Que dure leur intermittence !

Posté le 07 juillet , 2014, 11:14
53 secs

Vous le savez, par nécessité de militant de la Contre-Désinformation, je me fais un devoir d’écouter souvent le matin les émissions de propagande de « l’idéologiquement » correct de notre radio dite de « service public ».

Dans cette radio, orchestrée sans vergogne par la gauche nihiliste la plus fielleuse et où l’on n’invite de la « non-gauche » que pour l’alibi d’un pseudo-pluralisme, la cause des « intermittents syndiqués du spectacle subventionné », dont se fichent éperdument 95 % de notre peuple non boboïsé, a été largement défendue.

Mais quand on considère les « spectacles » dont il s’agit, le plus souvent, non vraiment une intermittence qui durerait pendant une grève illimitée ne nous émouvrait vraiment pas.

Et comme ces intermittents baignent aussi pour beaucoup, et du moins leurs organisateurs, dans les stéréotypes de la vieille « culture » gauchiste, pourquoi donc n’exigent-ils pas des richissimes acteurs, chanteurs et autres vedettes du « chaubiz » qu’une partie de leurs cachets soit versée à une Caisse permanente de rémunération des chômeurs intermittents (CPRC !).

Peut-être pourraient-ils demander à cette fin l’appui des très compétents marins de la CGT, qui, eux, savent s’employer à ce que la navigation vers la Corse devienne de plus en plus intermittente ?

*Retrouvez les billets de l’auteur sur le blog de Bernard Antony.

105 Commentaires sur : Que dure leur intermittence !

  1. HansImSchnoggeLoch

    11 juillet 2014

    Jaures: “Selon une étude publiée par « La Tribune » (03/01/2014), le secteur culturel contribue pour 57,8 milliards au PIB pour une contribution de l’Etat de 13,9 milliards. Cette contribution est bien plus élevée que, par exemple, l’automobile.”

    La culture c’est quoi?
    Le spectacle des intermittents qui est déficitaire n’en est qu’une petite fraction.
    Il se compose d’après la direction des finances socialistes, du patrimoine , des arts visuels comme la presse, de la publicité, du livre, du cinéma, de l’image et du son et des accès aux savoirs et à la culture.
    Bref peu ou prou du multimédia.

    S’il y une justice et si le mot solidarité a encore un sens c’est donc tout ce segment qui devrait contribuer à financer le chômage des intermittents du spectacle.

    Répondre
    • Jaures

      11 juillet 2014

      Tous les festivals en France sont liés au spectacle vivant. Le livre, c’est moins de 3% du chiffre d’affaire de la culture. Dans l’audio-visuel, le cinéma notamment, ce sont des intermittents qui travaillent. Cela n’exclue pas la présence de personnels permanents mais les intermittents interviennent dans tous les secteurs, y compris les musées qui organisent nombre d’animations ou actions ponctuelles.
      Un musée est déficitaire, mais fermez le Louvre et Orsay et Paris verra disparaitre beaucoup de ses touristes (rien qu’au Louvre, 70% de ses 9 millions de visiteurs sont étrangers). Il faut considérer l’intermittence comme un investissement pour l’industrie touristique (je parle en froid économiste qui n’aurait aucun goût pour la culture). Y renoncer serait comme stopper la recherche dans l’industrie pharmaceutique: une économie à court terme, une catastrophe industrielle dans la foulée.

      Répondre
  2. druant philippe

    11 juillet 2014

    @Brenus:

    à moins que sous ce vocable, on ne trouve le groupe Jaures

    Répondre
  3. BRENUS

    11 juillet 2014

    Putaing ! Ce JOJO c’est le nouveau Pic de la Mirandole. Il sait tout sur tout. Nul doute que son cerveau, penchant très fortement à gauche l’avantage par rapport a celui des boétiens que nous sommes. Peut être aussi – et surement- qu’il n’a rien d’autre à foutre dans son supposé emploi que de draguer wikipedia la bible du monde qui vous aide tellement à faire le kacou, même si vous n’êtes qu’un mauvais con.

    Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    10 juillet 2014

    Summa summarum:
    Tout le monde admet que les retombées financières des festivals ne comblent pas les indemnités de chômage touchées par les intermittents du spectacle.

    Comme plus de 900 emplois différents sont représentés dans cette appellation générique, il serait de bon ton que les métiers ne touchant pas immédiatement le milieu artistiques cherchent du travail sur le marché de l’emploi.

    Ce pays étant en plein marasme financier et économique, il s’agira donc de définir la priorité entre panem ou circences et non les deux à la fois.

    En ce qui me concerme je préfère la culture de la pomme de terre qui m’assure une bonne soupe chaude à la culture tout court qui n’est réservée qu’à l’élite émargeant à >= 5 x le smic.

    PS: une actrice punk américaine dont j’ai oublié le nom avait été contactée par les intermittents pour les aider dans leur “juste combat!!”.
    Réponse de cette dernière:
    Toute ma carrière a été construite sur mon travail personnel, je n’ai jamais demandé la moindre subvention à l’oncle Sam.

    Répondre
    • Jaures

      10 juillet 2014

      Ce n’est pas qu’elles ne comblent pas, c’est que ce n’est pas leur rôle. Seules les cotisations salariales et patronales abondent les caisses d’assurance chômage.
      Le fait qu’il y ait 900 corps de métier dans le spectacle n’a rien d’étonnant. Allez faire un tour dans les coulisses de l’Opéra, vous comprendrez. Combien de métiers différents sont nécessaires pour concevoir, construire, vendre et entretenir une automobile ?
      Par ailleurs, je ne doute pas qu’une bonne soupe de pommes de terre suffit à votre bonheur. Souffrez que d’autres demandent un peu plus à la vie. Et ce n’est pas qu’une question de moyens. Ernest Antoine Seillière disait ne jamais aller au théâtre et s’ennuyer à l’opéra. Mais au moins lui goûte du velouté d’asperge.
      Enfin, bien d’autres artistes se rappellent d’où ils viennent et soutiennent les intermittents. Ceux qui les snobent oublient qu’ils se produisent souvent dans des festivals subventionnés et, quand ils connaîtront un retour de notoriété, ne manqueront pas d’aller pleurer.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        10 juillet 2014

        Ballast comme d’habitude. La messe est dite.

        Répondre
      • quinctius cincinnatus

        10 juillet 2014

        dans les coulisses de l’Opéra … mazette au prix courant ! vous y avez vos entrées ( gratuites ? ) enfin tant que ce n’est pas dans les … loges ( du corps de ballet s’entend ici )

        Répondre
        • Jaures

          10 juillet 2014

          Il faut être curieux. Des visites sont organisées pour un prix modique.

          Répondre
  5. druant philippe

    10 juillet 2014

    damned : “d’ avoir éventé ” ………

    Répondre
  6. druant philippe

    10 juillet 2014

    @hans:

    votre angle d’ attaque est peut-être le bon vu que ce festival est un outil de propagande essentiel pour les socialomarxistes de l’ UMPS .
    La ruse est habile car elle relie par le mensonge l’ absence du festival à un effondrement du chiffre d’ affaires des commerçants avignonnais: ils iraient jusqu’ à publier des statistiques churchilliennes pour sauver leur propaganda abteilung .
    Merci Hans d’ avoir éventer cette nouvelle ruse mondialiste proposée par son servant zélé Jaures !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 juillet 2014

      il me semble avoir dit la même chose … il y a déjà un certain temps … le problème restant que : primièrement il n’existe ( quasiment ) plus de culture européenne ( même populaire ) ” de droite ” … grâce aux media de … droite par exemple T.F. 1 ! ) , deuxièmement, qu’il n’existe ( quasiment ) plus de personnes intéressées par une culture authentiquement ” de droite “, ce qu’on leur propose étant le plus souvent soit artistiquement et intellectuellement obsolète … soit alors pas assez ” pompier ” !

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      10 juillet 2014

      La situation des intermittents du spectacle est en effet calamiteuse. Le régime chômage des intermittents, qui dépend de l’Unedic (l’assurance chômage), accuse un déficit annuel d’1 milliard d’euros pour à peine plus de 106.000 bénéficiaires. Chaque bénéficiaire comptant pour ~10K euros / an.
      Certains retraités ayant travaillé toutes leur vie vont en verser des sanglots longs et monotones…et l’automne approche et avec lui les feuilles qui tombent…. dans les boites aux lettres.

      Pour un rendement de 4 pour 1(selon Jaures) cela signifierait que les spectacles devraient générer 4 milliards de recettes.
      Le font-ils vraiment?
      Et si oui il faudra le prouver, de préférence pas avec de l’enfumage genre “vision uniquement comptable”.
      De nos jours les gens veulent du concret genre “soupe dans l’assiette”.

      Répondre
      • Jaures

        10 juillet 2014

        Hans, vous confondez beaucoup de choses. Tout d’abord, les retombées financières des festivals ne servent évidemment pas à combler le déficit de l’assurance chômage des intermittents.
        Ensuite, toutes les professions sont solidaires les une des autres.
        Par exemples, sans la péréquation entre les caisses de retraite, les agriculteurs et les commerçants ne toucheraient plus de pensions, leurs caisses étant en déficit chronique.
        Par contre, les activités culturelles comme les festivals, génèrent une activité économique créatrice d’emplois. Encore une fois, si vous en doutez, téléphonez aux hôteliers, commerçants et restaurateurs d’Avignon ou d’ailleurs et dîtes leur que le festival de leur ville est coûteux et inutile et que vous proposez de le supprimer.
        Merci de nous faire part de la teneur de la réponse du patron sollicité.

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          10 juillet 2014

          Répondez aux questions posées et gardez votre enfumage pour vos mignons.
          Si vous ne pouvez pas par manque d’arguments concrets ce sera une preuve flagrante que vous mentez comme un mauvais arracheur de dents, d’ailleurs personne n’en doute sur ce site.

          Répondre
          • Jaures

            10 juillet 2014

            Allons, Hans, la vérité est simple comme un coup de fil ! Vous pouvez même choisir votre commerçant parmi les électeurs du FN. La question est simple: combien perdriez-vous si on supprimait le festival d’Avignon.
            Ce n’est pas de l’enfumage, c’est du concret. Appelez, ou taisez-vous !

          • HansImSchnoggeLoch

            10 juillet 2014

            Vous avez un sacré toupet, c’est vous qui affirmez que les intermittents du spectacle sont utiles à l’économie.
            Je vous ai donné la preuve qu’ils coûtent plus qu’ils ne rapportent. Et c’est moi qui doit vous apporter des éléments pour étayer votre version.

            Allez donc vous faire foutre et je suis poli en disant cela. Et ne revenez surtout pas avec vos atermoiements de pédant offusqué, cela ne prend pas.

            Quand on voit le volume de vos échanges sur ce site on se demande si vous ne couchez pas avec votre PC. S’il y en a un qui devrait se taire c’est bien vous.

          • Jaures

            10 juillet 2014

            Vous ne me lisez pas Hans. J’ai donné plusieurs fois les chiffres. Le festival d’Avignon reçoit 6,5 millions de subventions et en rapporte 23. Comme vous ne lisez pas, je me dis que peut-être en dialoguant avec un commerçant local, non syndicaliste et de droite, vous saurez à quoi vous en tenir.
            Mais vous ne le ferez pas.

          • HansImSchnoggeLoch

            10 juillet 2014

            Les intermittents du spectacle coûtent un milliard d’euros et vous me répondez en millions. Savez-vous au moins calculer?
            Autant distribuer le milliard à tous les commerçants concernés.
            LOL.

          • quinctius cincinnatus

            10 juillet 2014

            à moi le Festival d’Avignon ne me rapporte pas un kopeck … même … tsariste ! à vous certainement !

          • Jaures

            11 juillet 2014

            Je vous parle en millions car cela concerne un festival. Il y en a des centaines en France, de Pougne-Hérisson à Nantes en passant par La Rochelle, Cannes, Marciac, Aurillac, Beaune, …
            Selon une étude publiée par “La Tribune” (03/01/2014), le secteur culturel contribue pour 57,8 milliards au PIB pour une contribution de l’Etat de 13,9 milliards. Cette contribution est bien plus élevée que, par exemple, l’automobile.
            Donc, cher Hans, même si la vie culturelle vous laisse froid, vous pourriez au moins vous réjouir de son impact économique dont le statut des intermittents est un des meilleurs leviers.

  7. druant philippe

    9 juillet 2014

    Si les critiques de l’ époque à l’ égard de l’ école impressionniste semblent largement injustifiées , il n’ en va pas de même pour l’ art comptant pour rien (j’ en exclus des Dali / Chirico) qui lui mérite les attaques dont il est l’ objet ( que penser d’ horreurs style Piss Christ ou homard en plastique d’ un dégénéré dont j’ ai oublié le nom qui se revendique progressiste ou le composteur à merde) .
    On peut ne pas aimer l’ impressionnisme et ses différentes écoles (fauvisme / nabis / pointillisme,…) MAIS Il faut reconnaître que derrière cela on a affaire à de vrais dessinateurs / peintres , ce qui n’est plus le cas des peintres croûteurs ou projecteurs .

    Répondre
    • Jaures

      9 juillet 2014

      Pareil, les critiques disaient des impressionnistes qu’ils étaient “des malades de la rétine”. Et pourquoi faut-il qu’il y ait un dessin sur une peinture ? C’est que vous concevez que la peinture doit avoir un lien avec la réalité perceptible. Il faut admettre que certains plasticiens orientent différemment leur travail. Même si les peintures de Kandinsky les plus connues sont abstraites, il était tout à fait capable de réaliser des oeuvres purement figuratives (comme ses études de vieilles villes). Mais à quoi bon refaire ce qui a été fait ?
      L’art n’est pas forcément décoratif. Vous pouvez ne pas aimer des oeuvres mais décréter que ce qui ne vous plait pas est mauvais est purement arbitraire. Vous n’aimez pas l’art contemporain ? Allez au Louvre et à Orsay ! Délaissez les musées et galeries qui vous déplaisent. Chacun est libre de chercher dans l’art ce qui correspond à ses préoccupations.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 juillet 2014

      le bourgeois aime le pompier ou plus exactement ce qui a une valeur marchande immédiate …d’autre part , les plus grands admirateurs et surtout admiratrices actuellement des impressionnistes se trouvent chez les bourgeoises et chez les professeurEs !

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      10 juillet 2014

      Philberte a bien décrit son oeuvre sur plat.
      J’appellerai cela “oeuvre d’arse” avec la texture et l’odeur en plus.
      Un excentrique un peu lubrique et/ou socialiste sur les bords genre Bergé serait bien capable de dépenser une fortune pour l’avoir.

      Répondre
      • philiberte

        11 juillet 2014

        je vous propose de partager cette fortune!
        :-)))))))

        Répondre
  8. druant philippe

    9 juillet 2014

    Les hausses de recettes sont peut-être aussi générées par les vacances et donc par un afflux de touristes se foutant du festival comme un poisson d’ une pomme .
    La ville elle-*même est superbe et mérite largement sa réputation !

    Répondre
    • Jaures

      9 juillet 2014

      Alors pourquoi le chiffre d’affaire s’écroule en juillet quand le festival est annulé ?

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        10 juillet 2014

        Quel chiffre d’affaire? S’il s’écroule, prouvez le?

        Ce sera d’ailleurs assez difficile car tout s’écroule dans ce pays avec les spécialistes aux manettes.

        Répondre
        • Jaures

          10 juillet 2014

          Appelez donc un commerçant, au hasard, d’Avignon et dîtes-lui que vous souhaitez que s’arrête le festival définitivement. Merci de faire part sur ce site de votre échange.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            10 juillet 2014

            C’est vous qui faites ces affirmations gratuites, alors ayez au moins la décence de les prouver.
            D’ailleurs je n’ai pas encore eu de réponse “pour un euro investi , quatre euros de rémunération”.
            Un calcul svp sinon abstenez vous?

    • quinctius cincinnatus

      10 juillet 2014

      belle ville mais mal habitée … allez faire un tour du côté du Pontet !

      Répondre
  9. druant philippe

    9 juillet 2014

    ” Il rapporte 25 millions à la ville et l’économie locale. Connaissez-vous de meilleurs investissements ?”

    Encore des chiffres churchilliens !
    Expliquez – moi comment on peut déterminer que les recettes supplémentaires d’ un commerçant sont générées par l’ apport d’ un festival !
    Les commerçants tiennent-ils une colonne spéciale dans leur journal des ventes (receTtes au comptant) appelée “journal des recettes du festival d’ Avignon” ?
    Votre commentaire me fait penser aux chiffres d’ audience communiqués par des chaînes radio /TV : pour avoir un chiffre précis, il faut placer sur un téléviseur un appareil électronique chargé de calculer cette audience : il me sEmble que peu de spectateurs possèdent ce genre d’ appareil .
    Dé lors, les chiffres d’ audience sont bidonnés

    Répondre
    • Jaures

      9 juillet 2014

      Curieuse question. Quand durant la période du festival les commerçants et hôteliers constatent une hausse de leur chiffres d’affaire,et ce chaque année, pensez-vous qu’ils n’y voient pas comme une coïncidence ?
      Quand en 2003 ils ont affiché un effondrement de leur chiffre d’affaire (- 40% en moyenne) à la suite de l’annulation du festival, ils ne s’y sont pas trompés. Et pour eux, c’est du concret, pas du “bidonné”.

      Répondre
  10. druant philippe

    9 juillet 2014

    Pas de comparaison possible en terme de qualité théa^trale ( beauté de la langue , jeu d’ acteur , conception,…) entre les classiques auxquels j’ ajouterais Montherlant voire Camus et les modernes (en gros du milieu du 20 ème siècle à maintenant) .
    Ce théâtre est à l’ image de l’ art moderne (peinture de types croûtes, ou à jets aléatoires) : creux, inepte, laid , mal conçu
    rebelle en carton pâte , en bref gauchiste !!!
    Vous tenEz la comptabilité analytique du festival d’ Avignon pour nous parler de rentabilité ?

    Répondre
    • Jaures

      9 juillet 2014

      Le budget d’Avignon est public ainsi que sa fréquentation, il suffit de s’y intéresser.
      Ce que vous dîtes sur le théâtre d’aujourd’hui est purement subjectif et n’engage que vous. Encore une fois, allez voir “Andromaque” ou “Caligula”, c’est très bien. Mais permettez aux autres de découvrir un théâtre différent, même gauchiste, s’ils le souhaitent. Il y a 3 siècles et demi, le gauchiste s’appelait Molière. Au début du XIXème siècle, on conspuait le théâtre de V.Hugo.
      De même pour vos remarques sur la peinture moderne. On écrivait la même chose au temps des impressionnistes.

      Répondre
      • philiberte

        9 juillet 2014

        “De même pour vos remarques sur la peinture moderne. On écrivait la même chose au temps des impressionnistes.”

        je doute fort qu’enfermer un crucifix dans un bocal d’urine, peindre avec ses excréments, ou en plus “soft”, pendre un homard géant à Versailles restera dans les annales autrement qu’une exploitation de la crédulité ou de la bêtise snob d’une certaine catégorie de gens.

        Répondre
        • Jaures

          9 juillet 2014

          Philiberte, il s’agit là de votre avis. On est en droit de le partager ou non. D’autres, tout aussi qualifiés que vous, ont au contraire exprimé leur goût pour ces oeuvres. Si elles ne vous plaisent pas, rien ne vous oblige à aller les voir. Si vous préférez d’autres artistes, courez acheter leurs oeuvres. Chacun doit pouvoir accéder aux oeuvres qu’il apprécie et chaque artiste doit pouvoir s’exprimer librement dans le cadre de la loi.

          Répondre
          • philiberte

            9 juillet 2014

            je vais chi… dans un plat, et grâce à mes nombreuses connaissances qui vont crier au sublime, je vais être célèbre en moins de 2!

          • Jaures

            9 juillet 2014

            Chiche !

          • philiberte

            11 juillet 2014

            ???

      • quinctius cincinnatus

        10 juillet 2014

        Molière n’a jamais été ” conspué ” que je sache … quant au théâtre de Hugo c’est du pompier avec sabre court , casque de cuivre et crinière ! entre nous … plus personne ne le joue ; on adapte ses romans misérabilistes certes mais je ne pense pas que beaucoup de personnes aient eu la ” malchance ” de voir Ruy Blas … moi je l’ai vu quand j’avais 16 ans j’en garde encore un souvenir … hilare !

        Répondre
        • philiberte

          11 juillet 2014

          bon appétit, Messieurs, vous ministres intègres….

          Répondre
        • Jaures

          11 juillet 2014

          Molière a été censuré (Ecole des femmes, Tartuffe,…). Stravinsky a été conspué.
          Et votre jugement sur Hugo vous est personnel. A 16 ans on se croit toujours supérieur à ce qu’on voit, que ce soit Hugo, Racine ou Molière.D’autres en disent autant de Claudel ou Ionesco. Mais ces auteurs sont toujours joués (Lucrèce Borgia à la CF cette année).

          Répondre
  11. Jaures

    9 juillet 2014

    Le fesival d’Avignon coûte 12 millions dont 6,5 de subventions. Il rapporte 25 millions à la ville et l’économie locale. Connaissez-vous de meilleurs investissements ?

    Répondre
    • philiberte

      9 juillet 2014

      dans ce cas, il serait bon qu’Avignon rembourse la subvention! après tout c’est nous qui payons.

      Répondre
      • Jaures

        9 juillet 2014

        Si la ville rembourse, c’est aussi vous paierez. Et pourquoi ne demandez-vous pas que les entreprises remboursent les dizaines de milliards de subventions qu’elles reçoivent ? C’est aussi vous qui payez.

        Répondre
        • philiberte

          9 juillet 2014

          “Si la ville rembourse, c’est aussi vous paierez. ”

          je suis obtuse: expliquez-moi ça!

          “Et pourquoi ne demandez-vous pas que les entreprises remboursent les dizaines de milliards de subventions qu’elles reçoivent ? ”

          dans certains cas, ce ne serait que justice.

          Répondre
          • Jaures

            9 juillet 2014

            Une ville est pour 25% financée par l’Etat. Certains financement sont liés à l’existence du festival d’Avignon. Vos impôts financent en partie toutes les villes de France.

          • philiberte

            9 juillet 2014

            c’est clair!

  12. druant philippe

    9 juillet 2014

    “Connaissez-vous le temps nécessaire pour monter une pièce de théâtre ou chorégraphique, l’écriture, la mise en scène, les répétitions, la création lumière ?”

    S’ il s’ agit d’ une pièce “progressiste” (porno ou narco marxiste à haute teneur en vivre ensemble, bien pensance et multiculturalisme ), très peu de temps vu la débilité, la laideur et bêtise de ce genre de théâtre bien pensant .
    Le fesse tival d’ Avignon doit être un modèle de ce genre de prestations .

    S’ il s’a git de théa^tre de qualité (Molière / Scarron / Corneille / Shakespeare) on peut imaginer qu’ il faut un certain temps pour y arriver .

    Répondre
    • Jaures

      9 juillet 2014

      Les auteurs que vous citez sont évidemment excellents mais on peut également attendre du théâtre qu’il nous parle de notre époque. Par ailleurs, Molière fut très contesté en son temps et certaines autorités religieuses (Port-Royal) ont obtenu la censure de certaines de ses pièces. Leur jugement d’alors était assez proche de celui que vous développez sur les auteurs d’aujourd’hui.
      Si Avignon est la figure de prou des pièces que vous détestez, il semble que celles-ci trouvent leur public puisque ce festival est l’un des plus fréquenté et l’un des plus rentables.
      Plus généralement, la culture ne peut être que plurielle. Les classiques sont régulièrement donnés dans nombre de théâtres et à la Comédie Française. Les jeunes auteurs doivent avoir également le droit de s’exprimer. Rien ne vous oblige à vous rendre à ces représentations comme rien ne doit empêcher le public de se rendre à des créations contemporaines.

      Répondre
      • philiberte

        9 juillet 2014

        figure de proue.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          9 juillet 2014

          ou figure de… ” prout ” … peut être ?

          Répondre
          • philiberte

            9 juillet 2014

            dans ce cas, vous avez raison!!! :-)))

          • Jaures

            9 juillet 2014

            Le niveau monte !

          • quinctius cincinnatus

            10 juillet 2014

            le niveau monte … c’est un effet du réchauffement climatique sans aucun doute ! … mais savez vous Molière en … usait, Mozart également et je ne vous parle pas de Rabelais un rustre , un ” sans vivre ” , d’ un vulgaire ma chère !

  13. David

    8 juillet 2014

    Il n’y a aucune logique dans ce statut “d’intermittent de spectacle”. Ce activité devrait se faire soit en bénévolat pour ceux qui ont cela en passion et le temps, ou soit en complémentarité d’un autre travail rémunéré. La France avec déjà ses 7 millions de fonctionnaires (28%), ses 12% de chômeurs, ne pourra pas continuer à mener ce train de vie, où chacun bénéficie d’un régime spécial. Il serait temps d’intégrer les valeurs : travail, rentabilité, efficacité et rigueur. Il faut arrêter de pratiquer le “copié collé”, tous les spectacles ne ramènent de retombées économiques comme celui d’Avignon.

    Répondre
    • Jaures

      8 juillet 2014

      Connaissez-vous le temps nécessaire pour monter une pièce de théâtre ou chorégraphique, l’écriture, la mise en scène, les répétitions, la création lumière ?
      Croyez-vous qu’on peut, simplement sur son temps libre, mettre en place un quintette de Mozart ?
      C’est comme si je vous disais qu’on peut très bien, en amateur, exercer le métier de géomètre ou chirurgien dentiste.
      Et effectivement, tous les spectacle ne sont pas rentables. Même en affichant complet, jamais un opéra ne gagnera de l’argent. Faut-il fermer tous les opéras ?

      Répondre
    • Oeildevraicon

      8 juillet 2014

      La France avec déjà ses 7 millions de fonctionnaires (28%), ses 12% de chômeurs, …
      N’oubliez pas tout ce que la France compte de vampires et de profiteurs qui ruinent notre SS, nos caisses de retraite et maladie, ceux qui fraudes aux assedic, ceux pour qui les conseils généraux dépensent des sommes colossales, ceux pour qui le Français au travail ou ayant travaillé se voit spolié d’une partie de ses revenus afin de réparer les dégâts (émeute pour l’interpellation d’une bâchée ou d’un scootériste sans casque, pour les festivités du nouvel an ou d’après matche de foot, etc…).
      Pour ma part, je trouve que cela fait beaucoup trop d’assister à la charge du contribuable et vous David qu’en pensez-vous?.

      Répondre
      • Jaures

        9 juillet 2014

        Encore une fois le terme d’assisté n’est pas pertinent pour les intermittents. Ceux-ci exerce une profession dont la partie visible est intermittente. Comme je l’écrivais, un musicien doit répéter individuellement et en ensemble de nombreuses heures pour rendre possible un concert. La part d’apprentissage d’un texte est très laborieuse pour un comédien. Essayez simplement d’apprendre quelques pages d’une pièce de Racine ou de Koltès. C’est un métier. Or ces heures ne figurent pas sur la fiche de paie d’un artiste qui est la plupart du temps payé à la représentation.
        Enfin, un assisté ne rend pas de service en retour. Or, comme je l’ai signalé, la culture rapporte, participe à l’économie locale et à l’industrie touristique et, surtout, concerne des centaines de milliers de spectateurs.

        Répondre
        • philiberte

          9 juillet 2014

          la mémoire s’entretient. il est de plus en plus facile de retenir un texte, si on s’astreint à apprendre quelque lignes tous les jours.

          Répondre
          • Jaures

            9 juillet 2014

            Il ne s’agit pas de la mémoire usuelle. Un rôle, c’est plusieurs dizaines de pages à mémoriser avec les didascalies et consignes de mise en scène ainsi que leur insertion dans l’ensemble des répliques. C’est un métier.

        • Oeildevraicon

          9 juillet 2014

          Mais je me fiche pas mal de ce que vous pensez être pertinent .
          Ensuite lorsque je parle d’assistés, je ne vise pas obligatoirement ( Que ) les intermittents.
          Et pour terminer, les intermittents ne mettent pas de beurre dans mes épinards. Par ailleurs, s’ils veulent vivre décemment, qu’ils aillent à l’usine comme bon nombre de personne ou qu’ils descendent au fond du trou, comme je l’ai fait moi-même à 14 ans.

          Répondre
  14. philiberte

    8 juillet 2014

    “Vous connaissez Pougne-Hérisson ?”
    non, désolée! je connais Hérisson, dans l’Allier, avec un magnifique château-fort, mais pougne, point.
    connaissez-vous les plus de 36000 communes de France?

    Répondre
  15. HansImSchnoggeLoch

    8 juillet 2014

    Pourquoi pas une intermittence du paiement des impôts. Cela aiderait beaucoup de ménages en détresse et aurait un impact immédiat sur la consommation et de plus l’état devrait réapprendre à économiser.

    Répondre
  16. 8 juillet 2014

    Monsieur Jaures cette référence aux actionnaires ne ressemble à rien! Comme je ne peux vous soupçonner de sottise je pense que vous cherchez à enfumer la galerie pour mettre en avant vos thèses politicardes comme vous le faites habituellement.
    Ce n’est pas honnête d’agir ainsi, mais comme le disait un de vos grands anciens ….”mentez, calomniez, il en restera toujours quelque chose!
    Par contre, là, je crains qu’il n’en reste pas grand chose !

    Répondre
    • Jaures

      8 juillet 2014

      Je maintiens cependant mon analogie. On reproche ici aux riches vedettes de ne pas partager avec les intermittents. Soit ! Je retiens la proposition ! Que tous les riches participent donc à l’équilibre de l’assurance chômage !
      Ce n’est pas moi qui enfume, Marquais, je vais simplement au bout d’une logique qu’on me propose. Et je ne vois pas en quoi cela relève de la calomnie.
      Il importe simplement quand on fait une proposition d’en assumer toutes les conséquences.

      Répondre
      • 8 juillet 2014

        Vos arrières pensées se divulguent par vos lapsus…. je ne parlais pas des riches mais ” des actionnaires ” en vous citant!
        Ces gens n’ont rien à voir avec l’assurance chômage. Le principe même des assurances est qu’elles doivent être financées par les cotisations des assurés…
        Je pense, par ailleurs qu’il y a autant d’artistes confortablement rémunérés qui mettent leurs économies en Suisse qu’il y a d’actionnaires!
        Enfin sachez, pour en finir, que tous les actionnaires ne sont pas riches…. loin de là !

        Répondre
        • Jaures

          8 juillet 2014

          Vous avez raison, Marquais, actionnaire et riche ne sont pas forcément synonymes. J’aurais dû donc les accoler pour préciser ma pensée. Mais je crois qu’il existe une confusion avec le régime des intermittents. Il s’agit d’une annexe de l’assurance chômage. C’est donc bien par les cotisations des salariés et employeurs que les artistes sont indemnisés.
          B.Antony demande qu’une partie des gains des “richissimes” artistes abonde une caisse pour indemniser les intermittents. On sort dés lors de l’assurance chômage pour entrer dans la solidarité. D’où mon raisonnement, si on demande aux riches artistes de créer un fonds de solidarité, pourquoi ne pas demander aux riches actionnaires d’en faire de même pour les chômeurs liés à leur branche d’actionnariat ?

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            8 juillet 2014

            les ” richissimes ” sont déjà en Belgique, en Suisse ou ailleurs, mais plus en France ! je conseille le bracelet électronique dès que la renommée mediatique vous atteint !

          • Jaures

            8 juillet 2014

            Ce n’est pas exact, Quinctius. Je citai J.J.Goldman, artiste le mieux payé de France qui vit à Marseille. Beaucoup d’autres, parmi les plus riches, comme Bruel ou Sardou, résident en France.
            Heureusement ,tout le monde ne se laisse pas uniquement mener par la cupidité.

          • quinctius cincinnatus

            9 juillet 2014

            le problème c’est que Goldman c’est avant tout du plagiat …. discret un peu ” à la manière de … “

          • Jaures

            9 juillet 2014

            Je ne parlais pas de la qualité de ces artistes mais unique ment du fait qu’ils sont riches, très riches, et résident en France.

          • quinctius cincinnatus

            9 juillet 2014

            question ” originelle ” : comment peut on être riche sans avoir de ” qualité ” ( ici artistiques ) ?

            réponse : par le media qui FAIT et DEFAIT la ” célébrité ” artistique en France et … dans les pays anglo-saxons ou anglo-saxonisés ! … idéologie et retour sur investissements ( souvent … confessionnels d’ailleurs )

      • HansImSchnoggeLoch

        9 juillet 2014

        “Soit je retiens la proposition.”

        Décidément vous ne vous prenez pas pour un minus.
        Et qu’allez-vous en faire?
        La rapporter au ministre de l’intérieur ou la coller sur le mur du WC?

        Votre logique est celle d’un extrémiste et vous avez vraiment une grande gueule sur ce site.

        Répondre
  17. de THIEULLOY Baudouin

    8 juillet 2014

    Bonjour,
    Il était question de radio de “service publique” un peu plus haut (radio payée par nos impôts).
    A ce propos, je voudrai dénoncer la “pluralité” des opinions sur cette même radio. En effet depuis de très nombreuses années j’écoute chaque jour avant de déjeuner le journal de France Culture. Or depuis quelques temps l’invité du dimanche est recruté presque exclusivement parmi les désinformateurs de l’extrême gauche (Krivine, Laguiller, et autres désinformateurs)

    Répondre
  18. Boutté

    8 juillet 2014

    S’ils avaient de la qualité , ces “artistes” trouveraient aisément des emplois sans intermittence .

    Répondre
    • Jaures

      8 juillet 2014

      Parce que vous trouvez que les artistes qu’on voit le plus sont les plus talentueux ?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        8 juillet 2014

        vous pouvez faire comme moi … zapper et dire à leurs fans mediatiquement programmés ce que vous en pensez !

        Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        9 juillet 2014

        Par ici la sortie des artistes. Suivez les Jaures et sublimez-vous.

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      8 juillet 2014

      vous plaisantez ! si tel était le cas cela se verrait ! la renommée en France, plus qu’ailleurs, est du domaine socio-politique ( donc avant tout … mediatique ) … vous êtes ou non protégé, propulsé, adulé etc … il suffit pour cela d’entendre les émissions dites culturelles des radios et télévisions et / ou de lire la presse …. subventionnée !

      Répondre
      • Jaures

        8 juillet 2014

        Beaucoup d’artistes, et parmi les meilleurs, ont réussi une belle carrière en évitant (ou en étant évité par) les médias.
        Dans la chanson, je pense à Thiéfaine, Saez, Bashung (reconnu à quelques jours de sa mort), Higelin, Dominique A, Dick Annegarn et pour la plus jeune génération, Amélie-les-crayons, Jeanne Cherhal, Clarika,…Autant d’artistes qui ont conquis leur public par la scène sans se préoccuper des ventes de disques ou de passer sur TF1.

        Répondre
  19. DA85

    7 juillet 2014

    Il me semble étant donné le raisonnement de JAURES que la solution du problème des inter-mi-temps dont les cotisations représentent le 1/5 de ce qu’ils touchent, que le différentiel déficitaire de l’assurance chômage doit être pris en charge par les municipalités qui profitent du pactole que leur apporte la réalisation d’un festival tels que celui d’Avignon. Les Contribuables n’auront plus a payer un € pour régler ce déficit il n’y aura plus de problème.

    Répondre
    • Jaures

      7 juillet 2014

      Qui financent les municipalités ? Les contribuables ! Pourquoi ne demandez-vous pas une taxe sur les commerces et entreprises qui profitent du pactole ?
      Quant à la proportion cotisations-allocations, qu’en est-il des retraites des agriculteurs, par exemple, qui bénéficient d’une compensation de 6 milliards d’euros des autres caisses. 1,4 milliards vont aux commerçants et artisans. Si on coupe la solidarité, qui paiera la retraite des mineurs qui ont moins de 7000 cotisants ?
      La nature même du métier d’artiste est l’intermittence. Il faut garder ce régime, contrôler et lourdement pénaliser les éventuels fraudeurs (notamment les entreprises d’audiovisuel). Les intermittents ont eux-mêmes des propositions, notamment l’abaissement du plafond d’indemnisation. Il serait temps de les écouter.

      Répondre
  20. Oeildevraicon

    7 juillet 2014

    Que dure leur intermittence !

    A cette exclamation, j’aimerai opposer une question: ” Combien coute leur intermittence aux contribuables”?
    Car après tout, s’ils ne coutent pas un rond aux contribuables,
    Ils peuvent tranquillement être intermittents et chômeurs toute leur vie.

    Répondre
  21. gaymay

    7 juillet 2014

    les riches acteurs et compagnie payent en général , leurs impôts à l’étranger ! donc, jaurès, ne venez pas nous dire qu’ils contribuent à l’économie du pays ! si les intermittents ramènent 400 % en recettes, les indemnités de chômage pendant les mois d’hiver doivent nous coûter bonbon également !

    Répondre
    • Jaures

      7 juillet 2014

      Tour le monde ne s’appelle pas Depardieu !
      J.J.Goldman vit en France, à Marseille. Et quand les vedettes sont embauchées en France, leurs employeurs payent leurs charges sociales comme pour vous ou moi.
      Et puis pourquoi avoir un discours différent pour les artistes et les actionnaires ? Qui ici demande que les actionnaires résident en France et y paient leurs impôts ?
      Enfin, ce n’est pas tant en recettes que les intermittents amènent des revenus qu’en retombées économiques et touristiques. Qui connaitrait Bourges sans son festival ?
      Vous connaissez Pougne-Hérisson ? C’est un village de 370 âmes. Son festival accueille chaque année 7000 visiteurs. Je vous le conseille.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        8 juillet 2014

        son festival ? connais pas . qu’y donne t on ? car là est tout l’intérêt !

        Répondre
        • Jaures

          8 juillet 2014

          C’est un festival du conte dirigé par Yannick Jaulin.

          Répondre
        • quinctius cincinnatus

          9 juillet 2014

          des contes de fées ?

          Répondre
      • philiberte

        8 juillet 2014

        “Qui connaitrait Bourges sans son festival ?”
        déjà, tous les Berrichons, plus leurs voisins, et bien sûr, ceux qui connaissent un tant soit peu l’Histoire de France.
        entre autres!
        n’est-ce pas mépriser les Français que de les penser ignares à ce point?

        Répondre
        • Jaures

          9 juillet 2014

          Justement, Philiberte, le festival permet de faire connaître Bourges bien au-delà du Berry.

          Répondre
          • philiberte

            9 juillet 2014

            j’étais ironique! je pense que Bourges n’avait pas besoin du festival pour être connue au-delà du Berry.

          • Jaures

            9 juillet 2014

            Pas besoin de sa cathédrale non-plus, alors. Supprimons tout, on verra bien à la fin ce qui faisait l’attrait de l’endroit.

          • philiberte

            9 juillet 2014

            j’ai la confirmation de ma réponse!!!

  22. Jaures

    7 juillet 2014

    Monument d’ignorance ! Les riches vedettes n’ont pas droit aux indemnités qui sont plafonnées. Par contre, elles paient les charges habituelles sur leurs gains. Les intermittents ont d’ailleurs proposé un abaissement de ce plafond.
    Et les “spectacles” sont si mauvais qu’à Avignon, il se vend entre 150 000 et 200 000 billets au cours d’un festival qui rapporte chaque année 20 millions d’euros à la ville et autant au commerce local.
    On estime qu’en France, les festival rapportent en moyenne 4 euros à l’économie locale pour chaque euro investi.
    Tout le monde devrait donc remercier les intermittents. D’abord les spectateurs pour les moments d’émotion qu’ils leur offrent (qu’on aime le contemporain ou le classique, chacun peut trouver ce qui lui convient), ensuite les commerçants et hôteliers qui leur doivent une bonne part de leur chiffre d’affaire.

    Répondre
    • Boutté

      8 juillet 2014

      C’est à peu près exact mais il s’agit d’une fausse économie puisque la plus grosse part des gains est constituée de subventions nationale ,régionale ou municipale .

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      9 juillet 2014

      “4 euros pour chaque euro investi.”

      Prouvez le.

      Répondre
      • Jaures

        9 juillet 2014

        Facile, Hans: avez-vous déjà vu des commerçants, restaurateurs, hôteliers demander la fin d’un festival comme Avignon, Bourges, Francofolies, Folles journées de Nantes, ….?

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          9 juillet 2014

          Vous n’avez rien prouvé mais seulement ajouté un peu plus de bla bla.

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)