Lettre ouverte d’un travailleur social aux responsables du journal de T F 1 à propos des « sans papiers »

Posté le décembre 07, 2009, 12:00
6 mins

Messieurs,

Dimanche 8 Novembre 2009, aux actualités du 20 heures, vous nous avez, à nouveau, sensibilisés au problème des «  sans papiers », leitmotiv récurant chez les journalistes…

Etant amené à les fréquenter deux jours par semaine, je comprends l’angoisse de ces gens de vivre dans l’insécurité du lendemain ; mais votre reportage m’a fait bondir, car vous occultez systématiquement une bonne partie du problème.

En effet, ils sont venus ici en connaissance de cause, en sachant très bien qu’ils violaient les lois françaises sur l’immigration et auraient dû préalablement demander un visa.

Ils travaillent illégalement « au noir » (car il faut bien qu’ils se nourrissent), mais se servent ensuite de cet alibi pour réclamer, devant vos caméras compatissantes, la régularisation de leur situation : c’est un comble… En les soutenant, vous faites l’apologie de la violation de nos lois !

Pourquoi n’avoir pas dit aux téléspectateurs que ces gens n’étaient pas aussi malheureux que vous voulez bien le faire croire (ils étaient tous en forme et chaudement vêtus), ni signalé :

  • Qu’ils ont accès aux soins gratuits par l’AME ( Aide Médicalisée d’Etat ) ;

  • qu’ils ont droit à la CMU dans l’attente de leur régularisation ( et à la carte vitale que certains considèrent comme une véritable reconnaissance de leurs droits ) ;

  • que leurs enfants sont accueillis immédiatement et gratuitement dans nos écoles ;

  • qu’ils obtiennent des logements par des contacts déjà en place.

Certains d’entre eux m’ont même dit qu’après avoir été régularisés, ils avaient beaucoup plus de mal à trouver un emploi qu’avant !


La nationalité française pour se faire soigner chez nous

Pour beaucoup d’entre eux, la régularisation est un moyen d’avoir accès à beaucoup d’autres avantages sociaux (et pas forcément au travail). Une fois régularisés, ils me font faire, par exemple, des dossiers MDPH pour faire reconnaître une invalidité ( pour eux ou leur femme ) afin de toucher l’AAH ( allocation adulte handicapé… sans avoir à travailler ).

Quant aux demandes de nationalité française que je fais, elles concernent surtout des 50 ans et plus qui veulent pouvoir faire librement la navette entre leur pays du Maghreb et la France pour pouvoir se faire soigner chez nous : quelle motivation et quel amour de la France !

A titre d’exemple, je vous citerai l’histoire d’une jeune femme qui a fait venir sa mère de 80 ans en France pour 3 mois, en vacances touristiques : la mère n’est jamais repartie, elle est devenue « sans papier » et s’est faite gratuitement opérer au titre de l’AME d’une prothèse de la hanche ; puis elle s’est maintenue sous prétexte de soins consécutifs et a obtenu la régularisation de ses papiers. Elle sera ainsi soignée gratuitement jusqu’à la fin de ses jours, alors qu’elle n’a jamais séjournée en France et n’a jamais cotisé !

J’observe de tels cas à longueur d’année ; je ne suis pas assis derrière un beau bureau, grassement payé, pour diffuser des messages humanitaires ! Mais je peux vous dire qu’au rythme des entrées illégales actuelles, notre système social ne survivra pas longtemps. Vous feriez bien d’y réfléchir et d’en aviser les Français : ça, ce serait de l’information !

J-P. V.
Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

6 réponses à l'article : Lettre ouverte d’un travailleur social aux responsables du journal de T F 1 à propos des « sans papiers »

  1. xxl

    10/12/2009

    Mais malheureusement tout cela est connu depuis longtemps.
    C’est comme les centres de distribution gratuite de nourriture : allez vous poster une journée et regardez qui arrive. Vous allez en voir pas mal qui viennent en Mercedes ou autres Bm….!!!
    C’est la France !  et beaucoup le savent, et c’est bien pour cela qu’ils viennent et pourquoi se gêneraient-ils après tout.
    Ou sont les imbéciles ?

    Répondre
  2. dbp

    09/12/2009

    en parlant d ecole gratuite pour les enfants de clandestins =
    je me trouvais dans un pays en voie de sous développement ( appelons les choses par leur vrai nom )
    a un interlocuteur  local; je faisais remarquer que chez lui c était pas le boxon comme dans certaines classes en france
    sa réponse : bien sur  !   ici l école est payante ; ce qui  fait  que  les parents ne tolereraient pas que leurs enfants fassent n importe quoi en classe …..

    Répondre
  3. lona

    08/12/2009

    dans mon ancien boulot, j’ai vu des dossiers (c’est pas des on m’a dit, j’ai vu les versements de la caf, les docs…. ) j’ai alluciné, et j’étais pas la seule !!! on était écoeuré et surpris du montant que certaines personnes peuvent avoir en cumulant les aides. Effectivement, pour certaines personnes… ça vaut pas le coup de travailler !!! et le pire c’est qu’elles te le disaient en face.

    Alors y a des gens qui n’ont pas d’aides alors que FRANCHEMENT on pourrait faire quelques choses, y a des gens qui profitent à donfffffffff, y a des gens qui demandent rien et qui payent tout. Et pourtant on nous dit que le système est juste…….je dirais …..illusoirement parlant.

    Répondre
  4. sas

    07/12/2009

    A VIGNELLO……pas si mal vu que ca ,pour un malvoyant….

     

    beaucoup le savent……mais quand bougera enfin la france profonde ?????

    juxtaposé et fourche a la main…..??????

    mais …..j entend dans le lointain……etc,etc et ca va abreuver les sillons.

     

    sas

    Répondre
  5. Daniel

    06/12/2009

    Hé oui ! de mensonge en mensonge jusqu’au mur.

    Hello Jaurès, lisez cet article, vous qui prétendez que personne ne vient des pays pauvres pour profiter des avantages sociaux.  Le profit, l’argent volé, ça a beaucoup de visages.  Quant aux voleurs et aux menteurs, ils sont régularisés grace à leur mensonge,  c’est à dire récompensés par l’Etat Français  pendant que le fisc culpabilise et décourage les quelques Français qui essaient de travailler dans le cadre de la légalité… et qui prennent des risques personnels limite inconscience en voulant rester dans la légalité, pendant que l’Etat organise la concurrence déloyale et verse du fric aux illégaux. Pas besoin d’armes pour éliminer…   Tout va très bien, madame la marquise, tout va très bien, tout va trè bien…  chante Jaurès  chaque semaine. 

    Merci pour cet article qui rejoint les nombreux témoignages des gens qui sont sur le terrain et qui ne peuvent se contenter de rêver qu’ils sont bons.     

    Répondre
  6. VIGNELLO Daniel

    06/12/2009
    Je suis devenu mal voyant à la retraite mais suis Français d’origine Savoyarde et, certifie que les aides sociales aident surtout les travailleurs sociaux et ne sont que gaspillage de l’argent public pour nourrir une bureaucratie pléthorique et nocive qui incite à la violence les profiteurs que vous citez et qui est donc nocive. Qui est fautif : le corrupteur ou le corrompu ? Les interventions et règlementation de l’administration obèrent et étouffent toute initiative privée. Notre dette est la rançon de 35 ans de laxisme et de redistribution aveugle qui se cache derrière un mur de bureaucrate et de démagogie. Oui je parle de mon pays et regrette de ne plus avoir la force d’envahir avec des fourches nos assemblées qui ne nous représentent plus et qui sont les pantins de l’oligarchie. Exemple dans les années 50, un oncle de plus de 90 ans (né en pays de Savoie avant le rattachement) a souhaité finir sa vie en maison de retraite, idem pour une tante dans les années 70. les établissements, non déficitaires, se sont contenté des petites retraites et ont même laissé de l’argent de poche. Aucun cout pour la famille. Actuellement, il faut verser au moins deux fois la retraite d’un travailleur pour être accepté et souvent brutalisé. Voila un exemple de bureaucratie nuisible et en plus nous avons des millions de RSA et autres aidés sans contrepartie. Qui profite des tricheurs ?
    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)