RSA : une nouvelle dépense anti-sociale !

RSA : une nouvelle dépense anti-sociale !

Les belles âmes parisiennes, en particulier de gauche, ont toujours eu des idées tordues à propos du chômage et de l’emploi. En ne considérant que les trente dernières années elles nous ont successivement soutenu :

– que le travail étant devenu limité (?), il fallait désormais le partager : d’où les 39 heures en 1981 et les 35 heures en 1997 ;
– que l’indemnisation généreuse du chômage n’entamait en rien le désir et la volonté d’un individu de retrouver du travail : d’où l’instauration en 1974 d’un système d’assurance financièrement insupportable ;
– que le salaire minimum devait augmenter plus vite que la moyenne des salaires ;
– qu’un impôt négatif (la PPE, prime pour l’emploi) était susceptible d’inciter les personnes assistées à revenir sur le marché du travail…

Et comme toutes ces politiques dites de l’emploi ont échoué, comme cela était parfaitement prévisible, les mêmes belles âmes reviennent à la charge en nous expliquant, tels des médecins fous, qu’il faut et qu’il suffit d’augmenter les doses de ces poisons économiques.
Certains soutiennent mordicus qu’il faut passer aux 32 heures. D’autres défendent un revenu minimum universel. Martin Hirsch, avec son RSA, revenu de solidarité active, est dans cette école de pensée.

model anti-social français alain matthieuCommençons par reconnaître ses mérites. Au départ de sa réflexion, il admet que la multiplication des minima sociaux et des avantages annexes réservés à leurs titulaires les incitent à ne pas reprendre un travail moins rémunérateur. Les pauvres Rmistes auraient donc eux aussi un comportement rationnel : leur envie irrépressible de travailler dur pour nourrir leur famille n’allant pas jusqu’à accepter, par dignité, un boulot à la fois pénible et moins rémunérateur que le non-emploi ? Dont acte !

Comme il n’est pas question, dans ce pays, de remettre en cause les funestes avantages acquis, on y ajoute une bonne couche de nouveaux avantages : les chômeurs qui reprendront un travail conserveront intégralement, et à vie, tous leurs avantages ; et le système leur garantira une augmentation de leurs revenus au mois égale à 62 % de leur nouveau salaire (c’est même 65 %, voire 70 % dans les 34 départements où le RSA est expérimenté). Dans ces conditions, le titulaire du RSA pourrait se retrouver avec des revenus supérieurs à celui d’un smicard qui n’aurait pas eu la chance de tomber dans le RMI. Ne vous inquiétez pas ! Martin Hirsch, qui a fait l’ENA, a tout prévu : le RSA sera étendu à tous les smicards, ex Rmistes ou pas !

Un certain nombre de modalités restent à préciser : le RSA sera-t-il imposable, comme un autre revenu ? va-t-on parallèlement réduire des allocations devenues redondantes, telles la PPE ou la prime de retour à l’emploi ? Il faudra attendre la discussion budgétaire pour le savoir, les socialistes, prêts à voter cette réforme, faisant tout, évidemment, pour charger la barque au maximum.

On ne sait donc pas ce que cela va coûter. Les estimations vont actuellement de 7 à 10 milliards d’euros, essentiellement financés, dans un premier temps, par le redéploiement des dépenses de l’ex-RMI et une nouvelle taxe sur les revenus de l’épargne.

Avant même d’entrer en vigueur dans toute la France, sans doute le 1er juillet 2009, le RSA recueille beaucoup d’approbations, les critiques le plus souvent exprimées concernant soit les risques de fraude, soit le mode de financement.

S’agissant de la fraude, elle sera en effet facilitée par le fait que le RSA est financé par l’État et les départements, attribué par les départements, et géré par les caisses d’allocations familiales, dépourvues de moyens de contrôles. S’agissant du financement, on ne peut que constater, une fois de plus, que ce gouvernement, refusant de s’engager dans une politique de réductions des dépenses publiques ne sait que rajouter des taxes aux impôts. Taxer un peu plus les revenus de l’épargne n’est pas une bonne idée. Mais quel nouvel impôt est une bonne idée ?

Comme Alain Mathieu, président des Contribuables Associés, le démontrait déjà dans son ouvrage « le modèle anti-social français », le RSA est une dépense nuisible et anti-sociale. Il prétend favoriser le retour à l’emploi de quelques milliers de nos concitoyens. Combien : 100 000, 200 000 ? Ce résultat est parfaitement incertain. Mais dans le même temps ce qui est certain c’est qu’il contribue à alourdir encore un peu plus le fardeau fiscal des Français, qui est précisément le principal obstacle au plein-emploi !

Il y a un point commun entre faire des enfants et créer des emplois : les moyens naturels restent les plus efficaces !

Plus d’informations sur l’ouvrage le modèle anti-social français

Partager cette publication

(12) Commentaires

  • metaleu Répondre

    Je suis au rsa et rien n’a changé depuis le rmi.

    En effet, à part que le contrat insertion se signe à pole emploi ( qui est aussi un faux changement ), le rsa n’a rien changé pour moi et c’est meme de plus en plus dur.

    Pendant que certains se demande ce qu’ils feront pour que les francais croivent qu’ils travaillent, d’autres vivotent avec 404 euros par mois.

    Pendant que certains critiques les beneficiaires du rsa ( en general ce sont ceux avec des gros salaires qui cherchent un bouc emissaire à l’auguementation de leurs impots car il prefereraient se payer une 3eme voiture ou une piscine par exemple), d’autres ne peuvent pas se payer le permi de conduire et se deplace avec les transport en commun pour chercher ( innutilement ? ) du travail.

    Pour conclure, je pensse que le vrai probleme ce n’est pas le rsa mais que la discrimination racialle est remplacée par la discrimination socialle, et ceux dans beaucoup de domaine de la vie courante.

    12 juin 2010 à 11 h 00 min
  • JP Répondre

    Jaurès,

    Je trouve que votre réaction est en complet décalage avec la réalité.

    Vous devriez sérieusement vous poser la question suivante : est-il mieux de vivre dans une dictature (au vrai sens du terme avec contrôle de l’information, contrôle des gens, fermeture de médias libres et ce n’est qu’un début) avec l’illusion de l’assistanat et l’égalitarisme, ou vous révolter contre la dictature de la pensée unique et du parti UNique ?

    Au dernières nouvelle, notre gentil gouvernement veut adopter un projet pour ficher tous ceux qui s’investissent dans la vie publique, politique, économique … et noter le maximum de renseignements sur eux, des gens comme vous; Vous serez même fiché ….  tout cela afin de lutter contre le "terrorisme" et les "éléments dangeureux" : EDVIGE ! vous avez entendu parler ? A votre avis, à quoi cela peut-il bien servir ? Et vu la manière dont l’affaire est présentée dans les médias, il semble qu’il n’y ait pas beaucoup de pluralité d’opinion dans les médias. Vous avez un exemple de la pensée unique. C’est super la pensée unique, n’est-ce pas ?

     Et ces gens là font parti de la "droite" et de la "gauche" républicaine ! Donc ils sont gentils, n’est-ce pas ?

    Mais parce qu’on vous dit qu’ils sont gentils et "républicains", alors de tout cela vous vous en fichez, tant que vous avez l’illusion de l’assistant et de l’égalitarisme !

    9 septembre 2008 à 18 h 43 min
  • sas Répondre

    He vive la ripoublique sur mesure……

    des lois reservé qu’à certains, de l’economie reservé qu’ à certains, les honneurs et l enseignement reservés qu’à certains, les quartiers et l habitat reservés qu’à certains,le respêct de la propriété privé reservé qu’à certains et enfin des impôts RSA reservé qu’à certains…..

    qu’elle beau pays que fût le nôtre…..

    sas spécialiste en tridimensions variables…..les initiés et le reste du bas  peuple profane.

    7 septembre 2008 à 16 h 52 min
  • Aramis Répondre

    Pour financer le RSA,il fallait faire des économies.

    La première des économies c’est de supprimer au minimun la moitié des élus .

    Aux USA,pour prés de 5 fois plus d’habitants qu’en France,il y a 1/3 de députés en moins,et plus de 3 fois moins de sénateurs.D’ailleurs le Sénat,il faudrait simplement le supprimer,comme les Conseils Généraux,et toutes sortes d’institutions parfaitement inutiles.

    Des centaines de millions d’euros pourraient être économisés.

    Pourquoi ne pas demander,par un referendum d’initiative populaire la suppression de tous ces élus inutiles ?

     

    7 septembre 2008 à 11 h 40 min
  • Jaures Répondre

    Cher Hans, vous avez raison. Les suicides ne sont pas majoritaires chez les salariés pauvres et les chômeurs. Faut-il attendre qu’ils le deviennent ?

    Jean-Pierre, gagner des millions n’est pas mon rêve. Je préfère consacrer mon énergie à militer dans des associations, à m’impliquer dans la vie sociale. J’ai besoin d’argent pour vivre, comme tout le monde, mais l’argent, en soi, ne m’intéresse pas. Ceux qui le vénèrent n’en ont d’ailleurs jamais assez. Ceci dit, que certains s’évertuent à faire fortune ne me gène en rien. Tant qu’ils respectent la loi et le code du travail.

    Ce qui m’ennuie n’est pas qu’il y ait des riches, mais qu’il y ait des pauvres.

    7 septembre 2008 à 10 h 46 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Jaures ne voit que les cas particuliers qui sont tragiques, c’est un fait, mais qui ne sont pas majoritaires.

    Attendez donc que le RSA prenne de l’ampleur, façon CGS, RDS et vous allez voir comment de petits entrepreneurs qui sont déjà au bout du rouleau vont se suicider. Car le RSA a de l’avenir et la part payée par l’Etat*)  sera tôt ou tard transférée sur l’entreprise. Mais cela ne semble pas vous inquiétez puisque ce sont des ennemis de classe que vous ne pouvez de toute façon pas piffer.

     

    *) façon de parler puisque c’est le produit d’une confiscation supplémentaire sur l’épargne de tous ceux qui ont économisé toute leur vie. Ne concerne donc pas les flambeurs…

    6 septembre 2008 à 19 h 41 min
  • Jean-Pierre Répondre

    Mais jaures! qu’attends tu pour créer ton entreprise pour gagner des millions que tu distribueras généreusement aux pauvres parce que tu es généreux toi, au lieu de végéter dans ton syndicat aux crochets de ceux qui se cassent le cul, eux?

    6 septembre 2008 à 0 h 20 min
  • Jaures Répondre

    Bien sur, air connu, les RMIstes sont des fainéants assistés. Et les plus fortunés des pionniers créateurs qu’il faut préserver. En attendant, une femme, mère de 2 enfants, vient de se défenèstrer avant de se voir expulser tandis que l’ancien patron de l’UIMM, refuse de dire à la police ce qu’il a fait des centaines de millions d’euros évanouis dans la nature, sur qu’il est de sortir sans conséquences pour lui de ses agissements. Le même devait sans doute approuver son collègue qui avait licencié des caissières qui avaient osé utiliser des bons de réduction laissés par des clients. 

    Le RMI est de moins de 450€ par mois. Le RSA permettra à ceux qui reprennent un travail partiel d’arriver à un salaire de 600 à 1200€ selon leur situation. Quelle gabegie !

    Que M Dumait essaie simplement de vivre 6 mois avec ces sommes. Ensuite nous discuterons.

    5 septembre 2008 à 17 h 23 min
  • MINUX75 Répondre

    Bonjour Le rôle d’un état est d’être méchant, de ce point de vue la, la rafale de taxe de SARKOSY est une formidable réussite. Dans ce brillant palmarès, le RSA figure en bonne place sur le podium de la méchanceté car il sert de prétexte à l’augmentation de taxes sur l’ épargne. Il ne suffit pas à l’état FRANCAIS d’être l’état le plus méchant d’europe, encore faut’ il apparaître à l’opinion comme gentil d’ ou des disciplines pratiquées par nos bureaucrates faux gentils comme l’ athlétisme de la repentanse, le devoir de mémoire, l’ anti racisme etc…Dans cette optique, il faut aussi salir le citoyen lamda, c’est ainsi que le RSA fait apparaître le chef d’ entreprise, l’ épargnant comme un exploiteur et le chômeur comme un paresseux entre autre chose. Seul le bureaucrate est qualifié de grand commis de l’état. Dans le SARKOSYSME, tout problème est soluble dans les taxes, personne ne doute que la « paresse et l exploitation » seront « vaincus » par le RSA. à bientôt

    4 septembre 2008 à 8 h 04 min
  • Florin Répondre

    Oui, bon … au point où on en est … 300 euros de plus ou de moins par mois, c’est rien. Dire que les bénéficiaires du RSA seront des nantis, c’est une blague.

    Tiens, regardons du coté du pays où le "Medef" est libre : les US biensur. Arrêtons de regarder Barack Ossama ou la belle Sarah Pallin, regardons les chiffres : REVENU MEDIAN des salariés INCHANGE DEPUIS HUIT ANS ! Le salaire minimum national, 6,65 de l’heure,  A BAISSE de 40 cents en "dollars constants" sur les dix dernières années. Les gens s’appauvrissent chez l’oncle Sam, comme partout ailleurs (sauf peut-être à Monaco et chez les CAC40). Le SMIC US est la moitié du nôtre ! Et là-dessus, faut encore se payer une assurance médicale … BON COURAGE !

    Là-bas, comme chez nous, on est libre. De travailler plus et de gagner moins.

    4 septembre 2008 à 0 h 42 min
  • JP Répondre

    Vous avez 100 fois raison, mais pourquoi ne pas reconnaitre que ce que vous appelee la "droite" est en fait une "droite" TROTSKISTE !

    Depuis l’arrivée au pouvoir de ce sinistre individu, les lois les plus démogogiques et invraissemblables se sont accélérés : alors que du temps du Chirac, nous avions au plus quelques lois démagogiques par an, le reste du temps consistant à expliquer qu’ils ne pouvaient rien faire pour ne pas fâcher les chefs syndicatifs (payés par l’état d’ailleurs et hyper minoritaires) ou ne pas mécontenter les français "qui ne voulaient rien faire" selon eux, sous sarkozy, au nom DES "REFOMES", tout s’accélére: en 1 an, on a eu la création d’UN VINGTAINES DE NOUVEAUX TAXES et IMPOTS, et la France est le pays le plus imposé au monde (si on inclut la sécu, retraite bidon et impôts).

    de nouvelles "réformes" complètement débiles : logements opposables devant les tribunaux alors que la justice a cessé de fonctionner, lois sur la discrimination antifrançaise dite positive. de nouvelles lois sur l’immigration illimitée, de nouvelles lois sur le contrôle de l’information et la surveillance des individus, démocratie fictive, changements continuels de la constitution qui ne joue plus d’ailleurs d’un rôle purement symbolique puisqu’ils peuvent à loisir la modifier pour l’adapter à leur dogme ou à la volonté du moment, dérive totalitaire de l’UE qu’ils soutiennent naturellement…

    Et ces sinistres individus continuent de nous raconter n’importe quoi en expliquant qu’ils font plein de "réformes" et que tout s’amémliore en France.

    Qui croit encore à la démocratie dans ce pays ?

    Je pense qu’une avancée importante que vous pourriez faire serait d’arrêter de continuer à dire que les gens doivent soutenir l’UMP, au nom du sempiternel argument "de ne pas faire gagner la gauche". La distinction "gauche" et "droite" est totalement ridicule quand on voit ce qui est fait par la "droite". Je préférerai que la "gauche" ou ce que les médias appellent l’extrême gauche" (soit les anti-mondialistes) arrivent au pouvoir : au moins on aurait parfois des lois qui iraient dans le bon sens. On nous prend vraiment pour des cons comme d’habitude.

    La distinction "droite" et "gauche" relève en France du conditionnellement et de la manipulation.

     

     

    3 septembre 2008 à 16 h 06 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    A lire Alain Dumait, je pense que le mieux serait d’aller élever des chèvres ou moutons *) dans le plus profond du Massif Central et d’abandonner ce système de c… à son destin.

    *) en se renseignant au préalable sur le nombre toléré d’animaux pour ne pas devenir imposable.

    3 septembre 2008 à 12 h 42 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *