Mariage pour tous : le point de vue d’un homosexuel

Posté le mars 06, 2013, 11:57
6 mins

Ce projet de loi a suscité dans les colonnes de ce journal de très nombreuses réactions de la part des chroniqueurs et des lecteurs. Ces réactions, unanimement opposées à ce projet, ont été souvent abruptes, sectaires, et parfois à la limite de l’homophobie, montrant de toute évidence une méconnaissance de l’homosexualité telle qu’elle est vécue aujourd’hui.

Aussi, il me paraît nécessaire qu’un homosexuel (de droite et abonné aux « 4 Vérités » depuis de nombreuses années) apporte un éclairage un peu plus nuancé sur cette future loi et rétablisse quelques vérités.

Le principal argument des opposants au mariage gay est que cette loi va dénaturer les valeurs fondamentales du mariage hétérosexuel. Lorsqu’on voit le nombre de couples hétéros qui vivent en concubinage, lorsque les divorces se multiplient, que les familles recomposées sont de plus en plus nombreuses et que les familles monoparentales et les mères célibataires deviennent monnaie courante, il faut bien admettre que les valeurs fondamentales du mariage ont volé en éclats depuis belle lurette. Et je ne compte pas les hommes mariés, pères de famille (j’en connais beaucoup), qui fréquentent les saunas gays et les men’s clubs.

J’enrage de voir qu’on puisse encore assimiler, y compris dans ce journal, les quelques excités d’Act Up et les exhibitionnistes de la Gay Pride à l’ensemble de la communauté homosexuelle. Il faut savoir qu’au-delà de 30 ans, la plupart des homosexuels vivent en couple et, la plupart du temps, d’une manière fort harmonieuse et durant de longues années. Plusieurs de mes amis retraités vivent en couple depuis 30 ou 40 ans, ce qui n’est plus le cas de nombreux couples hétérosexuels.

Autre sujet d’agacement, les déclarations des évêques, des imams et autre religieux hostiles à cette loi. Les opposants au mariage gay ont bu ces déclarations comme du petit lait, alors que cette loi ne concerne qu’un acte civil et n’a absolument aucun rapport avec une quelconque religion. D’ailleurs, je ne suis pas certain que les religions soient actuellement les mieux placées pour donner des leçons de morale.

Une autre vérité qu’il convient de rétablir concerne le vote des homosexuels. Il est parfaitement faux de croire que tous les homosexuels votent à gauche. Ils auraient pourtant de très bonnes raisons de le faire, puisque c’est grâce aux socialistes qu’ils ont obtenu plus de reconnaissance – en particulier avec le PACS. Presque la totalité de mes amis homosexuels votent à droite et un bon nombre (dont je fais partie) sont des adhérents du Front national. Ceci explique peut-être la retenue de Marine Le Pen lors des débats sur le « mariage pour tous » !

Fallait-il proposer (ou plutôt imposer) le « mariage pour tous », alors qu’il existe déjà le PACS? Il faut le rappeler, le PACS a mis fin à une grande injustice à l’égard des couples homosexuels car, lorsque dans un couple gay un partenaire venait à disparaître après des décennies de vie commune, le survivant était considéré par la loi comme un étranger. En raison des droits de succession très élevés, le survivant se voyait souvent dans l’obligation de renoncer à l’héritage laissé par son compagnon.

Que se passera-t-il une fois que la loi « mariage pour tous » sera votée et mise en oeuvre? En fait, pas grand-chose. Le nombre de mariages homosexuels sera anecdotique.

Beaucoup de couples gays estiment qu’ils n’ont pas besoin d’un contrat de mariage pour être heureux, à condition qu’on les laisse vivre en paix leur différence. Seuls les couples d’un certain âge disposant de biens profiteront peut-être de cette opportunité pour éviter les droits de succession.

Comme la majorité de mes amis, je pense que cette loi sur le « mariage pour tous » n’était pas une nécessité. Le gouvernement aurait été mieux inspiré d’améliorer le PACS pour le mettre légalement au niveau du contrat de mariage et lui trouver une autre appellation, laissant le mot mariage aux couples hétérosexuels. Cela aurait évité bien des manifestations et discussions stériles.

Quant à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, j’y suis personnellement totalement opposé. Les homosexuels n’ont pas vocation à élever des enfants. C’était encore une erreur du gouvernement que de jumeler l’adoption et le mariage

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)