Roms : le fossé se creuse entre paroles et actes !

Posté le octobre 02, 2013, 7:57
3 mins

Les déclarations de Manuel Valls sur les Roms n’en finissent pas de causer des remous dans le microcosme politico-médiatique.

Mais ce que cette polémique, dont « nos » dirigeants ont le secret, révèle surtout, c’est le décalage croissant entre le verbe et les actes.

M. Valls tente de se donner les allures d’un ministre à la fermeté sans faille. Mais, en dénonçant les effets d’une politique effectivement désastreuse, il se garde bien d’en dénoncer les causes profondes.

Trois politiques sont à l’origine de ce désastre : la politique d’immigration, tout d’abord, par laquelle on a voulu faire croire aux Français qu’il fallait d’urgence accueillir des millions d’étrangers sur notre sol ; la politique d’intégration ensuite, par laquelle les gouvernements n’ont cessé de nous marteler que les immigrés étaient chez eux chez nous, qu’ils avaient tous les droits et aucun devoir (quand ce n’était pas nous qui, au nom de la repentance, leur devions toutes sortes de tributs…) ; la politique européenne, enfin, par laquelle les « élites » ont prétendu nous faire croire que nous étions tous interchangeables et que les Roms, non intégrés en Rou­manie, s’intégreraient facilement en France !

Et M. Valls n’est pas prêt à remettre en cause une seule de ces politiques. Pas davantage que ses critiques de l’UMP, à commencer par M. Copé.

Au passage, je note que les accords de Schengen ont été fortement critiqués ces derniers jours, mais qu’ils ne sont pour rien dans la présence de Roms en France. On peut certes penser que, lorsqu’ils seront étendus à la Roumanie, la situation va empirer. Mais, pour le moment, c’est la libre circulation des personnes, garantie par l’Union européenne, et non Schengen, qui est en cause.

Le plus fascinant dans cette polémique, c’est cette façon qu’ont tous les acteurs de se renvoyer au visage l’accusation de « faire le lit » du FN. Il est certes assez cocasse d’entendre Manuel Valls accusé de rompre « le pacte républicain » ou Cécile Duflot de « faire le jeu de la bête »…

Mais ce qui fait monter le FN est plus simple : le diagnostic sur l’immigration est désormais largement partagé, y compris par les « partis de gouvernement » (Nicolas Sarkozy l’avait fait pour l’UMP en 2007 ; Manuel Valls le fait pour le PS en 2013). Or, les gouvernants refusent de s’attaquer aux causes.

La validation de son diagnostic et le refus gouvernemental du moindre remède crédible ne peuvent que faire progresser le FN.

3 réponses à l'article : Roms : le fossé se creuse entre paroles et actes !

  1. Anti-bolcho

    6 octobre 2013

    Pendant que les Cocos-Socialos nous enfument avec les Roms, les barbus se frisent la barbe et la moustache.Ce pauvre pays est devenu une véritable poubelle, la vache à lait de la planète, et cela dure depuis prés de cinquante ans. Valls le catalan, le fils de Républicain Espagnol , joue les gros durs en fronçant les sourcils.Mais ce n’est qu’un bidon plein de vent, comme le redoutable Sarko qui avait son karcher bouché.

    Répondre
  2. 3 octobre 2013

    Il me semble que Manuel Walls se sert d’un leurre , les roms . C’est intelligent il dit ce que pense les gens donc il est à leur écoute et trouvera une solution . Contrairement à ce que certes pensent les gens ne voteront pas pour le FN puisque Walls dit tout haut ce que les français pensent .
    Les roms sont devenu un bon leurre . Mais il est important que le soit-disant combat engagé contre les roms durent longtemps .
    C’est un bon Walls .

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    2 octobre 2013

    Comme souvent un article de Monsieur Rouxel , clair et surtout clairvoyant …

    Manuel Valls , qui se positionne aujourd’hui encore en substitut ” énergique ” d’un Président ” mollasson ” , aura toujours comme unique priorité Sa guerre génétiquement programmée contre les ” nationalistes ” … romms ou pas romms

    Observons également et surtout que François Hollande ne lui a aucunement apporté l’ombre d’un espoir de soutien allant même jusqu’à affirmer que la France avait pour ” mission ” d’assimiler tous les romms …

    Observons surtout et pour terminer que la succession est ouverte et que le concurrent direct de Valls ( à Matignon comme à l’Elysée ) c’est bien présentement … Bertelone

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)