Peillon ou le « prof » perdu en politique !

Posté le 01 mars , 2013, 1:52
54 secs

 Communiqué de Jacques Myard

député de la Nation, maire de Maisons-Laffitte, président du Cercle Nation et République

le 25 février 2013

 Comme si cela ne suffisait pas, après la réforme des rythmes scolaires lancée sans aucune concertation, le ministre de l’Éducation nationale préconise une durée des vacances d’été raccourcies à six semaines, réparties en deux zones.

Malheureusement, dans un cas comme dans l’autre, la méthode Peillon ne laisse place ni à la concertation, ni ne s’attaque à la question de fond de l’allègement des programmes scolaires qui doivent être impérativement recentrés sur les matières fondamentales.

Actuellement, on remplit inconsidérément les programmes de nos enfants de matières diverses et accessoires qui rabotent d’autant l’enseignement des connaissances fondamentales, ce qui explique en grande part la dégradation généralisée du niveau scolaire, mesurée tant par les études internationales que par les études internes de l’Education nationale.

Vincent Peillon est l’archétype du philosophe perdu en politique, pétri de son savoir et de sa supériorité. Il vaticine dans l’azur éthéré des idées coupées des réalités, il restera dans l’histoire comme le champion de la méthode brouillonne.

Elêve Peillon redescendez sur terre et revoyez votre méthode et votre copie !

20 Commentaires sur : Peillon ou le « prof » perdu en politique !

  1. Pmp

    9 mars 2013

    C’est étonnant comme beaucoup s’écoutent écrire sur ce site.

    J’imagine comment ensuite ils doivent relire leur prose, tel Narcisse devant son miroir…

    Le bénéfice qu’ils en tirent est celui d’un reflet rassurant parce que confirmant qu’ils sont encore en vie, ou plutôt en sursit.

    Ainsi chacun vieillit comme il peut…

    Répondre
    • philiberte

      10 mars 2013

      c’est étonnant comme certains parlent (écrivent!) pour ne rien dire, et attribuent leurs propres défauts aux autres…

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    6 mars 2013

    @ philiberte

    je vous donnais tout simplement et même gracieusement , une piste … hors des sentiers académiques sans doute , mais qui a fait ses preuves …

    Répondre
    • philiberte

      7 mars 2013

      en 40 ans, s’il y avait eu une solution pour moi, on l’aurait trouvée. je suis allergique (psychologiquement) à tout traitement de fond.
      mais merci quand même.

      Répondre
  3. BRENUS

    5 mars 2013

    @philiberte
    Comme j’ai le sentiment que vous êtes quelqu’un de sincère, je vais prendre en compte votre bonne foi et considérer que vous avez fait tout ce que vous pouviez pour apporter quelque chose a vos élèves. Mais ce n’est pas à vous enseignante à l’ancienne (un compliment selon moi) que je vais rappeler qu’une hirondelle ne fait pas le printemps. Combien de vos collègues ne remplissent pas le role qui devrait être le leur? Il se trouve que l’un de mes petits enfants à la chance d’avoir une ” tête” qu’il ne doit à aucun mérite d’ailleurs. Avec près de deux ans d’avance à l’école publique actuelle, il n’est pas des mieux vus tant s’en faut, même s’i la compris qu’il ne fallait surtout pas lever la tête . C’est là la grosse différence avec les anciens enseignants. Ces derniers ne cherchaient pas à couper tout ce qui dépasse mais se faisaient un but de pousser au maximum les têtes émergentes du peuple comme une gloire à leur profession. Les hussards noirs de la république sont tous partis au cimetière depuis longtemps, remplacés majoritairement par des aigris éternellement insatisfaits. Un vivier idéal pour les partis des cohortes fonctionariales.

    Répondre
    • philiberte

      6 mars 2013

      mai 68 a fait beaucoup de mal: aucune “tête” ne devait émerger, et plus de 40 ans après, une collègue dont la petite-fille a brillamment franchi toute sa scolarité, mention au bac, actuellement en prépa, n’ose en être fière, et s’excuse à tout bout de champ de l’année d’avance de sa petite-fille!
      sans compter sur la disparition dans les classes du travail manuel. une monstruosité selon moi.
      à la décharge de mes collègues, je pense qu’ils étaient sincères, et faisaient leur travail du mieux possible. mais conditionnés, formatés.
      on ne fait pas le bonheur des gens malgré eux. d’autant plus que personne n’a la même notion du bonheur.

      Répondre
  4. BRENUS

    3 mars 2013

    @PHILILIBERTE
    Ne confondre,
    l”E.N.” comme son nom l’indique, ne prétend pas à l’instruction et aurait tendance a rejeter l’intelligence qui a le désavantage de dévoiler ce qu’elle est. Non, elle prone l’EDUCATION – toute autre apellation étant, selon la formule chère à la gauchitude- “ringarde”. Bien que pleurnichant sans cesse sur la surcharge de travail (nous ne sommes pas loin des “cadences infernales” si chères aux cocos) elle veut piloter seule non pas la formation mais le formatage des cerveaux et ce en tous domaines. Pour paraphraser l’autre, nous pouvons dire : et voila monsieur pourquoi votre enfant est un tant soit peu limite. Il lui suffit d’assèner le dernier argument imparable et la voila dédouanée : sai lafot asarkozi . Tirez l’échelle.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      4 mars 2013

      à toutes les époques ,l’idéologie en place a cherché à ” formater ” les esprits …c’est à dire à savoir ce que vous DEVEZ savoir et surtout à ne pas utiliser votre propre intelligence , c’est à dire ne pas mettre en perspective ce que l’on vous enseigne et ce que ,vous , vous observez , ce qui revient à vous déposséder de votre LIBRE ARBITRE …

      Répondre
    • philiberte

      4 mars 2013

      c’est vrai que je suis dans ma 10ème année de retraite et que j’ai complètement décroché de la pieuvre EN, mais je n’ai jamais tenté de formater mes élèves. j’essayais de leur enseigner le français, les maths, et autres matières, avec plus ou moins de réussite suivant la qualité du terrain, et la motivation familiale.
      quant à la somme de travail, elle est diverse et variée en fonction de qui l’exerce. et je peux vous assurer que la journée de carence m’aurait été très pénible, avec 25 enfant devant moi et souffrant d’une migraine. pas question de s’affaler sur le bureau.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        4 mars 2013

        ah , les migraines chez les … fonctionnaires ! … toute une étude épidémiologique à faire … bien entendu on exclurait les migraines cataméniales

        Répondre
        • philiberte

          5 mars 2013

          je ne pense pas que mes migraines étaient dues à ma fonction, je suis retraitée, et j’en ai encore.
          seuls ceux qui n’en ont jamais souffert ne savent rien à ce sujet et n’ont qu’un droit: la fermer.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            6 mars 2013

            Heureusement pour vous , il existe un traitement homéopathique redoutablement efficace … encore faut il connaître un médecin homéopathe , clinicien talentueux et … thérapeute scientifique
            votre cas n’est donc pas désespéré
            et savez vous qu’on PEUT SE GUERIR SOI MÊME PAR SA SEULE VOLONTE … ce que je fis à …l’âge de … 14 ans

          • philiberte

            6 mars 2013

            la supériorité des gens – ou ceux qui se croient tels – m’a toujours laissée sans voix. c’est pourquoi je ne dis plus rien.

            étant retraitée, les migraines ne me gênent plus: je passe la journée chez moi, sans enquiquiner le monde. et j’attends que ça se passe.

  5. poulet

    2 mars 2013

    Remplaçons les rêveurs par des scientifiques et tout ira pour le mieux ! Et rétablissons l’examen d’entrée en sixième ainsi que les centres d’apprentissage , comme avant guerre ,mon époque !!

    Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    2 mars 2013

    Cela ressemble à l’affiche publicitaire: “Ce qui est vu est forcément connu”.
    Avec des slogans pareils on peut rentrer se coucher, la journée est de toute façon perdue!

    Répondre
  7. philiberte

    2 mars 2013

    c’est sûr que les matières sont diverses et variées! caser tout ça dans 26h de présence scolaire l’est au détriment des “matières principales”.
    quant aux vacances d’été réduites et par zone, je n’ose penser à ce qu’elles seront quand les vacances des parents (imposées par l’employeur, par exemple fermeture des usines en août) et celles des enfants ne correspondront pas!
    sans penser aux familles décomposées-recomposées, avec un parent dans une zone, et l’autre parent dans l’autre.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 mars 2013

      les ” grandes vacances ” ( celles de l’été s’entend ) avaient été instituées pour que la famille paysanne ( celle des petits paysans ) puisse avoir des bras quand les ” grands travaux ” des champs battaient NATURELLEMENT leur plein et que l’agriculture mécanisée n’était qu’à un stade …embryonnaire ( en particulier en Picardie )
      si on doit tenir compte de la situation familiale , professionnelle et géographique de Pierre et de Pierrette on n’en sortira pas …. croyez vous que les scandinaves se posent ce genre de problèmes situationnels ?

      Répondre
  8. JEAN PN

    2 mars 2013

    Peillon veut faire plus d’intelligents en ne donnant que 6 semaines de vacances ?
    A mon époque, on avait 12 semaines de vacances d’un seul trait. Mais bien avant le bac on savait parfaitement lire et écrire, on savait utiliser la règle de trois, les problèmes de fractions n’avaient aucun secret pour nous, enfin on était bien plus instruits … et peut-être bien plus intelligents que beaucoup de politiques de maintenant !

    Répondre
    • philiberte

      2 mars 2013

      ne confondons pas intelligence et instruction.
      le problème, c’est le manque de travail. ce sont les enfants qui repassent leurs leçon du jour le soir qui réussissent.

      Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    1 mars 2013

    d’après ce que j’ai pu constater en surveillant les devoirs de mes petits enfants , on ne leur demande pas de comprendre mais de savoir … une fois que le module est su il est considéré comme compris … ce qui est rarement le cas en particulier en français et en mathématiques bases même du … savoir

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)