PPL recherche sur l’embryon : l’éthique sacrifiée

Posté le juillet 14, 2013, 10:46
2 mins

Communiqué de Jacques Myard

député de la Nation, maire de Maisons-Laffitte, président du Cercle Nation et République
le 11  juillet  2013

Jacques Myard dénonce la proposition de loi sur la recherche de l’embryon qui bouleverse la loi Leonetti sur la bioéthique de 2011 qui avait abouti à un consensus et à un équilibre entre le respect de la dignité humaine et la recherche.

Il n’est pas admissible que, sur un sujet aussi fondamental et qui touche à la conception de la personne humaine, le Gouvernement ait choisir d’agir avec précipitation reprenant une simple proposition de loi.

Cette procédure escamote pour le Gouvernement l’obligation de consulter le Conseil d’Etat, le Comité national d’éthique et de tenir des Etats Généraux.

En réalité, si cette proposition de loi bâcle le débat, elle a pour objectif politique essentiel de permettre aux Socialistes – lesquels ont déserté l’hémicycle – de donner des gages aux Radicaux de gauche qui ne manquent jamais une occasion de tacler le gouvernement. On assiste au retour de la IVe République aux frais de nos principes fondamentaux.

Ce texte ignore les progrès scientifiques qui offrent des alternatives prometteuses avec les cellules souches non embryonnaires IPS ; il livre l’embryon aux risques de la marchandisation, et obéit, comble pour une gauche prompte à fustiger les méfaits du marché, aux intérêts mercantiles des laboratoires.

A cet égard, la ministre s’est contredite lors des débats, prétendant que la recherche ne serait qu’académique et fondamentale alors même que la proposition de loi parle de recherche appliquée, au bénéfice des lobbies pharmaceutiques, toujours philanthropes…

Ce texte ouvre la voie aux dérives, au nom du mercantilisme hypocrite défendu une nouvelle fois par les Socialistes.

Jacques Myard votera contre !

5 réponses à l'article : PPL recherche sur l’embryon : l’éthique sacrifiée

  1. Claude Roland

    16 juillet 2013

    Quelle pétaudière ce pays… à la fin de ce siècle, ce sera un pays dévasté, annihilé sauf réveil miraculeux des Français. Et là, j’en doute pour une nation qui a inventé l’hypocrisie et la lâcheté.

    Répondre
  2. J-Y R.

    15 juillet 2013

    Les embryolâtres sont vraiment des mécaniques acéphales à démarrage automatique.

    Répondre
  3. 14 juillet 2013

    Je ne comprends pas cette indignation Mr Jacques Myard . Cette loi suit la logique suicidaire de la France , de l’Europe qui fait plus de lois pour tuer un enfant dans le ventre de sa mère que de lui donner une chance . Quand un gouvernement encourage le métissage pour éliminer la race blanche qui d’année en année se réduit en nombre , quand il organise le ” Grand Remplacement de Population ” , édite des loi pour étouffer toutes contestations identitaires , nivelle le niveau scolaire par le bas pour accueille l’autre dans nos institutions et enlève toutes défenses immunitaires intellectuelles etc etc .
    Je regrette Mr Jacques Myard ras-le-bol de nos intellos et politiques . L’embryon qui rempli les poubelles ou fours crématoires des hôpitaux peut devenir un jour un produit de consommation pour des expériences et un jour peut-être on lui trouvera un goût culinaire . Nous sommes devenus des barbares contre nous même . Notre société récolte ce qu’elle sème .

    Répondre
  4. 14 juillet 2013

    Monsieur Myard, merci de trouver les mots qui nous manquent pour exprimer notre indignation!
    Votre excellent article met bien en valeur les contradictions de cette nouvelle loi. Et les folies qui en résulteront.

    Répondre
  5. mariedefrance

    14 juillet 2013

    y’a longtemps qu’on a signé les pétitions !

    Encore une loi socialo.
    Ils détruisent TOUT partout par où ils passent.

    Comment çà ?
    Cette procédure escamote pour le Gouvernement l’obligation de consulter le Conseil d’Etat, le Comité national d’éthique et de tenir des Etats Généraux.

    en quel honneur ????

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)