Pseudo-fermeté macronienne sur l’immigration

Posté le novembre 12, 2019, 11:04
5 mins

La classe politico-médiatique bruisse d’une rumeur terrifiante ou enthousiasmante selon votre bord politique : Emmanuel Macron et son gouvernement seraient disposés à faire face avec fermeté à la question migratoire.

Naturellement, les médias bien-pensants donnent abondamment la parole aux élus de la majorité qui ont des états d’âme et font étalage de leur «générosité».
Naturellement, on observe un contraste assez saisissant entre les déclarations de Jean-Michel Blanquer contre le voile islamique et la manifestation de l’extrême-gauche et des islamistes contre la prétendue « islamophobie ».
Naturellement, il n’est question que de quotas migratoires et le mot même implique la fermeté.

Le problème, c’est que tout cela n’est que du théâtre. Du théâtre talentueux si l’on veut, mais du théâtre quand même.

Car les quotas dont il est question ne concerneraient que l’immigration économique, part dérisoire de l’immigration légale. Moins de 10 000 étrangers bénéficient d’un contrat de travail permanent en France à ce titre, alors que 400 000 personnes environ entrent chaque année légalement sur le territoire.

On ne sait d’ailleurs pas si les quotas visent à réorganiser ces quelque 10 000 immigrés économiques ou s’ils s’y ajouteraient. Dans le premier cas, on serait dans la logique gauchiste typique selon laquelle l’État sait mieux que les entreprises comment recruter. Dans le second, on serait dans la fuite en avant vers toujours plus d’immigration.

En tout cas, parler de quotas d’immigration économique est une réponse dérisoire – et même provocatrice – à la préoccupation grandissante des Français sur ce sujet.

Car rien n’est annoncé sur le regroupement familial, sur le détournement du droit d’asile, sur les pompes aspirantes de l’État-providence, etc.

Et les déclarations d’Emmanuel Macron ne sont pas de nature à rassurer : quand il annonce son intention de reconduire à la frontière 100% des déboutés du droit d’asile, on se demande par quel miracle il serait capable de tenir cette promesse, alors même que ces dernières années le taux de reconduite à la frontière n’a cessé de diminuer, faute de moyens et de volonté.

Un moratoire sur toute forme d’immigration s’impose. Les demandes d’asile doivent être examinées par les consulats dans les pays de départ. Il faut conditionner les aides au développement à la collaboration avec ces mêmes pays.

Une telle politique serait très difficile à mener par un gouvernement décidé sérieusement à la mener – y compris en tapant du poing sur la table dans les instances européennes. Un gouvernement passé maître dans l’art de l’enfumage, et totalement asservi à l’idéologie sans-frontiériste, ne peut y parvenir.

La question de l’intégration n’est pas mieux posée.

Quand les dirigeants font mine de ne pas voir la différence de nature entre la religion islamique et la religion chrétienne, ils ne peuvent pas manquer d’être sous la domination culturelle de l’islamo-gauchisme.

Bien sûr, par son numéro de duettiste avec Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron donne une impression de fermeté.

Mais, dès que l’on y regarde de plus près, on constate que la France et les Français sont les grands absents de ses préoccupations. Il n’est pas question de chercher à quelles conditions les musulmans peuvent être français, mais, au contraire, de voir comment notre société pourrait se transformer pour laisser davantage de place à l’islam.

Nous vivons sous l’empire de la parlotte et de la mollesse politique – doublées d’une indifférence ou d’un mépris pour la culture française qui n’arrange évidemment rien!

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Article précédent

Laïcité

Article suivant

Port du voile

3 réponses à l'article : Pseudo-fermeté macronienne sur l’immigration

  1. quinctius cincinnatus

    14/11/2019

    Macron se chiraquise

    il sera donc , un jour ou l’ autre aussi … populaire que Jacquou la Fripouille

    Répondre
  2. BRENUS

    13/11/2019

    Il semble que nos gouvernements successifs et le dernier en particulier ne savent pas comment tarir l’immigration sauvage ni mettre en place la remigration des indésirables et des persanae non gratae.
    Pourtant, les pays d’origine de ces mêmes immigrés/colons nous ont donné la recette pour faire dégager les gens qu’ils ne voulaient plus voir chez eux , l’Algérie en tête avec le choix de la valise ou du cercueil.
    Prenez le maghreb et nombre de pays africains sub-sahariens – sans parler de la Tanzanie ni de l’Afrique du sud- , par exemple : il s’arrangent sans problème pour vous rendre la vie impossible si vous y habitez ou vous interdire d’y entrer officiellement. Si cela ne suffit pas , ils vous pourrissent la vie, vous menacent, voir vous agressent, vous et votre famille. Vous n’avez alors que le choix de vous tirer fissa en bradant, si vous le pouvez, les quelques biens qui vous restent.
    Essayez d’obtenir un visa de contrat de travail (obligatoire à l’entrée d’un de ces territoires pour y bosser) , même avec une spécialisation pointue. Attendez vous a payer une sorte d’impot supplémentaire d’ expat si vous y êtes, comme s’est arrivé à un de mes amis détaché pour 2 ans dans un de ces bleds, y compris des cotisations chommage, chommage réservé aux seuls nationaux et refusé officiellement aux autres qui pourtant paient.
    En gros cessons de les favoriser et mettons leurs des batons dans les roues, comme ils savent si bien le faire.
    Quant aux français de papiers bi-nationaux, il faut supprimer le système, d’autant que beaucoup jouent en permanence avec un pied dehors, un pied dedans, la délivrance complaisante de nationalité a n’importe qui n’en fera jamais un français concerné, mais seulement un ayant droit de prise en charge.
    Ne parlons même pas des innombrables retraités centenaires maghrébins dont personne ne vérifie jamais s’ils vivent encore et que la famille faire durer pour l’éternité afin de passer à la caisse.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16/11/2019

      votre clavier ne dispose pas de la touche accent circonflexe ? ou bien êtes vous fâché ( accent circonflexe ! ) avec lui ?

       » sur  » au lieu de  » sûr  » ( certain ) ,  » chommage  » ( avec deus m ! ) au lieu de  » chômage « ,  » impot  » au lieu d’  » impôt  » etc

      vous seriez refusé à un très hypothétique examen de français pour l’ obtention de la nationalité française mon cher Brenus ( un seul  » n » ), vos séjours en Afrique sans doute !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)