Oui, nous vivons sous la dictature de la Stasi !

Posté le mars 27, 2014, 11:45
3 mins

Édito du numéro 936, par Jean Rouxel

Les baraquements de la Stasi

Les baraquements de la Stasi

Nicolas Sarkozy a eu parfaitement raison de prendre l’opinion publique à témoin des méthodes scandaleuses du pouvoir en place. En publiant une tribune dans Le  Figaro, comparant les méthodes de Valls et Taubira aux méthodes de la Stasi, l’ancien président a mis les pieds dans le plat.

Il est assez jubilatoire d’entendre pour la première fois une personnalité politique de premier plan protester contre les limitations de nos libertés. Mais il est vrai que cette jubilation est, en quelque sorte, doublée par le fait que l’auteur de cette tribune est l’un de ceux à qui nous devons ces restrictions de nos libertés.

Quand il était ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy a fait voter (sous le nom de lois Sarkozy I et II et de lois Perben I et II) des textes aussi liberticides que le fameux Patriot Act – le tout dans l’indifférence générale de la caste parlementaire qui ne se sentait pas concernée. Si, aujourd’hui, il est possible, sans passer par la justice, de mettre une personne sur écoute, ou de la placer indéfiniment en garde à vue sans lui notifier les charges qui pèsent sur elle, c’est à ces lois que nous le devons.

Nicolas Sarkozy se trouve ainsi dans la position comique de l’arroseur arrosé.

Certes, je n’ignore pas que la lutte contre le terrorisme exige parfois de s’affranchir des règles du droit. Mais ce qui me gêne, c’est que la loi se fonde sur ces exceptions pour mieux emm… les honnêtes gens. Nicolas Sarkozy avait, en effet, ceci de commun avec les socialistes qu’il utilisait volontiers les exceptions pour réduire nos libertés.

Il est vrai que, depuis, ses successeurs ont fait pire encore. Il est désormais possible, dans le « droit » français, d’espionner toutes les conversations électroniques, et même au-delà des cas où la sécurité nationale serait en jeu. Et je ne parle évidemment pas des abondantes lois entravant la liberté des opinions et des débats.

Ou encore de ces incitations à la délation qu’ont constituées des initiatives du type de celles des Jeunes socialistes, « invitant » tous les « bons citoyens » à « dénoncer » les « dérapages » des élus lors des débats sur la loi Taubira.

Oui, nous vivons actuellement sous le régime de la Stasi. Cela agace peut-être M. Valls, Mme Taubira ou M. Hollande que la vérité parvienne à l’opinion publique. Mais c’est la réalité. Et c’est la principale raison pour laquelle je tiens ce gouvernement pour arbitraire et illégitime. 

7 réponses à l'article : Oui, nous vivons sous la dictature de la Stasi !

  1. lauranceau

    28 mars 2014

    Le Socialisme étant une idéologie anti démocratique et anti républicaine, il ne faut donc pas s’étonner de ce que ces séides emploient des méthodes tyranniques. Les socialistes sont dans leur rôle en utilisant des méthodes tyranniques.
    Qu’un soi-disant républicain comme Nicolas SARKOZY s’en offusque maintenant me paraît du plus haut comique !

    Répondre
  2. Hilarion

    28 mars 2014

    Ce que l’on sait, c’est que des personnes ont été arrêtées pour le simple port d’un tee-shirt au moment de la manif pour tous. Il suffit d’aller sur you tube pour voir comment Maître Triomphe a fait remettre en liberté un groupe de jeunes gens, rappelant aux gradés de police coupables qu’ils risquaient de très lourdes peines en privant de liberté illégalement et sans motifs des citoyens. A la même époque il existe de nombreux témoignages sur le constat que des policiers en civil se sont mêlés aux manifestants pour provoquer des violences à l’égard des forces de l’ordre en uniforme et ainsi justifier leur violente réaction. Les moyens de la répression nazie étaient différents des moyens de la répression stalinienne elle même différente de la répression en Chine elle même différente de celles de la Stasi qui devait d’ailleurs bénéficier des méthodes du 3ème Reich. Et si tout est ensuite une question de méthode et de gradation, l’esprit est le même, museler le peuple. Et quand le fameux “mur des cons” du Syndicat de la magistrature dévoile qu’une part importante de la magistrature partage de manière militante l’idéologie du pouvoir répressif, et qu’elle ne manquera pas de teinter ses jugements de sectarisme, on se dit que l’on est bel et bien sur la voie du totalitarisme substrat inévitable de la pensée socialiste.

    Répondre
  3. 27 mars 2014

    On ne peut nier que, comme du temps de la Stasi, l’arbitraire fait rage avec ce gouvernement et ce président de la république. En effet, suivant que l’on soit sympathisant à tendance gauchiste et déchaîné dans les manifs, on fera à peine l’objet d’un entrefilet médiatique, sans aucune poursuite judiciaire. En revanche les défenseur des valeurs familiales, sans aucune agressivité qui ont osé manifester dans le calme sont mis en garde à vue et détenus depuis les Manifs pour tous.

    Répondre
  4. zézé

    27 mars 2014

    Tout-à-fait d’accord avec vous @quinctius cincinnatus… et encore plus simplement : dire tout haut que l’on vote FN… juste cela ou dire tout haut que le voile est inadmissible ou tout autre chose de ce genre sans pour cela en faire … un fromage, mais il est formellement interdit de dire certaines choses (voir M.Le Pen en son temps) –

    Répondre
  5. Jaures

    27 mars 2014

    Bien sûr ! D’ailleurs à l’époque de la Stasi, on ne comptait plus les tribunes des victimes d’écoutes publiées dans les grands journaux.
    Et on voyait pareillement défiler sur les chaines de télévision de RDA les membres éminents de l’opposition s’insurgeant de l’existence de ces écoutes.
    Et, en RDA, il était fréquent que les élections libres donnent la victoire à l’opposition parlementaire.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27 mars 2014

      alors expliquez moi pourquoi en France je ne puis pas être par exemple … révisionniste, anti-sémite etc …

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      27 mars 2014

      Jaures semble s’y connaitre. A-t’il suivi des cours de “Spitzel” en DDR dans sa jeunesse?

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)