Médicaments inutiles ou dangereux

Posté le mars 27, 2014, 11:54
55 secs
IMAGE__photo_jpeg_79_jpg

 

Les Pr. Philippe Even et Bernard Debré, avec leur livre sur les « 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », avaient lancé un sacré pavé dans la mare ! Aucune personnalité médicale de cette envergure n’avait encore osé dénoncer avec autant de force les conflits d’intérêt de certains médecins avec les laboratoires pharmaceutiques.

La sanction du très conservateur ordre des médecins n’a rien de surprenant, mais l’ordre aurait été mieux inspiré de remercier les auteurs de ce livre. La profession médicale a besoin de plus d’éthique. Et notre société a grand besoin de personnalités de cette trempe.

 Cambrai (59)

Vivien Hoch est doctorant en philosophie, directeur d'un pôle de recherche et communiquant politique.

Une réponse à l'article : Médicaments inutiles ou dangereux

  1. quinctius cincinnatus

    27/03/2014

    ces deux professeurs parlent aussi et surtout soit de choses qui ne les ont jamais concernés ou au pire qu’ils ignorent médicalement ( la pensée médicale commune étant leur seule référence ) soit de médicaments dont ils ignorent l’efficacité par exemple les médicaments homéopathiques à la condition que ceux ci soient judicieusement employés ( ici aussi la pensée commune ) … que les Français bouffent du médicament à poignées est une réalité bien établie, qu’ils utilisent les médicaments adaptées à leur(s) pathologie(s) et à leur réactivité physiologique naturelle est plus discutable, car encore faut il::

    – poser le bon diagnostic

    – connaître les possibilités de réactions naturelles du malade

    – connaître les contre indications et les incompatibilités ….
    entre autres choses sans parler des effets qu’on dit secondaires alors qu’ils sont physiologiquement primaires

    que le conseil de l’ordre des médecins de Paris se soit ridiculisé en interdisant d’exercice pendant 6 mois fermes des médecins qui n’exercent plus montre simplement qu’il est à leurs bottes

    on ferait tout aussi bien de parler du « conseil en pharmacie » qui est aussi un conseil donné sans interrogatoire ni examen cliniqueS du  » client  » et qui assez souvent a pour conséquence que le malade consulte le seul professionnel de santé formé à cet exercice , le médecin , avec retard et parfois même …trop tard

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)