Négation des races

Posté le 12 avril , 2018, 3:09
58 secs

Il paraît que les races n’existent pas. Puisque ce sont des scientifiques qui le prétendent, je serais enclin à le croire.

Cependant, si on montre un crâne humain à un anthropologue, il saura dire s’il s’agit d’un Caucasien, d’un Amérindien, d’un Africain, d’un Asiatique ou d’un Océanien.

De même, un généticien peut déterminer précisément l’origine ethnique d’un individu. Et son sexe. Mais la prochaine étape sera peut-être d’essayer de nous faire avaler que les sexes non plus n’existent pas.

Dans cette optique, la théorie du genre pourrait représenter une remarquable « avancée ».

ARTICLE PRÉCÉDENT

Lutte contre le terrorisme

ARTICLE SUIVANT

Laïcité

36 Commentaires sur : Négation des races

  1. vozuti

    16 avril 2018

    pour maintenir la diversité,les écologistes savent qu’il faut protéger les espèces locales en limitant autant que possible l’apport d’espèces intrusives qui vont provoquer l’extinction des locales…mais si l’on veut faire faire disparaître une espèce,il suffit de faire l’inverse.
    il est intéressant de constater que l’idéologie du métissage ne vise pas à dissoudre les différentes populations asiatiques,africaines,arabes,etc…seuls les européens sont appelés à disparaître par ce plan d’extermination en douceur, moins brutal que le génocide perpétué par les nazis contre les juifs,mais à terme plus efficace.

    Répondre
    • Paul

      17 avril 2018

      Monsieur, notre généticien Quinctius vous dirait qu’il ne faut pas confondre “races” et “espèces”. Ce qu’il importe dans la préservation des races humaines, c’est leurs caractères et leurs qualités propres. Mélangez un Cheval du Fleuve et un Percheron vous obtiendrez un animal bon ni pour la course, ni pour le trait. Nous pouvions autrefois, avant la dictature de la bien-pensance, énumérer les caractères essentiels des races humaines. Il suffit de reprendre les manuels de classe du début du siècle dernier pour savoir ce qu’il en est et ce que nous risquons de perdre par un métissage entrainant un médiocre nivellement.

      Répondre
  2. AMA

    16 avril 2018

    A quel aveuglement, jusqu’à ne plus distinguer les couleurs, peut conduire certains dont la détestation de leurs semblables est la pulsion première. .

    Répondre
  3. Bistouille Poirot

    16 avril 2018

    Je vous lis avec une grande attention et vous rappelle si l’auriez oublié, un débat sur les 4 V à propos de la race humaine qui fit couler beaucoup d’encre pendant plusieurs jours. Un “Jaures” to day disparu fut soigneusement brocardé et j’attendais chaque jour le résumé de réactions ourdies tout au long de la nuit. Pour prendre la mesure de votre nouvelle étape, vous n’êtes qu’aux premiers tours de roue. Ça promet. Ne vous retenez pas. Amitié à tous.

    Répondre
  4. Bistouille Poirot

    16 avril 2018

    Je vous lis avec une grande attention et vous rappelle si l’auriez oublié, un débat sur les 4 V à propos de la race humaine qui fit couler beaucoup d’encre pendant plusieurs jours. Un “Jaures” to day disparu fut soigneusement brocardé et j’attendais chaque jour le résumé de réactions ourdies tout au long de la nuit. Pour prendre la mesure de votre nouvelle étape, vous n’êtes qu’au premiers tours de roue. Ça promet. Ne vous retenez pas. Amitié à tous.

    Répondre
  5. Henri de Montfort

    16 avril 2018

    Il n’y a pas de race ? Comment se fait-il alors que les “blancs” ( qui ne constituent pas une race ) ,
    fauteurs de tous les maux, puisent être accusés de racisme c’est à dire de ne pas aimer ds individus qui n’existent pas ?

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      16 avril 2018

      Les homos “blancs” ont une peau claire mais pas blanche du tout, mettez une pâquerette à còté et comparez.
      Au cours des deux derniers millénaires ils ont plus ou moins mieux réussi que les autres.
      Ce racisme dont on les accuse est surtout un ressentiment des autres homos qui ont avancé moins vite qu’eux.

      C’est une posture pratique et cela marche car ils se sentent coupables.
      De quoi et pour combien de temps encore?

      Répondre
    • Josette GAZU

      17 avril 2018

      L’accusation de “racisme” date de la période post coloniale et de la diffusion de la shoah, l’antisémitisme ne se voulant pas exclusif.

      Répondre
  6. Josette GAZU

    16 avril 2018

    A force de rejeter la différence, les idéologues tombent dans le déni de réalité. Les hommes sont égaux en droits mais pas en capacités.

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    15 avril 2018

    ” RACES ”

    ” on ne se méfie jamais assez des mots ”

    Louis-Ferdinand Céline

    les races n’ existent pas sauf chez les animaux nous dit le ” Larousse ” revu et corrigé par la nouvelle pensée dominante , parce que , nous précise t il, cette … ” racine ” fait courir le risque de donner naissance à une variété toxique : le racisme

    moralité … on ne se méfie jamais assez … des pensées dominantes !

    Répondre
  8. Gérard Pierre

    14 avril 2018

    Soyons fous ! …… et embrassons-nous, Folleville !

    Dans le même contexte idéologique, un collectif de botanistes, agacé par le ‘’racialisme apiculturiste‘’ a décidé d’entreprendre d’autorité un métissage entre les Golden, les Pink Lady, les Granny-Smith, les Royal Gala, les Reinettes et tout ce que la production apicole peut compter de variétés insupportables à la notion d’égalitarisme fruitier !

    Un autre laboratoire se consacre à la réunification des variétés de poires, tandis qu’un troisième envisage ses efforts dans la perspective de production de la « monoprune » ! …… Mirabelle, tu ne seras bientôt plus qu’un souvenir fossilisé !

    Lorsque les premières étapes auront accompli leurs cahier-décharge, la pomme unique, la poire unifiée et la « monoprune » devront produire entre elles, à terme, un fruit universel !

    Il en ira de même des produits directs de la terre : pommes de terre, tomates, navets, topinambours, rutabagas, carottes, poireaux, … etc, auxquels l’injonction de se métisser devra aboutir à l’apparition du légume unique et universel ! …… Bonjour le pot-au-feu !

    « En même temps », pourquoi ne pas envisager aussi, à travers des croisements forcés dans des Lebensborn animaliers, d’obtenir également un volatil universel, un mammifère universel, un poisson standard ?

    Georges Bernanos disait : « L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire » ! ……

    Mazette ! …… on n’est pas encore couchés ! ! !

    À la lumière de cette évidence, ne devrait-on pas se demander si nos ‘’zélites‘’ ne seraient pas en train de se consacrer, … (mais pas par hasard) … à la production du CON UNIVERSEL ? …… À lire Jean-Paul Brighelli, il semblerait que nous soyons déjà bien avancés dans cette voie !

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      14 avril 2018

      Peu importe ce que font les hommes la nature le défait.

      Toute la vie sur cette planète part de cellules uniques, qui se sont spécialisées dans leur niche climatique et avec le temps ont évolué pour devenir ce que nous voyons de nos jours.
      Des évènements violents ont plusieurs fois bouleversé ce processus et parfois tout ne tenait qu’à un fil.

      Nous sommes le résultat collatéral de ces cataclysmes et mutations.
      Pas de quoi en tirer une fierté quelconque ni de se prendre pour Dieu le Père!

      Répondre
  9. Gérard Pierre

    14 avril 2018

    « L’ennui naquit un jour de l’uniformité » – Antoine Houdar de La Motte.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      14 avril 2018

      Dans notre univers l’ennui causé par l’uniformité n’est pas le problème. Chaque jour que Dieu nous octroie amène son lot d’entropie(s).
      Qui sait déjà de quoi demain sera fait?
      Et que sait-on déjà bien?

      Répondre
      • Gérard Pierre

        14 avril 2018

        “Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien !”

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          14 avril 2018

          Oui, en fait nous ne savons pas grand chose en comparaison de ce qui nous est encore caché et qui le restera peut-être pour toujours.
          Et c’est tant mieux car plus on sait, plus a tendance à en abuser.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            15 avril 2018

            ” il y a bien trop de chose à comprendre en même temps et la vie est bien trop courte ”
            in : …

            ” le voyage au bout de la nuit “

          • HansImSchnoggeLoch

            16 avril 2018

            “Comprendre en même temps” serait à la limite encore possible.
            Mais faire en “même temps” comme le clament certains est-ce un doux rêve ou le début de la démence?

  10. quinctius cincinnatus

    13 avril 2018

    ” médiocrité INFERTILE ” si nous ne protégeons pas notre race ! P@ul a des connaissances là aussi réduites dans les domaines de la génétique humaine et de la … ” reproduction ”

    pour faire simple et pour qu’ il y ait une chance qu’ il comprenne remarquons simplement que les sociétés fermées dégénèrent par un manque d’ apports génétiques extérieurs ; ceci dit on comprend mieux pourquoi certains sont … dégénérés

    Répondre
    • Paul

      13 avril 2018

      Tiens ! Vous êtes aussi généticien ? Une ligne de plus à votre cv de médecin, rugbyman, conférencier, consultant culturel international,…

      Répondre
      • BRENUS

        13 avril 2018

        PAUL : n’oubliez pas d’ajouter au CV : “imbécile pontifiant”. Mais, là,vous n’aurez de toutes façons jamais le dessus. D’abord par ce qui est écrit devant, ensuite car vous avez affaire à un mélangiste plus que convaincu. Un peu comme la folle du Poitou qui clamait à tous vents qu’il fallait absolument se mélanger. Ses gosses sont ils bien tous de MOIJE ? Le métissage, tellement présenté comme un “améliorant” se révèle parfois désastreux, au moins dans le monde animal. Si les mules, fruit de croisements forcés sont bien utiles dans certains cas, vous n’en ferez jamais des chevaux de course. Lorsque vous croisez – ou laissez croiser- la “race” d’abeille française ( la noire, hé oui !) avec l’italienne plutot jaune qui ressemble à une guêpe, le produit de la première génération pète le feu, mais ne peut survivre très longtemps sur des territoires aux ressources limitées car trop avide de nourrriture. Ensuite, si ce “métissage” n’est pas rectifié par un fort apport de “noires”, il dépérit rapidement. Ces faits sont connus de tous les gens qui pratiquent l’apiculture.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          15 avril 2018

          @ Brenus, si vous connaissiez le nombre de variétés d’ abeille en France , disons une trentaine, vous ne diriez pas de telles conneries

          @P@ul , je crois que la génétique fait partie des études médicales ; je suis très étonné qu’ un esprit aussi majeur que le vôtre l’ ignore

          il n’ y a pas à dire avec @Brenus vous formez bien un bel attelage !

          Répondre
          • Paul

            16 avril 2018

            Ah Tiens ! Vous étiez donc médecin généticien. Nous saurons donc faire appel à vos lumières dés que l’occasion se présentera.
            Pour information, on peut être généticien sans être médecin.

          • quinctius cincinnatus

            16 avril 2018

            je constate une fois encore que vous ne comprenez pas ce qui est clairement exprimé … cela traduit vraiment un degré zéro de l’ intelligence

            taisez vous ! au moins pour la crédibilité de ceux que vous voulez représenter sur le blog

          • Paul

            16 avril 2018

            Au contraire ! J’ai parfaitement compris que vous êtes, en cette matière également, un expert.
            Aussi je vous engage à mettre un terme à ce débat par votre avis compétent.
            Qu’en est-il des races humaines ( par rapport aux espèces, variétés, etc…) ?
            Pourquoi ceux qui en nient l’existence se trompent-ils ?
            Comment convient-il de les protéger (nous serons attentifs à vos propositions) ?
            Nous avons rarement en ce débat l’occasion d’entendre le point de vue de la Science. Ne nous décevez pas !

      • Bistouille Poirot

        16 avril 2018

        @Paul
        …une fois canonisé, vous auriez au moins une personne sur vos pas.

        Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      13 avril 2018

      QC,
      je visite souvent le canton d’Appenzell (AR et IR) en Suisse orientale.
      Pour aller à Herisau le chef-lieu du canton il y a un chemin de fer à voie réduite que j’aime bien utiliser.
      Il y a aussi un autre à voie normale que l’on peut prendre à St Gall.

      Ce canton est connu pour son nanisme, on peut encore y visiter des vieilles maisons qui ont été construites pour des personnes atteintes par cette affection. Attention il faut se baisser tout le temps et on ne tient pas le coup trop longtemps dans cette position.

      Dans ce canton on se mariait et se reproduisait entre cousins et cousines pour ne pas éparpiller les terrres agricoles rares car la région est très montagneuse,.

      Répondre
      • BRENUS

        13 avril 2018

        HANS . Je suppose que pour éviter le nanisme des gens d’Appenzell, il leur suffisait de pousser à 50 km pour trouver d’autres conjoints et non pas, comme le sous entendent certains, de se mélanger avec des populations de l’autre bout du monde. Qu’ils aient été trop radins pour ne pas se répartir les terres différemment, c’est une autre histoire. La diversité biologique est une chose, la submersion d’une ethnie en est une autre.

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          13 avril 2018

          Autrefois les paysans de montagne n’avaient pas beaucoup de temps libre pour se déplacer même à 50 km.
          Je connais beaucoup d’Appenzellerois qui font allégrément plus de 1m80 voire 1m90.

          Répondre
      • quinctius cincinnatus

        15 avril 2018

        il s ‘agissait sans doute d’ un nanisme harmonieux du à l’ absence d’ hormone de croissance et d’ origine génétique

        parfois aussi d’ une hypothyroïdie congénitale avec un ” simple ” retard de croissance et un déficit du développement intellectuel

        difficile à distinguer de nos jours de ce qui était connu jusqu’ à la fin du XIX siècle et le début du XX ième comme l’ idiotisme des Alpes qu’ on penserait plutôt avoir été causé par un déficit chronique en apport d’ … iode

        N.B. dans les Pyrénées et dans le sud-ouest il existait aussi des gens de très petites taille appelés les cagots mis à l’ écart de la société ” normale ” ; on n’ en connait pas l’ origine

        Répondre
        • R. Ed.

          17 avril 2018

          Y aussi des animaux appelés ” dahu “

          Répondre
  11. HansImSchnoggeLoch

    12 avril 2018

    Out of Africa,

    nous sommes tous des Africains si on remonte assez loin dans le temps.
    De nos jours il existe un seul type d’homo, le sapiens qui peut se classer en catégories (ethnies) suivant l’apparence physique.

    Il y a quelques milliers d’années (>30K) existait deux concurrents en Europe et en Asie l’homo neanderthalis et denisova.
    On ne peut pas les qualifier de race différente car des tests génétiques prouvent que des croisements entre homo sapiens et ces deux types ont eu lieu.

    Par exemple les Européens possèdent tous entre 2 et 6% de gènes de l’homo neanderthalis, les Africains qui sont restés en Afrique ne les ont pas.
    Voilà les faits que chacune ou chacun les interprète à sa façon.

    PS: l’institut Fraunhofer de Leipzig (Svante Pääbo) a publié une multitude de vidéos sur ce sujet, toutes disponibles sur YouTube.

    Répondre
  12. N'Dobin

    12 avril 2018

    René Girard – Mais qui lit René Girard !? – l’avait bien comprise et décrite depuis longtemps, cette indifférenciation forcenée ,ancrée dans la mentalité humaine , pervertie par un égalitarisme qui confond justice et équité et se veut “progressiste”, mène irrémédiablement aux conflits ; René Girard faisait remarquer que ce sont les peuples “frères” ou les plus voisins qui se livraient le plus souvent bataille , le mimétisme restant catalyseur de rivalité …A vouloir nier mentalement la réalité de la différence , niveler artificiellement la diversité naturelle , forcer le métissage , on suscite la réaction contraire au respect de soi et donc des autres …

    Répondre
    • Henri de Montfort

      16 avril 2018

      Comme vous avez raison !
      Il est bien vrai qu’en Afrique du Sud , paisible et prospére ,chaque jour un fermier blanc est asssiné par des blancs! …du moins tant qu’il y aura encore des fermiers blancs suicidaires !

      Répondre
      • R. Ed.

        17 avril 2018

        Blanc assassiné par des Blancs ?
        Sources ???

        Répondre
  13. Paul

    12 avril 2018

    Les droit-de-l’hommistes qui nient la réalité des races devraient relire la déclaration qui fait explicitement référence aux races.
    Il est vrai qu’avec le métissage exponentiel actuel ils finiront par avoir raison contre la nature pour qui la diversité est un gage de vitalité et de fécondité.
    Si nous ne protégeons pas notre race, et donc les autres, l’espèce humaine sombrera dans une médiocrité infertile.
    Malheureusement, il est difficile de faire renoncer à une liberté addictive, la sexualité irresponsable, dont nous constatons pourtant les conséquences désastreuses.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)