Quelques conseils de sécurité pour les citoyens

Posté le juillet 13, 2020, 9:26
7 mins

De toute évidence, la guerre civile ethnique se développe en France. Depuis la première attaque islamique, il y a 6 ans, 266 personnes sont mortes et plus de 1 000 ont été blessées sous les coups de fanatiques musulmans immigrés en France.

À tout moment, désormais, vous êtes exposé à recevoir un coup de couteau. La gouvernance de notre pays, qui a accumulé les faiblesses et les erreurs depuis des décennies, nous laisse dans l’insécurité qui, chaque jour, peut nous frapper. Que faut-il faire pour se protéger ? Ayant passé plusieurs années dans des pays en guerre civile, je crois pouvoir formuler les suggestions suivantes.

1) Si, au moment de sortir de chez vous, vous entendez une fusillade, bien entendu ne sortez pas et évitez de vous pencher sur le balcon pour essayer de voir ce qui se passe.

2) Si, au cours d’une sortie, vous êtes pris dans une fusillade, ne vous mettez pas à courir. Sinon, vous risquez d’attirer l’attention des tireurs et d’être pris pour cible. Une balle dans le dos, c’est vite fait. Mettez-vous aussitôt à l’abri sous un porche et, si possible, sollicitez d’être reçu dans l’appartement le plus proche. Là, vous attendrez la fin des combats. Mais vous pouvez attendre longtemps !

En fait, la situation peut être beaucoup moins simple. Qu’il me soit permis, à ce sujet, de relater l’un de mes souvenirs.

À Kaboul, capitale de l’Afghanistan, où je représentais la France, une belle nuit, à 3 heures du matin, je fus réveillé par des rafales de fusil-mitrailleur, tirées tout près de l’ambassade, mitoyenne du palais présidentiel. J’ai alors jugé bon de me mettre à l’abri dans la salle de bains, qui n’avait pas de fenêtre. Au bout d’un bon moment, le feu a redoublé d’intensité par des tirs au canon et à la mitrailleuse. J’ai eu l’explication un peu plus tard. Cette nuit-là, des camarades communistes nationalistes dits « parcham » se sont mis à tirer sur des camarades communistes aussi, mais bolcheviques. L’armée soviétique, qui occupait le palais présidentiel pour protéger le camarade président, est alors intervenue avec des blindés qui ont tiré dans le tas. Le calme est alors revenu. 200 morts !

Les camarades soviétiques n’y ont pas été avec le dos de la cuillère. « Ces gens n’ont qu’à rester tranquilles, m’a dit avec tact un diplomate russe. » Ceci dit, il n’y a rien là d’extraordinaire. Si, aujourd’hui, une localité en France tombait entre les mains de Tchétchènes ou d’autres migrants, il faudrait bien sûr faire appel à l’armée et à ses unités blindées qui ne sont pas faites pour distribuer du muguet.

De même, si un individu armé d’un couteau se jette sur vous en criant Allah ouakbar, comme cela se passe maintenant chaque jour en Europe, France, Allemagne, Grande-Bretagne, etc., vous n’allez pas lui sauter au cou en criant vous aussi Alla ouakbar.

Si vous êtes champion de judo, vous pouvez essayer de le neutraliser, mais dans l’opération, vous pourriez recevoir de sérieuses « égratignures ».

Si vous avez dans votre poche un 6,35, une balle dans le canon, la solution devient très simple, du moins dans l’immédiat. C’est après que vous allez être aux prises avec d’interminables difficultés.

« Avez-vous, Monsieur, une autorisation de port d’armes ? Il semble que vous n’ayez pas fait les sommations qui s’imposaient. Vous n’avez pas été suffisamment audible. »

Si le magistrat qui vous interroge figure parmi les constructeurs du « mur des cons », votre compte est bon. Une peau blanche, un patrimoine vous classant parmi les gens « aisés », des propos laissant penser que vous avez quelques doutes sur la pertinence du socialisme, vont constituer des circonstances aggravantes. Bref, d’agressé, vous deviendrez l’agresseur. Vous serez considéré comme un « fa », auquel s’opposeront les « antifas » et vous constaterez que le droit à la légitime défense relève de la théorie.

Vous voyez, le mieux c’est encore de rester chez soi. Mais, bien sûr, on ne peut pas rester chez soi sans bouger pendant des mois. Il y a alors la solution du scaphandre pour les grandes profondeurs de l’anarchie mais, dans un tel cas, vous serez remarqué dans la rue et le scaphandre pour prendre l’air, ce n’est pas l’idéal !

Autre cas à étudier. Si vous êtes un bon tireur, vous pouvez proposer vos services. S’ils sont acceptés, je vous conseille la carabine Winchester 270 à lunette. Avec une arme pareille, vous ne raterez pas votre cible. Je l’ai utilisée autrefois – non pas contre des migrants envahisseurs, mais contre des mouflons et de grandes antilopes d’Afrique très méfiantes comme l’élan de Derby et le grand koudou.

Voilà donc quelques conseils tirés de mon expérience qui, dans les perspectives qui s’offrent à nous, peuvent vous être utiles. De toute façon, la situation générale ne peut que s’aggraver. Ce n’est pas la gauche et ses écolos qui vont l’améliorer. Soyez prudents.

Pour terminer, une précision qui vous permettra de tirer vous-même les conclusions qui s’imposent. Jamais la pression migratoire n’a été aussi forte. 276 600 cartes de séjour ont été accordées en France en 2019 – sans compter les clandestins !

Oui, soyez prudents. Sans oublier que, chaque année, plus de 750 milliards d’euros ont été tirés (notamment) de votre poche, dont profitent des millions de migrants …

9 réponses à l'article : Quelques conseils de sécurité pour les citoyens

  1. OMER DOUILLE

    16/07/2020

    Encore un commentaire en réponse aux insultes de Q.Q. mis en « modération » et qui a de bonnes chances de finir comme d’autres dont j’ai fait des copies d’écran: annulé.
    Si ce site devient l’exclusivité d’un abruti comme Q.Q. le spécialiste de la taqqiya, c’est son droit. Mais ayez le courage d’annoncer clairement la couleur (sans jeu de mots)

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      17/07/2020

       » Les 4 Vérités  » auraient elles finalement davantage de lucidité ? c’ est ce que je souhaite pour le bien intellectuel de tous

      sur un autre blog je suis la  » cible  » des harpies et des post-communistes

      vous voyez donc que je suis détesté par tous les  » biens pensants  » sans exception aucune

      Répondre
  2. OMER DOUILLE

    14/07/2020

    Une solution plus radicale – et grandement efficace – : si vous êtes en fin de vie, réellement au bout du rouleau : vous pouvez toujours aller dans un rassemblement de chances islamiques et les imiter : une grenade défensive peut faire de vous un « chahid » chrétien. Evidemmpent, il faut y croire, c »est à dire être aussi con que les « autres ». Mais c’est possible.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15/07/2020

      vous êtes tout désigné pour cette mission à la fois divine et patriotique ; soyez notre nouvelle Jeanne d’ Arc

      Répondre
  3. Gérard Pierre

    13/07/2020

    Je ne suis pas certain que monsieur Christian Lambert envisage la solution du problème en la prenant par le bon bout !

    Certes, l’occupant est agressif ! … Certes, en cas d’immédiateté c’est d’abord contre l’initiative isolée de ce dernier qu’il conviendra de se prémunir !

    …… Mais, lorsque je parle d’occupant, le réflexe pavlovien consiste dans le fait de procéder par analogie avec la période 1940 / 1944 !

    Or, il y a une différence fondamentale par rapport à la seconde guerre mondiale !

    … Au cours de cette période, c’est l’occupation qui a généré la « catégorie sociale » des collabos ! …… alors que de nos jours, c’est précisément l’inverse : ce sont les collabos qui entretiennent et accroissent l’occupation !

    Par conséquent, la solution du problème actuel passe par l’inversion de la solution de la période 1940 / 1944 ! …… À l’époque, il a fallu (grâce au concours significatif d’une force armée extérieure plutôt trapue) raccompagner l’occupant chez lui avant de traiter le cas des collabos !

    Demain, il nous faudra « neutraliser » prioritairement et durablement les collabos avant d’envisager le raccompagnement des occupants chez eux ! … et au passage, beaucoup d’entre eux, soudain privés de leur substrat, auront pris d’eux-mêmes l’initiative de dé-migrer ! … il ne restera alors à « convaincre » que les effectifs résiduels !

    Répondre
    • 14/07/2020

      Assez juste : il faut bannir tous les F-M, leurs adeptes mais aussi leurs « idiots-utiles » que vous appelez fort justement « collabos » !

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15/07/2020

      votre chronologie de la marche à suivre me parait parfaite

      Répondre
  4. Monique Bouissou

    13/07/2020

    Une autre solution serait d’envisager de quitter au plus vite le pays – certes la mort dans l’âme – pour échapper au pire comme les jeunes gens de ce récit idéaliste « les corps indécents ». Une telle décision est triste à mourir mais devant l’atonie désespérante des autochtones cette solution ultime devient – si rien ne change – la seule éventualité encore envisageable pour sauver sa peau. Hélas mille fois hélas.

    Répondre
    • Parler vrai

      20/07/2020

      C’est une idée mais je ne parle pas hongrois.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)