Lettre amicale à Marisol Touraine

Posté le novembre 01, 2012, 1:56
13 mins

Magnifique lettre du docteur Arielle Salon, chirurgienne de la main libérale à Paris et connaissance de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Marisol,

Je te connais depuis que j’ai dix huit ans, et j’avais de toi l’idée d’une femme brillante, mais en ce moment je pense que tu te trompes de cause, et que tu ne fais pas le bon choix de société. Si tu vas au bout de ton intention actuelle, tu diras tout simplement adieu à l’excellence française en Médecine (et en Chirurgie), et ce sera ta seule responsabilité.

J’ai vu ton film (sponsorisé par la MGEN….) diffusé sur la chaine LCP: c’est un tissu de manipulations, c’est tout simplement offusquant pour un libéral qui exerce son métier avec conviction.

  • Tu dis : « les Français en ont assez de payer pour leur santé ». La vérité est masquée: OUI, ils en ont assez de payer… bien sûr!… mais parce qu’ils payent DEUX FOIS ! Et on se garde bien de le leur expliquer !

Ils payent une première fois des cotisations obligatoires de Sécurité Sociale, alors que la sécu ne paye pas les médecins, ou de façon indigne, et qu’il y a un gaspillage reconnu. N’oublie pas que ce sont les médecins qui font l’excellence de la médecine actuelle, et non les administratifs!

« Les Français » payent ensuite pour des MUTUELLES, souvent obligatoires, qui se gavent avec 35 milliards de recettes annuelles quand les honoraires médicaux représentent tout juste 2,4 Mds, et les transports médicalisés plus de 3 Mds annuels !…

Ces mêmes mutuelles ont un budget de communication et de fonctionnement supérieur à ce qu’elles devraient honnêtement rembourser aux cotisants!

  • Tu dis : « les Français ne savent pas combien ils vont payer chez leur médecin »… mais ignores-tu que l’affichage des honoraires est OBLIGATOIRE depuis plus de deux ans, et que la CPAM vient contrôler à peu près deux fois par an le bon affichage tarifaire dans nos gros cabinets Parisiens ?

  • Tu dis « l’accès aux soins en tarif opposable est limité » : c’est totalement faux à Paris, les centres hospitaliers sont nombreux et très bien dotés, dans toutes les disciplines.

  • Mais voilà, justement, on arrive au vrai problème: quelle médecine veulent les gens ?

Toi-même ne supportes pas la prise de rendez-vous gérée par une centrale d’appels anonyme à l’AP, les trois mois d’attente, l’hétérogénéité des compétences des praticiens. Tu es la première à faire appel à des spécialistes particuliers. Mais quand tu viens te faire soigner, sais-tu au moins combien ça coûte? Mon assistante aux petits soins qui te connaît (qui que tu sois d’ailleurs, et bien avant même que tu sois ministre), et que les patients dérangent souvent trois fois pour un seul rdv, et qui veulent tout, tout de suite ? L’aide opératoire qualifiée pour que les procédures de plus en plus contraignantes de la HAS soient strictement respectées, la nounou qui va garder mes trois enfants pendant que je travaille 65 heures par semaine ? 6000 euros d’URSSAF pour mes salariés et moi : ça te parle ? Et je ne te parle pas de toutes mes autres charges sociales, dès lors que je suis une petite entreprise! 

Tu vois, je vais te faire une comparaison très simple : dans Paris, actuellement, toute personne qui a faim peut se nourrir, avec un ticket restaurant, un ticket repas, etc. Seulement bien sûr, avec un ticket restaurant, ne compte pas avoir mieux que de la bouffe de cantine.

Mais si tu veux bien manger, que du personnel se décarcasse pour te faire de l’art en cuisine, ça ne vaudra sûrement plus un ticket restaurant!

Ton choix de société il est là : si tu imposes qu’on aille dans n’importe quel restaurant avec un tarif plafonné, et bientôt un tarif unique – ton TICKET OPPOSABLE, quoi –, adieu les chefs étoilés de la cuisine française, adieu l’invention, la création, le talent culinaire, la compétition, la recherche de l’excellence, le dépassement de soi, la prise de risque.

Tu n’imposeras pas à un restaurateur haut de gamme de te faire de la grande cuisine pour un ticket restaurant.

De même, l’excellence pour un spécialiste en libéral signifie bien sûr des salariés, donc des emplois, car nous tous, chirurgiens libéraux dans Paris, employons un, deux, trois salariés. Je te rappelle juste que 75% des actes chirurgicaux sont réalisés en libéral.

Avec ton équivalent de « ticket-médecin » opposable, tu auras une médecine médiocre, uniformisée, tu auras la cantine, Marisol !

Je vais plus loin dans ton choix de société.
Trouves-tu juste normal, digne, qu’un chirurgien viscéral, bac plus quinze, concours d’entrée, concours de sortie, (au moins autant d’études que toi au passage) opère une appendicite et risque la vie de ton enfant pour CENT SOIXANTE DIX BALLES, je dis bien 170, en tarif opposable?

Et moi, et nous tous chirurgiens de la main, je devrais opérer ton pouce par exemple, ou un ophtalmo ta cataracte, pour même pas le prix de ton coiffeur ? Pour la moitié du prix d’une de tes paires de pompes?

Marisol, ne vois tu pas que c’est INDIGNE?

Oui Raymond Barre a eu raison, mille fois raison, de créer le secteur deux, il a compris que si la sécu n’avait pas les moyens de financer les médecins, qui font la Médecine en pratique – ce serait bien de ne pas l’oublier –, il fallait permettre de rémunérer justement un métier difficile et à risques lourds ! Nos « dépassements d’honoraires » ne sont pas un vol du patient, une goinfrerie coupable, ce sont juste des honoraires NORMAUX dans le monde actuel avec le niveau de responsabilité qui est le nôtre.

As-tu déjà dérangé ton plombier pour moins de 200 euros à Paris? As-tu déjà payé une heure d’avocat? Trouves-tu normal qu’un acte chirurgical (après quinze ans d’études, deux concours, un internat d’esclavage) soit payé en moyenne 200 euros, quand on en est pénalement responsable, quand on paye entre 8 000 et 25 000 euros d’assurance en responsabilité, quand on a de plus en plus de procédures, quand on travaille 65 heures par semaine, quand on emploie un à trois salariés ?

Parlons un peu droit du travail et retraite, puisque tu connais bien le sujet.

Je te parle en tant qu’ancien interne et chef de clinique de chirurgie : trouves-tu normal que l’on ait tous fait au moins 500 gardes de nuit entière à l AP, à opérer 24/24 à moins du SMIC horaire toutes les urgences qui se déversent dans les CHU parisiens, sans même que ce travail de nuit ne soit comptabilisé en salaire? Connais-tu une seule autre profession qui travaillerait de nuit dans des conditions plus que pénibles, sans récupération, sans prime de ci ou de ça, sans droit à une retraite anticipée (cf. sncf et autres…) ?

Connais-tu une seule profession où le point de retraite vient de baisser de 10% cette année seule, sans que personne ne s’en émeuve?

Le battage médiatique et la campagne de diabolisation des médecins que vous avez orchestrée est tout simplement odieuse.

Nous stigmatiser tous parce que 200 praticiens, identifiés sur la place de Paris, ne se conduisent pas bien, c’est de la manipulation détestable.

Il y a des gens cupides dans toutes les professions, y compris en politique.

Quand tu commences à humilier tes Médecins, c’est comme si tu humiliais ta Justice ou ta Police, c’est vraiment moche, et tu en paieras le prix plus tard : tu vas dégrader le niveau de soins, et tu risques même d’aggraver l’inégalité d’accès aux soins. Sache que les praticiens de renom ne pourront pas brutalement baisser leur train de vie de moitié, et qu’ils se déconventionneront. Jusque là, sans attendre que tu nous le dises, nous voyions tous au moins 30% de patients en tarif opposable, voire GRATUITEMENT, mais ces patients n’iront même plus voir des spécialistes déconventionnés, ils n’auront plus que l’hôpital comme recours.

Tu te trompes de cible : 99% d’entre nous faisons notre métier avec dévouement et conviction. Le métier de chirurgien est un métier difficile, que l’on fait par passion, non pas par cupidité. Comment peux-tu être méprisante au point de nous réduire tous à si peu de chose?

Si la Santé te tient vraiment à cœur, occupes toi plutôt de diminuer le gaspillage dans la gestion des comptes de la Sécu, les fraudes, les redondances administratives etc.
Et surtout, sois honnête envers toi-même: tu sacrifies les médecins sur l’autel des mutuelles, là est le vrai problème, l’accueil triomphal que la mutualité t’a réservé en témoigne, et bien sûr c’est pour des raisons de financements politiques réciproques que tu te gardes bien de dire.

Tu vas jusqu’à censurer les interviews qui te compromettent dans les médias, nous commençons tous à en entendre parler. Demande -toi plutôt pourquoi les gens évitent l’hôpital en dehors de l’urgence, alors que l’hôpital compte des praticiens extraordinaires, essaie plutôt d’optimiser son fonctionnement, intéresse toi à la Santé plutôt qu’à la Politique.

Marisol, tâche d’être juste, pour l’instant l’idéologie te met des œillères et tu ne sortiras pas grandie de ces manipulations de l’opinion.

Préserve plutôt la qualité de ta Médecine !

Avec mon amitié,
Arielle

30 réponses à l'article : Lettre amicale à Marisol Touraine

  1. TIARD Martine

    29 novembre 2012

    Bravo Madame pour cette révolte qui n’a rien de violente ni de diffamatoire. Vous expliquez très bien la situation de notre système de santé, la diabolisation des Spécialistes, Chirurgiens et autres Professeurs qui ont vraiment travaillé pour être ce qu’ils sont et qui méritent leur salaire (aussi élevé qu’il soit). Je n’en dirai pas autant des politiques qui émargent toujours à des sommes extravagantes pour ce qu’ils font.
    Quant à la réponse de la sinistre Touraine, elle attaque pour ne pas avoir à s’expliquer. Elle devrait plutôt s’occuper du déficit de la Sécu provoqué par les magouilles et fraudes que tout le monde connait et dont aucun socialiste ne veut entendre parler.
    J’ai été opérée trois fois de la hanche par un chirurgien merveilleux (qui n’avait jamais connu, lui, les 35 heures) et je suis prête à me reposer entre vos mains, vous les spécialistes quel que soit le tarif que vous prenez, car la sécurité et la santé n’a pas de prix.

    Répondre
  2. Malmaison

    20 novembre 2012

    Voici l’intégralité du commentaire rédigé par la ministre elle-même, comme l’a confirmé le cabinet à Vincent Glad, qui avait repéré cet houleux échange :

    Arielle,

    J’aurais voulu te répondre longuement, la violence du ton que tu emploies, les propos à la imite du diffamatoireà mon égard que tu tiens à la fin de ton mail m’en empêchent. Je ne sais rien du clip de la MGEN dont tu me parles, et ton mépris à l’égard des mutuelles me laisse perplexe.

    Tu te trompes du tout au tout, j’ai beaucoup de respect pour les médecins, et je discute d’ailleurs de manière sereine avec les syndicats de médecins. Je suis incapable du centième de la violence verbale que tu déploies à mon encontre.

    Je n’accepte effectivement pas une dérive qui voudrait que l’hôpital soit réservé à ceux qui ont peu de moyens et la médecine libérale aux autres. Ma seule volonté est de permettre l’accès aux soins de tous, et si tu veux qualifier cela d’idéologique, c’est ton choix. La différence entre la cantine et santé, c’est que personne n’est obligé d’aller chez un grand cuisinier pour se nourrir alors que la santé de qualité doit être accessible à tous.

    Je te souhaite beaucoup de succès dans la suite de ta belle carrière professionnelle.

    Bien à toi

    Marisol TOURAINE

    Répondre
  3. Toni

    6 novembre 2012

    Floodez Jaures, je n’ai pas lu votre dènrier commentaire et pour être franc je n’en ai rien à faire des lessons de morale de la gauche. Rien de nouveau sous le soleil …

    Répondre
  4. Claude Roland

    6 novembre 2012

    La santé, c’est comme un jardin : cela s’entretient chaque jour par une bonne hygiène de vie. C’est à ce prix seulement que l’on limite la casse. Abandonnez-là quelques mois ou années, et elle revient en friche et il n’est pas certain que cela soit rattrapable.

    Il ne faut pas rêver et espérer des miracles. Il y a des pauvres gens dans certains pays qui vivent de peu, mangent frugalement et vivent très longtemps de façon autonome avec tout leurs esprits.

    Alors il faut arrêter avec cette histoire de santé de classes sociales qui est complètement débile et propre aux archéo-communistes qui vivent dans le passé. Certes, les riches ont un meilleur accès aux soins de santé, mais quand ils ont un cancer, ils crèvent comme les autres et la médecine ne peut pas plus pour eux. Les statistiques des chimio ne font pas de distinction entre riches ou pauvres. La chimio n’est pas si efficace que ça et le taux d’échec reste supérieur au taux de succès.

    Répondre
  5. Jaures

    6 novembre 2012

    Quinctius, les cadres, dont font partie les PDG, vivent en moyenne 6,5 années de plus que les ouvriers, artères en plastique ou non. Il existe bien une santé de classe. Quant à la Grèce, je ne pense pas qu’ils aient adopté “l’american way of life” depuis 4 ans, période où justement on voit leur santé se dégrader. Ainsi, un laboratoire allemand (Merck) vient de cesser de livrer un anticancéreux à la Grèce en raison de ses dettes. Pensez-vous qu’un peu d’huile d’olive sera tout aussi efficace ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      6 novembre 2012

      Z’avez rien pigé , rien de rien …

      ” vivre ” avec du plastic 6 ans de plus je n’appelle pas cela vivre

      Répondre
  6. Toni

    5 novembre 2012

    Jaures; hébergez le chez vous le Roms … montrez l’exemple aux autres.

    Jaures a écrit : “Le rom, lui, retournera à son taudis sitôt sorti des urgences. Personnellement, je n’ai pas besoin de voir un rom crever devant un hôpital pour être motivé à travailler et à me cultiver.”
    ce n’est pas mon problème que le roms vive dans un taudis … prenez le chez vous ou demandez à François Hollande.

    Répondre
  7. QUINCTIUS CINCINNATUS

    5 novembre 2012

    @ Jaurès

    les peuples les plus frugaux sont aussi les peuples les plus heureux
    si vous croyez qu’un P.D.G. avec ses artères en plastic , ses articulations en céramique , ses poumons asphyxiés est un homme qui ” bénéficie ” d’une vie que lui donnerait la médecine de classe c’est que vous n’avez rien compris à la Vie … si justement les Grecs actuels ( je parle des citadins ) sont en ” mauvaise ” santé c’est qu’ils ont adopté ” the american way of life ” … N’étiez vous pas plus ” épanoui ” dans le Queyras que devant votre ordinateur ( un cahier de doléances numérisé ! )
    d’ailleurs j’ai bien peur que sur le blog nombreux soient ceux qui suivent ce mode de Vie et de Pensée ( si on peut parler de Vie et de Pensée ! )
    Sur ce , comme Gogol , je m’en vais par les chemins, les sentiers et les collines me balader avec mon chien en toute liberté !

    Répondre
  8. Jaures

    5 novembre 2012

    Quinctius, ce que vous dîtes était vrai il y a quelques années, Depuis la crise, le système de santé grec s’effondre, les Grecs n’ont plus accès aux soins, les médicaments ne sont plus livrés et déjà, l’espérance de vie en bonne santé fléchit. Le régime crétois sans un bon système de santé ne fait pas de miracle.
    Toni, avec son style de vie, le PDG aura bien moins de chance d’avoir recours à des soins et, quand ce sera le cas, sa mutuelle lui permettra de conserver ses revenus, d’avoir une chambre individuelle, une convalescence avec le meilleur suivi, etc…
    Le rom, lui, retournera à son taudis sitôt sorti des urgences. Personnellement, je n’ai pas besoin de voir un rom crever devant un hôpital pour être motivé à travailler et à me cultiver.

    Répondre
  9. Toni

    4 novembre 2012

    Jaures ce que je vais dire sera peut être en dehors du sujet mais il y a un truc dont je suis sur en tant qu’handicapé léger … C’est que je préfère me jeter du haut d’une falaise lorsque j’aurai des problèmes de santé plutôt que ce soit vous et votre système égalitariste qui prenne soin de moi …
    J’ai déjà vu de quoi ce système était capable avec des proches …

    Je paierai vos cotisation du code de la loi mais je vous dispense de prendre soin de moi.Je préfèrerais encore dormir avec les sdf …

    Maintenant ne niez pas qu’avec un ticket restaurant et 2 euros, vous aurez de quoi vous payer un kebab frites et un verre de piquette … C’est la même chose avec la médecine.

    Je vais m’expliquer …

    Un roms arrive dans nos hopitaux en salle d’attente et profite de nos services … Au nom de l’égalité, mettons qu’un pdg qui a cotésé toute sa vie arrive dans la salle d’atttente avec le roms … L’autre pdg va se dire, mais pourquoi suis je aussi stupide d’avoir cotisé pendant 40 ans pour la France …

    La morale de l’histoire est que en France si on en fiche pas une, on est presque aussi bien ou même mieux servi que le contribuable et les travailleurs.
    Pourquoi diable s’embêter à travailler dur et se cultiver ? Vaut mieux aller promener le chien de chasse …

    De même que un resaurateur payé avec un deux tickets restos ne se démènera pas vraiment …

    Le bon sens mr le syndicaliste, ça existe vous savez …

    Répondre
  10. QUINCTIUS CINCINNATUS

    4 novembre 2012

    @ Jaurès

    là où la longévité ” naturelle ” est la plus grande et où la vieillesse est la plus heureuse c’est … la Grèce ; en particulier dans les iles de la mer Egée … et je ne pense pas que les frais médicaux “techniques” y soient particulièrement élevés
    vous avez sur la question une vision de ..taupe !

    Répondre
  11. Toni

    4 novembre 2012

    Malmaison a écrit : “Faut il attendre que les agences de notation mettent la France en situation de payer 10% d’intérêts pour tous les nouveaux crédits ?”

    Oui absolument. Et ce jour là le syndicaliste de service aura autre chose à faire que de flooder ici … Il aura déjà bien du mal à protéger son patrimoine ses fins de mois et son entourage de scènes d’émeutes et de pillage généralisées.

    Répondre
  12. Jaures

    4 novembre 2012

    Et vous, Malmaison, que proposez-vous ? La privatisation ? Aux Etats-Unis, la part du PIB consacrée à la santé est de 17,4% pour 11,8% en France. La santé y est-elle plus performante ? Plus accessible ? Les Américains vivent-ils plus longtemps et en meilleure santé ?
    En fait, l’espérance de vie et les techniques médicales étant en augmentation constante, la part de notre richesse consacrée à la santé augmente également. Il ne sert à rien de le nier ou d’essayer de faire porter le poids de cette charge à une catégorie plutôt qu’une autre. Chacun devra payer en fonction de ses ressources et les professionnels doivent participer à une gestion raisonnable du budget de la sécurité sociale sans que les réflexes corporatistes prennent le dessus.

    Répondre
  13. Toni

    3 novembre 2012

    Malmaison a écrit : “Mais pourquoi les Français ont fait le choix d’installer la misère en FRANCE ?
    La démocratie est ainsi faite.”

    La France est une inaptocratie où des inaptes comme Jaures élisent des gens aussi inaptes. Maintenant si les gens comme jaures votent pour faire de ce pays une poubelle à ciel ouvert … où viennent se réunir tous les malfrats toxicos clochards prostitué(e)s … Il faut respecter le choix électoral de Jaures et de ses collègues syndicaux.

    Répondre
    • Malmaison

      4 novembre 2012

      OUI que propose Jaures pour améliorer la situation des malfrats ? En votant pour les politiques qui organisent la misère, on va encore aggraver leur situation.
      Les budgets de redistribution empruntent de plus en plus au quotidien.
      Faut il attendre que les agences de notation mettent la France en situation de payer 10% d’intérêts pour tous les nouveaux crédits ?

      Répondre
  14. Malmaison

    3 novembre 2012

    Le gouvernement n’a qu’une priorité, S’ATTAQUER À TOUS CEUX QUI FABRIQUENT DE LA RICHESSE ET DÉFENDRE TOUS CEUX QUI SE DÉCRÈTENT ADMINISTRATEURS DE LA FRANCE.
    Donc toutes nos élites quittent la France à cause du discours de la solidarité. Cette solidarité étant, d’année en année, payée par l’emprunt. En commençant par la plus grande braderie historique initiée en 1981….
    La médecine est l’excellent bouc émissaire de cette politique initiée le 6 mai 2012 et qui va faire fuir la plupart de nos élites médicales dont tous les membres seront accueillis à bras ouverts dans les pays de leur choix.

    Mais pourquoi les Français ont fait le choix d’installer la misère en FRANCE ?
    La démocratie est ainsi faite.

    Répondre
  15. Jaures

    3 novembre 2012

    Quinctius, il est vrai que les infirmiers et les ambulanciers ne sont pas les derniers à frauder mais les médecins ne sont pas en reste:sites.google.com/site/pagesecu/fraudes-et-autres-questions-de-regulation/faits-presque-divers
    Pour le reste, 60% des médecins exercent en libéral (insee) et dire que si la profession se féminise c’est qu’elle se dévalorise est stupéfiant. Toutes les professions se féminisent, Quinctius, depuis le milieu des années 60 où les femmes ne se voient plus interdire certains métiers et ne sont plus tributaires d’une autorisation maritale pour travailler.
    Seriez-vous nostalgique ?

    Répondre
  16. QUINCTIUS CINCINNATUS

    3 novembre 2012

    ceci s’adresse tout particulièrement à @ Jaurès à qui manque des données économiques et sociologiques pour avoir une réflexion qui ne soit pas dogmatique

    – un étudiant arrivé en fin de cursus , sur dix ( environ ) s’installe pour exercer de façon libérale … d’où les ” déserts ” médicaux
    – la plus part rejoignant des structures de soins publiques ( R.T.T. , 35 heures , pas d’assurances professionnelles personnelles puisque prises en charge par l’Hôpital public etc … )
    – la profession est de plus en lus ” féminisée ” ; quand ne profession se féminise c’est qu’elle devient moins rentable !

    et ” voilà pourquoi la santé est malade ” comme aurait pu le dire … Molière ( attention pas Millière , rien à voir ! )

    quant à dire que les professions de santé traient la vache à lait de l”assurance santé , vous pensez sans doute aux ambulanciers , infirmiers , et kinésithérapeutes car j’ai rarement vu un bon médecin abuser de la sorte sauf quelques uns par ailleurs très estimés de la population ” socialisante ” ( arrêts de travail , ordonnances démentielles etc … ) et effectivement peu “dérangés” dans leurs pratiques par le Conseil de l’Ordre ( clientélisme social )

    Répondre
  17. HansImSchnoggeLoch

    3 novembre 2012

    Un sans-papier est quelqu’un qui franchit une frontière sans papiers ou avec des papiers non valides. Oubliez vos papiers quand vous roulez en voiture et faites vous arrêter par la police. Je ne pense pas devoir vous faire un dessin de ce qui arrivera.
    Ceci dit, un sans-papier infectant une citoyenne ou un citoyen d’un pays quelconque ne devrait pas exister si les autorités contrôlant les frontières faisaient leur travail correctement.
    Il en découle que l’AME est superflue et est une prime au travail bâclé des contrôleurs de frontière.
    Le contribuable lambda paie donc deux fois, une fois pour le salaire des contrôleurs et une fois pour l’AME.
    Il risque même de payer de sa vie s’il se fait infecter.

    Répondre
  18. Toni

    3 novembre 2012

    Tu n’imposeras pas à un restaurateur haut de gamme de te faire de la grande cuisine pour un ticket restauran…

    Tout est dit ici. Remarquez Jaures, avec ce ticket resto et quelques euros de plus vous pouvez vous payez une assiette kebab et un verre de piquette … (Source: environ 100 snack kebabs à saint-etienne/Lyon) … Parfois ces trucs il y en a trois ou quatre les uns à al suite des autres …

    Dans vos réunions syndicales Jaures, c’est ce que je ferais pour la pause de midi, commander X plateaux kebabs. J’ai bon comme ça ?

    Répondre
  19. quinctius cincinnatus

    2 novembre 2012

    trop ” franchouillards ” et trop corporatistes aussi aurais je dû ajouter

    Répondre
  20. Jaures

    2 novembre 2012

    Cher Quinctius, ce n’est pas moi qui parle “d’esclavage”, mais l’auteur de l’article. Qui a dit que le métier de chirurgien serait facile et paisible ? Personne, évidemment. Cependant, je ne pense pas que seuls ceux qui pratiquent une profession, quelle qu’elle soit, soient les seuls qualifiés pour en parler (sauf évidemment dans leurs implications purement techniques). D’ailleurs, qui se gène ici pour mettre en cause, et sans vergognes, les corps de métier les plus divers ?
    Le discours d’Arielle Salon n’est pas étonnant. Avez-vous déjà entendu quelqu’un expliquer publiquement qu’il exerce un travail reposant et bien rémunéré ? Ce qui me gène chaque fois c’est la propension à dénigrer les autres pour se faire valoir. Les étudiants qui postulent aux rares places disponibles connaissent les intérêts et contraintes du métier, ce qui ne les empêchent pas de s’inscrire en masse quand d’autres métiers peinent à recruter. Et je rappellerai à Arielle Salon que les principaux fraudeurs de la branche maladie sont les professionnels de la santé.
    Enfin, M Chassaing, êtes-vous sûr que la santé des Français y gagnerait si on supprimait l’AME ? Pensez-vous que les pathologies infectieuses, par exemple, ne se transmettent qu’entre “sans papiers” ?

    Répondre
  21. QUINCTIUS CINCINNATUS

    2 novembre 2012

    Jacques Chassaing ? … tiens un AUTRE syndicaliste sur le blog … il faudrait donner votre pedigree cher collègue !
    Jamais appartenu à un seul syndicat de médecins … trop ” franchouillards ” à mon goût ces derniers !

    Répondre
  22. QUINCTIUS CINCINNATUS

    2 novembre 2012

    @ Jaurès

    Comme à votre habitude , vous parlez doctement de choses que vous ne connaissez pas … le métier de chirurgien est un métier de chien , pas un métier d’esclave … lorsque vous n’aurez plus que des incompétents pour vous soigner vous révolterez … encore contre eux !
    l’actuelle ministre de la Santé n’est pas davantage compétente que ses prédécesseurs … car c’est toute la formation , la sélection et l’exercice qu’il faut remettre CHIRURGICALEMENT à plat ( comme on dit en … chirurgie ! )

    Répondre
  23. 2 novembre 2012

    Bonjour,
    Vous donnez là des sérieux éléments d’information pour le grand public. J’y ajouterai que l’Aide Médicale d’Etat généreusement offerte aux “Sans papiers” nous coûte 633 millions d’€ par an (pour 215 763 bénéficiaires en 2009, derniers chiffres publiés et en constante augmentation depuis 2005). Une situation d’illégalité qui procure au final des droits, ce que souligne le député avocat Gilbert Collard.
    Cordialement, Jacques Chassaing

    Répondre
  24. dubos

    2 novembre 2012

    De méme qu’on ne fait pas boire un ane de force on ne peut changer la maniére de penser d’un socialiste !!
    Le dogme voila l’ennemi

    Répondre
  25. Toni

    2 novembre 2012

    Jaures a écrit: “Pour ma part, je ne me résoudrai jamais à un système où les cliniques modernes sont réservées aux riches alors que les plus modestes doivent se contenter de « free clinics ».

    Jaures les plus modestes dont vous parlez, je suis handicapé léger et j’en connais. Les plus modestes pour certains l’ont bien cherché pour avoir des ennuis de santé.
    Personne ne leur dit pour certains d’entre eux de se goinfrer de sucreries et de fumer 40 cigarettes par jour.

    Ces plus modestes là se contenteront des “free clinics”.

    Répondre
  26. COMPATISSANT

    1 novembre 2012

    Je compatis a votre soucis et adhère totalement a votre discours. Sauf que vous oubliez un point essentiel avec miss Marisol : comme la grande majorité des gens de son bord elle ne fonctionne pas sur un raisonnement sain mais par pure idéologie. Et combien en avons nous vu d’intelligences qui, lorsque l’idéologie s’en mèle, se comportent comme les pires des idiots (idiotes).. Il est non seulement à craindre que vous prechiez dans le désert, mais que l’obstination aveugle de cette personne se renforce. Qui peut prétendre faire boire un âne qui n’a pas soif?

    Répondre
  27. MARTIN

    1 novembre 2012

    Bravo pour cette mise au point. L’auteur aurait dû beaucoup plus insister, et cela reste à faire, sur la voracité pour ne pas dire le scandale du coût des mutuelles qui, tout compte fait et eu égard aux 35 millards encaissés chaque année, ne prennent en charge qu’une petite partie des dépenses de leus mutualistes. On se goinfre de ce côté là, en association avec les politiques c’est bien connu.

    Répondre
  28. Jaures

    1 novembre 2012

    Le salaire moyen d’un chirurgien en France est de 1O 4OO€net/mois (source UNASA). Je suis le premier à dire que ce salaire n’est pas volé. Mais je ne vais pas non plus pleurer. Le problème avec les corporations, c’est qu’elles se décrivent toujours comme en état d’esclavage. Pourtant, le nombre de candidats aux études difficiles de médecine s’accroit lors même que la sélection y est plus difficile avec notamment un numerus clausus très strict.
    Ainsi, chaque année, ce sont 50 000 étudiants qui postulent aux 7400 places offertes. Ce chiffre a doublé en 10 ans. Je ne suis pas sûr qu’il y aurait autant de candidats pour un poste d’esclave.
    Il est évident que si Arielle Salon souhaitait faire fortune, il fallait qu’elle s’oriente vers la finance. La santé n’est pas un produit comme un autre. Elle est un élément indispensable du pacte social. Le discours infantile du “c’est pas moi c’est lui (la sécu, les mutuelles,…)” doit laisser place à une réflexion en profondeur sur les professions de santé dans une période économique difficile alors qu’augmente l’espérance de vie et le coût d’une médecine de plus en plus performante et sophistiquée.
    La question à se poser est: la médecine doit-elle être accessible à tous, quel que soit ses revenus ou ses pathologies ? Pour ma part, je ne me résoudrai jamais à un système où les cliniques modernes sont réservées aux riches alors que les plus modestes doivent se contenter de “free clinics”.
    Si c’était le cas, comme aux Etats-Unis, Arielle Salon ferait-elle partie des mandarins qui opèrent à prix d’or des notables aisés dans des cliniques princières, ou des médecins bénévoles qui officient dans des gymnases pour des personnes en difficulté qui doivent faire la queue pendant des heures pour profiter d’une médecine humanitaire ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)