Michel Boyancé et alii, L’éducation à l’âge du « gender » – Salvator

Posté le avril 24, 2013, 12:33
6 secs

Derrière le débat sur le « mariage pour tous », beaucoup d’idéologues socialistes placent une doctrine plus ou moins issue de ce que l’on appelle aux États-Unis les « gender studies » (les études de genre).

L’idéologie sous-jacente suppose que nous ne sommes pas liés par notre identité sexuelle biologique et que nous pouvons choisir notre « genre » : nous pouvons ainsi être un homme et choisir d’être une femme.

Six philosophes catholiques se sont penchés sur cette question dans ce petit livre très accessible (bien que le thème ne soit pas des plus simples !).

Derrière ce combat, on devine à l’œuvre l’idéologie constructiviste des socialistes et ce n’est guère rassurant…

Acheter en ligne : http://www.les4verites-diffusion.fr/home/220-l-education-a-l-age-du-gender-construire-ou-deconstruire-l-homme.html

27 réponses à l'article : Michel Boyancé et alii, L’éducation à l’âge du « gender » – Salvator

  1. Jaures

    01/05/2013

    Cher Sancenay, si j’avais qualifié votre précédent post de hors sujet, c’est qu’à mon sens il dénonçait surtout la cupidité qui amène des sociétés à délivrer des produits de contraception ou médicamenteux frelatés. C’est condamnable, et là je vous rejoins, mais que cela a-t-il à voir avec le gender ?
    Quand je parle de l’égalité, il s’agit toujours de l’égalité des droits. L’égalité ne nie pas les différences entre individus mais la différence de leur traitement social. Cette valeur est pour moi incontournable car elle permet le respect de tous et notamment des minorités. Je me réjouis du mariage pour tous mais serai le premier à lutter si on interdisait le mariage à l’église pour ceux qui le souhaitent.
    Je ne fais pas « de l’exception la règle », je permets à une minorité d’accéder au même droit que la majorité sans remettre en cause ce droit pour quiconque. Pour la PMA, je dirai la même chose: si elle est permise aux couples hétéros, elle doit l’être également aux couples homos. La GPA est interdite à tous, elle doit le rester.
    Mais nous sommes là, encore une fois loin du gender. Vous y revenez en parlant de « la nature des petites filles et des petits garçons » mais, justement, là est le sujet, comment cette « nature » que vous énoncez se manifeste-t-elle socialement ? Qu’est-ce qui relève du conditionnement social et culturel ? C’est ce que les théoriciens du gender se demandent. En quoi se poser ces questions est-il condamnable, surtout quand on voit que ceux qui dénigrent ces recherches peinent tant à y répondre. Leur problème n’est-il pas justement que l’on se pose des questions et que l’on demande aux jeunes de s’en poser également ?

    Répondre
    • Sancenay

      02/05/2013

      merci d’avoir répondu loyalement Cher Jaurès .Je vous répondrai à mon tour sans tarder sur le fond .

      bien à vous,

      Répondre
  2. Jaures

    28/04/2013

    Je constate que tout le monde est vent debout contre le gender. Qu’on en qualifie allègrement ses thuriféraires de « farfelus ». Mais personne n’est foutu capable de me dire explicitement ce qui dans le comportement de tel ou tel sexe et dans sa traduction sociale relève du naturel ou de l’acquis.
    Tout ceci conforte dans l’idée que cette branche du constructivisme doit être sérieusement étudiée. Et si la pauvreté des arguments pour la réfuter est si patente, les étudiants risque de la trouver fort crédible.
    C’est sans doute ce qui met en rage ceux qui, sans arguments rationnels, s’y opposent si violemment.

    Répondre
  3. BRENUS

    26/04/2013

    Nous venons d’en apprendre une bien bonne : le culturel serait à l’origine des comportements relationels humains. Ceci expliquerait peut être l’apparente augmentation du nombre des invertis, « culturellement influencés ».Ou lorsque vous mettez la main aux fesses d’une belle fille ce n’est pas par pulsion, mais seulement culturel. Avec les extrèmistes de gauche il faut s’attendre à tout. Demain ils vont nous sortir de nouveaux Lissenko.

    Répondre
    • Jaures

      27/04/2013

      Je ne sais pas si « mettre la mains aux fesses d’une belle fille » est culturel, c’est à coup sûr la marque d’une fort mauvaise éducation.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        28/04/2013

        cela était de pratique courante … sous l’Ancien Régime, époque où régnait une certaine  » étiquette  » … en réalité tout dépend de QUI « met la main aux fesses » [ de la belle fille ] , c’est une  » expérience  » que tout jeune mâle à faite, avec plus ou moins de… bonheur … seuls les  » coincés  » ne s’y risquent pas, mais n’ont ils pas, eux, justement, un problème … culturel ?

        Répondre
        • Jaures

          29/04/2013

          Quinctius, mettre une main aux fesses est un délit (art 122-1 du code pénal). N’inversez pas les rôles: c’est celui qui s’y adonne qui a un problème, pas culturel mais psychologique. Si vous voulez pratiquer, une seule méthode: séduire.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            30/04/2013

            c’est bien ce que je dis … séduire et ceux qui ont un « problème psychologique » avec le sexe opposé ne séduisent pas … le problème culturel est donc bien dans votre camp : voyez par exemple D.S.K. ou… Woody Allen

    • Sancenay

      30/04/2013

      Hélas, ici, cher Jaurès, vous manifestez vous aussi la volonté d’ imposer en toute hâte votre logique à tous .Dieu merci, il reste , malgré la rééducation nationale , l’orchestre rouge et la propagande du système, des esprits et des penseurs libres. Ah qu’il fut bien hâtif de ranger le matos du Docteur Guillotin si tôt !

      Vous ne vous rendez pas compte cher Jaurès, peut-être en toute bonne foi, que vous êtes vous-même prisonnier de votre dogme de » l’Egalité » .Vous savez cette chimère dont les députés nantis , toute honte bue scandaient le nom au soir du vote obligatoire sur le mariage pour personne.
      Il fallait oser !

      En effet , au nom de l’Egalité, vous vous croyez obligé , et vous l’êtes sans doute, de faire de l’exception, que contient en effet la nature, je vous l’accorde sans problème , la règle , et l’imposer à tous, comme dans le cas du mariage pour personne.

      Et c’est bien cette violence là, sur ajoutée à toutes les autres du Système qui devient insupportable, surtout quand le sinistre de la rééducation nationale précise, bien davantage que vous, qu’il s’agit:  » d’arracher les enfants à tous les déterminismes familiaux, religieux, idéologiques, sociaux, etc… ») , de quoi je me mêle, Monsieur le philosophe fumé, marchand de saumons frelatés à ses heures, puis de pilules « sans risque » pour empoisonner les grandes filles des lycées à petit feu.

      Nous autres, penseurs libres de la seule liberté qui soit, celle de la conscience, nous n’avons pas votre problème lié à cette obsession égalitaire, utopique pour les personnes sincères, et purement cynique pour les corrompus par le monde financier et /ou laborantin par exemple.

      Nous pensons que la nature harmonise généralement les choses, et dès lors, nous,ne sommes pas obsédés , je pèse mes mots, en pensants aux étranges recommandations « « éducatives » d’un certain député européen « vert de vessie », à vouloir influer à tout prix sur le cours de la nature des petits garçons et des petites filles. Nous laissons d’abord faire le temps et, -aussi, faut-il l’oublier ?- l’amour irremplaçable des mères .Et je vous assure que cela ne produit pas nécessairement des désespérés, des coincés, des dealers et des a sociaux susceptibles d’aller se précipiter dans les bras du Docteur Léonetti pour se faire chanter la doulce romance du « suicide assisté ».

      Sur les crimes que je soumets à votre appréciation, et auxquels vous avez apporté courageusement votre contribution en faisant le juste et tragique parallèle d’avec la PMA, vous en admettez l’existence Puis, soudain, comme pris de vertige devant l’horreur de la réalité, vous vous dérobez : « ce n’est pas le sujet », dites vous.

      Le respect de la dignité humaine, et en particulier de la liberté de conscience, sans omettre le libre choix de l’éducation de ses enfants que piétinent autant de crimes est pourtant bien le coeur du sujet qui légitime notre révolte.

      Dès lors, on ne sait pas si ces violations représentent pour vous un bien ou un mal et on aimerait pourtant bien le savoir. De même pourriez-vous nous éclairer quant à votre acception personnelle de la dignité humaine et du bien commun.

      Car si d’aventure celui-ci devait se résumer au règne aussi désuet qu’absolu de la « libre volonté » au détriment total et totalitaire de la dignité humaine, nous n’aurions hélas plus rien à nous dire.

      Mais j’ose espérer, autant pour vous que pour la communauté vous méritez mieux que cela.

      Courtoisement vôtre.

      Répondre
  4. Jaures

    26/04/2013

    Cher Sancenay, je réponds bien volontiers à vos questions bien qu’elles me paraissent hors sujet.
    Tout d’abord, je n’ai jamais dit que la culture n’aurait aucun lien avec la nature. Pour reprendre l’exemple du vêtement, la nature de l’homme l’amène à devoir se couvrir pour se protéger. Par contre, le mode vestimentaire, le rôle social du vêtement, son aspect et son économie relèvent du culturel.
    Il est évident que la PMA et les recherches sur embryons tout comme leur stockage ne sont pas naturels mais culturels car il s’agit là de comportements acquis après des siècles de recherche. Mais vous pouvez ajouter à cela, et c’est bien plus courant, la médecine et la chirurgie, les sciences et l’ingénierie, etc… Vous pouvez condamner moralement tel ou tel aspect de la recherche. D’ailleurs, tous les aspects de la science sont discutables mais là n’est pas le sujet.
    Ma question touche précisément le gender c’est à dire la recherche sur le comportement et son rapport entre le naturel et le culturel. Ceux qui contestent cette recherche prétendent que le comportement est imprégné par le sexe auquel le sujet appartient. Si c’est le cas, quels sont les comportements liés au sexe féminin, ceux liés au sexe masculin, et comment s’expriment-ils concrètement ?
    Et donc, quels comportements encouragerez-vous chez une petite fille que vous considérerez comme spécifiquement féminins ? Idem pour les petits garçons.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      27/04/2013

      Le danger c’est quand les pédants tout imbus de leur suffisance se croient permis de s’emparer des découvertes scientifiques pour étayer leurs théories farfelues, n’est-ce pas Jaures?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        28/04/2013

        C’est LE cas de figure typique du ….RELATIVISME

        Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      27/04/2013

      Jaures, 5 fois le SMIC cela fait-il bien 7128.35 euro?
      C’est une belle somme tous les mois et doit mettre la bonne dose de beurre dans vos épinards.
      Bon appétit!

      Répondre
  5. Jaures

    26/04/2013

    Fort bien ! Développez.

    Répondre
  6. Jaures

    25/04/2013

    Cher Sancenay, vous répondez vous-même à la question. le soutiche, comme vous dîtes n’est effectivement pas porté ni partout, ni de tout temps. D’ailleurs, qui niera que les vêtements, relèvent du culturel ? Mais il s’agit là de détails.
    Ce que j’aimerai savoir, c’est pourquoi cette levée de boucliers contre un travail intellectuel qui n’a rien de nouveau (ce n’est qu’une branche du constructivisme) et surtout, comment peut-on réclamer que des recherches effectuées par des universitaires reconnus ne soient pas évoquées au lycée ?
    D’ailleurs, qui vous empêche de les réfuter ?
    Je repose donc les questions qui ne trouvent guère de réponses pour l’instant: quels comportements sociaux vous paraissent relever du masculin ou du féminin ? Quels comportements encouragerez-vous chez une petite fille, par exemple, car relevant exclusivement du genre féminin, et ceux que vous découragerez ? Si évoquer le gender est si insupportable, répondre à ces questions doit être chose aisée.
    David Tomtom, la petite fille deviendra apte à procréer mais rien ne l’y obligera. Considérez-vous qu’une femme qui privilégie sa carrière, son entreprise ou sa liberté à la procréation serait moins « féminine » qu’une autre ? Cela ne mérite-t-il pas débat ?

    Répondre
    • Sancenay

      26/04/2013

      cher Jaurès,

      J’ai répondu votre question et vous esquivez en prétendant que ce que vous appelez le « culturel » ne relèverait que de l’esprit, sans lien aucun avec la nature .
      C’est bien cela qu’il est vain de démontrer.

      Quoiqu’il en soit, à votre tour essayez
      de vous efforcer d’être fair-play et ayez le courage de répondre à mes questions précises dont l’enjeu est autrement plus grave que les vôtres,- ce ne sont plus des « détails », comme vous dites- et je répondrai à mon tour volontiers en particulier sur ce que vous appelez par le doux euphémisme « de travail intellectuel  » sur lequel il y a en effet matière à décrypter.

      .

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      27/04/2013

      Jaures arrêtez vos diatribes pédantes et stériles qui ne servent strictement à rien. Ce pays est dans la merde et vos potes socialauds ne trouvent rien de mieux que de le mettre à terre conplètement. C’est là qu’il y a problème.
      Votre salaire bobo de 5x le SMIC dans votre foyer fiscal vous permet une vie aisée et du haut de votre siège moelleux assis devant votre PC made in USA or in South Corea on peut aisément refaire la société et le monde.

      Répondre
  7. YRA

    25/04/2013

    De toute façon cela me fait vomir tellement on va à toute allure vers la décadence ( revoir si c’ est possible le « Satyricon » de Fellini qui donnait déjà un bel aperçu de ce qui nous attend). Tout cela est digne de l’UMPS. Mais quand est-ce qu’ on aura un type capable de sonner la fin de la récréation ?

    Répondre
  8. DavidDomTom

    25/04/2013

    L’être humain a toujours fonctionné dès son plus jeune âge par mimétisme. Il n’en demeure pas moins qu’un homme ou une femme sont déterminés à la naissance par leur anatomie. Celle de la petite fille laisse déjà supposé qu’elle est faite pour procréer, alors que du petit garçon laisse entrevoir des aptitudes physiques plus prononcées. De plus en plus d’enfants vivent dans la peur et le rejet. Ils finisssent par rejeter un modèle qui symbolise de la souffrance, notamment au niveau du modèle familial. S’il faut aller dans le sens de la théorie du gender, je dirais que la société a donc échoué en influençant les nouvelles générations, de façon destructrice. Ce qui conduit à autant de déchéances. Notre président Hollande en est une illustration : il ne s’est pas marié avec la mère de ses quatres enfants, et vit avec une femme pas encore divorcée, créant donc des souffrances certaines au niveau de ses enfants, qui pourraient à leur tour par réaction, rechercher un autre modèle de couple que celui de l’hétérosexuel. Le modèle hétérosexuel représentant l’échec avec son lot de souffrances.

    Répondre
  9. Claude Roland

    25/04/2013

    C’est dingue, bientôt les gens vont se croire en train de jouer à Sim 3 mais dans la réalité… Bonjour la déchéance du genre humain, oui.

    Répondre
  10. Sancenay

    25/04/2013

    cher Jaurès,
    vous allez sans doute nous expliquer que le port du soutien -gorge est « culturel » puisque au fin fond des contrées lointaines, les femme s’en dispensent volontiers au point de marcher sur leurs précieux attributs !
    On peut faire dire aux mots ( et aux maux ) ce que l’on veut surtout pour imposer des idéologies contre nature.
    Mais il me semble, pour reprendre votre logique qu’il y aurait plus grave » culturellement » comme vous-dites que le « soutiche » » pour soit-disant dénaturer les moeurs féminines ,que ce soit ici ou en Afrique .
    Ici on a vu récemment la pointe de l’Iceberg de l’exploitation du féminisme se dessiner avec le scandale des pilules « sans risque » de  » 3ème génération « . Pour l’Afrique , explose aujourd’hui le scandale des 100 000 000 de préservatifs poreux qui ont été probablement sciemment dsitribués.
    N’est-il pas temps , cher Jaurès, d’arrêter le règne du mensonge ? Car de scandales alimentaires, en scandales « sanitaires », « laborantins », écologiques, économiques et financiers , le mensonge tue abondemment.
    Questions: la vivisection des embryons, ou leur stockage à – 180° , selon vous, c’est « culturel », « idéologique », « sanitaire », »laborantin » , « financier » , un peu tout à la fois ?
    On mesure d’ailleurs que sur de telles questions , qui font fi de la dignité humaine, il n’y a plus de dinstinction partisane comme le souligne judicieusement Quinctius. Dès lors quel intérêt lie les coupables ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/04/2013

      contrairement à ce que vous pensez, pas plus @ Jaurès que @ A.Z.(F. ), ne mentent ; il déploient seulement toute la panoplie intellectuelle du RELATIVISME ; A.Z.(F.) se fait même gloire de nous le professer ( cf réponse à Marie ) … du socialisme  » scientifique  » ( qu’ils disaient ), ils ont bien étés dans l’obligation pour leur survie de croyants de passer à une autre chimère … on ne peut disputer avec profit ( pour les deux partis ) qu’avec des personnes dont l’esprit et l’intelligence sont libérés des dogmes  » religieux  » , ce qui n’est, c’est certain, pas le cas chez nos deux nouveaux … clercs

      Répondre
  11. quinctius cincinnatus

    24/04/2013

    de DROITE

    Répondre
  12. quinctius cincinnatus

    24/04/2013

    bis repetita placet

    rappelons aux idiots de Droit, que c’est bien Luc Chatel ( U.M.P. ) qui mit aux programmes scolaires l’enseignement de la théorie du GENRE

    Répondre
    • philiberte

      25/04/2013

      dans les collèges ou lycées. mais élargie à la primaire dès la rentrée. dès le CP.

      Répondre
  13. Jaures

    24/04/2013

    Cette approche est farfelue. La théorie du gender ne nie pas la différence biologique mais les implications comportementales liées au sexe.
    Qui peut ici avec certitude montrer que tel ou tel comportement social est lié au biologique et non au culturel ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/04/2013

      moi !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)