Réforme Taubira : Les délinquants plutôt que les victimes, l’idéologie plutôt que la justice.

Posté le juin 10, 2014, 7:01
57 secs

Passation de pouvoirs entre Michel MERCIER, Christiane TAUBIRA et Delphine BATHO. Chancellerie le 17 mai 2012

 

La Réforme Pénale adoptée aujourd’hui à l’Assemblée Nationale est à la fois marquée par l’ignorance des victimes et par un laxisme fautif. Là où les français attendent plus de sécurité, le gouvernement fait voter en 1ere lecture un texte destiné à vider les prisons.

Là où les français demandent légitimement plus de sévérité envers les délinquants, le gouvernement supprime les peines plancher et permet notamment aux auteurs d’agressions sexuelles de se retrouver face à face avec leurs victimes sans passer par la case prison.

Là où les français sont exaspérés par les délinquants multirécidivistes, le gouvernement désarme les magistrats. Dans un pays où 100.000 peines de prison sont en attente d’exécution, chercher à faire échapper à la prison des délinquants est irresponsable.

Le projet de loi Taubira est idéologique, laxiste et dangereux pour la sécurité des français. Il appartient désormais aux Sénateurs de prendre leurs responsabilités et d’écouter nos compatriotes.

L’opposition dont je suis s’est battue avec vigueur contre ce mauvais texte.      

Elle devra avoir la même énergie et la même conviction pour réparer et corriger les défaillances commises par la gauche le moment venu.

 

 

Yannick MOREAU
Député de la Vendée littorale

Secrétaire national de l’UMP à la réforme de la Justice

 

43 réponses à l'article : Réforme Taubira : Les délinquants plutôt que les victimes, l’idéologie plutôt que la justice.

  1. poulet gerard

    14/06/2014

    Qui donne la pitié au méchant fait tort au juste !!

    Répondre
  2. 13/06/2014

    Lorsque je lis certains commentaires ; ça me fait réfléchir. Personnellement j’estime que celui qui a causé un préjudice à autrui doit réparer d’ou l’importance des travaux d’intérêt général car la collectivité doit venir en aide aux victimes, c’est un postulat
    L’effet pervers de la réinsertion sociale réside dans le fait qu’un voyou ou criminel qui se tient bien pendant sa peine sortira de prison aura un emploi en priorité sur les enfants de la patrie au comportement exemplaire ; ceci au nom du droit à la réinsertion sociale.
    Déjà là par des lois inadaptées nous créons iniquités et pénalisons cette France laborieuse et silencieuse mise sous le carcan d’un pouvoir incapable de rendre justice aux victimes. Je pense au roi Salomon qui rend justice à la vraie mère face à celle qui voulait voler l’enfant ; sous le tranchant de l’épée de justice la vraie mère sauva le bébé c’est une image allégorique qui s’applique au garde des sceaux

    Répondre
  3. 12/06/2014

    Une indépendentiste nommée au gourvernent : c’est beau la France des collabos ! ! !
    Elle soutient la racaille au détriment des victimes ! ! !
    UNE HONTE
    UN DESASTRE POUR LA FRANCE
    Les innocents,incrédules ou collabos laissent faire !!!
    A METTRE EN PRISON

    Répondre
  4. 11/06/2014

    Il y a comme un GRAND SILENCE , pas de SONO pour illuminer l’action des BARBARES qui méthodiquement DETRUISENT TOUT sur ordre de CREUPAYS LEGaLAND (mais qui ne fut pas tant galant avec the QUEEN ).
    Ca a commencé par des suppressions ( légères ) de l’oeuvre du quinquennat SARKOZY , puis par l’imposition du mariage HOMME et HOMME comme tout à fait NORMAL quoââ, puis maintenant par LA SUPPRESSION DES PEINES PLANCHER …
    On dirait que tout ce qui était convenu dans les temps passés pendant lesquels nos ancêtres … ( STOP ! j’ai collectionné des centaines, au moins 400 anciens manuels d’histoire et , pas de chance pour les gens de gauche , je n’ai jamais pu lire , alignés ainsi , les mots :  » NOS ANCÊTRES LES GAULOIS » ) donc , je reprends , pendant lesquels nos ancêtres se sont donnés du mal , ont eu mal que ce soit les guerres pour agrandir le territoire à laisser pour leurs enfants et arrières-arrières petits-enfants , que ce soient les luttes et grèves des siècles derniers , toutes ces souffrances , ces vies ensanglantées sur les champs de bataille en espérant rendre la France tellement agréable pour leur descendance qu’elle en devient aujourd’hui attractive pour les voisins , les gens des pays moins avancés . (Moins avancés ? La faute à qui ? ) .

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    11/06/2014

    à@ Jaurès

    la notion de  » concept  » est variable d’un philosophe l’autre la votre est plutôt celle de Marx (  » les choses OBJECTIVES  » sont en perpétuel mouvement en incessantes transformations ) … les Juifs ne seraient pas du tout d’accord !

    la MORALE ne peut être réduite à une  » opinion  » ( MÊME à CELLE D’UNE EPOQUE DANS LE TEMPS ) ) ou à des préjugés ( politiques par exemple ) , mais devrait avoir ses fondements dans la Raison. Elle devrait être en quelque sorte la Logique  » sociale  » , mais dans la réalité elle se situe toujours entre ce qui est objectif et ce qui est subjectif … ainsi est l’homme

    Répondre
    • Jaures

      12/06/2014

      La conception d’un Univers en perpétuel mouvement n’est pas spécifiquement marxiste. « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » écrivait déjà Héraclite.
      Certains aspects de la morale ont des fondements objectifs liés à la préservation de la communauté (la prohibition de l’inceste par exemple). Mais pour l’essentiel, la morale est un aspect de la superstructure d’une société, elle en est le produit et son rôle est de la perpétuer. C’est pourquoi elle est dissociée de la Raison. L’esclavage nous parait à tous immoral. Pourtant, les plus grands philosophes grecs antiques que nous admirons n’ont jamais songé à le remettre en cause, voire ne l’ont jamais pensé (à l’exception d’Aristote mais pour le justifier).

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        14/06/2014

        la prohibition de l’inceste n’est pas observée dans toutes les Sociétés Humaines … par exemple en Papousie – Nouvelle Guinée , ou en Amazonie c’est à dire dans des Sociétés Primitives jusques alors parfaitement isolées
        Pour ce qui concerne Héraclite ce philosophe est surtout connu pour être  » obscure  » selon l’avis même de ses contemporains et à ce que à chaque changement corresponde un changement contraire qui le … neutralise et aussi à ce qu’il réfutait la primauté rationnelle de l’observation et de l’expérience . Il était donc l’antiscientifique, le rationnaliste par excellence !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          14/06/2014

          le CONTRE-RATIONALISTE bien entendu ( cela s’est imprimé contre ma volonté avant même d’avoir relu … mystère de l’informatique et du clavier )

          Répondre
  6. Anne Lys

    11/06/2014

    Mme Taubira estime que la prison est criminogène et voudrait, pour cette raison, la supprimer. Elle assigne aux décisions que la justice pénale peut être amenée à prendre envers des délinquants et criminels, un rôle et un seul : éviter que le criminel récidive et assurer sa réintégration dans la société.

    Bien entendu, c’est là la grande erreur e Mme Taubira : lorsqu’un délit ou un crime est commis, le rôle de la justice n’est pas principalement de se pencher avec tendresse sur son auteur avec l’espoir de le voir réintégrer la société comme s’il n’avait jamais commis d’infraction. L’opinion générale depuis toujours a assigné à la justice pénale deux autres rôles essentiels : protéger et punir.

    Protéger : d’abord les victimes des infractions commises. On constate en effet trop souvent que lorsque les victimes d’un crime ou d’un délit ont porté plainte ou témoigné contre les auteurs de ces actes, ceux-ci n’hésitent guère à les menacer ou à les attaquer. Protéger ensuite ceux qui pourraient, par la suite, être victimes de nouveaux crimes ou délits dont la personne condamnée serait l’auteur, si celle-ci est laissée libre de les commettre.

    Et puis punir. La société, jusqu’à une période récente où se sont élevées des voix discordantes (dont celle de Mme Taubira) a toujours estimé qu’à un acte contraire à la loi doit correspondre une juste peine, qui n’est pas une vengeance, mais l’exacte rétribution méritée par cet acte. Quand des crimes ou délits dont on connaît l’auteur restent impunis, les victimes sont frustrées, mais aussi le reste de la société ressent un manque, un déséquilibre.
    Pour autant, la prison remplit-elle ce triple rôle : protéger, punir et si possible réinsérer le coupable ?

    Cela vous paraîtra peut-être curieux mais je n’ai pas une opinion très favorable de la prison. Car il est tout à fait vrai que par la promiscuité qu’elle engendre, par l’absence d’hygiène élémentaire dont souffrent bon nombre de lieux de détention, par la rupture des liens familiaux et les difficultés imposées aux familles de prisonniers, pourtant innocentes mais souffrant de l’absence du prisonnier et souvent de la privation de son salaire, comme par l’impossibilité de concilier les « libertés » que les règles européennes imposent d’accorder aux détenus avec la sécurité de ceux-ci et du personnel, la prison n’assure pas les conditions nécessaires à la réhabilitation et à la réintégration des délinquants et criminels, qu’elle ne protège pas les victimes et n’apporte pas le nécessaire équilibre qu’assure la punition du délinquant.

    D’ailleurs, il y a relativement peu de temps que la prison est une peine en soi et même la peine principale prévue par notre code, si bien que lorsqu’un délinquant ou criminel n’est pas emprisonné, cela suscite inquiétude et même scandale.

    Jusqu’au XVIIIème siècle, la prison servait seulement à s’assurer de la personne du délinquant ou criminel. Une fois celui-ci jugé, c’était des peines différentes – et parfois fort cruelles – qui s’appliquaient : fouet, pilori, galères, marque au fer rouge, ou peine de mort avec des modalités parfois abominables comme le bûcher, la roue ou l’écartèlement, peine de mort qui pouvait être encourue pour des actes aujourd’hui considérés comme de simple délits. Sa peine subie (sauf bien entendu pour la peine de mort) le coupable était en général libéré, la dureté du châtiment étant estimée suffisante pour le dissuader de récidiver (ce qui, naturellement, n’était pas toujours le cas).

    La prison comme peine est venue se substituer à ces peines considérées, à juste titre, comme excessivement cruelles et peu efficaces. Il ne saurait, évidemment, être question d’y revenir

    Mais doit-on, pour autant, condamner à son tour la prison? Il semble qu’elle soit le seul moyen de protéger les victimes passées et futures en éloignant d’elles, le plus longtemps possible, les prédateurs de toute espèce. Par la souffrance qu’apporte la privation de liberté, elle assure aussi son rôle de punition.

    Mais telle qu’elle est et à plus forte raison telle que la veut Mme Taubira, elle ne remplit que très partiellement ces deux rôles, et plus mal encore la prévention de la récidive et la réintégration des délinquants dans la société normale.

    D’abord, parce qu’il s’agit d’une peine incertaine. Pour permettre aux juges de tenir compte de la personnalité des délinquants autant et plus que de la gravité des actes commis, elle peut être totalement évitée dans des cas où il existe un risque sérieux de récidive immédiate et/ou de menaces ou voies de fait contre les victimes, alors qu’elle peut être prononcée pour des actes qui, pour illégaux qu’ils soient, ne peuvent être réitérés ou qui, même réitérés, ne constituent pas une menace pour les personnes [*] . D’autre part, quand un tribunal a prononcé une peine, le sens et l’importance de celle-ci peuvent être totalement modifiés par les décisions d’un juge d’application des peines, décidant seul et pouvant parfaitement détourner totalement la portée d’une condamnation. Enfin, les règles conduisant à une réduction automatique de la peine prononcée pour peu que le condamné ait le bon sens de se tenir tranquille en prison (si dangereux qu’il soit à l’extérieur), ajoutent encore à l’incertitude de la peine réelle.

    Même prononcées, les peines de prison, s’il n’est pas ordonné de mandat de dépôt à l’issue de l’audience, ne sont exécutées que dans un cas sur deux. La lenteur de la justice (vice ancestral de la justice française à laquelle nul, ni roi ni république, n’a jamais été capable de remédier) fait que de toute façon, l’emprisonnement intervient longtemps après l’acte qu’il punit. Il arrive même qu’il intervienne quand le délinquant, pas encore endurci, a reconstruit sa vie et trouvé un travail honnête, ce travail de reconstruction étant alors détruit par la justice, au lieu d’être encouragé.

    Ce n’est donc pas tant le principe de la prison que ses modalités qu’il faudrait modifier : sauf s’agissant des crimes dont les circonstances justifient une instruction assez longue (encore qu’il n’est pas admissible qu’elle dure plusieurs années, à partir du moment où l’auteur du crime est identifié avec un degré raisonnable de certitude), une peine de prison devrait être prononcée dans un délai limité après l’identification du coupable, et exécutée aussitôt prononcée. Le juge d’application des peines pourrait aménager cette peine, mais seulement avec l’accord du président du tribunal qui l’a prononcée et après avoir entendu les victimes.

    D’autre part, la construction de nouvelles prisons sans luxe mais correctes est absolument nécessaire, afin que chaque prisonnier bénéficie d’un espace suffisant et de conditions d’hygiène satisfaisantes. En revanche, à partir du moment où lui aurait été assigné une cellule en bon état, le maintien en bon état de celle-ci devrait faire partie des obligations du prisonnier, celui-ci étant responsable de toutes dégradations qu’il serait tenu de réparer.

    Il est sans doute nécessaire de reprendre la formation au moins d’une partie du personnel pénitentiaire et de veiller à la fois à ce que celui-ci n’abuse pas de son pouvoir sur les prisonniers et qu’il ne puisse se trouver en situation de ne pouvoir exercer son autorité : il faut mettre fin aux situations où des caïds criminels se constituent une bande à leur dévotion ou à celles ou, en raison de leurs convictions religieuses, des prisonniers entendent faire la loi dans la prison (il semble nécessaire de mettre fin à l’interdiction des fouilles à la sortie du parloir, même si les fouilles les plus humiliantes doivent être évitées le plus possible).

    Des personnes devraient être formées pour empêcher la constitution de tels contre-pouvoirs en prison, au besoin en séparant les groupes en voie de formation dans des bâtiments ou des prisons différentes. D’autres personnes, spécialement formées, devraient s’assurer que tous les condamnés travaillent et sont occupés une grande partie de la journée soit par un travail rémunéré, soit par l’entretien de leurs cellules, soit par des études ou une formation professionnelle qui devrait être proposée à tous ceux qui n’en ont aucune qui leur permette de trouver un emploi à leur sortie.

    Certes, tout cela n’est pas gratuit et il serait donc difficile de le mettre en place.

    Et d’ailleurs, toutes les mesures que l’on pourra prendre ne garantiront jamais qu’un délinquant débutant ne tombe pas sous la coupe de plus endurcis et ne sorte pas de prison pire qu’il y est entré.

    Aussi je ne verrais aucun inconvénient que, toutes les fois qu’il n’y a pas de risque évident de récidive immédiate, les délinquants en « début de carrière » se voient condamnés à des peines « alternatives » ; mais là aussi, rien n’est prêt pour assure le bon fonctionnement de ces peines, le personnel actuellement affecté à la probation des condamnés avec un sursis avec mise à l’épreuve étant à la fois insuffisamment nombreux et parfois mal formé. Il serait nécessaire, en particulier, de convaincre ceux qui ferment trop souvent les yeux sur le fait que les condamnés n’exécutent pas, en réalité, ce à quoi ils sont condamnés, que, ce faisant, ils ne font pas leur métier.

    [*] Les députés d’un parti politique d’opposition avaient d’ailleurs proposé un amendement aux termes duquel une peine de prison ne pourrait être prononcée que pour des attaques contre les personnes et non pour des délits ne concernant que les biens. La gauche l’a repoussé avec indignation, estimant qu’il s’agissait de protéger les auteurs de délits financiers qu’ils estimaient plus nombreux « à droite » (oubliant volontairement les nombreux scandales financiers qui ont impliqué et impliquent encore des personnalités bien connues à gauche).

    Répondre
    • 12/06/2014

      IL n’a pas tué mais IL a volé . La rumeur sur le fils de la ministre qui serait assassin n’est pas vérifiable donc , elle n’est pas à prendre en compte .Par contre son autre fils( combien en a -t elle ? ) lui , il a été condamné pour complicité de vol et sa maman a bien tenté de faire annuler cette condamnation ; Damned !
      Et en plus son mari a tenté , lui , de faire un carnage par l’explosion d’une bombe pour la cause de l’indépendance de la Guyane dont la jeune madame Taubira était une fervente partisane .
      Ne trouvez-vous pas que c’est un peu lourd pour devenir MINISTRE DE LA JUSTICE ( garde des sceaux ) ? HOLLANDE lui , il les a trouvées légères ( du moment qu’elle n’est pas 200% pour la France et qu’un de ses fils a le profil « normal » de la majorité des djeuns des cités …

      Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    11/06/2014

    Situation cocasse dans une prison en Lorraine.
    Le syndicat ufap appelle à un blocage de la prison…

    Gageons qu’avec la loi taubira cela ne risquera pas de se reproduire, les otages on les prendra de nouveau à l’extérieur.

    « Un détenu preneur d’otage récidive en Lorraine
    Le détenu à l’origine de la prise d’otage d’une psychologue en janvier à Toul (Meurthe-et-Moselle) a tenté à nouveau de prendre en otage deux surveillants lundi à la prison de Metz-Queuleu, les menaçant avec une arme artisanale, a-ton appris de source proche de cette maison d’arrêt mardi.
    Les faits se sont produits lundi matin dans le quartier d’isolement. Au moment d’être d’extrait de sa cellule pour se rendre à la douche, Mickaël Gilgenman, 24 ans, s’est présenté armé d’une brosse à dents tranchante, munie d’un rasoir et d’une « fronde » artisanale – une chaussette renfermant deux savonnettes -, a-t-on indiqué de même source.
    Il a ordonné aux gardiens de se mettre à terre, mais l’un d’eux est parvenu à s’enfuir et à s’enfermer dans un local de surveillance, d’où il a donné l’alerte, selon ce récit.
    Le prisonnier étant parvenu a briser la vitre du local, le gardien a ensuite été contraint de se cacher dans les toilettes, avant que le détenu soit finalement maîtrisé.
    Le jeune homme, qui purgeait une « petite peine », accusait le personnel pénitentiaire de bloquer ses courriers, selon la même source.
    Il avait été transféré récemment à la maison d’arrêt de Metz-Queuleu, après sa prise d’otage à Toul. Celle-ci s’était achevée sans effusion de sang au bout de six heures.
    Une déléguée du syndicat FO pénitentiaire, Fadila Doukhi, a affirmé que le détenu en question, coutumier d’actes de violence, avait l’intention de « tuer un gardien. Il va recommencer, jusqu’au jour où il en tuera un », a-t-elle ajouté.
    Le syndicat de l’administration pénitentiaire UFAP a appelé à un blocage de la prison de Metz en signe de protestation jeudi. »

    Répondre
    • 11/06/2014

      [i]une « fronde » artisanale – une chaussette renfermant deux savonnettes [/i]
      ça ressemble plutôt à une matraque, une fronde étant une arme de jet, mais bon, ce n’est qu’un détail de l’histoire…

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/06/2014

      sans doute une …  » personnalité du voyage  » ! il semble avoir plus besoin de soins psychiatriques que d’un enferment ( carcéral ) de toute façon il restera dangereux toute sa vie !

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        11/06/2014

        a) Deux savonettes…
        L’article ne vient pas de moi c’est un extrait de journal.

        b) Vous avez raison son patronyme le trahit. Il est d’ailleurs étonnant qu’on l’ait cité.

        Répondre
  8. zézé

    11/06/2014

    Merci à @lefebvre de cette analyse… bien vu.

    Répondre
  9. Eve

    11/06/2014

    Si « Les 4 Vérités » pouvaient faire en sorte d’éviter d’écrire « les français sans « F » majuscule, cela ajouterait à mon plaisir de vous lire. Une Française qui tient à l’orthographe française.

    Répondre
  10. druant philippe

    11/06/2014

    Il y a bien une méthode efficace pour la grosse racaille : elle fût utilisée par des escadrons « spéciaux » de la police indonésienne et elle terrorisait la racaille locale qui préfèrait rester en prison plutôt qu’ être neutralisée par ces paramilitaires .
    Cette méthode qui serait décriée par nos démocrasseux est
    radicale mais elle peut présenter certains dangers .
    Pour la petite racaille (droguistes notamment) , le renvoi vers la terre de leurs parents avec perte de nationalité serait la sanction idéale

    Répondre
  11. 11/06/2014

    Ce qui m’étonne chez le pro socialiste qui sont socialistes qu’en apparence c’est qu’ils réforment sans voir à long terme. Le comportement de cette élite est un peu celui qui demande l’heure à un homme élégant qui possède une belle montre : alors passe un rapace qui interpelle le personnage typé : et par cupidité il dit : Monsieur pourriez vous me donnez votre montre je vous donnerai l’heure occasionnellement selon mes disponibilités. Si nous manquons de vigilance c’est ce font nos élus ils détruisent nos services publics et acquis sociaux faisant croire que c’est pour notre bien. En fait ces détournements d’argent profitent aux riches et à la gauche caviar
    Il ne faut pas prendre les autres pays en référence car ceux qui détruisent nos souverainetés servent le même dieu l’argent et Dieu sait que ce Nouvel Ordre Mondial est inquisitoire, il pratique la même politique que ces religieux qui tuaient les opposants en les traitants d’hérétique. En Ukraine sous le régime de Kiev le pro russe sont les victimes du NWO qui est révélé par le grand sceau américain maçon
    Le Nouvel Ordre Mondial vit ses derniers temps il tombera avec ce socialisme de façade que derrière les discours trompeurs se dissimule tromperie et crimes. Sur 248 conflits depuis 1945 201 sont à mettre sur la facture des USA.
    Quand la vérité éclatera le jugement s’abattra sur les vrais criminels qui usent et abusent du CPI arme de destruction massive des valeurs morales et humaines qui jugent à tord les petits chefs d’Etat qui ne veulent se soumettre à leur volonté satanique
    le ver est dans le fruit et la corbeille risque d’être contaminée

    Répondre
  12. HansImSchnoggeLoch

    11/06/2014

    Il reste encore trois ans à se payer l’incurie du gouvernement actuel si toutefois le processus démocratique ne sera par interrompu par un évènement majeur entretemps.
    Il faudra donc souffrir l’enfumage et son corollaire, la criminalité galopante, les dettes, le chômage, les impôts spoliatifs pendant tout ce laps de temps en espérant que celles et ceux qui ont voté pour cette situation soient plus perspicaces aux élections présidentielles de 2017.
    Après cela la taubira sera peut-être de la fournée de celles et de ceux qui pourront rentrer chez eux.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/06/2014

      une question demeure, obsédante, à laquelle personne n’a apporté de réponse fiable :

      QUI ?

      QUI au pluriel

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        11/06/2014

        Ces « qui » ne se dévoileront jamais, mais en ce moment elles / ils doivent avoir une sensation étrange de gueule de bois après les lendemains qui ont refusé de chanter.

        Répondre
  13. HansImSchnoggeLoch

    11/06/2014

    En France on étudie la criminalité pendant ce temps les malfrats passent à l’action, fournissant de nouvelles données permettant de nouvelles études, pendant ce temps…

    Je m’arrête ici car le mouvement perpétuel me cause la nausée et des vertiges.

    Répondre
  14. Hilarion

    11/06/2014

    A Jaurès Vous avez raison, puisque ni justice ni prison n’éliminent la délinquance, supprimons les. Ni recherche ni traitement n’éliminant le cancer, supprimons les. Les armées n’évitant pas les guerres supprimons les armées. C’est cette
    dernière proposition qui avait commencé à être mise en oeuvre partir des années 30 par le gouvernement de progrès qui nous a conduit à la gloire de Juin 40.

    Répondre
    • Jaures

      11/06/2014

      Le cancer est une bonne analogie. Il n’y a pas de traitement universel: tout dépend du type de tumeur et de la nature du malade. C’est pourquoi on propose de nombreux types de traitements que le Dr H saura vous décrire.
      Il en est de même pour la délinquance. La prison pourra être efficace sur certains délinquants, pas sur d’autres. Dans certains cas, elle aura même un effet pervers, comme certains traitements inadaptés peuvent produire des conséquences désastreuses.
      Il n’est pas question de supprimer la prison mais de l’utiliser à bon escient et de ne pas la considérer comme la panacée.

      Répondre
  15. Casseron

    11/06/2014

    alors, Jaurès, la solution, c’est quoi ? on va peut-être avoir enfin une bonne idée ?

    Répondre
    • Jaures

      11/06/2014

      Croyez vous qu’il y a en matière humaine des solutions définitives à tout ? Il n’existe pas de société sans délinquance: si vous mettez tout le monde en prison, la délinquance s’y développera. Son traitement doit être pragmatique. La prison n’est pas la solution à tout, cela est patent, il faut donc mettre en place des mesures nouvelles, les tester, garder ce qui fonctionne et renoncer à celles qui ne sont pas efficaces.
      Prôner le « tout prison »est une posture qui n’a rien à voir avec la volonté de traiter efficacement la délinquance.

      Répondre
  16. Jaures

    11/06/2014

    Allons Philiberte ! Mme Taubira n’a rien inventé. Ce qu’elle propose est déjà en place au Canada, en Espagne, en Suède,… Le taux d’incarcération en France est dans la moyenne européenne: supérieur à celui de l’Allemagne, de la Belgique, des Pays-Bas; égal à celui de l’Italie; inférieur à celui du R.U ou de l’Espagne. Or, les taux de délinquance n’ont pas de lien direct avec les taux d’incarcération: il n’y a pas plus de criminalité en Allemagne qu’au R.U et pas moins en Espagne qu’aux Pays-Bas.
    Et si le taux d’incarcération était un indicateur de sécurité, les Etats-Unis serait le pays le plus sûr au monde.
    L’idéologie c’est de dire, contre toute réalité, que la prison est l’unique réponse pénale. En passant de 48000 prisonniers en 2002 à 68000 aujourd’hui, a-t-on réduit pour autant la délinquance ? Regardez le nombre de grands criminels passés par la case prison pour de petits délits et devenus ensuite des tueurs impitoyables.
    L’idéologie, c’est quand on arrête de réfléchir et qu’on songe à aller chercher un fusil dans le foin de la grange. Comme si cela avait jamais fait chuter la délinquance.

    Répondre
    • 11/06/2014

      ce n’est pas parce qu’on fait mal quelque part qu’il faut copier!
      et empêcher la récidive serait une bonne chose.

      Répondre
      • Jaures

        11/06/2014

        Qu’est-ce qui vous permet de dire que la délinquance est mieux traitée, que l’insécurité est plus faible, là où le taux d’incarcération est élevé ? Pourquoi ce qui se passe au Canada serait « mal » ? Ce pays connait-il une sur-délinquance comparativement à son intransigeant voisin ?
        L’incarcération est-elle selon vous la solution à la récidive ? Sur quelles études et expériences vous basez vous pour avancer cela ?

        Répondre
        • 11/06/2014

          ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. l’avantage de l’incarcération, c’est que tant que les gens sont en prison, ils ne commettent pas de délits.

          Répondre
          • Jaures

            11/06/2014

            Certes, Philiberte, mais la prison n’est pas une situation stable: chaque jour des gens y entrent et d’autres en sortent. La prison n’est pas faite pour empêcher de nuire mais pour punir et dissuader.
            Ce qui importe n’est pas qu’un délinquant ne commette pas de délit durant les mois ou les quelques années qu’il passe à l’ombre (je ne parle pas là évidemment des grands criminels), mais qu’il n’en sorte pas pire qu’il n’y est entré. Ou mieux, que la prévention ou les précautions aient permis d’éviter la répression.
            Mais là est un autre débat.

          • quinctius cincinnatus

            11/06/2014

            à @ Jaurès

            et le croyez vous certains même s’en … évadent ! … peut être parce qu’ils pensent que ce n’est pas là leur place ou bien encore parce que les services ou même la spiritualité ne sont pas à la hauteur des espoirs qu’ils y avaient placé en y entrant par … vocation !

            à @ philiberthe

            ne jamais avoir un échange portant sur la  » Morale  » avec @ Jaurès, de quelque façon que vous vous y preniez vous êtes automatiquement  » son enfer  » *** !

            c’est à cela qu’on reconnait certaines structures mentales et comportementales sur lesquelles on doit garder un silence ( secret ) professionnel

            *** une référence à  » l’enfer c’est les autres  » de Sartre ( qui est un de ses maitres à  » réfléchir  » , comme un miroir réfléchit un visage )

          • 11/06/2014

            je suis ce conseil d’habitude, mais là, je ne sais ce qui m’a pris, j’ai répondu! la chaleur, sans doute.

          • Jaures

            11/06/2014

            Pourtant, cher Quinctius, si un concept est bien discutable, n’est-ce la morale ? » Les vices d’autrefois sont les moeurs d’aujourd’hui » écrivait déjà Sénèque (qui est d’ailleurs mon « maître à réfléchir » comme vous dîtes; avec Montaigne et Alain. Absolument pas Sartre.)
            Et s’évader n’est qu’un moyen d’échapper à la punition, comme faire porter à d’autres le chapeau.

    • Boutté

      11/06/2014

      Vous êtes en train de nous expliquer que nous un taux d’incarcération supérieur aux pays qui ne sont pas soumis à la pression africaine (notamment) et inférieur à ceux qui sont plus largement marqués par ce phénomène .Ce parallélisme ne semble par vous inciter à comprendre, pourtant .

      Répondre
  17. 11/06/2014

    Lorsque l’on sait que les socialistes sont financés par le milliardaire Soros et que la fondation qui porte le même nom est au sommet de l’Etat qui protège ces Femen qui souillent et profanent tout ce qui est sacré. Il ne faut plus s’étonner de rien !
    Ce qui est plus inquiétant est le fait Ukrainien le milliardaire roi du chocolat a été mis en place par Obama l’antichrist. Dans l’immédiat Poutine fait preuve de sagesse face aux provocations des USA et de l’UE qui est vassalisée depuis que nous avons intégré l’OTAN
    Les lois promues par ce pouvoir qui ne représente plus la volonté du peuple violent les fondements moraux de nos civilisations. Plus rien ne repose sur le socle des dix commandements les délinquants sont libérés et bientôt ceux qui luttent contre l’iniquité l’arbitraire se retrouvons derrières les barreaux des prisons du laxisme de l’arbitraire. Le pouvoir occulté mondialiste de la secte du dollar qui repose sur la théorie du chaos impose aux peuples l’inquisition laïque ; l’enfant est arracher à la famille formater par ces détraqués qui imposeront bientôt la théorie du genre à nos enfants.
    Nous sommes au temps de l’imposture mondiale car les justes et ceux qui osent dire la vérité sont inquiétés voire emprisonnés
    Nos dirigeant sont arrogants hautins leurs discours reposent sur le mensonge la tromperie, tout est mis en place pour accélérer la souillure de nos corps aux addictions de la chair et accélérer la débauche et l’immoralité. La bête est animée et nous rend esclave du sexe du fric de la violence, car les films jeux vidéo sont programmés pour nous rendre dépendant du tout consommer et notre jeunesse privée du pain de vie qu’est la parole de Dieu qui éveille en chacun de nous la conscience, transforme cette jeunesse en de futurs monstres sans état d’âme. Oui nos lois immorales vont fabriquer des monstres sans état d’âme capables de tuer de violer de mentir sans culpabiliser. C’est ce qui explique les névroses de ce monde malade qui permet la multiplication des prédateurs sexuels, des perverses narcissiques et la banalisation de l’adultère de l’homosexualité. Le couple homme femme est menacé par l’ABC égalitaire qui sème le trouble chez nos enfants ; je n’ai pas envie d’assumer le don de la nature je suis un homme je veux devenir une femme. Je ne peux avoir d’enfant plutôt que d’adopter un enfant victime de nos crimes de guerre ou de nos systèmes ségrégationnistes je fais appel à la PMA ou GPA
    Que de crimes contre les lois divines et morales nous sommes au temps de Noé !
    Pire encore notre monde sans nourriture spirituelle et règle s’expose aux feux de Sodome et Gomorrhe. Je vis au travers le divorce de mon fils et de mes deux petits enfants victimes de cette justice aveugle qui condamne sur les apparences et non les souffrances un drame épouvantable. Deux ans de demande de divorce pour faute mais pas de résultat mais mon fils est condamné par des ordonnances provisoires a payé pension alimentaire pour celle qui fut infidèle échangiste avec hommes femmes les preuves sont là elle a manqué à ses devoirs de fidélité de respect mutuel et d’assistance mais la justice a appliqué à son égard le barème passe partout qui condamne l’homme marié à être une vache à lait. Elle s’est en situation d’assisté refusant un CDI lui travaille paie et est en surendettement et n’a pas d’aide juridique
    C’est ça la France des maçons et des fraternelles de justice, car nous savons qu’elle a des appuis maçons ce qui explique l’enfer de mon fils. Toute la famille est dans la souffrance ma santé en subie les conséquences mais ces préjudices cette justice s’assoit dessus.
    Je crois au retour du Christ au réveil des consciences à la fin de ce Nouvel Ordre Mondial qui détruit l’homme et nous fait croire en la liberté en l’égalité et la fraternité

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/06/2014

      si on évitait le recours  » logique  » aux Lois Divines pour la démonstration , celle ci serait plus facilement admise !

      Répondre
  18. 11/06/2014

    Ces gens ne savent plus quoi faire pour obtenir des voies,aussi n’hésitent ils pas à nous vendre à l’Islam et à nous laisser désarmés face aux délinquants et criminels de tous genres.Peu être devrons nous taper plus fort sur la table…..ou ailleurs !

    Répondre
  19. 11/06/2014

    Mme Taubira n’aime ni les Français, ni la France: elle fait tout pour la détruire. quoi d’étonnant à ce qu’elle lâche les loups sur la population?
    aucune réaction pacifique du peuple ne fera entendre raison à ces politicards. nous sommes des moutons, plus que des veaux, comme le disait de Gaulle. Faudra-t-il sortir les fusils du foin des granges où ils sont cachés pour qu’on sorte de ce bourbier?

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      11/06/2014

      Peu importe les tentatives d’enfumage, vous avez raison de vous inquiéter.
      Les socialistes ont l’habitude de créer des problèmes ex-nihilo. En effet en important des gens très peu adaptables et en essayant de les intégrer contre l’avis des autochtones ils sont en grande partie responsables de la situation sécuritaire de ce pays.
      Chez eux il y a une distance sidérale entre la coupe et les lèvres ou plutôt les babines.
      À défaut de fusils armez-vous de caméras IP. Ces petites merveilles vous envoient des mails et images sur votre iPad où que vous soyez dans le monde si un point d’accès existe bien sûr.
      Je suis en train de programmer des application pointues avec détecteur de visages en C# pour mes besoins personels.
      La technique pourra ainsi compenser les stupidités de la taubira et de ses sbires.

      Socialisme un jour, problèmes pour toujours.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        11/06/2014

        hélas! hélas ! Sarko Le Grec fut lui aussi et en son temps glorieux , un grand importateur en France de ces malheureux … il n’y a pas que notre balance commerciale qui soit déséquilibrée , notre balance humaine aussi !

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)