Mariage inverti : le combat continue !

Posté le mai 06, 2013, 10:20
6 mins

Le discours tenu par François Hollande au lendemain du vote par l’Assemblée nationale de la loi Taubira sur le mariage inverti et l’adoption par les homosexuels, témoignait de l’inquiétude et de l’impuissance du pouvoir face à la protestation des Français. Le gouvernement a voulu brusquer les choses et passer en force (vote à main levé au Sénat, puis retour précipité du texte devant l’assemblée nationale) dans l’espoir que l’adoption du projet de loi suffirait à démobiliser ses adversaires et à ramener le calme.

C’est à ce calcul que se rapportent les propos du président de la République :

« Aujourd’hui, je demande que ce qui vient de se produire au Parlement soit compris comme étant la loi de la République. (…) D’ici là, je cherche et j’appelle chacun à chercher l’apaisement, c’est-à-dire la compréhension, le respect. Parce que tout maintenant doit être consacré à ce qui est l’essentiel : la réussite économique de notre pays et la cohésion nationale. (…) Mais aujourd’hui plus que jamais, le rassemblement du pays doit se faire sur ce qui est attendu par beaucoup de nos compatriotes : l’emploi, le redressement, la confiance. »

Il faut lire et relire ces lignes, pour mesurer le désarroi du pouvoir face à la résistance massive qu’opposent les Français à son projet. En somme, maintenant qu’il a imposé sa loi en s’appuyant sur une majorité parlementaire coupée du peuple et dont le triomphe, au soir du vote, était rien moins qu’indécent, Hollande aimerait bien que ceux contre lesquels son ministre de l’Intérieur, Manuel « Gaze », a lâché ses chiens, rentrent sagement dans leurs foyers en s’excusant du dérangement.

Après leur avoir ouvertement  témoigné son mépris, il leur parle de respect. Après les avoir provoqués, il leur prêche l’apaisement. Après avoir refusé de les entendre, il les invite à plus de compréhension.

Après avoir créé une nouvelle et profonde fracture entre le pays réel et le pays légal, entre le peuple et le petit système politico-médiatique qui prétend le tenir en sujétion, sur un sujet essentiel puisqu’il s’agit comme le disait Taubira elle-même d’un enjeu de civilisation, et pourtant secondaire puisqu’il ne sert que l’intérêt d’un lobby, il appelle à l’union nationale qu’il vient lui-même de saborder.

Quelle inconscience, et quel paradoxe !

Oui, l’emploi, le redressement, la confiance – qui se mérite – étaient prioritaire ; c’est pourquoi la sagesse aurait commandé de renoncer à ce projet de loi diviseur.

Si Hollande s’y est refusé, c’est pour des motifs idéologiques qui étayent une conception archaïque et marxisante de la politique : « Cette réforme va dans le sens de l’évolution de notre société », affirme-t-il ; « Cela correspondait au mouvement irréversible de l’Histoire. »

Voilà ressorti de la boîte à outils rouillée du marxisme-léninisme le vieux mythe du sens de l’Histoire, démenti par l’évolution du monde depuis ces trente dernières années, mais auquel continuent de s’accrocher les Hollande et les Attali.

S’y ajoute le mensonge, idéologique aussi : « c’est une étape vers la modernisation de notre pays, vers plus de liberté, plus d’égalité – les principes qui fondent notre République. » ; « Cette réforme élargit les droits des homosexuels, sans rien enlever à personne. »

C’est faux, bien sûr : de quelle liberté et de quelle égalité bénéficie l’enfant adopté, déjà victime de l’abandon et de la perte de ses parents naturels, qui va être confié à un couple homosexuel et privé ainsi de la richesse fondamentale que représente la complémentarité de l’homme et de la femme dans l’éducation et les soins dispensés à l’enfant ? Cette réforme le privera des fruits de cette « parité »fondamentale.

C’est ce que sent, ce que sait la nombreuse  jeunesse française qui se lève aujourd’hui – aux côtés de ses aînés – pour dire non à la loi et en demander l’abrogation pure et simple, dans un élan d’autant plus beau qu’elle se bat, avec toute la générosité dont la jeunesse est capable,  pour autrui : pour les générations à venir, pour les enfants abandonnés, pour les plus faibles, contre les idéologues socialistes et leur système coercitif.

Hollande a allumé un feu qu’il n’a plus les moyens d’éteindre – sauf à renoncer à cette loi inique et scélérate. La loi est votée ; et alors ?

11 réponses à l'article : Mariage inverti : le combat continue !

  1. vozuti

    08/05/2013

    pour lutter contre l’homophobie,l’homosexualité doit devenir la norme;de meme que pour lutter contre le racisme,les français doivent devenir arabo_africains.nos gouvernants mettent en oeuvre une idéologie extremiste qui consiste à faire disparaitre tout ce qui définissait la population européenne ainsi que sa civilisation:les moeurs,la religion,la race ,les règles morales de bases;meme l’industrie doit disparaitre.que restera_t_il après le passage de ce pouvoir UMPS ? une autre population est en train de prendre la place,mais il ne restera aucune trace de ce qu’a été la france.

    Répondre
  2. Jaures

    07/05/2013

    « le garçon élevé par deux mamans sera forcement fille, » écrit Raf. Et que dîtes-vous des nombreux enfants élevés au sein de familles monoparentales ? Seront-ils également du même sexe que leur parent unique ? D’où tenez-vous que l’on hérite du sexe des parents ? Et si l’on suit votre raisonnement, si un enfant élevé par deux parents de même sexe hérite de ce sexe, celui élevé par une famille hétéro sera-t-il bisexuel ? Les homosexuels sont-ils tous issus d’une famille homo ? Et si un enfant hérite mécaniquement du sexe de ses deux parents homos, vous ne voyez donc aucun inconvénient à ce que deux lesbiennes, par exemple, élèvent une fille ?

    Répondre
  3. raf

    07/05/2013

    un enfant élevé par deux personnes de même sexe ne connaîtra pas l’autre sexe, il n »aura aucune référence pour pouvoir l »apprécier, le garçon élevé par deux mamans sera forcement fille, la fille élevée par deux papas sera forcement garçon ( où sera alors son choix du genre?)

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      07/05/2013

      pas forcément il peut avoir une réaction très , très hostile envers les homosexuels !

      Répondre
  4. 06/05/2013

    L’adoption de la loi au sénat n’a été possible que par la trahison de la droite molle dont le président Maire de Marseille est un homosexuel reconnu et qui en conséquence ne pouvait facher ses « amis » .Du temps de Deferre lorsque Gaudin et Pezet ( gauche et droite mais même « sensibilité ») s’accrochaient en réunion du conseil municipal Gaston Deferre se penchait vers son voisin et en souriant disait: laissez les faire ils vont se griffer ..( Journal Minute )

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    06/05/2013

    Jaures « C’est d’ailleurs le cas de nombreux enfants en France et ailleurs sans que s’exprime la moindre différence entre eux et les autres enfants. »

    Prouvez le donc, mais sans le club des menteurs de l’insee?

    Répondre
    • Jaures

      07/05/2013

      Cher Hans, c’est quand même un peu fort de demander à une communauté, quelle qu’elle soit, de prouver qu’elle ne serait ni pire, ni meilleure que les autres. Qui plus est sans avoir recours aux statistiques officielles.
      Si j’osais, j’irai jusqu’à penser que vous auriez l’ombre d’un préjugé défavorable.
      Si les couples homos doivent faire la preuve que leurs enfants ne sont en rien distincts des autres, c’est que, s’il existe des différences, celles-ci ne sont pas évidentes. Il convient donc dés lors de demander à toutes les communautés de prouver leur capacité à élever des enfants sans risques pour ces derniers de névrose, d’échec scolaire, de propension à la violence ou autres perversions. Et ce, bien sûr, sans l’appui des statistiques.
      Je vous souhaite bien du courage !

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        07/05/2013

        Jaures du 7 MAI 2013 À 9 H 37 MIN,
        Commencez donc à travailler et envoyez vos réponses pendant votre temps libre.
        Votre argumentation ne m’impressionne pas et vous ne prouvez rien du tout. Complètement à côté de la plaque comme d’habitude!
        Mon courage est réservé pour des causes plus dignes et cela ne vous regarde d’ailleurs pas.

        Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    06/05/2013

    MARIAGE INVERTI ( sic ) … quand les  » catho-loden  » ou  » bobo-Saint-Sulpice  » ) comprendront ils enfin que les mots qu’ils emploient pour se donner une bonne moralité sont d’une part inutilement insultants et d’autre part contre-productifs ( pour la  » cause  » qu’ils croient ainsi défendre ) … Toujours se méfier des grandes gueules donneuses de leçons de Morale

    Répondre
  7. Jaures

    06/05/2013

    « C’est faux, bien sûr : de quelle liberté et de quelle égalité bénéficie l’enfant adopté, déjà victime de l’abandon et de la perte de ses parents naturels, qui va être confié à un couple homosexuel  » Quel argument fallacieux ! L’adoption était déjà possible par des célibataires, lesquels pouvaient être homosexuels et vivre en couple. C’est d’ailleurs le cas de nombreux enfants en France et ailleurs sans que s’exprime la moindre différence entre eux et les autres enfants.
    Personne n’a jamais demandé l’abrogation de cette disposition. Questions: quel statut proposez-vous pour les enfants actuellement élevés par des couples homos ? Si cela représente un tel danger, demandez-vous que ces enfants soient retirés à leurs parents et placés d’urgence ?

    Répondre
    • orldiabolo

      07/05/2013

      C’est bien le problème de ces lois dites « sociétales » qui, aux yeux des gens de gauche, sont bien plus importantes que celles qui prétendent (espère !) gérer l’économie, parce que les premières visent essentiellement à « faire table rase », à bouleverser l’ordre ancien et à créer l’homme nouveau. C’est ça l’essentiel à leurs yeux. Au bout de « x » années, on peut revenir sur un impôt ; pas sur un lien d’état-civil… C’est pourquoi quand on monte sur ce type de toboggan, on le descend généralement jusqu’au bout. Soyez certains que nous avalerons le menu maçonnique complet : euthanasie, clonage, location de ventres, etc.. Et sans doute au passage la polygamie, puisqu’il y a déjà une demande du CFCM. (C’est logique : si le mariage n’est plus l’union de UN homme avec UNE femme, il peut bien être celui de UN homme et de PLUSIEURS femmes, non ?) D’autant que le PS ne voudra pas se priver d’un électorat si gentil avec lui… Et que « la droite » -comme toujours effrayée par ses propres idées- ne voudra pas donner l’impression d’aller contre « le progrès ». La seule chose qui nous sera épargnée (un temps), c’est la pédophilie. C’est un peu tôt, et le morceau trop gros. Pour l’instant.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)