Peillon, Cochin et la reprogrammation maçonnique de l’humanité

Posté le mai 12, 2013, 12:55
9 mins

Et l’Éternel les dispersa de là sur la face de toute la terre ; et ils cessèrent de bâtir la ville. (Gn, 11, 8)

 J’avais écrit un commentaire des idéaux du ministre actuel éclairé par les analyses de Cochin sur nos bonnes vieilles sociétés de pensée, comme on dit.

Je cite Vincent Peillon dans le texte effrayant de ses envolées Illuminati, dignes du Balsamo d’Alexandre Dumas mais aussi des coupeurs de tête du bicentenaire, comme disait ce bon Philippe de Villiers.

« La révolution française n’est pas terminée. La révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps ; c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau.

« La révolution est un événement métahistorique, c’est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la révolution.

« Et donc, l’école a un rôle fondamental puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen.

« Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi. »

Vincent Peillon – Ministre de l’Education Nationale – « La Révolution Française n’est pas terminée », Ed. du Seuil, 2008.

Pour comprendre un tel délire, il n’y a qu’à relire le grand Augustin Cochin qui explique vers 1910 pourquoi le citoyen n’est jamais assez poli par l’amour du législateur.

Le secret maçonnique est un moyen d’entraînement et d’initiation progressive. Par tout un appareil de rites, de serments et de formules, toute une hiérarchie de grades et de pouvoirs, par la promesse répétée d’affranchissement, de lumières, de liberté, l’adepte est sollicité de degré en degré.

Je tire ces lignes d’un journal de province mollasson : « La laïcité, ce n’est pas la simple tolérance, ce n’est pas « tout se vaut », c’est un ensemble de valeurs que nous devons partager », a dit Vincent Peillon. « Pour les partager, il faut qu’elles nous soient enseignées et qu’elles soient apprises (…) Il faut reconstruire entre les enfants de France du commun », a ajouté cet agrégé de philosophie. »

En 1981, nous étions passés des ténèbres de la droite à la lumière des loges selon Jack Lang, mais cela n’a pas suffi. On n’a en effet jamais fini de reconstruire la tour de Babel tellement on est des mauvais maçons !

Peillon rêve comme tous les illuminés de l’homme nouveau, neuf, refait à zéro : qui n’est pas un homme d’ailleurs mais l’androgyne transhumain dont rêve le marché global, le consommateur tatoué festif. Et le Grand Maître d’enfoncer le clou, comme on dit à l’atelier ! Toujours dans le canard laquais, pardon, local :

« Il souligne que la morale laïque ne doit pas s’apparenter à l’ordre moral ou à l’instruction civique: « le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable darracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix », précise-t-il. »

On a envie de lui demander au ministre ou au philosophe, à défaut de l’homme (notion réac) si on ne pourrait pas aussi nous arracher (violemment) du déterminisme alimentaire, du déterminisme animal, du déterminisme du sommeil, du déterminisme de la respiration. Il n’y pas de quoi rire : voyez Staline, voyez Pol Pot ou bien Mao. Eux aussi étaient des illuminés, eux aussi nous ont privé de manger !

Mais ces rééducateurs qui nous ordonnent de rompre avec les déterminismes (le travail, la famille, la patrie ?) prétendent tout de même être les maîtres de ceux qui n’en veulent plus. Plus il y a de liberté, plus il faut faire la chasse aux ennemis de la liberté comme aux déterminismes !

Je pense à Cochin encore et à ces lignes superbes, effrayantes, qui annoncent le monde dans lequel nous vivons, frappé du sceau de Babylone et de Metropolis :

L’individualisme sape la famille comme les autres édifices sociaux. La cité de rêve ne sera faite que d’atomes humains directement agglomérés… Désagréger la matière votante, isoler les individus, pour les rendre inorganiques, ce qui s’appelle liberté – indifférents et homogènes, ce qui s’appelle égalité – leur imposer néanmoins cette mutuelle adhérence qu’on nomme fraternité ; en un mot les réduire à un magma docile et périssable, tel est l’effet du machinisme.

Pour apprendre de telles horreurs, ou de telles erreurs, toute une vie est nécessaire. Pas celle qui consiste à trouver un métier au sens médiéval ; mais celle qui consiste à devenir un rouage de la machine. On continue dans ce petit magasin des horreurs : dans un entretien au Journal du dimanche, le ministre fixe à la mission « trois objectifs: qu’il y ait une cohérence depuis le primaire jusqu’à la terminale, que cet enseignement soit évalué, qu’il trouve un véritable espace ».

Cochin nous avait prévenus qu’avec les humanistes et les réformateurs, les progressistes et  les philanthropes, les pacifistes et les libérateurs, les francs-maçons et les républicains l’apprentissage n’en finirait jamais.

Il se croit toujours arrivé en possession de la vérité pleine ; il se comporte comme s’il l’était : il a rejeté toute foi, tout dogme, toute autorité personnelle. Mais d’autres degrés, de nouvelles initiations lui sont présagées. Tant qu’il lui reste des habitudes, des survivances de son ancien état, de la vie normale, il ne sera pas apte aux grades supérieurs, à la révélation des derniers secrets.

Espérons, comme dit le psalmiste, que nous serons libérés du filet de l’oiseleur ; car nous sommes assez mal barrés dans cette nef de fous de notre nautonier. Quant au dernier secret… baisse du pouvoir d’achat et du niveau intellectuel. Que voulez-vous de moins ?

16 réponses à l'article : Peillon, Cochin et la reprogrammation maçonnique de l’humanité

  1. BRENUS

    15/05/2013

    Internet, n’est certes pas la panacée puisqu’on y trouve de tout. Au moins, cela laisse a chacun l’occasion de lire autre chose que la pensée unique des enseignants ultra politisés. Sans ce genre de moyen, vous êtes bons pour vous goinfrer à longueur de journée radio pravda, genre france inter, ou Radio Mon Coucous qui s’emploient à vous faire penser dans le bon sens et écartent, méprisants, la moindre contradiction. Amusez vous à écouter jean paul boudin le matin : ce n’est pas triste. Mais il est très apprécié de ses auditeurs intervenants au sortir de la mosquée ou des cellules gauchistes. Tout cela en se prétendant apolitique, bien sur..

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16/05/2013

      un de mes amis, se précipite au journal télévisé de 20 heures pour s’indigner de ce qu’on lui sert … il y a le fast-food, il y a aussi les fast-news !
      mais on peut se mettre aussi à la diète !

      Répondre
  2. druant philippe

    13/05/2013

    « Peillon est un religieux défroqué qui veut enseigner la morale aux élèves avec un catéchisme laïque. »

    N’ appartient – il pas à un petit peuple unanimement apprécié dans le monde entier ?
    Achtung , je ne puis en dire plus !!!!

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      14/05/2013

      Druant Philippe: « in dubito proero… »

      Répondre
      • Jaures

        14/05/2013

        « In dubio pro reo », cher Hans.

        Répondre
        • philiberte

          15/05/2013

          je n’ai-hélas- pas étudié le latin, ce serait gentil d’avoir une traduction, merci.

          Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14/05/2013

      tient ! vous avez donc réussi à faire passer l’information !
      pas comme moi !

      Répondre
  3. Josette Gazu

    13/05/2013

    Vous avez dit Lénine, Staline et Pol Pot? Vincent Peillon les bat tous en écrivant: « l’école doit dépouiller l’enfant de ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir un citoyen », Jules Ferry et les hussards noirs de la République n’en demandaient pas autant!
    Si j’étais encore en fonction, j’écrirais à mon ministre pour lui faire part de mon inquiétude concernant sa dangerosité menaçant la liberté des enfants que nous confie la nation!
    Mon étonnement amusé va vers les détracteurs du grand universitaire spécialiste de la Révolution française, Albert Soboul qui fut l’un de mes professeurs, vilipendé sinon honni pour sa prétendue pensée totolitaire….

    Répondre
  4. Philippe

    13/05/2013

    L’analyse de ce texte est, en effet, effrayante, mais pas surprenante.
    Le discours général et mots employés qui se réfèrent à l’Evangile pour en inverser le sens, démasquent le véritable inspirateur, satan, dont Peillon n’est que l’idiot utile.
    Il se trouve dans la droite ligne du dogme de la franc-maçonnerie qui a toujours eu pour objectif de supprimer la vraie foi, celle qui est portée par le Christianisme….par tous les moyens.
    Le premier de ces moyens, et le plus pernicieux, est l’inversion des valeurs qui permet d’asservir au nom de la liberté, d’abaisser au nom de l’égalité, de tuer au nom de la fraternité. La révolution française fut le modèle parfait de toutes les révolutions.
    L’histoire se répétera et les chrétiens auront à affronter les mêmes tourments que les courageux vendéens, cristeros, chrétiens espagnols, russes etc…dont on persiste à nous cacher la véritable histoire et le génocide.
    Cette guerre a (re)commencé et le « puzze infernal » se met en place pièce par pièce. Il s’inscrit aujourd’hui dans un contexte géographique beaucoup plus large, objectif d’un Nouvel Ordre Mondial dirigé qui n’est que l’opposé du règne de Dieu sur la terre.

    Les chrétiens ont premièrement l’arme de la prière et aussi le droit de se défendre physiquement lorsque la violence deviendra insupportable.
    Comment ne pas voir dans les lois scélérates que nous impose le gouvernement actuel le crime contre l’Esprit et le refus de l’ordre voulu par Dieu ?
    La loi du genre enseignée à des enfants de 6 ans n’a d’autre but que de formater une génération en ôtant aux parents leur droit imprescriptible de les éduquer selon leurs principes moraux ou religieux.
    C’est un totalitarisme qui ne prend même pas la peine de se cacher !

    A nous de résister, que nous soyons chrétiens ou laïques car c’est la liberté de penser, de croire et d’exister librement qui est en jeu.

    Répondre
  5. BRENUS

    13/05/2013

    Il peut toujours rêver, cer ahuri qui n’a pas compris l’énorme changement introduit par internet et lesréseaux sociaux. Lesquels s’affranchissent sans problème de toutes les directives lobotisantes. Il arrive trop tard, pèpère pour bourrer le mou aux jeunes qui by-passent allègrement tous les pensums de ces messieurs.

    Répondre
    • philiberte

      13/05/2013

      oui, jusqu’à ce qu’on se retrouve, comme en Chine, avec internet limité d’accès!

      Répondre
    • ISTINA

      13/05/2013

      et pourquoi pas, si il a des enfants, lui souhaiter qu’ils le
      rudoient et le traitnte comme un chien galeux, il réalisera ce
      que représente la famille qu’il s’échine à détruire.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14/05/2013

      Internet, Wikipédia, et les réseaux qui sont dits sociaux par les Maitres de la  » Pensée Juste  » , parce qu’ils ne sont rien d’autre que des rapports purement déshumanisés c.a.d. sans qu’intervienne un contact physique, sont eux aussi et plus que tous les autres de belles et efficaces machine à … décerveler …

      Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    12/05/2013

    Peillon est un religieux défroqué qui veut enseigner la morale aux élèves avec un catéchisme laïque.
    En 1789 il aurait probablement été parmi les coupeurs de têtes. Cet homme est dangereux et doit être impérativement cité devant le Tribunal de La Haye comme ennemi de l’Humanité.
    Avec des individus comme lui il est inutile de faire des gosses en France si ce n’est pour les retrouver plus tard en tant qu’adultes totalement lobotomisés.

    Répondre
    • patrhaut

      13/05/2013

      c’est bien de cela dont il rêve secrètement : que les seuls (catholiques pratiquants entre autres) qui ont compris qu’il fallait résister s’arrêtent de faire des enfants si c’est pour qu’ils les élèvent dans l’éducation ancienne. Il préfère de loin les remplacer par des immigrés déracinés pour en faire ce qu’il voudrait. Seulement, lui et ses acolytes ont mal choisi leurs immigrés : ceux qui viennent ici sont imbus d’une religion encore plus prégnante que celle qu’ils combattent. Ils sont foutus …

      Répondre
      • vozuti

        13/05/2013

        exact,les franc_maçons dévorent depuis 40 ans les fondations de la société française pour ensuite reconstruire une autre société avec une autre population d’origine immigrée.ils pensent qu’ils controleront cette population immigrée encore mieux que la population française,mais ils se trompent: dès qu’ils seront assez nombreux, les immigrés botteront le cul de nos franc_maçons umps et institueront une république islamique.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)