Sur les propos de Nicolas Sarkozy

Posté le septembre 22, 2014, 12:04
7 mins

sarkozy

Le seul engagement qu’a pris Nicolas Sarkozy hier au soir, sur le journal de 20h de France 2, est celui de ne pas remettre en cause la loi Taubira sur le mariage homosexuel. On ne peut que le déplorer. On s’en souviendra.

Pour le reste, c’est avec son grand talent de communication, surtout en comparaison de l’extraordinaire médiocrité, souvent aux confins du grotesque, de François Hollande, qu’il a parlé pour finalement ne faire part que de son intact appétit de pouvoir et ne dévider que des lieux communs.

Il a ainsi affirmé vouloir mener une politique de grand rassemblement sur des idées nouvelles mais il n’en a esquissé strictement aucune.

Au contraire, selon un des positionnements les plus éculés de la vieille droite politicienne sans doctrine autre que celle de la séduction électoraliste, il a répété plusieurs fois que les catégories de droite et de gauche, d’extrême-droite et d’extrême-gauche étaient obsolètes.

Ce discours revenant sans cesse depuis un siècle fut d’une part une constante des fascismes ou autres régimes dictatoriaux et de l’autre des politiciens des droites sans doctrines autres que celles des techniques de la flatterie électoraliste.

On ne peut hélas attendre de Nicolas Sarkozy qu’il attaque vraiment la gauche à sa racine qui n’est pas celle de la justice sociale mais celle de la sécrétion constante des idéologies utopistes et nihilistes de déni de la nature humaine, celle de la culture de mort. On en sait les raisons qui tiennent sans doute à son inculture sur certains plans et aussi à son épanouissement dans les relations « bobos ».

On ne peut à l’évidence attendre de lui qu’il affirme les valeurs à la fois d’enracinement et d’universalité d’une authentique droite de conviction : celle du respect de la vie innocente, celle de l’écologie humaine, celle de la dignité de la personne humaine, de la protection de la famille, des libertés scolaires et professionnelles ; celles enfin d’une France libre et forte dans une Europe redessinée autour de pactes d’alliance pour défendre l’héritage et les valeurs de sa civilisation face aux barbaries totalitaires.

Ceux qui auraient lu le sondage du Figaro de ce samedi sur « ce que les électeurs de droite attendent de Sarkozy » ont eu à l’évidence en main « la feuille de route » de l’ancien chef de l’État et quasiment l’explication de la ligne de ses propos. On y observe ainsi que le sondage révèle une légère majorité pour ne pas supprimer la loi Taubira sur le mariage dit pour tous. Sarkozy s’aligne.

On y observe les désirs de mesures économiques à l’opposé de celles des socialistes, notamment sur le temps de travail et les retraites. Mais une majorité ne souhaite pas la suppression de l’ISF. On y recueille la forte opposition aux privilèges et abus de la fonction publique. Sauf l’ISF, dont il ne parlera plus, tout cela sera, avec raison d’ailleurs, sur la ligne sans grand changement sur ces points du Sarkozy d’hier et d’aujourd’hui.

On y veut la renégociation des accords de Schengen. Sarkozy n’aura mis que quelques années pour voir la perniciosité de ces accords ! Repentant, il a promis hier de revenir sur sa longue inertie sur la question.

Mais le gag, c’est qu’à Opinion Way, où il est peu probable que dominent les idées de la liberté nationale, on a mis dans ce sondage la proposition aux pays de la zone euro d’un « nouveau traité européen pour aller vers plus de fédéralisme » (sic !). Et comme cela semble bien sonner, les cornichons de sondés se sont prononcés pour à 61 %, contre à 15 %, les autres ne sachant pas. Ceci est évidemment en parfaite contradiction avec le désir de revenir sur Schengen !

On attend les « idées nouvelles » de Sarkozy pour surmonter cette contradiction.

Pour ce qui est des mesures sur « le durcissement des conditions d’accès à la nationalité française », sur « la suppression de l’aide médicale aux étrangers en situation irrégulière », sur « le rétablissement des peines planchers pour les délinquants multirécidivistes », les approbations sont très fortement majoritaires. Sans aucun doute, Sarkozy jouera à fond sur cela pour essayer de récupérer de l’électorat Front National.

Mais on observera enfin que les sondeurs d’Opinion Way et du Figaro se sont bien gardés de mettre au sondage des mesures pour le respect de la vie contre la banalisation de l’avortement ou contre l’islamisation de notre pays.

C’est qu’on est là dans l’ordre de tabous que l’on n’ose pas du tout enfreindre à l’UMP et d’ailleurs pas beaucoup, même au Front National.

Or, plus que jamais la France a besoin du retour d’une droite de défense des valeurs de la vie, de la patrie, de la famille, de la sécurité et des libertés, de la solidarité et de la justice sociale et d’une justice idéologiquement indépendante. C’est autour de tout cela, sans exception, que doit s’ordonner le programme de cette droite de conviction.

Bernard Antony, www.bernard-antony.com

20 réponses à l'article : Sur les propos de Nicolas Sarkozy

  1. druant philippe

    23 septembre 2014

    Oeil de vrai (faux) oublie le zèle inoui de Leprechaun (lutin avide d’ or issu d’ une légende en Irlande) à servir son maître US et le nouvel ordre mondial .
    Saleté , ordure humaine, fort des Halles, costaud des Epinettes,
    traître, minable avorton , marmouset : voici quelques injures pour agacer LoveIreland !

    Répondre
  2. druant philippe

    23 septembre 2014

    Loveireland est une défenseur acharnée du gnome et s’ imagine que ceux qui viennent sur ce site n’ oseraient pas dire en face du nain levantin ou du mollusque ce qu’ ils pensent de lui :
    qu’ en sait -elle après tout ?

    Répondre
  3. Oeildevraicon

    23 septembre 2014

    Le soir de sa défaite du 6 mai 2012, Sarkozy nous faisait une Jospinade : « Une autre époque s’ouvre. Dans cette nouvelle époque, je resterais l’un des vôtres, mais ma place ne pourra plus être la même. Après 35 ans de mandat politique, après 10 ans de responsabilité gouvernementale au plus haut niveau, après 5 ans à la tête de l’Etat, mon engagement dans la vie de mon pays sera désormais différent ».

    Pour son retour aujourd’hui, il invoque son sens du devoir, mais nullement son bilan, qui est pourtant (phénoménal).

    Son bilan en vrac :
    Le traité de Lisbonne, le retour dans l’OTAN, 465 milliards de dette publique supplémentaire, 78 % d’immigration supplémentaire par rapport à l’ère Jospin (assorti d’une obligation de métissage, par la loi si nécessaire), 436 000 emplois perdus et pourtant 65 milliards de nouvelles niches fiscales, la soumission de la France à cette Europe dont les français ne voulaient pas, la suppression de la double peine pour les délinquants non français, la discrimination positive qui continue à nuire gravement aux français de souche, l’abandon du débat national sur l’identité française, la « cocufication » de ses électeurs avec des ministres de gauches et la politique qui va avec, une reforme avortée des retraites, ses accointances avec le Qatar, avec Kadhafi et les néo-conservateurs américains, sa propre formation politique en cessation de paiements.

    Cette liste n’est pas exhaustive et rien ne vous empêche d’inscrire ci-après, les raisons qui vous font plébisciter le retour de l’enfant prodigue.

    Je ne vous cacherai pas que pour moi il n’est ni le sauveur, ni l’homme providentiel que nous vendent les (merdias), depuis l’annonce de son retour.

    Répondre
  4. rinard

    22 septembre 2014

    Les prétendus engagements de l’individu Sarközy ne valent pas un pet. Eléments de langage et idées sont l’esbroufe qui pour lui doivent lui valoir le maximum de suffrages, c’est tout. Tout chez lui est imposture emballée de vulgarité.
    A renvoyer au vestiaire !

    Répondre
    • LoveIreland

      22 septembre 2014

      pour ce qui est de la vulgarité vous pouvez vous permettre. Jamais je n’ai entendu Monsieur Sarkozy tenir des propos vulgaires. Je n’aimerais pas vous connaître j’ai horreur des violents qui ont pour seul courage de vociférer devant leur écran d’ordinateur.

      Répondre
      • Moktar

        22 septembre 2014

        Je regrette cher ami d’être d’accord avec Rinard à moins que vous neconsidériez que “casse toi pôvre con” ne soit pas vulgaire ni agressif, à moins que les fonctions des politiques notamment à la tête de l’Etat les autorise à un langage que le simple citoyen se garde d’employer.
        Sarko est effectivement vulgaire dans son langage, dans sa tenue, dans ses expressions. Nous pourrions mettre dans le même sac Mimolette 1er et Nicolas 1er.

        Répondre
        • LoveIreland

          22 septembre 2014

          ce n’est pas pour autant qu’il faille être vulgaire à notre tour mais je déplore ce phénomène chez les Français ; je suis Irlandaise et je vis pour moitié en France pour raisons familiales et l’autre moitié dans mon Pays où personne ne se permet d’injurier de telle manière. En ce qui concerne l’épisode “casse-toi pauvre …” il faut dire aussi que celui qui était face à Monsieur Sarkozy a fait ce qu’il fallait….je ne sais pas pour vous mais il faut reconnaître que certaines personnes ont le dont de vous mettre hors de vous….

          Répondre
        • quinctius cincinnatus

          22 septembre 2014

          ” chère amie ” si ma mémoire est toujours bonne !

          Répondre
      • quinctius cincinnatus

        22 septembre 2014

        ah bon ? ” pauv’con ” ce n’est pas vulgaire ? jamais un président français ne s’était ainsi exprimé !

        Répondre
      • Boutté

        23 septembre 2014

        “Tire toi pauvre con” n’est pas assez vulgaire pour vous ?
        Bien sûr on a vu pire chaque jour depuis son départ . . . .

        Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    22 septembre 2014

    un passage dans le Media longuement, soigneusement, minutieusement préparé … une réalisation complètement bâclée … ça c’est du Sarkozy pur jus : moi, moi, moi, avec l’ agressivité qui va avec et toujours sans idées ” réelles ” : un VENDEUR DE VENTS qui ne font pas même tourner les moulins ou, de nos jours, les … éoliennes !

    Répondre
  6. Léonard

    22 septembre 2014

    Pour que la France enfin se redresse il faut retrouver Sarkozy comme Président en 2017, les Balkany (grands amis de Sarko) à Matignon, le fils Fabius (véritable petit génie) aux finances et Bernard Tapie à la justice (pour que l’arbitrage soit la règle en France et désengorge ainsi les tribunaux). Les français rêvent d’une pareille équipe.

    Répondre
  7. Moktar

    22 septembre 2014

    Or, plus que jamais la France a besoin du retour d’une droite de défense des valeurs de la vie, de la patrie, de la famille, de la sécurité et des libertés, de la solidarité et de la justice sociale et d’une justice idéologiquement indépendante. C’est autour de tout cela, sans exception, que doit s’ordonner le programme de cette droite de conviction.
    C’est effectivement la priorité devant tout autre programme. Redonnez à la France ces lettres de noblesse, revitaliser notre culture, nos valeurs ET REJETER TOUTE INTRUSION extérieure sous quelque prétexte que ce soit.
    La France a toujours été une terre d’accueil et de tous temps les étrangers s’y sont intégrés, SAUF……..SAUF les Musulmans qui veulent nous dicter leurs préceptes qui ne reflètent que la haine, l’intolérance, la déchéance des valeurs; en un mot (ou maux) détruire notre culture.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22 septembre 2014

      NON la France n’ a nul besoin d’un retour d’une ” Droite “” qui etc … etc… “. Ce dont a besoin la France, c’est d’ hommes lucides, compétents et intègres ! tout le reste n’ est que fariboles ! mais elle a aussi besoin de citoyens qui possèdent ces mêmes qualités ! Si les premiers peuvent être assez facilement trouvés, il n’ en va pas de même pour les … seconds et là est TOUT le problème !

      P.S. c’est sur ce sujet que devrait se pencher les ” 4V² ” au lieu que de nous abreuver d’ éternelles indignations !

      Répondre
    • Boutté

      23 septembre 2014

      Ces valeurs sont absolument primordiales . Je ne connais hélas aucun candidat qui les représente ,même de loin .

      Répondre
  8. Jaures

    22 septembre 2014

    B.Antony découvre que l’opinion est contradictoire. Dont acte.
    Evidemment, tout le monde vilipende le gouvernement actuel mais les propositions énoncées en alternative vont dans tous les sens.
    Fillon veut la retraite à 65 ans. Mélenchon et Le Pen la veulent à 60 ans. Sarkozy n’en parle pas.
    Evidemment, si vous faîtes un sondage, les retraités seront pour le relèvement de l’âge de départ ( la peur de la baisse des pensions), les salariés seront contre, les patrons seront pour, les commerçants et artisans pour à condition qu’ils bénéficient toujours de la compensation de leurs régimes ultra déficitaires, les jeunes seront sans opinion, cela n’étant pas leur préoccupation du moment.

    Il en sera ainsi pour tout, chacun jugeant de l’opportunité d’une mesure à l’aune de sa situation personnelle.
    Comme le dit Jean Renoir dans “La règle du jeu”: “le problème dans la vie c’est que chacun a ses raisons”.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22 septembre 2014

      ce n’est pas AUSSI la préoccupation des ” jeunes ” , laissez moi rire ( jaune ) ils partent aussi à cause de cela ( déjà deux de mes fils )

      Répondre
      • LoveIreland

        22 septembre 2014

        Lorsque vous déclarez que ce dont la France a besoin, c’est d’ hommes lucides, compétents et intègres et qu’elle a également besoin de citoyens qui possèdent ces mêmes qualités et que si les premiers peuvent être assez facilement trouvés, il n’ en va pas de même pour les seconds je suppose que vous estimez avoir vous-même un QI grand comme çà……………………..la France n’est quand même pas un pays d’ignorants ! certes parfois je rencontre des “citoyens” qui n’ont pas inventé l’eau chaude mais merci de respecter ceux qui ont quelque chose sous la chevelure.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          23 septembre 2014

          Chère Madame, mon Q.I. n’ a rien à voir avec ce que je dis ! toute femme, tout homme ” honnête ” c. à d. , toute personne qui raisonne librement avec le soutien de sa mémoire arrive à cette conclusion, c ‘est ce qu’ on appelle l’ expérience … on ne demande pas pourtant l’ impossible … Monsieur Boutté que je ne connais pas partage cet avis; peut être est il ( et même certainement ) plus intelligent que moi, peut être l’ est il moins, mais peu importe, il raisonne librement avec ses souvenirs
          bien à vous

          Répondre
  9. philippe 01

    22 septembre 2014

    Nous serons nombreux, je pense, à partager la conclusion de Bernard Antony. ll y a un certain nombre de sujets tabous en France que nos hommes politiques de tous bords n’osent même pas évoquer, tant ils redoutent de mécontenter les très nombreux profiteurs de l’omerta médiatique sur tous ces sujets…Les vraies réformes ne pourront se faire qu’avec le concours et le relai de médias et de corps intermédiaires convaincus de leur nécessité. On en est encore très loin…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)