativement moyenne santé budgétaire de l’Allemagne empêche pour l’instant ce souhait de prendre de l’ampleur. Les anglais, norvégiens, suédois, danois se demandent un peu moins s’il faut rejoindre l’Euro. Tout va très bien Mme La Marquise…Pourtant il faut, il faut que l’on vous dise… [email protected]

    17/06/2006 à 23 h 22 min
  • Résistance Répondre

    Merci à 4V d’avoir fait écho à ma position expérimentalement déduite après dix ans de combat lors d’un retour au pays. Il me semble que Ph. Landeux considère qu’il n’y a pas pluralité mais qu’UNE méthode : la sienne, celle qui consiste à rester sur le terrain. Durant l’occupation, les français ayant rejoins Londres auraient certainement appréciés l’attitude ainsi considérée par Landeux : « elle est par trop entachée de résignation & de lâcheté pour qu’un Français digne de ce nom puisse l’envisagée une seconde ». De Gaulle lui-même appréciera outre-tombe.

    17/06/2006 à 20 h 51 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    Pour répondre à « Jaurès », je ne sais pas jusqu’à quelle date les enfants de toutes conditions (exceptés les « idiots ») savaient lire et écrire parfaitement dès l’âge de 9 ans. Mais ce dont je me souviens, c’est que, à quelques exceptions près dûes à des handicaps mentaux (NB. à l’époque de mon enfance, il faut dire que les médicaments, les vaccinations et la mal-bouffe fabriquaient beaucoup moins d’handicapés !), au MAROC, tous les enfants indigènes (des Marocains, donc) qui arrivaient au cerfificat d’études (un vrai examen, à l’époque) SAVAIENT PARFAITEMENT LIRE, ECRIRE, COMPTER et REDIGER en Français. Et ce alors qu’ils étaient entrés à l’école sans parler le Français, et que leurs parents ne parlaient que l’arabe dialectal (rien à voir avec l’arabe qui est une langue riche !). Ce que vos compères, les coco-socialo-trotsko-maçons de l’Education prétendue « Nationale » sont aujourd’hui INCAPABLES DE FAIRE ! En ce qui concerne votre propos sur les médecins « blacks » (sauf sans doute pour ceux qui ont acquis leurdiplôme dans certains pays), ce n’est pas leur compétence, leur gentillesse, etc. que l’on peut – et doit – discuter. Mais, tout simplement leur présence en France alors que leur pays d’origine manque terriblement de médecins. Comme d’ailleurs d’autres compétences … Surtout quand on sait que, parmi ces médecins africains, beurs, ou autres, on trouve un nombre grandissant de gens qui reprochent à la France les prétendus « méfaits » du colonialisme. Un « colonialisme » que les médecins associatifs sont obligés de pratiquer (sans s’en rendre compte) en allant soigner en Afrique – ou ailleurs – toutes sortes de misères. Car, je le rappelle, une des formes principales du « colonialisme » à la française a consisté non pas à dépouiller les autochtones de leuirs richesses,ou à la zigouiller ou à les parquer dans des « réserves » (comme cela s’est pratiqué aux Etats-Unis d’Amérique !) mais à les soigner, à les instruire, à améliorer leurs conditions de vie, etc. Ne vous en déplaise, camarade ! A ce propos, je vous rappelle que, à plusieurs reprises, je vous avais suggéré d’aller distribuer vos (bons) conseils dans ces pays dont vous défendez les habitants qui s’invitent de plus en plus nombreux sans prendre la peine de nous demander l’autorisation et qui, non contents de cela, veulent nous imposer leurs exigences (particulièrement en matière de logement et d’allocations ou aides en tous genres !), leurs moeurs, leurs coutumes et, bientôt leur religion, en nous demandant de faire repentance … Je suis certain que vous pourriez être très utile aux malheureux Africains opprimés par des potentats, des petits chefs ou, comme on vient de le voir à la TV, par des marabouts … Je doute fort que vous puissiez y exercer longtemps vos talents, mais cela vaudrait la peine d’être essayé ! Et je suis certain que cette expérience vous fera perdre sinon de votre outrecuidance, du moins de vos certitudes. Bien cordialement à toutes et à tous, jean-Claude lahitte

    17/06/2006 à 15 h 19 min
  • christophe azzolin Répondre

    « pour ce developpement l afrique doit repenser son ecole,ses cadres,sa structure…et se mettre au travail » ;titre de la troisieme partie de : l afrique noire est mal partie de rene dumont 1962

    17/06/2006 à 15 h 18 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    A Jaurès, « tout le monde lisait parfaitement à 9 ans », signifie que tous ceux qui voulaient bien s’en donner la peine, y parvenaient effectivement. Aujourd’hui, même motivé, un élève rencontre de véritables barrières entre lui et la lecture courante. Le laxisme, la mauvaise ambiance, la démagogie, les expériences pédagogiques, internet gratuit, font que paradoxalement, il faut fournir des efforts d’une nature nouvelle, et pour lesquels l’enfant n’est pas armé, afin de lire. Quant aux immigrés qui reviennent à 100 après avoir été chassés, ceci n’existe que grâce au laxisme et au défaitisme qui existent même à 4V. C’est le célèbre « mais vous n’y arriverez jamais » très français. Parlant toujours des richissimes Etats des EAU (Emirats) que je connais bien, les immigrés illégaux (la race, ni-chair-ni-poisson, des sans-papiers n’existe qu’en occident) y sont rapidement retrouvés, emprisonnés à quarante par cellule, sans air conditionné, pendant un temps de plus en plus long, selon le rang de la récidive (jamais très élevé, heureusement pour eux). La nourriture est mauvaise, le temps de visite est de 60 secondes par individu et par semaine (j’ai été visiteur de prisons) et tout le monde ne peut pas s’allonger simultanément dans l’espace vital disponible. Croyez-moi, la méthode N’est PAS inopérante. L’ordre Emirati règne dans tous les EAU et Dubai comme Abu Dhabi ne perdent pas le sommeil sur les problèmes de la planète dont ils ne se sentent pas responsables, même à 70 USD le barril. Pour eux, l’éducation, la santé, le « brain drain » de l’Afrique et la corruption des dirigeants africains sont des considérations hors sujet qui n’intéressent que les masochistes s’infligeant toute leur vie des tortures mentales insolubles. Donner les poissons gratuits ne sert à rien. Apprendre éventuellement à pêcher est mieux. Montrer derrière la vitre à quel point il est agréable de manger de bons poissons est encore bien mieux car alors le spectateur apprend plus vite à pêcher tout seul. La population des EAU compte environ 80% d’immigrés. La gestion de cette immigration pose beaucoup moins de problèmes que les 20% d’immigrés en Europe. Cherchez l’erreur. Note : je n’aurais malheureusement pas toujours le temps de commenter sur 4V. [email protected]

    17/06/2006 à 12 h 33 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Je peux vous assurer que tous les enfants de 9 abs savaient lire,méthode « Boschet ».Merci aux penseurs de l’éducation nationale de considerer que cette façon d’ apprendre la lecture était dépassée,pourtant elle avait permis l’alphabétisation de tout un peuple,le nôtre. Quant à la fuite des cerveaux africains,lette élite preferent rester en ce pays car même mal payer,ils gagnent toujours plus et ne sont pas soumis au systéme de copinage.Le « Vieux » président de la Côte d’Ivoire avait imposer à ses étudiants l’obligation de revenir au pays aprés les études accomplies et bien ces étudiants ce faisaient rajeunir pour ne pas rentrer au bled. Sorter de vos sections socialistes

    17/06/2006 à 12 h 10 min
  • Jaures Répondre

    (En espèrant que cela passera cette fois) A Dolf: Je ne sais quel traumatisme vous a causé le dernier noir que vous avez rencontré mais, quitte à vous surprendre, je vous affirme qu’il existe des noirs médecins, profs de maths, entrepreneurs, écrivains,… tous issus de l’immigration ou des DOM-TOM, et qui n’ont à votre égard aucune animosité (évitez cependant de tenir devant eux des propos de la même teneur que votre post). A Luc Sembour:Votre méthode est inopérante: l’immigré expulsé reviendra avec 100 autres tant que leur vie ne changera pas sur place, et cene sont pas les quelques aides humanitaires (qui sont par ailleurs les bienvenues) qui suffiront. La seule solution passe par l’éducation et la santé (d’ailleurs les jeunes de ces pays ne s’y trompent pas, la plupart souhaitent devenir médecin ou enseignant). Mais pour cela il faut que les pays occidentaux renoncent au « brain train », c’est à dire le pillage des cervaux, punissent sévèrement la corruption des dirigeants africains organisée par les grandes entreprises (voir à ce sujet l’histoire récente du Liberia)et financent des campagnes d’alphabétisation avec l’aide des ONG qui ont fait leurs preuves. « Mais ça va nous coûter cher! ». Certes, mais bien moins qu’une guerre ou la gestion d’une immigration non maîtrisée. Enfin, cher Luc, je ne sais où vous avez pêché que « tout le monde lisait parfaitement à 9 ans avant 1967 » mais c’est évidemment totalement faux.

    17/06/2006 à 11 h 04 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    Les christo-socialistes sont effectivement criminels. Si LANCE était chrétien, il pourrait avoir auprès d’eux une crédibilité suffisante pour le leur démontrer et les convaincre que sur l’immigration, ils font beaucoup plus de mal que de bien. Mais bouffer du curé à tout propos, nuit aux dialogues futurs, même quand on a raison, ce qui est le cas pour LANCE ici. Aider l’Afrique et les zones déshéritées est un casse-tête, surtout si le donateur est très riche. Les efforts éclairés, sophistiqués et méritoires de Bill GATES comme du chanteur BONO (qui réussit à collecter les dons par milliards de dollars) sont intéressants à observer en économétrie. Tout billet vert donné à l’Afrique sans moultes précautions est perdu pour le donateur et encore plus pour le bénéficiaire, lequel ne saura jamais modifier seul sa conduite, pour faire comme s’il l’avait durement gagné lui-même, avec ses moyens locaux. Au lieu de colmater un besoin, le billet en crée donc automatiquement un plus grand, à moins que le donateur n’ait très soigneusement étudié la manoeuvre et toutes ses conséquences. Dans le doute, il ne faut surtout rien faire du tout. Supprimer le statut de réfugiés politiques de masse (sauf cas précis de très rares individus en danger spécifique), et renvoyer TOUS les immigrés clandestins dare-dare, sans un sou, et aux entiers frais de leur ambassade (politique suivie par les très riches Emirats Arabes Unis), n’est pas du tout une conduite à la cruauté inqualifiable. C’est une puissante ( et donc très généreuse) aide (gratuite pour tous), permettant à tous les pauvres de se prendre très solidement en mains chez eux, dans leur pays. C’était la méthode magique «du solide coup de pied au cul du cancre», des maîtres d’école français jusqu’en 1967. O miracle non-christique : tout le monde savait parfaitement lire dès 9 ans alors…même ceux qui n’avaient pas de quoi acheter le livre de lecture. [email protected]

    17/06/2006 à 0 h 58 min
  • Philippe Landeux Répondre

    A Résistance, J’ai bien conscience que le patriotisme est plus que mal en point en France & que l’application de mes conseils relèverait du miracle. On ne peut pas faire vibrer le patriotisme chez les autres quand on y est soi-même insensible. Je maintiens néanmoins que seules des mesures dans cet esprit peuvent redresser l’Afrique & épargner à la France une guerre « civile » raciale. Quant à l’attitude que vous prônez, elle est par trop entâchée de résignation & de lâcheté pour qu’un Français digne de ce nom puisse l’envisagée une seconde. Vous dites, en gros : « si vous aimez la France, quittez-là. » On rêve ! Du reste, c’est exactement l’attitude qu’adoptèrent les nobles en 1789, pour beaucoup réfugiés à Coblence, mais ayant laissé derrière eux des gens pour gérer ou conserver leurs biens. On n’a jamais livré un combat en désertant le champ de bataille. Les absents ont toujours tort.

    16/06/2006 à 18 h 46 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    Texte assurément impeccable de Pierre Lance. Qui ne changera absolument rien aus désirs d’évasion des Africains(1)pas plus qu’aux « criminels » qui nous gouvernent et qui attirent par leur laxisme en matière d’allocations de toutes sortes, de « non-reconduite » à la frontière (il est vrai qu’avec une Europe « passoire » et la règlementation européenne, c’est de plus en plus « mission impossible »). Et pas davantage à tous les idiots utiles (les « rêveurs christo-socialistes (2) chers à Pierre Lance)manipulés par l’Education prétendue nationale et les médias, lesquels, que je sache, ne font pas prendre leurs ordres auprès de la hiérarchie catholique (celle-ci « suit » plutôt le mouvement !), mais bien plutôt dans les Loges et dans la Finance apatride… Pour que les mentalités changent, il faudra un véritable séïsme. Mais je note avec intérêt que, parmi les allogènes qui vivent dans notre pays, une minorité grandissante épouse les idées du Front National(3) en matière d’immogration. Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) ce qui ne m’a pas empêché d’en transmettre une copie à des amis vivant en Afrique (2) je rappellerai à certain « bouffeur de catholiques » que les « tradi » (les « intégristes », comme il est bon ton de dire) ne font pas partie de ces « idiots utiles ». (3) autre rappel : outre que Jean-Marie le Pen a eu l’honnêteté de dire « Si je vivais en Afrique, moi aussi, je n’aurais qu’une envie : immigrer ! ». D’où le programme du F.N. qui prévoir, outre la suppression des « pompes aspirantes » (allocations et aides en tous genres), de la « dopuble nationalité », du Regroupememen familial, etc. l’aide sur place des immigrés potentiels. Ce qui le fait traiter de « néo-colonialisme ». Par ceux-là mêmes qui ne cessent de faire, en France particulièrement, de l’assistanat, transformant ainsi les « citoyens » en adeptes du « panem et circenses » et par voie de conséquence en futurs esclaves. En attendant la décadence totale …

    16/06/2006 à 17 h 49 min
  • Résistance Répondre

    Ph. Landeux écrit : « Le rôle de la France, après avoir donné l’impulsion au mouvement, doit se réduire à veiller au bon fonctionnement de ces structures… » Pour écrire cela, il faut une méconnaissance totale de la nature de l’Etat français. Ce dernier est profondément anti-autochtone (anti-racine, anti-moi profond). Comment pourrait-il susciter l’enracinement au pays ? Pour les autochtones, il n’y a qu’une solution, la fuite. Autochtones de France ne soyez pas masochistes, quittez-là en préservant vos arrières, c’est-à-dire en préservant votre bien familial. Pour le reste, rien pour la France, rien pour cette France Etatique ayant la haine de ceux qui ont des racines, institutions privilégiant outrageusement et injustement l’accueil de l’étranger fut-il escroc (chapeau les magistrats et services sociaux !). Et comme dans ce pays seulement berceau des Droits de l’Homme, l’inaliénable droit de propriété ne s’applique pas aux comptes bancaires (allégrement visités par le fisc et les institutions bancaires qui se servent directement pour éventuellement vous sanctionner…), n’oublier pas de vider ceux-ci et de vous en servir le moins possible… Français de racine française, moins vous monnayer en France, mieux vous préservez vos racines indispensables à la vie profonde seule susceptible d’être source de véritable bonheur..

    16/06/2006 à 14 h 18 min
  • Philippe Landeux Répondre

    Encore un très bon article de Pierre Lance. Il faudrait cependant pousser plus avant. Il ne suffit pas d’exposer les risques de l’immigration à long terme pour le pays « d’accueil » pour dissuader un Africain d’émigrer, parfois au péril de sa vie. Tout homme agit par intérêt. L’émigration ne pourra donc être stoppée que si les Africains n’y trouvent plus d’intérêt, ce qui implique deux choses indissociables : qu’un voyage vers l’Europe soit systématiquement peine perdue, que la vie dans les pays Africains soit séduisante. Tout émigré du sud doit être systématiquement refoulé (je dis émigré, pas réfugié politique avéré. Tout employeur d’immigrés clandestins doit s’exposer à la confiscation de tous ses biens. Inutile de préciser qu’il ne faut accorder aucune aide financière d’aucune sorte. Simultanément, il faut organiser une aide efficace aux pays foyer d’émigration, en adoptant le principe que le progrès ne vaut que s’il est le fait du peuple concerné. Je veux dire par là que nous n’avons pas à développer l’Afrique ; nous devons seulement l’aider à se développer par elle-même. Si nous envoyons du personnel sur place, il doit y aller à poils, rien dans les poches, tout dans la tête, de sorte que le développement qu’il insufflera ne puisse se faire qu’avec les ressources du pays & soit donc adapté au pays. En un mot, il faut injecter dans ces pays de la matière grise, pas des billets verts. Mais dans cette entreprise, il faut avant tout un esprit. Il faut que les Africains se sentent appelés au développement comme à une bataille. Il faut, chez nous, créer autant de structures qu’il y a de pays foyers d’émigration, constituer ces structures avec des immigrés originaires de ces pays, ces structures ayant pour but de trouver les moyens d’aider leur patrie & de les mettre en œuvres par le seul concours de leurs compatriotes. Le rôle de la France, après avoir donné l’impulsion au mouvement, doit se réduire à veiller au bon fonctionnement de ces structures (traquer la corruption, &c.) & exiger des résultats sur le terrain. Mais des patriotes sont capables de relever tous les défis, & je suis sûr que, si nous rappelions les Africains à leurs devoirs envers leur patrie, si nous ancrions en eux la conviction qu’ils peuvent être les artisans de son bonheur, si nous excitions en eux l’orgueil d’en être les seuls artisans, si, enfin, nous les amenions à avoir honte des retards & à convoiter la fierté qu’assurent les succès, je suis sûr que, dans ces conditions, ils n’auraient bientôt plus besoin de nous. L’avenir de l’Afrique appartient aux Africains. Les Africains sont faits pour soutenir l’Afrique, pas pour croupir en Europe.

    16/06/2006 à 10 h 20 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Indécrotable,si les pays d’afrique sont mal gérés,c’est la faute au vilain captaliste occidental donc c’est au peuple blanc de payer cette gabegie. Vous savez avant l’arrivée des européens,les noirs se tapaient déjà trés bien sur la gueule,et pour vous un scoop,ils connaissaient même l’esclavage;si,si,mais ghut ne le dites surtout aux humanistes,ils seraient capables de vous traiter de vilains,pas beaux.

    15/06/2006 à 22 h 27 min
  • Jaures Répondre

    Réponse du jeune Gabonais à P.Lance: « Peut-être que cela sera difficile d’atteindre vos rivages. Sans doute rencontrerai-je des difficultés sans nom. Mais ici je vais crever de faim,de soif, dans un massacre ou du SIDA. Alors laisse ouvert!J’arrive! ».

    15/06/2006 à 19 h 13 min
  • dolf Répondre

    vous avez oublie qu’ils ne viennent pas seulement pour nos richesses, mais aussi parcequ’ils savent que les blancs ont peur d’eux et qu’il est facile de les soumettre par l’intimidation bestiale. Il ya bel et bien une logique de vengeance contre le sale chien d’homme blanc qu’ils meprisent ou apprendront a mepriser une fois chez nous. il me semble important de le preciser. Cest un peu trop naif tout ca, trop politquement correct.

    15/06/2006 à 12 h 29 min
  • Charles Répondre

    Trés beau texte remplie d’humanité (n’en déplaise à certain) et de bon sens… Je reste, pour ma part, persuadé que le salut de l’Afrique et par conséquent le notre, ne peut passer que par la coopération économique et l’aide au développement. Il faut aider ces populations SUR PLACE. Pour qu’une telle politique soit efficace, cela passe en premier lieu par un grand « nettoyage » de la vie politique de ces régions afin d’éviter les éternels détournements d’aide au profit des « potentats » locaux.

    15/06/2006 à 12 h 22 min
  • Gino Répondre

    Oui l’ami écoute ce que te dis Pierre Lance qui parle comme un vrai et sage marabout. Et comme il te dit, tu seras plus heureux à rester chez toi, je suis bien de son avis … à condition que tu puisses miam-miam quand meme !

    14/06/2006 à 21 h 29 min
  • grandpas Répondre

    M Lance Votre analyse est pertinente,mais il manque un paragraphe et si je puis me permettre,l’ajouter.Il ne plaira pas à un certain Jaures. Si le seul espoir des hommes d’Afrique est de venir en Europe est peut être encore plus simpliste.Dans certains pays comme cette belle France,on leurs fournit le gîte et le couvert sans aucune contre partie,travail et devoirs envers l’état hôte.De plus des nationaux de ce pays,lui chante à tous les coins de rue,la dette que les grands parents des habitants actuels ont contractée durant des siécles d’esclavage et de colonisation destructive(suis je parfait jusque là Jaures?). En résumant que feriez cher M lance: Restez dans une nation où vos propres frères de race vous expolitent sans vergogne(50€*) et dés que vous vous plaignez,la visite de certaines gêoles sont gratuites. Où,un pays où tout vous est donné(500€**) sur le simple fait que vous un descendant des peuples exploités par le méchant homme blanc. *par mois et pour toute une famille,si vous avez un travail. **500€par mois pour une personne seule sans enfants et en restant devant la télé à regarder la coupe du monde de Foot et l’équipe des CPF. Cordialement

    14/06/2006 à 15 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: